Pourquoi être rejeté fait mal ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Les blessures psychologiques les plus courantes dans notre vie quotidienne sont celles que nous ressentons lorsque nous nous sentons rejetés.

20 MAI 2020 · Lecture : min.
Pourquoi être rejeté fait mal ?

Pourquoi être rejeté fait-il si mal ?

Les blessures psychologiques les plus courantes dans notre vie quotidienne sont celles que nous ressentons lorsque nous nous sentons rejetés. À l'ère d'Instagram, Facebook, Snapchat, Twitter etc. nous pouvons être en relation avec un très large réseau de personnes qui, à leur tour, peuvent ignorer nos messages, nos posts, nos profils sociaux nous exposant à un sentiment de rejet désagréable. En plus de ces petits épisodes de refus, s'ajoutent d'autres expériences plus importantes et dévastatrices, comme lorsque notre partenaire décide de nous quitter, lorsque nous sommes licenciés, lorsque nos amis nous abandonnent, lorsque les membres de notre famille nous ferment la porte pour faire des choix vie incompatible avec notre système de valeurs. La douleur que nous ressentons dans de telles situations peut être paralysante.

Que ce soit un grand refus ou un léger refus, une chose est sûre, ça fait mal et parfois plus que ce à quoi nous nous attendions. La question est : pourquoi ? Pourquoi sommes-nous si impacté dans le fait que le gars avec qui nous flirtons n'a pas liké le dernier message des vacances de Noël sur Instagram, et que cela affecte notre humeur ?

La réponse est que notre cerveau est structuré pour répondre de cette façon. Lorsque nous sommes rejetés, abandonnés ou subissons une perte, les mêmes zones du cerveau impliquées dans la douleur physique sont activées, à savoir l'insula antérieure et le cortex cingulaire antérieur. Une étude de neuroimagerie a révélé que ces régions étaient actives lorsque les gens se sentaient rejetés par leurs pairs. Dans une autre étude, cependant, il est apparu que ces mêmes zones du cerveau étaient activées lorsque des sujets, qui venaient de sortir d'une relation amoureuse, se voyaient montrer des photos de leurs anciens partenaires.

Pourquoi notre cerveau est-il structuré de cette façon ?

Selon les psychologues, il semble que tout a commencé lorsque nous vivions en chassant en tribus. Puisqu'il était impossible de vivre seul, être expulsé d'une tribu signifiait être condamné à mort. Pour cette raison, notre cerveau a développé une sorte de signal d'alarme qui peut nous avertir lorsque nous sommes sur le point d'être «expulsés» par la tribu à laquelle nous appartenons.

Mais la douleur n'est pas le seul effet de l'expérience du refus, malheureusement notre estime de soi et notre humeur sont également endommagées, provoquant une augmentation de la réponse de la colère et de l'agression et déstabilisant notre besoin «d'appartenance». Cependant, le plus grand dommage que fait le refus est ce que nous nous infligeons, ce qui rend une estime de soi déjà vulnérable encore plus vulnérable. En fait, lorsque nous sommes «déchargés» de notre partenaire, notre première réaction n'est pas la compassion pour nous-mêmes, mais une tendance poignante à nous critiquer, à nous dévaloriser et à attribuer un blâme insensé à la fin de l'histoire, renforçant un sentiment d'inadéquation, d'inutilité et de pas aimable. Lorsque notre estime de soi a besoin de réconfort, nous lui donnons pratiquement le coup de grâce final. Il existe des moyens plus sains et plus fonctionnels de réagir au rejet, afin d'apaiser les souffrances psychologiques qui en découlent, de ralentir les réactions d'autodestruction et de restaurer notre estime de soi.

Éliminez toute forme de dévaluation et de critique de vous-même

Après un refus, nous avons automatiquement tendance à aligner toutes les fautes / responsabilités présumées que nous aurions eues. Si revoir ce qui s'est passé peut être fonctionnel afin d'éviter de commettre les mêmes erreurs, vous punir pour ce qui s'est passé ne mènera à rien si vous n'alimentez pas un cycle dysfonctionnel de souffrance psychologique. Par exemple, si nous sommes "déchargés" à la deuxième date parce que nous avons peut-être trop parlé de notre relation précédente, nous pourrions prendre "la prochaine fois, j'éviterai de parler de mon ex, tout le temps!", Plutôt que de porter des jugements dévalorisateurs généraux tels que "je suis vraiment / un perdant! ".

L'une des premières erreurs que nous commettons lorsque nous sommes rejetés est de supposer qu'il s'agit d'une affaire personnelle, nous oublions que dans la plupart des cas des facteurs liés aux circonstances entrent en jeu et que nous n'avons souvent rien à voir avec cela. Faire une attribution interne pour tenter de comprendre ce qui a mal tourné est contre-productif et surtout faux.

S'attribuer de la valeur

Lorsque notre estime de soi est basse, il est nécessaire de faire une liste de toutes les choses qui réussissent pour nous, il est nécessaire de retrouver notre valeur. Commençons par trouver 5 qualités personnelles positives : je sais écouter les autres, je suis un bon cuisinier, je suis bon pour créer de nouvelles idées, au travail j'obtiens de bons résultats, je suis cohérent avec mon système de valeurs, etc.

À ce stade, nous sélectionnons l'une de ces qualités pour écrire un ou deux paragraphes, expliquant pourquoi cette qualité est importante pour ceux qui nous entourent et comment nous pouvons la développer dans une situation particulière. Cet exercice représente une première étape de soutien pour renforcer notre estime de soi, réduire la douleur et augmenter la confiance en soi nécessaire pour aller de l'avant.

Nourrir les sentiments qui facilitent la connexion sociale

L'être humain est un animal social et à ce titre il recherche chez les autres la satisfaction des besoins de valeur et d'approbation. Tout d'abord, le lien avec les autres répond à notre besoin d'appartenance qui est remis en question lorsque nous nous sentons rejetés. Pour cela, il est important de retrouver ce sentiment de connexion avec les autres lorsque nous sommes rejetés. Par exemple, au travail, ils ne m'ont pas inclus dans l'invitation à un dîner, je peux toujours compter sur l'équipe de basket que je vois le week-end après l'entraînement.

Si un ami ne répond pas aux messages, nous pouvons toujours nous tourner vers ceux qui sont disponibles et intéressés à interagir avec nous. Si l'autre n'est pas intéressé par nous à un premier rendez-vous, nous pouvons toujours contacter notre meilleur ami et demander à passer une soirée ensemble. L'important est de ne pas confirmer les croyances dysfonctionnelles de non-amabilité, par exemple : je ne suis pas digne d'être aimé, personne ne m'aime, je ne mérite pas l'affection des gens etc.- qui nourrissent des émotions négatives.

Le rejet est une expérience très douloureuse mais la bonne nouvelle est que nous pouvons utiliser des outils utiles pour reconnaître ce qui nous arrive, en essayant de limiter les souffrances psychologiques qui en découlent, sans renforcer les mécanismes d'autocritique et de dévalorisation de soi. Cela nous permettra d'éviter de nouveaux dommages à l'estime de soi et de gérer plus efficacement les expériences négatives qui suivront dans nos vies.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur aptitudes sociales