Addiction à la pornographie

Réalisée par Eden · 9 juin 2014 Addiction au sexe

Bonsoir,

J'ai 22 ans et je suis addict à la pornographie.

J'ai vu mon premier film pornographique à l'âge de 8 ans environ, mon père avait laissé trainé une K7 dans le magnétoscope et j'étais seul chez moi. C'était très choquant, sale, dérangeant mais aussi intrigant car je me posais des questions sur la sexualité.

Ça ne m'a pas dégouté de la pornographie, loin de la, et j'ai toujours recherché ces images ensuite ...

Je suis dans l'addiction depuis 4 ans environ. Avec internet et les sites gratuits il est possible d'avoir un contenu illimité, rapidement et avec des catégories souvent très "trash"



J’essaye de me sevrer régulièrement et je ressens des symptômes de manque comme l'insomnie, des douleurs, des flash d'images qui reviennent, des pensées qui m’obsèdent ... J'ai tenu 15 jours maximum mais après j'y retournais et je perdais mon contrôle. Ma volonté grandit au fur et à mesure des rechutes.


J'aimerais savoir si vous êtes confronté à ce genre de problème et si il était connu ou relativement méconnu ?


Je suis conscient que j'ai besoin d'aide et j'aimerais consulter mais je ne sais pas si je dois voir un psychologue, un sexologue, un psychothérapeute... Je suis un peu perdu.


Merci d'avance de vos réponses

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 17 FÉVR. 2015

Bonjour Eden,

Beaucoup de réponses différentes ont déjà été données suite à votre message, dans lequel vous exprimez votre addiction et votre volonté de vous en sortir.

Ce sujet est en réalité encore assez méconnu en France. J'espère donc que vous avez d'ors et déjà pu entamer un sevrage efficace ; si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à me contacter !

La pornodépendance est un sujet que je connais bien, car j'accompagne des dépendants (ou parfois leurs proches), en cabinet et/ou à distance (par téléphone).

A bientôt ! Cordialement,

Stéphanie LADEL

Stéphanie LADEL Psy sur Lyon

15 réponses

67 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 NOV. 2015

Bonjour,

Je suis AFREG, le webmaster de pornodependance.com

Mon site traite de l'addiction à la pornographie. Cette forme d'addiction est en grande partie liée à l'essor d'Internet, qui donne accès à une infinité de contenu X à l'Internaute, sans qu'aucun contrôle ne semble possible.
Les effets de l'addiction à la pornographie sont nombreux : dérive vers une sexualité violente, problèmes de couple, problèmes érectiles... Le porno a une telle prégnance dans notre société contemporaine, que le problème est susceptible de toucher aujourd'hui tout le monde.. Mon site propose un forum où les dépendants et leurs proches peuvent venir s’exprimer librement et s’entraider. Le tout est évidemment entièrement bénévole et GRATUIT.

Merci ! AFREG.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 SEPT. 2015

Bonjour Eden,

Une question me parait essentielle : lorsque vous êtes en manque, que réclame concrètement votre corps ? Le plaisir ? L’adrénaline ? La sensation de relâchement qui suit ?

Analyser avec précision ce à quoi vous semblez avoir une dépendance peut être un premier pas intéressant. La thérapie à utiliser dépendra de ce que vous avez besoin de ressentir et de quoi cette sensation vous permet de vous protéger.

Mon avis est que la première chose à chercher chez la personne que vous choisirez éventuellement pour vous aider c’est le rapport de confiance. Peut-importe la méthode, s’il n’y a pas de confiance le travail sera inefficace. Si vous voulez trouver un professionnel avec qui travailler faites le premier pas et n’attendez pas trop longtemps car le premier pas est bien plus libérateur que l’inaction.

Je vous propose de prendre une feuille et un stylo et de répondre avec précision point par point à ces questions :
Qu’est-ce que ce que vous voulez ?
Qu’est ce que vous avez à y gagner ? et qu’est ce que ça va changer concrètement dans votre vie de tous les jours ? Ca change quoi de votre vision du futur ?
Qu’est-ce que vous risquez à vous mettre dans l’action ?
Vous êtes prêt à prendre ce risque au vu de ce que vous avez à gagner ?
Que vous dit votre corps, votre imagination à présent sur le type de personne à consulter ?

Ces questions vous aideront sûrement à faire jaillir des réponses constructives. Car vous avez les clés de votre situation et c’est vous qui allez choisir la personne avant de choisir le professionnel ou sa profession.

