Avancer suite à une relation non épanouissante

Réalisée par Alice Verner · 2 janv. 2023 Aide psychologique

Bonjour à tous,

Tout d'abord, meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2023.

Je me suis séparée il y a 4 mois d'un homme avec qui je vivais une relation compliquée.
Notre relation a été assez courte (8 mois) mais intense, j'en ai été très amoureuse.
Dès le début, il y a eu des choses dérangeantes : alors qu'on se tournait autour depuis un moment, il m'apprend qu'il est en couple, chose dont il n'avait jamais fait mention. Il m'a dit vouloir avoir donné une chance à notre histoire, avoir l'occasion de faire connaissance sans que ce "détail" n'entre en jeu, et puis il me parlait de polyamour etc. Bref, il n'a pas été honnête et je l'ai très mal pris. Il m'a charmée avec ses discours qui semblaient si sincères, où il me disait qu'il n'était amoureux que de moi, qu'il ne ressentait pas cela pour sa copine (relation toute récente, il était avec elle depuis 6 mois) et qu'il allait la quitter. Ce qu'il a fait, mais d'autres choses étranges ont eu lieu ensuite. Par exemple, alors qu'on se hâtait de se retrouver suite à un voyage de deux semaines, lors de nos retrouvailles, il m'annonce que la veille, il a invité une "amie" à venir faire des échanges de massages. Lorsque je lui ai exprimé mon mécontentement, il m'a dit que j'étais jalouse, qu'il n'aimait pas ça et je n'avais pas mon mot à dire. L'histoire n'a jamais été "résolue" en trouvant un terrain d'entente. Je l'ai quitté suite à cela. Puis je suis revenue. Il y a eu plusieurs allers-retours comme ça, où je me sentais complètement inconsidérée, par prise en compte, je le lui exprimais tout ce que je ressentais... Et il ne me retenait pas... Me disait juste "c'est dommage, j'aurais aimé à connaître plus la femme que tu es". Puis quelques semaines après, soit il me réécrivait en me disant que je lui manquais, il m'envoyait des poèmes, ou bien on se croisait par hasard et il me disait combien les semaines séparées avaient été difficiles, qu'il voulait me retrouver etc. Et, en général, je retombais dedans.
La relation et la communication n'étaient jamais vraiment simples, j'avais l'impression que dès que je n'avais pas un comportement attendu, je me faisais accablée et j'étais la mauvaise, la responsable de tous les mots. S'il disait ou faisait quelque chose qui ne me plait pas et que je lui faisais remarquer (parfois de façon virulente car je n'ai pas ma langue dans ma poche), il me reprochait mon agressivité, et me faisait la gueule, faisait silence, parfois pendant plusieurs jours. Un jour, je l'ajoute en ami sur faceb*k, il ne m'a jamais acceptée. Il m'a rétorqué qu'on était déjà assez fusionnels dans la vraie vie. N'ayant pas d'explication, je me suis énervée,, et je me le suis vu reprocher au centuple, tjs me disant combien je suis agressive, combien je suis abandonnique et qu'il faut que j'en parle à ma psy etc. Je ne me sentais jamais comprise. C'était soit : accepte tout et soumets-toi, sois va-t-en et je ne retiendrai pas (mais je reviendrai qd même vers toi dans quelques temps avec de grandes déclarations).
Ca a été très dur à gérer pour moi, qui suis tout l'inverse, quand j'aime, j'aime à 1000% , de manière sincère et je pense à l'autre, à son bonheur, j'ai envie de tout partager avec lui (c'est peut-être excessif je le reconnais et travaille là-dessus). Mais je sais que c'est ma manière d'être.
Dans cette relation, je me sentais souvent frustrée, l'impression qu'il y avait toujours une distance entre nous, qu'il mettait cette distance, je n'ai jamais compris pourquoi... Quand je le lui disais, il niait totalement, ne voyant pas ce que je voulais dire. Lorsqu'on se disputait, je voulais tout de suite retrouver l'harmonie (je déteste les conflits), je m'excusais, je le prenais dans mes bras et essayais de faire redescendre l'effervescence. Mais lui me voyait comme une ennemi absolue et avait besoin de parfois plusieurs jours pour s'en "remettre". Et puis quand tout allait bien, parfois, il faisait 3 pas en arrière. Lorsqu'on devait se retrouver après quelques jours de séparation, plein de bonnes résolutions, plein de discussions positives sur nous, notre couple, plein de mots d'amour enflammés, des appels quotidiens,... et au dernier moment, la veille qu'il vienne me retrouver : "non, finalement, je ne viendrai pas, je me pose bcp de questions sur nous deux et j'ai besoin de faire le point'.

