Comment aider une personne atteinte d'un trouble de la personnalité évitante ?

Réalisée par Duparchy · 6 mai 2016 Trouble de la personnalité

Après m'être renseignée sur le sujet, je soupçonne un proche d'être atteint par ce trouble. Les symptômes que j'ai pu trouver correspondent. Cette personne refuse les activités qui impliquent d'autres personnes. Elle est hypersensible au rejet et se lie très difficilement avec les gens. Elle n'a pas confiance en elle, et a peur de s'investir dans une relation. Elle montre une extrême timidité pour les relations sociales. Elle a tendance à se sentir inférieure ou décalée par rapport aux autres... Je sais que, enfant, cette personne a connu une situation de harcèlement, avec de nombreuses situations de rejets, et ou elle était rabaissée. S'il s'agit bien là d'un trouble de la personnalité évitante, j'aimerais savoir comment venir en aide à cette personne.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 6 MAI 2016

Bonjour
Il est difficile d'amener quelqu'un à consulter si cette personne ne le désire pas. Comme il peur paraître présomptueux de faire un diagnostic sur quelqu'un en s'appuyant sur ce que cette personne vous donne à voir.
Qui souffre de cette situation? Manifestement vous, puisque vous recherchez par monts et vaux (internet) à définir sa personnalité et vous allez encore plus loin à définir des troubles pathologiques.
Pour quoi ressentez-vous le besoin de l'aider? Il me semble que c'est vous qui en avez besoin afin d'être moins en difficulté face à cette personne.

Cela me fait penser : N'essaye pas d'enlever la paille dans l'oeil de ton voisin car tu ne vois pas la poutre qu'il y a dans le tien."
Se mettre en position de diagnostiquer psychiquement quelqu'un avec qui nous avons une relation affective est particulier, cela montre surement les angoisses que cette personne déclenche en nous.
A quoi cela servirait de poser un diagnostic sur elle, est-ce que vous, vous iriez mieux en suite?
Cette personne vous met manifestement en difficulté.
Parlez-en à un professionnel psychanalyste, psychologue, psychothérapeute, pour travailler sur vous, un travail thérapeutique c'est toujours et avant tout pour soi m^me si cela produit des effets sur notre entourage, c'est nous qui changerons. Nous n'allons pas en thérapie pour changer les autres mais je crois que c'est un bon motif de consultation.
Que chaque puisse se définir et se déterminer, ne laissez à personne ce soin là.

Bon courage à vous et bon travail.

Rodrigo Perinetti
Psychanalyste

Rodrigo Perinetti Psy sur Saint-Yzan-de-Soudiac

245 réponses

1532 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 MAI 2016

Bonjour Duparchy,
Je ne sais pas si votre diagnostique est juste mais je vais tenter de vous répondre en envisageant qu'il le soit.

Vous avez plusieurs solutions pour aider cette personne : peut-être l'orienter vers un professionnel, écouter votre ami sans le juger mais juste en accueillant son message, ses ressentis, en entrant dans sa "boite" (système de pensées, sensibilité, éducation, expérience..) et sans lui imposer votre "boite". En l'aidant à trouver SA solution, pas celle que vous adopteriez à sa place. Vous pouvez lui demander ce qu'elle essaye de protéger à travers cette façon d'être, qu'est ce que ce comportement lui apporte/quel besoin il comble. Est-ce qu'elle a envie de changer cela ? Peut-être pas. Peut-être que ce comportement est un rempart important pour l'instant, peut-être que ce qu'il y a derrière est trop imposant pour l'instant pour être affronté par votre ami.

Mais gardez bien votre rôle d'ami : ne tenter pas de "réparer" votre ami mais plutôt de lui ouvrir de nouvelles possibilités en sachant bien "pourquoi vous avez besoin de le faire vous ?", "En quoi le comportement de votre ami vous affecte".

Définissez-vous une place juste pour vous vis-à-vis de votre ami et qui le respecte, qui ne l'enferme pas dans votre boite mais qui ouvre ses perspectives.

J'espère que mes conseils vous aideront tous les 2.