Bonne Continuation à vous;
gardez votre corps occupé, faites-vous du sport ? Cela peut vous aider, essayez. fixez-vous des objectifs.

Diane Scerri

Diane Scerri Psy sur Talmont-Saint-Hilaire

35 réponses

102 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 JUIL. 2015

Bonjour,
Si vous vivez en région parisienne. vous pouvez aller consulter à l'hôpital Marmottan. Ils sont spécialisés dans les problèmes d'addiction et ont un service dédié à la cyber addiction sexuelle. J'ai envoyé un de mes patients et ça l'a vraiment aidé, N'hesitez pas à consulter leur site.
Bien à vous

Anonyme-183156 Psy sur Paris

1 réponse

3 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIN 2015

bonjour,
j'ai eu l'occasion de faire des accompagnements sur ce thème très précis. j'ai proposé une lecteur "systémique" (thérapie familiale) et un travail avec l'hypnose.
cordialement

Christophe Gobin Psy sur Royan

68 réponses

409 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

20 MAI 2015

bonjour

l'addiction peut importe le support , drogue , cigarette , alcool , sexe , ce qui est le point commun c'est la souffrance ressentie . Dans votre histoire il y a surement un point de départ . L'addiction est avant tout un processus par lequel un comportement à la foi pour produire du plaisir et pour soulager un malaise intérieur, est utilisé sous un mode caractérisé par l'échec répété dans le contrôle de ce comportement et la persistance de ce comportement en dépit des conséquences négatives significatives
votre souffrance est le moteur de votre comportement .

Catherine Maquére Psy sur Paris

49 réponses

74 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 FÉVR. 2015

Bonjour Eden, Je suis bien d'accord avec l'ensemble des commentaires fournis du site. Sans doute avez vous débuté un accompagnement avec un psychologue, ce qui vous apportera vraisemblablement l'aide nécessaire pour éviter les rechutes lorsque vous essayerez encore de vous sevrer. Je pense que vous pourriez avoir une aide supplémentaire avec des outils qui travaillent directement sur les traumatismes via l'EMDR ou qui donnent d'excellents résultats contre les addictions d'une façon générale via l'Hypnose. Les deux (aide psychologique et aide hypnose) peuvent être menées en parallèle et faire accélérer les "résultats". Souvenez vous qu'avant d'avoir marché, vous avez chuté de nombreuses fois, puis ...
J'espère vous aider dans votre démarche,
Bien à vous
Patrick P

Patrick Prévost Psy sur Suresnes

12 réponses

52 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2014

Bonjour,

Je tombe par hasard sur votre "vieille" question, peut-être avez-vous avancé depuis... La réponse est simple le sexe c'est le sexe! comme la bouffe c'est la bouffe. si vous voulez un petit plus, il faut y mettre du désir, ce que manifestement vous vous refusez, sans doute fasciné enfant par l'acte dénué de sens symbolique et affectif.

Étant "psy", je vous conseille un "psy", choisissez-en un avec qui "ça passe" et que vous êtes bien pour élaborer et avancer par rapport à votre question.

Bien cordialement.
DB

Didier Bodin Psy sur Bonneval

80 réponses

608 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 JUIL. 2014

Bonjour à toutes et à tous. Merci pour vos réponses

Je suis quelqu'un de très réservé et introvertis. J'ai suivi une thérapie durant cette année scolaire avec une psychologue mais je n'arrivais pas à parler. Comment faire quand on a tout intériorisé pendant 22 ans ?

Je sais que l'addiction cache quelque chose de plus profond. Je penses souvent à mon passé et, comme pour trouver la clé qui me permettrait d'aller mieux, j’essaye d'analyser tout ça. Je repenses à l'alcoolisme de mon père, aux violentes disputes entre mes parents. Je vois aussi des situations plus concrètes et des "scènes" blessantes de mon passé que je peux revivre dans ma tête.

Je ne suis pas capable d'avoir des relations longues et stables. Je vois les femmes comme des objets sexuels, tout me ramène à la pornographie et je recherche à reproduire ce que je vois dans les films.

L'année prochaine je quitte mon cocon familial pour j’espère enfin lancer ma vie.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 JUIN 2014

Oui sans reprendre les discours précédents de mes pairs, vous avez été confronté à des images génératrices de sensations que votre jeune être ne pouvait pas encore élaborer et comprendre. Les traces sensorielles sont puissantes et faciles à retrouver avec le matériel qui nous est mis à disposition sur le web.