Je me suis souvent sentie dans une grande confusion. Ses paroles qui n'allaient pas avec ses actes, des paroles parfois très floues, paradoxales. Souvent, je ne comprenais plus rien. Et quand je le mettais face à cela, il avait toujours des explications doucereuses.

N'en pouvant plus de ce climat, je l'ai quitté définitivement. Il ne m'a pas retenue, n'a rien répondu. M'a vaguement écrit une lettre 1 mois après (!) dans laquelle il me psychanalysait plus ou moins.
Puis nous avons coupé les ponts. Je suis amenée à le voir régulièrement (1 ou 2 fois par mois) car nous dansons dans les mêmes endroits et avons quelques amis communs. Nous ne nous parlons pas, ne nous regardons pas et nous ignorons totalement.
Au bout de quelques mois, trouvant cette situation puérile, j'ai repris contact, lui disant que je trouvais nul d'être en froid ainsi. Il était d'accord, et, de fil en aiguille, il m'envoyait souvent des messages, auxquels je répondais.... On a redansé ensemble... Je faisais attention car une part d'attraction était encore là mais j'étais sûre de ne plus rien vouloir vivre avec lui. Voyant que de son côté, c'était clairement ambigu (il était de plus en plus charmeur avec moi, passait ses soirées avec moi à discuter...), j'ai mis les pieds dans le plat, lui disant que je ne voulais pas reprendre de relation amoureuse avec lui. Il s'est énervé, m'a dit que je l'utilisais, m'a demandé pourquoi j'avais repris contact, que je le faisais souffrir, que je n'avais vraiment aucune empathie pour lui, que je ne pensais qu'à moi. Qu'il était hors de question qu'on soit amis. J'ai un peu culpabilisé sur le coup et puis je me suis dit que, mince, y en avez assez que je sois toujours la responsable de tout et lui la pauvre victime. Il avait accepté de reprendre contact, je ne lui avais pas mis le couteau sous la gorge. Il m'envoyait des messages, je répondais, il me proposait de danser, j'acceptais. Ca ne faisait pas de moi son bourreau ! Il a été jusqu'à me dire que j'étais une allumeuse. Et là, si j'avais relativement gardé mon calme jusqu'alors, je me suis vraiment énervée. De là j'ai été blâmée pour oser l'insulter (alors que lui, non ne m'insulte pas lorsqu'il me dit que je suis une "allumeuse", "ce n'est malheureusement que le reflet de réalité"...), moi, par contre, je suis toujours agressive, incapable d'aimer sans violence, et j'en passe. Il m'a dit de ne plus jamais l'approcher, que j'étais complètement barge et m'a bloquée de partout.

Quelques jours après, j'ai fait le choix (bête et naïf sûrement), de lui envoyer un dernier mail, bref et détaché, dans lequel je m'excusais si je l'avais blessé, et que l'on voyait bien que notre dynamique relationnelle ne nous permettait pas d'avoir une relation épanouissante, que je pensais vraiment que l'on pouvait avoir des relations cordiales mais que je m'étais trompée et je lui souhaitais le meilleur pour la suite.
Il m'a répondu de manière incendiaire, me reprochant que mes excuses étaient trop "molles", que ce que je devrais dire à la place c'est que moi, Alice, j'ai des soucis psychologiques qui m'empêchent de vivre une relation, que lui a tjs tout fait pour que ça fonctionne mais que j'envoie toujours tout péter, que je suis incapable d'aimer sans violence (c'est un comble). M'a dit que j'étais folle à lier, que ce n'est pas un mail d'excuse qu'il faut que j'envoie, que ce qu'il faut c'est que je me "mette à genoux et que je rampe".

Bien sûr, je n'ai pas répondu, j'ai bloqué tout canaux de communication avec lui depuis (ces derniers échanges remontent à 1 mois et demi). Nous nous sommes recroisés 2 fois, ignorés totalement comme avant et voilà. Ce recontact n'a fait que me reconfirmer combien pour rien au monde je ne voudrais de lui.

