J'ai le sentiment d'avoir quelque chose de mauvais en moi...

Réalisée par Shu · 3 mai 2020 Aide psychologique

Bonjour,

Je ne sais pas vraiment par où commencer.

Je suis un homme, étudiant de 22 ans, et j’ai le sentiment d’être mauvais. Ou du moins, d’avoir quelque chose de mauvais en moi.

Depuis la période du collège, depuis mes 12 ans, j’ai des phases de cruel manque de confiance en moi-même, et ce notamment à cause de brimades, moqueries, et autres entourant mon physique « fort » mais aussi mes fréquentations. Étant homosexuel, j’ai depuis mon plus jeune âge (6 ans) côtoyé la compagnie du sexe féminin, dont certaines sont encore des amies à aujourd’hui. En restant exclu de la plupart des cercles masculins.

Ce sentiment d’exclusion, de manque de confiance en moi s’est légèrement estompé à partir de mes 14 ans, lorsque j’ai perdu énormément de poids, ou plutôt, grandi énormément en très peu de temps. Mais tout est revenu me frapper en pleine face à mon entrée au lycée.

J’ai eu de mauvaises fréquentations en Seconde, qui m’ont amené à doubler cette dernière (par choix, ne voulant pas partir dans une branche scolaire qui ne me convenait pas). Les moqueries sont revenues, toujours à propos des mêmes choses.

Cet épisode, au lieu de m’abattre, m’a tout de même redonné confiance en moi. J’ai compris, à cet instant, que j’étais comme j’étais et que j’avais finalement des capacités intellectuelles, des capacités reconnues par presque la totalité de mes professeurs.

Cependant, ce regain de confiance s’est exprimé plutôt par un trop plein, parfois perçu comme narcissique et hautain. J’ai commencé à avoir tendance à systématiquement critiquer, contredire et blesser les autres, parfois avec des mots très durs et pensant être plus intelligents qu’eux. Une sorte de sincérité extrême, et étant impulsif, cela n’aide pas. Le fait d’avoir eu mon baccalauréat avec mention sans réviser n’a pas non plus arrangé les choses.

J’ai donc ensuite commencé mon parcours universitaire en licence d’Histoire. Et c’est à ce moment que j’ai recommencé à douter de moi, une phase dans laquelle je demeure encore à aujourd’hui. Je me suis effondré en prenant conscience du travail et des exigences du milieu universitaire. Ma confiance en moi, ce trop plein s’est brisé. J’ai validé mon année de très peu, au rattrapage qui plus est.

J’ai douté de mon parcours, et j’ai bifurqué dans une nouvelle licence. Après avoir validé cette dernière sans aller au rattrapage, je suis retourné l’année suivant en histoire, le domaine me manquant énormément. J’ai cependant vu que je n’étais pas encore totalement au point pour aller jusqu’au bout de ce cursus.

J’ai alors rencontré ce qui a été mon premier véritable amour, ma première véritable relation. J’étais toujours persuadé que je ne rencontrerais jamais l’amour. D’une part à cause de mon orientation sexuelle qui restreint les possibilités de rencontres, « d’identification » si j’ose dire, mais aussi d’autre part à cause de moi, de ma personnalité, de mon caractère.

Il m’a énormément apporté. Il m’a donné son amour, m’a aidé à remonter la pente, m’a redonné cette confiance qui me faisait tant défaut et m’a même aidé dans les moments difficiles. Ce qui l’avait attiré chez moi, c’est mon apparente timidité, ce manque de confiance et de prise d’initiative justement. Il m’a apporté le bonheur qui me manquait, et j’ai finalement connu ce sentiment d’être aimé, et surtout d’aimé.

Pendant 1 an et demi, il n’a fait que ça. Me supporter, m’encourager, prendre soin de moi, m’aider et me réconforter. De mon côté, je pensais faire la même chose pour lui, à ma manière, mais apparemment, ce n’était pas le cas, du moins plus depuis quelques mois.

Au tout début, il me disait qu’il était fier de moi, de voir que j’avais repris confiance en moi, de voir que j’étais une meilleure version de moi-même. De voir que je pouvais me trouver séduisant, me voir réussir mes études, être épanouie.

Mais après ces 2 derniers mois de disputes, notamment à cause d’une perte à nouveau de confiance en moi depuis octobre liée à mon incertitude quant à mon avenir sur le plan professionnel (entrée en master), il a finalement souhaité mettre fin à notre relation il y a quelques jours après avoir essayé de me remotiver, de me redonner cette confiance en moi.

Il m’a dit ce qu’il avait sur le cœur. À savoir qu’il n’était plus heureux depuis 2 mois, qu’il en avait assez d’être toujours là à donner de l’énergie pour deux, que je devais me ressaisir et avancer en reprenant confiance en moi. Qu’il souffrait de mon caractère, à savoir cette tendance à dire des choses méchantes quand je suis énervé, cette tendance à faire de reproche constamment, à critiquer, à me moquer, et j’en passe.