Oui, en tant que sexologues psychothérapeutes, nous sommes fréquemment en situation d'accompagner ce phénomène qui mérite une attention particulière d'autant qu'en terme de sexualité, il n'y a pas de règle, pas de norme, pas de normalité. Il n'y a que des vies particulières et des individus qui font au mieux avec leur histoire et leur environnement (humain, social et professionnel). Sevrage bien sûr mais accompagné parce que si vous limitez le corps dans ses chemins d'habitude, il faut donner du sens et une addiction sert toujours d'écran à une grande souffrance (ce qui a pu être paradoxalement le vécu d'un petit garçon de huit ans face à ces images).

L'acting qui fait addiction évite la résurgence d'un mal-être. Et plus l'acting est efficace à compenser par un (pseudo)plaisir - l'addict n'est pas dans le plaisir (voir le film SHAME) - le risque de la souffrance, plus cet acting sera reproduit. Donc pas de perversion ou jugement de valeur...si cela vous gène dans votre vie quotidienne, oui, prenez le chemin du changement plutôt avec un(e) sexologue sexothérapeute à orientation analytique afin de "travailler" sur tous les fronts (corps, émotions, esprit).

Th.Bunas

Thierry Bunas Psy sur Blois

36 réponses

220 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 JUIN 2014

Votre vocation souligne certainement une incapacité à pouvoir gérer cette excitation ce qui vous oblige en quelque sorte à tenter de la contenir en la renouvelant. Vous pourrez me contacter si vous le souhaitez.

Jérôme Launay Psy sur Trévoux

47 réponses

136 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 JUIN 2014

Bonjour,

Les psychologues, psychothérapeutes et psychiatres sont de plus en plus confrontés à des personnes "accro" à la pornographie.

Le choc qu'a provoqué chez vous le visionnage des images violentes a laissé en vous des images qui ne s'effacent pas. Et les visionnages suivant ne relèvent pas du plaisir mais bien de la reviviscence du trauma initial qui se répète à l'infini et s'incruste à chaque fois plus profondément dans votre psychisme.

Nous ne savons pas ce qui a déclenché votre addiction il y a 4 ans, mais il s'est passé quelque chose qui fait que vous avez eu recours de manière excessive à la pornographie pour faire baisser un état de tension interne insupportable.

J'ai eu, dans ma pratique psychothérapeutique, plusieurs occasions de suivre des patients qui ont vécu cette addiction, le sevrage doit se faire en douceur. Cela peut se faire aussi, en fonction de votre situation, avec un éventuel accompagnement allopathique (antidépresseurs et/ou anxiolytiques) que pourra décider un psychiatre.

Sachez qu'il est tout à fait possible de sortir de votre addiction et de retrouver une vie affective et sexuelle "normales".

Bon courage
Sylvianne Spitzer
Psychologue, psychothérapeute, victimologue

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2014

Bonjour,

De nombreuses questions se posent autour de l'addiction pornographique, comme pour toutes les addictions. Cette addiction vous empêche t'elle d'avoir des relations sexuelles satisfaisantes avec une femme ou êtes vous toujours à la recherche d'une reproduction des images visualisées ? Êtes vous capable de tendresse et de respect de l'autre dans l'acte sexue ?

Un Sexotherapeute analytique pourrait vous aider à comprendre cette addiction pour mieux la gérer . Comme toutes addictions il y a toujours la gestion du rapport à l'autre.

Bien à vous
Sylvie Vulliermet
Sexotherapeute

Sylvie Vulliermet Psy sur Agde

175 réponses

311 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIN 2014

Bonjour,

Vous dites très bien comment une image (ici pornographique) peut faire obstacle à un questionnement, qui plus est ici, des plus légitimes sur la sexualité, la différence des sexes. Lorsque vous parlez d’addiction à la pornographie, vous faites une description phénoménologique de ce qui se passe effectivement pour vous. Mais il ne faut pas négliger que cette dépendance s’est installé sur font d’une curiosité eu égard à la sexualité. Soit la curiosité à l’origine de toutes les curiosités !

Ce qu’il vous faut faire est de rouvrir ce questionnement, sur la différence des sexes, sur le rapport sexuel. Ce qui passera par l’analyse de la jouissance en cause pour vous dans cette quête sans fin d’une jouissance première.

