J'ai des crises de colère que je ne contrôle pas...

« Les émotions que l'on n'exprime pas ne meurent pas. Elles sont enterrées vivantes et reviennent nous hanter plus tard sous une autre apparence. » (S.Freud).

27 AVRIL 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

J'ai des crises de colère que je ne contrôle pas...

Pétage de plomb..... Prendre du recul ou péter les plombs ?

C'est un motif de consultation en psychanalyse : « J'ai des crises de colère que je ne contrôle pas ».

En général, ça inquiète, on a parfois honte. Les émotions sont abordées sur le divan ou en face à face, il va s'agir de mettre des mots sur l'origine de ces pulsions violentes.

Colère à bannir ?

Pas toujours car que se passerait il si on gardait notre colère en nous ? On pourrait la retourner contre soi (suicide, scarification, masochisme etc). J'ai reçu une patiente qui voulait que je suive son enfant de 2 ans qui faisait des colères. Il n'a sûrement rien d'autre pour s exprimer et au moins sa mère l¡entend... Le corps est extraordinaire, il exprime des émotions quand on ne veut pas entendre les choses, c'est comme une soupape de sécurité.

Mettre des mots sur les émotions c'est se comprendre. Passer au tricot trop vite c'est courir le risque de finir par un ulcère ou autre. Le mal a dit....On ne peut pas empêcher des émotions et c'est tant mieux ! Mais on peut par contre les contrôler et c'est la seconde étape. La pulsion cherche à se décharger et c'est sur la raison de la décharge qu'il faut creuser, en ce sens comme on la verbalise, elle se « lie » au langage et le corps se calme. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, ce serait si dommage.

Et comment oublier ?

Oublier pour ne plus ressentir.....Ressasser est energivore et entrave l'action voire le corps certes mais peut-on oublier ? Qu'est-ce qu'oublier ? Qu'est-ce que tourner la page ? L oubli, c'est côté déni ou côté deuil/acceptation ? Pour se libérer du passé ne faut-il pas au contraire se souvenir et se construire avec ?

On n'oublie jamais, on stocke ailleurs. Parfois ça remonte en surface de façon cryptée, on se surprend à rêver, à symptomiser (oui je sais ce mot n'existe pas) et autres effets du refoulé de l'insconscient qui tel un grenier ou un disque dur garde trace . L'oubli c'est comme les émotions, on ne peut pas le maîtriser vraiment. Parfois il y a même des fantômes qui hantent dans les familles de choses indicibles et impensables et même non nommées elles sont pourtant encore là. 

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Corinne Vera Alexandre Linkedin

Psychanalyste nº Adeli : ADELI 130010895

Psychanalyste, Hypno analyste, Psychothérapeute et Sexothérapeute, elle exerce dans le Vaucluse à Bollène et Avignon ainsi qu'en ligne. Elle utilise les thérapies brêves en association de la psychanalyse dans une pratique intégrative en EMDR et en Hypnose.Sa pratique est aussi psychocorporelle avec l'hypnose et de la médiation corporelle.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • Nat

    Mon fils, pète littéralement les plombs, son corps ce tent, il peut me tabasser la personne si il se sent humilié si il en ressent une injustice il arrive maintenant à contenir mais il devient tout blanc ses yeux noirs et tremble comment peut-il se faire aider ? il commence vraiment à en avoir conscience . Merci

derniers articles sur psychanalyse