Il m’a dit qu’il m’aimait, mais que rester près de moi le faisait souffrir et le rendait malheureux. Qu’il avait besoin de s’éloigner de moi pour se reconstruire, pour aller mieux et avancer. Il a essayé de nuancer les choses, peut-être par soucis de me préserver et de me protéger en disant que je n’étais pas une mauvaise personne. Mais quand j’ai énuméré les raisons pour lesquelles il avait décidé de partir, il ne les a pas démentis.

Je lui ai dit que s’il avait ce besoin de s’éloigner de moi, c’est que j’étais objectivement le problème. Que j’apportais de la toxicité, de la souffrance, du mal-être, du malheur, de la négativité, de mauvaises énergies et un milieu anxiogène. Et qu’il ne pouvait pas le nier, moi non plus d’ailleurs. Et il a simplement répondu qu’il me remerciait de le comprendre, que je devais prendre maintenant soin de moi.

J’ai toujours eu, depuis le collège, ce sentiment qu’il y avait quelque chose de mauvais en moi. Une sorte de force qui me pousse à être méchant, à critiquer sans raison, à me moquer, à faire souffrir les personnes que j’aime, et surtout la personne que j’aime le plus.

J’ai cette image, depuis toujours dans ma tête. Je me vois, plongeant ma main dans mon torse, et en ressortant une sorte de grande boule noire. Bien que je ne sois pas du tout suicidaire, au contraire, j’ai également à des moments des images de moi, me voyant pendu, m’ouvrant les veines ou faisant une surdose de médicaments.

Toutes les personnes m’entourant attestent de la même chose. Je peux être à des moments joyeux, énergique, plein de motivation, et à d’autre, je peux être abattu, défaitiste et mauvais. Ces phases peuvent s’enchainer très rapidement, d’un instant à l’autre, en quelques secondes.

J’ai parlé de ces différents éléments à ce qui est maintenant, je suppose, je ne sais pas, mon ex-compagnon qui m’avait conseillé, ne sachant pas quoi faire, à aller consulter un thérapeute.

Mais je ne sais pas ce que j’ai réellement, je ne sais pas si quelque chose m’habite. Mais si c’est le cas, je veux me libérer, changer, m’améliorer et le vaincre.

Merci d’avoir pris le temps de me lire,

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 4 MAI 2020

Bonjour,

Vous souffrez en effet d'un manque de confiance en vous, lié à votre enfance ( peut être aussi un trait de personnalité) et à un schéma de croyances qui s'est installé au fur et à mesure des événements de votre vie comme vous le décrivez. Peu à peu vous avez renforcé en vous cette croyance fausse que vous étiez " mauvais'. D'ailleurs le terme "Mauvais" mérite d'être un peu investigué, car il a peut être une certaine signification pour vous?
Vous semblez aussi peut être souffrir d'un état dépressif; vous dites en effet que vos proches remarquent que vous avez parfois de l'énergie puis à d'autres moments vous êtes totalement abattu.
Il y aurait un travail thérapeutique à engager pour pouvoir vous soigner et ne pas répéter des situations d'échec sur le plan des études mais aussi sentimental.
Je vous propose une écoute en ligne si cela vous intéresse pour commencer.
Bien à vous,
Madame George, psychologue clinicienne ( approche psychodynamique).

Angelique George Psy sur Elbeuf

144 réponses

205 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 MAI 2020

Bonjour Shu,
J'aime beaucoup votre fine analyse de vous-même.
Je peux vous proposer mon analyse de vous lors d'une consultation gratuite de 30 mn en visioconférence.
Je fais travailler sur les positions de vie à travers le triangle dramatique de Karpman.
Pour après prise de conscience, pouvoir changer, vous libérer de votre scénario de vie.
Bon courage en cette période, Shu.
Kim-Vân, psychopraticienne

Kim-Vân Nguyen-Dinh Psy sur Paris

191 réponses

206 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 MAI 2020

Bonjour,
Ce que vous évoquez entre les brimades du collège et ce qui se passe après, ce changement d'attitude, tendance à systématiquement critiquer, contredire et blesser les autres, parfois avec des mots très durs et pensant être plus intelligents qu’eux n'est que le reflet d'une colère refoulée depuis longtemps...

Puis parcours universitaire, où là tout s'écroule de nouveau pour vous, ce qui reflète que précédemment ce n'était qu'un leurre, pas de la confiance en soi, mais une sorte de défouloir pour vous...

Je ne pense que vous soyez foncièrement mauvais, mais des blessures du passé restent encore ouvertes, on pense les oublier mais elles nous ramène toujours à notre conditionnement antérieur de manière inconsciente.

Si vous souhaitez vraiment vous libérer de ce qui vous emprisonne, je vous encourage vivement à consulter un thérapeute.
Sachez qu'il existe différentes approches thérapeutiques très différentes les unes des autres (voir mon profil).

Restant à votre disposition si vous êtes de ma région,
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5290 réponses

30179 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16000

psychologues

questions 12350

questions

réponses 132650

réponses