Nicolas Boisnard

Nicolas Boisnard Psy sur Aix-en-Provence

18 réponses

247 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour Eden,

Cette rencontre si précoce avec le sexe dans son aspect hyper-réaliste marque un début traumatique, vous le montrez très bien. Vous décrivez cette grande excitation originelle, sidérante et violente pour un gamin, indicible, avec sa part de non-sens absolu. Cette question fait retour, oui répétition, pour ré-actualiser cette première fois et tenter de l'intégrer au psychisme. La jouissance creuse ainsi un sillon, comme pour le lit d'un fleuve. Alors pourquoi ce fleuve pulsionnel prendrait-il un autre lit ?
Vous pouvez tenter de vous éduquer, de trouver en vous ou ailleurs une force capable de réprimer, de limiter votre jouissance, cela est très jouable.

Mais avant cela un travail analytique serait nécessaire pour d'abord d'un point de vue économique évaluer les forces en présence, ensuite restaurer une possibilité d'imaginaire avec l'autre sexe, vous remettre en selle par un travail de parole et de créativité, qui seules permettent de construire une relation vraiment humaine.

Bon courage.
Philippe Raynal

Philippe Raynal Psy sur Oncy-sur-École

65 réponses

472 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour,

La pornographie exploite à des fins commerciales et subversives, les instincts primaires présents dans tout être humain.
Cette entreprise est socialement dangereuse, car elle corrompt les valeurs culturelles et éducatives, à partir desquelles chacun(e) peut construire sa vie, normalement et dignement.

En outre, lorsqu'elle atteint des personnes fragiles ou peu éduquées (enfants, jeunes, etc…), la pornographie altère les capacités de pensée et de réflexion de ces personnes, en faisant passer pour des modèles, des comportements qui au contraire, sont des anti-modèles.

Dans votre cas, il est clair que vous avez été confronté à ces faits, à un âge où vous n'aviez ni recul, ni regard éclairé sur ceux-ci.
C'est pourquoi l'impact de cette découverte a été puissant, et a ouvert une brèche dans votre esprit, amenant la suite à la faveur d'autres circonstances...

La violence contenue dans les films pornographiques, en particulier, est tellement hors normes qu'elle frappe l'imagination et laisse des traces durables en mémoire.
Ces formes de jouissance révélant crûment et exaltant la part animale des comportements humains, peuvent être obnubilantes car elles subjuguent les capacités d'élaboration et de réflexion.

En tout état de cause, une addiction étant un comportement pathologique, il est fortement recommandé de consulter un psychologue, parce que les psychologues sont les seuls professionnels présentant toutes les garanties du point de vue de leur formation et qualification, pour traiter ce genre de problèmes.

En effet, à l'heure actuelle, de nombreux professionnels s'auto-proclament psychothérapeutes, psychopraticiens, thérapeutes, sexologues, coachs, etc… sans avoir de reconnaissance officielle, pour exercer les fonctions en question. C'est pourquoi consulter un(e) psychologue, simplifie les choses et les questions soulevées par cette situation.

Restant à votre disposition,

Cordialement

Françoise Zannier - Docteur en Psychologie intégrative - Superviseur Psychologue Psychothérapeute Coach - Paris

Françoise Zannier Psy sur Paris

58 réponses

229 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour,
Oui, si vous êtes dans l'addiction à la pornographie, vous pouvez consulter un psychologue cognitiviste et comportementaliste car des traitements existent pour ce type de troubles.
Vous pouvez aussi aller consulter un sexologue si le coeur vous en dit.
Cordialement.
Dorian PIQUET

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour Eden,

Vous avez posé le bon diagnostic : vous souffrez d'une addiction, comme d'autres sont dépendants de l'alcool, du jeu, de la drogue.

Pour vous libérer de votre dépendance, il y a différents formes de psychothérapies ; une bonne piste pour vous orientez est de rechercher un psychothérapeute (qu'il soit à la base psychiatre ou psychologue, peu importe), qui traite les troubles de l'addiction.

Il y a derrière votre dépendance, un petit garçon qui a mal, qui est "en manque" de quelque chose d'essentiel... C'est celui-là qu'une psychothérapie va vous aider à rencontrer, pour l'écouter, l'accueillir, l'apaiser, l'aimer.