Et pourtant, à certains moments, je me sens hyper triste. Je refais le fil de l'histoire... C'est comme si j'avais cru avoir en face de moi une personne avec plein de belles qualités, de qui je suis tombée amoureuse éperdument, mais qui au fond était si... étrange....
Mon cerveau ne comprend toujours pas.

Et j'ai appris qu'à peine quelques semaines après qu'on soit séparés, il était dans la reconquête de son ex (qu'il avait quitté pour moi). Et là, il y a 2 mois, avant que ça ne pète entre nous, là il où était tout charmeur avec moi, très dans la séduction, il m'avait dit qu'il allait passer une semaine de vacances à la montagne, pour déconnecter etc... Et j'ai appris (après) qu'il y allait avec son ex...
Bref, tout ça dépasse mon entendement. Comment peut-on dire qu'on est follement amoureux de quelqu'un et passer à une autre si vite... (jongler avec une autre!).

Moi qui aime véritablement, je suis incapable de penser à un autre avant bien longtemps. Je suis célibataire depuis 4 mois et pas du tout prête pour une nouvelle relation.
Bref, double trahison. Je me dis qu'au fond il ne m'a sûrement jms aimée. Mais alors pourquoi tout ce cinéma. Digne d'un comédien de haut vol, ce n'est pas possible... Il avait l'air si sincère dans chacune de ses paroles...

En tout cas, moi la fille naïve qui croit tout ce qu'on lui dit, ça me permet de réaliser vraiment combien les paroles ne valent rien. Que qui veut t'embrouille le cerveau à coup de belles paroles. Et je me trouve un peu bête d'avoir cru tout ça. Et en même temps, comment ne pas croire son amoureux ? J'avais toute confiance en lui, avant qu'il ne la détruise morceau par morceau.

J'ai du mal à m'en remettre. Encore aujourd'hui, je pense à lui, je suis parfois triste. Je repense à des moments passés ensemble, des vacances, des moments du quotidien, et ça me manque... Dans ces moments de manque, j'aurais presque envie de passer une journée avec lui, juste comme ça, pour avoir mon shot d'affection... Bien sûr, je ne le ferai jamais. (et le pire, c'est que je suis sûre qu'il ne dirait pas non!!).

Je travaille sur ma dépendance affective avec ma psy depuis des années, mais j'en suis toujours là. Et j'en viens à me demander si ce n'est pas constitutionnel de moi, en fait, si j'ai vraiment à "lutter" contre ça ? Quand je suis amoureuse, je le suis à fond, et je fond avec l'être aimé. C'est comme ça. Et quand je me sépare, je vis le déchirement, c'est comme ça.
Ce que j'ai sûrement à travailler c'est pourquoi je continue de vivre des relations comme celle-ci... Pourquoi ce n'est jamais simple... j'ai eu beau revisiter mon passé, mes parents, mon enfance, mes émotions, mon enfant intérieur.... J'en suis toujours là. A 35 ans, toujours en galère sentimentale.

Moi qui aie envie d'une relation jolie, simple et saine, j'ai encore du chemin.
Mais est-ce que j'y peux quelque chose ? Je pourrais avoir l'homme le plus gentil, simple, doux, sain du monde en face de moi que je ne tomberais jamais amoureuse de lui, or là, je suis tombée amoureuse d'un homme qui était en fait totalement déstructuré.
Mon tort a sûrement été de ne pas prendre mes jambes à mon cou plus vite. Mais en avais-je vraiment envie ? Non, j'avais envie de vivre cette relation jusqu'au bout.

J'en perds complètement l'illusion que je puisse vivre une belle relation épanouie et réciproque. Ca me semble complètement impossible.

Et cette dernière histoire n'a fait que renforcer cela. Je tombe amoureuse, quoi ? 1 fois tous les 5 ans.
Je crois avoir rencontrer mon âme soeur, un homme charmant, simple, sain, intéressant, sensible, philosophe... Et je découvre autre chose au fil du temps.

Ca n'a fait que renforcer mon idée que je ne peux pas aimer et être aimée réciproquement. Je ne peux pas vivre une belle histoire.
Mes années de psychothérapies ont été réduites en miettes dans cette histoire.

Que puis-je faire pour, déjà, mettre toutes mes chances de mon côté pour oublier vraiment mon ex, et, deuxièmement me permettre que la prochaine relation soit juste belle, équilibrée et épanouissante ?

Merci à vous

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134750

réponses