Dois-je porter plainte ?

Réalisée par viccct · 20 févr. 2023 Aide psychologique

Bonjour, mon témoignage risque d’être long mais il est nécessaire pour comprendre ma situation.
Les faits se sont déroulés il y a une semaine et demi.

Un soir, je suis sortie avec mes amies, j’ai beaucoup bu (une bouteille de rosé entière, plusieurs verres d’alcool au bar et des shots)…
J’étais à un état d’ivresse très élevé et j’ai croisé une connaissance qui travaille au bar où j’étais. On s’était fréquentés un an et demi plus tôt, mais j’y avais mis fin rapidement. Et je me souviens que quelques semaines plus tôt il m’avait embrassée dans ce même bar quand j’étais en état d’ivresse, j’ai regretté mais j’ai fait l’impasse dessus car ce n’était pas la première fois. Revenons à cette soirée. Je sais que je n’aurais jamais tenté quoi que ce soit avec cette personne car je la trouvais sympa mais ne voulait rien de plus, d’autant plus que je fréquentais quelqu’un à ce moment-là.
Trop alcoolisée, nous revoilà encore à nous embrasser, je ne sais comment, pas de souvenirs. Je n’en avais pas envie, mais j’ai continué à profiter de ma soirée comme si de rien était. On a dansé un peu ensemble, puis mes amis voulaient partir. Trop ivre, je ne me rendais pas compte de l’heure tardive et je voulais continuer ma soirée. Puis mon « ami » en question leur a dit qu’il me ramènerait (il l’a déjà fait plusieurs fois donc ça ne me posait pas de problème). Un fait important, il a dit toute la soirée à une de mes amies qu’il n’avait pas bu, qu’il était sobre. Si elle avait remarqué le contraire, elle ne m’aurait pas laissée avec lui. À partir de ce moment, pas de souvenir. Jusqu’au moment où je me retrouve chez lui, je ne sais pourquoi, dans mes vagues souvenir il m’a dit devoir passer chez lui chercher une trottinette pour me ramener. Puis j’ai fini dans son lit en plein rapport sexuel. Je ne sais pas comment c’est arrivé. Ni pourquoi je ne réagissais pas et ne disais pas non. Mes souvenirs sont vagues mais je me souviens qu’il m’a demandé deux ou trois fois si je voulais qu’il arrête, il devait voir que j’allais mal. Mais j’étais trop alcoolisée pour réagir, et je pense ne pas avoir répondu ou réagit. Il a continué. J’avais mal, et je n’appréciais pas le moment, mais je n’étais pas en capacité de réaliser ce qu’il se passait. Au point où je me demande comment je n’ai pas perdu conscience. Jusqu’au moment où il me semble avoir réussi à dire stop. Il me semble tout de même lui avoir fait une fellation car je voulais en finir et ne voulait plus supporter de pénétration. Je me suis forcée (s’il ne m’a pas forcée), et j’étais complètement à côté de la réalité au point où je ne savais même plus avec qui j’étais. Puis ça s’est arrêté. Il m’a demandé si je voulais dormir chez lui, je lui ai dit de me ramener chez moi. Pourquoi ai-je réussi à répondre à ce moment et pas avant ? Aucune idée, ma psy m’a parlé d’un état de sidération pendant l’acte. Il m’a ramenée chez moi.
Le lendemain, je me suis sentie très mal. Pleurs, crises d’angoisse, je ne comprenais pas ce qu’il s’était passé et n’arrivais pas à mettre de mots dessus. Aujourd’hui je me sens toujours coupable. Malgré la psy, malgré son diagnostic de trouble du stress post traumatique (quelques jours après). Je réalise une thérapie d’ICV le mois prochain. J’ai honte, et je ne sais pas si je suis légitime de porter plainte, j’ai peur de ne pas être crue, d’accuser à tort ou d’être confrontée à cette personne. J’ai déjà essayé de le confronter par message, il a remis la faute sur l’alcool, a dit qu’il avait trop bu et qu’il avait peu de souvenirs aussi (ce n’est pas ce qu’il disait à mes amis pendant la soirée, et étonnement, vérifiant l’heure de mes appels manqués, nous sommes visiblement partis juste après eux). Que je ne pouvais l’accuser de rien. Il s’est mis en position de victime et a sorti des excuses bidons. Plus tard, quand j’ai appris qu’il avait dit aux autres pendant la soirée qu’il était sobre (et qu’il le semblait totalement, mes amis me l’assurent à 100%), je l’ai confronté à nouveau… il s’est énervé en me disant que je cherchais des problèmes où il n’y en avait pas et que s’il entendait des échos comme quoi j’avais dit à d’autres gens qu’il n’était pas bourré et qu’il m’avait utilisée, là, il allait me « montrer l’autre face méchante que j’avais jamais vu »… Est-ce une menace plausible pour porter plainte ? Était-ce vraiment du viol ? Pour moi, je n’étais pas du tout consentante. Mais comme il me manque des souvenirs, je ne me sens pas légitime. J’étais aussi étonnée car cette personne passait pour une personne très gentille qui ne veut de mal à personne et je suis sûre qu’il ne me voulait pas de mal ou que ce n’était pas intentionnel, mais je commence à douter et ne sait plus quoi faire… surtout face à sa réaction. Devrais-je porter plainte malgré mes craintes et si je le fais, serai-je en confrontation avec lui ?

Merci d’avoir pris le temps de lire…

Bonne journée

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13350

questions

réponses 136950

réponses