Diane Scerri Psy sur Saint-Brieuc

35 réponses

87 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MAI 2016

Bonjour,
Il est très hasardeux de poser un tel diagnostique. Peut être que c'est une hypertimidité ou une phobie sociale ou autre chose.
La première chose que vous pouvez faire pour cette personne est de lui conseiller de consulter un professionnel.
Il serait bien qu'il trouve pour lui un accompagnement qui lui conviens. Le professionnel pourra alors faire le bilan sur ses difficultés et l'aider au mieux à les dépasser. Parfois, il n'est pas nécessaire de poser de diagnostique, il est préférable que la personne apprenne à gérer au mieux sa problématique.
La sophrologie peut être une approche qui sorte des sentiers battus et qui permet, en se focalisant sur les manifestations du problème à apprendre à le gérer. C'est une approche douce et qui se fait pas à pas pour traiter si besoin l'origine du problème quand la problématique devient supportable au quotidien.
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter.
Bonne continuation.

Jego Roxanne Psy sur Nantes

90 réponses

288 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 MAI 2016

Bonjour
vous ne nous dites pas quel est votre lien à cette personne, ce qui peut modifier les conseils.
De façon générale, c'est un beau cadeau de reconnaitre à l'autre sa souffrance, mais à condition de reconnaitre que sa souffrance a des motifs et /ou que ces comportements de défense ne sont pas une fatalité.
Il est important que la personne sache que d'autres sont maltraités mais qu'il n'y a pas de fatalité à en rester affecté. En revanche, certains en font une force pour défendre quelque chose de capital, entre humains.
Il me semble que ce changement de position vis à vis de la souffrance peut être favorisée par un travail de cure analytique.
Qu'en pensez vous ?
Cordialement
Isabelle Thomas
psychologue psychanalyste

Isabelle Thomas Psy sur Paris

664 réponses

2540 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 MAI 2016

Bonsoir,

Votre questionnement montre un intérêt bien réel pour cette personne, qui vous est proche.
Mais...pourquoi voulez-vous l'aider ? a-t-elle manifesté de la souffrance par rapport à sa façon d'être/de réagir/de vivre les relations avec les autres ? Ou c'est vous qui en souffrez à son contact ?

Il est difficile de" venir en aide" à une personne qui ne le demande pas...

Vous pouvez peut-être lui parler de ce que vous savez/ayez constaté de "gênant" dans vos relations avec elle : encore faut-il trouver les mots qui ne blessent pas, un moment propice pour que cette personne puisse vous entendre et comprendre votre souci pour elle même.

Bonne chance !
sp

Silvia PODANI Psy sur Issy-les-Moulineaux

1745 réponses

5417 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 MAI 2016

Bonjour, Le trouble que vous évoquez ne semble pas ( à approfondir) être un trouble mental, du ressort de la psychiatrie. M^me s'il est très accentué Quand une personne a traversé bien des rejets, bien des douleurs, de type maltraitance , qu elle soit psychique ou physique ( ou les deux) les stigmates sont profonds , ainsi que les conséquences sur son comportement. L'évitement est la stratégie du manque de confiance. La peur de réactiver les blessures initiales, surtout quand elles sont graves, peut donner les troubles que vous décrivez. Si votre amie se fait accompagner, il lui faudra une personne très bienveillante, dans la compassion, le coeur, un travail de patience et d'amour inconditionnel, , avec l'approche du Voice Dialogue , orientée sur les soins à l'Enfant Intérieur" , pour apaiser les blessures initiales. Une approche très délicate comme on approcherait un bébé animal blessé est nécéssaire, pour instaurer une vraie confiance et prendre soin de "l enfant blessé" qui tire les manettes de la psyché dans un corps adulte. Voir mon site Sophrociel.fr pour plus d'infos sur ces deux approches. Bien Cordialement ,

Aléna Sindilaire Psy sur Toulon

194 réponses

352 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 MAI 2016

Bonjour,
ce que vous décrivez peut correspondre à un sentiment d'infériorité, manque de confiance.... etc...mais aussi paradoxalement, et en même temps, traduire le désir inconscient de correspondre à une image de soi inaccessible, car trop idéalisée. D'où un mélange de désir et de renoncement, mélange complexe à analyser avec un thérapeute. Encore faut il que la personne soit demandeuse !
Cordialement

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

2045 réponses

5922 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 MAI 2016

Bonjour,
Je comprends votre désir d'aider cette personne. Le mieux serait de lui conseiller une thérapie neurocognitive et comportementale. Un thérapeute pourra poser un diagnostic

LE MOULLEC Sylvie Psy sur Quimper

158 réponses

401 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MAI 2016

Bonjour,

La demande doit venir de la personne concernée.

Cette personne est-elle malheureuse? N'a-t-elle jamais évoqué un mal-être ou/et une envie d'être plus heureuse?

On ne peut aider quelqu'un que s'il en fait la demande.