Je vous souhaite bonne route dans cette traversée.
Cordialement. Mireille Henriet (Montpellier)

Mireille Henriet Psy sur Montpellier

7 réponses

21 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour,

J'entends que vous reconnaissez avoir une addiction et qu'il est difficile pour vous de vous sevrez alors que vous en avez réellement envie. Je vous invite à vous orienter vers les approches TCC ou encore l'EMDR qui sont des approches reconnus pour traiter les addictions.
Belle suite dans votre vie.

Anonyme-145714 Psy sur Toulouse

81 réponses

309 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Etre addict peut être génant, ou non. L'important est "d'être bien dans sa peau", en accord avec ce qu l'on fait.
S'il y a gêne, ce n'est alors pas le cas. Voir alors en quoi cela peut couper des autres, du monde, et comment renouer avec une image positive de soi si ce n'est pas le cas.
Avec la psychanalyse, y voir clair en soi en beaucoup de temps. Avec une thérapie comportemental, changer ses "habitudes", avec l'hypnose faire circuler différemment les notions de plaisir, d'énergie, et se situer autrement par rapport à soi. Amener en soi une autre paix.

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour
Une addiction est une addiction quelle que soit la drogue ... il y en a de toutes sortes, et elles se traitent (à part certaines substances qui nécessitent des aides médicamenteuses) surtout par la verbalisation et l'aide psychologique. Les racines des causes sont à chercher comme presque toujours dans le vécu et souvent dans l'enfance. Quant au thérapeute que vous "devez" voir, l'essentiel est que ce soit un professionnel et qu'il vous aide. Seules la confiance que vous mettrez en lui et sa capacité à vous comprendre et à vous faire avancer vous prouveront que c'est le bon. Choisir son psy c'est comme tout il faut du bon sens et il faut sentir que vous serez à l'aise pour vous confier.
Par contre dans votre cas, le sexe du thérapeute peut avoir une influence, aussi si vous pensez qu'il vous sera plus facile de pouvoir vous exprimer sur le sujet avec un homme et qu'il pourra mieux vous comprendre choisissez un homme. Surtout ne baissez pas les bras, votre souffrance est réelle et respectable, vous devez vous faire aider, vous verrez que vous arriverez progressivement à changer, même si le parcours est long, il est indispensable.

Courage,
Christie Nester Cabinet Thérapies Mère Enfant Couple Paris 17eme

Christie Nester Psy sur Paris

119 réponses

612 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour Eden.

Vous décrivez bien les différents symptômes de l'addiction, aussi vous avez raison de vouloir prendre cela en charge et de vouloir vous sortir de cette dépendance.
Cela commence par le choix d'un accompagnant et pour moi, un psychothérapeuute est le choix le plus pertinent.
La systémie donne des réponses adaptées aux conduites addictives, mais c'est à vous de choisir ce qui vous convient le mieux.
Vous êtes sur la bonne voie, courage, continuez.
Jacques

Jacques Julien Psy sur La Rochelle

13 réponses

79 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Comme vous l'avez dit il s'agit d'addiction et comme toutes les addictions il vous faut un sevrage.
Vous avez conditionné votre cerveau à éprouver du plaisir à la vue de ces images, que d'ailleurs vous avez connu à 8 ans, âge ou le conditionnement est très puissant.
Il vous faut un spécialiste en addictologie et il existe aussi des centres pour cela.
L'autre possiblité serait de travailler votre confiance en vous, votre estime de vous, car l'addiction ne vient pas par hasard et ce, quelle qu'elle soit, les gens deviennent accro à quelque chose parcequ'ils leur manquent autre chose qu'ils ne peuvent avoir, il remplace ce manque par leur addiction.
Bon courage
maguy maloigne
psychologue
praticienne EMDR

Maguy Maloigne Psy sur Six-Fours-les-Plages

41 réponses

99 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2014

Bonjour,
Je vous félicite pour vos démarches , ça n'as pas dû être facile.
Toute addictions reste une forme de manque a combler. Dans votre cas c'est le manque de ne pas retrouver un jour ses images, le manque de ne plus s'en souvenir.
Cette forme de contrôle de pouvoir regarder ces images tout le temps. Le fait de ressentir des douleurs est du effectivement au manque. Au manque de nourrir votre conscience d'image.
Le fait de voir à 8 ans votre premier film a du être très choquant, mais quelque part admiratif de découvrir cela.

Psychanalyste - À Fleur De Peau Psy sur Gaillard

60 réponses

95 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Addiction au sexe

Voir plus de psy spécialisés en Addiction au sexe

Autres questions sur Addiction au sexe

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134700

réponses