Votre pensée est créatrice

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Lorsque nous nous laissons contrôler par nos émotions, nous empêchons notre pensée créatrice de se développer et stagnons dans les schémas de pensée négatifs.

10 nov. 2017 · Lecture : min.
Votre pensée est créatrice

Il est normal de se laisser guider par nos émotions, mais c'est une erreur car elles ont tendance à être négatives et à nous freiner, empêchant notre pensée créatrice de se développer. Il nous faut apprendre à reprendre le contrôle de nos émotions pour ne plus les subir et laisser parler notre pensée créatrice.

Nous développons tous, naturellement, ce que nous pouvons appeler des addictions émotionnelles. Rien de grave, c'est très humain, il s'agit pour notre cerveau de rechercher le réconfort et le connu dans nos émotions plutôt que de se lancer dans l'inconnu. Or, ces addictions émotionnelles nous bloquent dans le développement de nous-même et dans celui d'une pensée créatrice.

L'addiction au passé est l'une de celles que nous développons tous plus ou moins. Dans certains contextes, des situations où notre esprit se sent stressé car il est dans l'inconnu, il fait appel à nos souvenirs pour retrouver des émotions familières. Paradoxalement, pour se sentir bien, notre esprit a tendance à faire appel à des émotions négatives que nous avons ressenti si souvent au cours de notre vie que nous avons besoin de les retrouver pour nous sentir mieux (tristesse, déprime, mal-être ou encore culpabilité). Le problème, c'est que nous avons la sensation que nous ne pouvons exister qu'au travers de ces émotions, et que c'est notre passé qui nous définit. Or, exister à travers ces émotions est mauvais et nous bloque dans le développement de soi.

Il peut sembler paradoxal de devoir ressentir une émotion négative pour aller mieux, mais de nombreuses études menées par les neurosciences ont démontré que le cerveau avait besoin de répétition, car elle permettait aux circuits neuronaux de s'activer plus rapidement. En quelque sorte, le cerveau choisi un raccourci émotionnel qui, bien que négatif, lui permet de sécréter une hormone. Dépendant à cette substance, il va chercher à activer souvent ces réseaux, même si cela signifie ramener des émotions négatives à la surface.

shutterstock-527723308.jpg

Le cerveau fait appel à ces émotions négatives lorsqu'il se trouve dans des contextes particuliers, dans des circonstances extérieures difficiles : il rappelle alors ces schémas comme éléments rassurants. Malheureusement, même si en faisant appel à ces émotions négatives nous nous sentons vivants et que cela nous aide à aller mieux, nous nous enfermons dans des émotions passées qui ne reflètent pas la réalité présente. Nous nous enfermons dans une position de faiblesse et de victime.

Il nous faut donc apprendre à sortir de cet automatisme. En effet, si nous ne pouvons pas changer les circonstances extérieures, nous pouvons cependant apprendre à ne plus nous placer en victimes, pour que notre cerveau arrête de faire appel à ces connexions qui nous mettent en position de faiblesse et sont inadaptées au présent.

L'une des premières choses à faire est de ne plus voir la pensée comme négative, porteuse d'émotions anciennes et douloureuses, mais bien comme génératrice de vie. Chacune de nos pensées fait naître des émotions, et celles-ci nous poussent vers l'avant ou nous freinent dans nos actes. Changer son état d'esprit et comprendre qu'il n'est pas nécessaire d'être assujetti aux conditions extérieures, c'est changer ses actions, et donc son expérience de vie. Voir la pensée comme quelque chose de positif et de constructif est bénéfique car cela nous apprend à ne plus subir les évènements extérieurs, mais à avoir une influence directe sur eux.

shutterstock-720994801.jpg

Pour cela, nous devons aller plus loin que nos modes de pensées automatiques et ces dépendances émotionnelles. Penser inconsciemment, c'est se laisser guider par son esprit et subir ses automatismes. Apprendre à penser consciemment, c'est reprendre le contrôle et repartir dans une dynamique positive.

Il nous faut donc rechercher des modes de pensée qui sont dans notre intérêt, afin qu'ils deviennent par la suite les nouveaux schémas automatiques. Lorsque, dans une situation donnée, vous sentez vos pensées glisser vers des émotions anciennes et négatives, prenez-en conscience et dites-vous que vous ne pensez plus cela, même si c'est habituel.

Vous apprendre ainsi à ne plus vous laisser malmener par les circonstances externes, et à ne plus subir les constructions de votre esprit, pour aller vers plus de créativité et de construction de soi.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Mika

    Merci !!! C tout ce que je peut dire enfin klk1 réfléchi merci je me sens moin seul !!