Cordialement


Grégory Canalès Psy sur Baie-Mahault

38 réponses

155 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MAI 2016

Bonjour,

Votre message est ambigu : le mieux, pour quelqu'un atteint d'une pathologie, est qu'elle aille consulter un professionnel. Demanderiez vous à un mèdecin comment on fait un platre, si une de vos connaissances avait un bras cassé ? (encore faut il être sûr du diagnostic...)

Ceci dit, la personne doit le vouloir pour aller en thérapie. Elle ira par elle même si son problème lui gâche la vie.

La Nature a inventé l'amitié, le copinage, le relationnel pour que la vie soit douce, pour que des liens se construisent... Pourquoi ne pas lui offrir votre amitié, tout simplement, tel que vous êtes et telle que cette personne est ?

Bien cordialement,

de Silvestri Monique Psy sur Vandoeuvre-lès-Nancy

218 réponses

419 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MAI 2016

Bonjour,
Ce type d’évitement des relations sociales peut dans certains cas être causé par un décalage entre l’image idéale que l’on voudrait (inconsciemment) donner de soi, et le sentiment de ne pas être à la hauteur de cette même image idéale. D’où, frustration, renoncement, la personne préfère éviter le regard des autres que d’être confrontée à soi-même, à ses imperfections, ses limites. Tout cela dans un jeu complexe, en grande partie inconscient.
Thérapie, oui, encore faut-il que le souhait se manifeste.
Cordialement à vous

Maurice Gaillard Psy sur Vincennes

2045 réponses

5922 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MAI 2016

Effectivement la crainte ou la peur de vivre douloureusement une situation voire une relation peut inhiber l’évocation émotionnelle ou même entrainer ce type de retrait que vous décrivez ;
Une approche psycho-corporelle suffisamment sécurisante peut permettre de se réapproprier des sensations corporelles rassurantes ; une forme de progression avec la permission de la personne concernée pourrait débuter par la suggestion de se reconnecter aux sensations vécues dans un endroit sécurisant ; ensuite proposer d’y rencontrer un ami intime dont on est sûr ; puis éventuellement la personne aimée ; puis persévérez dans la limite des permissions successives vers des situations à léger risque ; en effet ce travail demande beaucoup d’énergie mais les bénéfices seront un soutien ;
L’entourage se voulant aidant se devra de suffisamment dissocier la compréhension intellectuelle de la crainte émotionnelle appréhendée par la personne….. et s’appuyer sur un professionnel qui accompagnera ce cheminement ;

Dominique Grossi Praticien des thérapies brèves à Limoges

Dominique Grossi Psy sur Limoges

68 réponses

52 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 MAI 2016

Aider une personne qui souffre, au - delà de toute tentative de diagnostic, n'est pas chose aisée. Le diagnostic, quel qu'il soit, n'est pas le plus important dans la relation d'aide. L'essentiel est dans l'approche, le positionnement que l'on va prendre. En tant qu'ami, vous ne devez rien forcer évidemment. D'autant plus que cette personne semble plutôt "sauvage'. L'idéal serait qu'elle consulte évidemment. Mais pour cela c'est elle qui doit prendre conscience de ses troubles. Peut être qu'elle s'en satisfait après tout ! De votre côté, interrogez-vous sur votre inquiétude à son sujet. A quoi cela fait - il écho dans votre histoire et pourquoi cela vous tient - il tant à coeur de l'aider ? Quant aux troubles de l'évitement, attention aux diagnostics à l'emporte pièce. Même pour un professionnel la prudence est de rigueur. Bon courage à vous.

Marie Pierre HOUPERT Psy sur Toulouse

4 réponses

19 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 MAI 2016

Bonjour,
Vous posez un diagnostic juste en comparant ce que vous avez lu sur internet ?...

Les différents critères que vous énoncez peuvent tout à fait correspondre à une phobie sociale et non à un trouble de la personnalité évitante.

La meilleure façon d'aider cette personne est de lui conseiller de consulter un thérapeute avec une approche pluridiciplinaire, c'est à dire une thérapie intégrant plusieurs outils d'introspection.

Mais pour cela, il n'y a que cette personne qui puisse ressentir le besoin de travailler sur elle et de se donner la chance de vivre mieux dans sa vie.

Cordialement

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2944 réponses

11654 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Trouble de la personnalité

Voir plus de psy spécialisés en Trouble de la personnalité

Autres questions sur Trouble de la personnalité

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 7250 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 11100

psychologues

questions 7250

questions

réponses 37800

réponses