J'ai l'impression d'être binaire et c'est très dur à vivre

Réalisée par Epuisette · 17 févr. 2020 TDAH

Bonjour,
je ne sais pas par ou commencer , à vrai dire je suis perdue...
J'ai 18 ans. J'ai toutes les raisons d'être heureuse. Famille géniale, cadre de vie agréable, bonne santé, je n'ai pas de gros problèmes dans ma vie...
Je suis TDAH et HPI.
J'essaye de me présenter, mais c'est compliqué car j'ai l'impression d'avoir 2 moi.
Je suis tellement perdue face à mon existence, au monde qui m'entoure, à ma psychologie et à ma personne même...
J'ai l'impression d'être binaire. Et c'est très dur à vivre.
Je suis persuadée d'avoir un problème , une maladie mentale, je ne sais quoi qui expliquerait ce qui m'arrive.
Déja, petite, au plus tot que je me souvienne CE2, je voulais mettre fin à mes jours. Et ça ne m'a pas quitté sauf que maintenant lorsque ça arrive, c'est par petites "crises". Ce n'est pas que j'ai envie de commettre l'acte de me tuer, mais c'est que j'aurais aimé ne jamais exister. Je ne me sens pas à ma place dans ce monde.
Enfaite j'ai bel et bien des 'crises' qui ne sont pas des crises de paniques ou d'angoisse car je peux un minimum les repousser à plus tard et ce n'est pas de la panique c'est pire que ça. Ça part soit de tristesse soit de colère soit d'anxiété mais au final la crise est la même. C'est une crise existentielle . Dans ces moments là, c'est une autre facette de moi même qui est aux commandes. Je suis une marionnette. Et c'est là que j'ai envie de n'avoir jamais existé. J'ai donc envie de me suicider. C'est meme une évidence. Mais je ne le ferais jamais car la face de moi-même qui écrit cela lutte contre. Car moi, disons 'face normale', je suis bien je me laisse porter par la vie. Mais lorsque je laisse, par colère ou désespoir, trop de place à l'autre moi, l'autre face, (j'ai toujours envie de l'appeler Stéphanie...), je ne suis plus aux commandes ni de mes pensées ni de mes actions . Je suis spectatrice. Pendant ces crises, peu importe le motif du début, ça tourne toujours de la même manière: je me prends une vague de négativité, car je ( Stéphanie) décide alors de me rappeler TOUTES les raisons que j'ai d'être triste ou en colère. Donc je pleure sans m'arrêter, je crie ( du moins j'ai besoin de crier mais pour pas qu'on m'entende, je crie de manière muette ),quand je suis énervée j'ai une envie de violence, je me mord le point je veux détruire les éléments autour de moi (mais je ne le fais pas car ma face normale le retient ) et j'agis bizarrement :
(je ne suis plus maitre du tout des gestes et actions dont je vais parler, je ne me contrôle plus, je ne sis alors plus qu'un pantin, j'ai l'impression d'être possédée)
-je suis comme attirée vers le sol , du moins je suis comme plaquée vers le bas, donc soit allongée ( la plupart du temps recroquevillée ) par terre soit sur un lit mais je finis toujours par terre comme si je n'avais plus la force de tenir droite.
- je ne peux évidemment pas m'arrêter de pleurer de douleur pour toutes les raisons du monde car mon esprit ressasse tous mes malheureuses passés, présents et futurs et ceux de la terre entière ( c'est pas compliqué pour moi d'être triste, surtout pour les autres, je suis hypersensible au plus haut point).
- je ne contrôle pas mes pensées et il s'y passe des choses très étranges. Même si c'est ma voix, ce n'est pas moi qui parle (pense), surement Stephanie mais c'est comme des pensées extérieures . Bien sûre je me dis toutes sortes d'atrocités. Mais j'ai aussi comme des bugs. Je me répète parfois la même phrase en boucle , même lorsqu'elle n'a aucun sens, soit en m'entendant la dire dans ma tête soit en la chuchotant. C'est souvent des phrases du type "c'est difficile ..............." . Et ces répétitions de phrases sont accompagnées de

-répétition de gestes en bugs. Soit c'est comme des spasmes / gestes nerveux, de type jambe qui bouge en répétition , soit c'est des gestes plus précis et parfois vraiment étranges, comme un personnage de jeu vidéo qui bug ( par exemple un geste comme si je reposais un objet devant moi en répétition , accompagné de paroles ou pensées ou non).
-parfois les gestes sont encore plus bizarre , du type avoir la tête bloquée à droite et faire des mouvements de têtes mais que vers la droite car elle est comme 'programmée'. Les gestes sont souvent assez violents et reproduisent comme ceux d'une personne possédée dans un film. Je sais que je suis effrayante dans ces moments là et je m'effraie meme moi meme et en meme temps, j'en suis comme complice...
-souvent ma respiration se bloque et je m'en rends compte après quand je la reprends. Mais c'est comme si c'était moi qui me bloquais le respiration, en le fessant exprès mais en meme temps c'est pas vraiment moi qui le veux ( là est tout le paradoxe et toute la complexité ...)
-je suis, il faut le dire, assez pathétique, je rampe par terre, je ne respire parfois plus, je fais des gestes étranges, dis des choses (parfois incohérentes) étranges , pleure et cris silencieusement , bave presque... enfin bon je suis une épave.

- je m'aveugle de tout ce qui est positif et me rends heureuse, je n'ai plus aucun espoir et aucune croyance en rien je perds la communication avec moi meme .

Pendant ces crises j'ai l'impression d'être folle ( quand j'y repense après, surtout ) et je ressemble surtout à une folle, ça c'est une certitude.

Ça ne peut durer que 20 min mais je dirais que ces crises durent en moyenne 1h.
CE QUI EST IMPORTANT À SAVOIR :
* Apres coup, je suis plus du tout, du tout dans le même état d'esprit. Progressivement. Je redeviens "normale". Je suis plus apaisée qu'avant, souvent . Souvent frustrée de qui j'étais pendant la crise. Je n'ai plus du tout envie de disparaitre, de mourrir. Apres, j'ai quand meme l'habitude de vivre ces crises donc je m'accepte, je trouve pas ça grave et puis j'essaye surtout d'être gentille avec moi meme après cette violence. Mais ces derniers temps, je cherche à savoir quelles sont ces crises, pourquoi pendant celles ci j'agis comme ça et pourquoi j'ai l'impression qu'une partie enfouie de moi meme prends alors le contrôle.
*Donc j'ai essayé de me renseigner mais je ne sais pas ce qui va de travers chez moi. Et honnêtement, il y a quelque chose.
*Je suis tellement dans un autre état d'esprit que j'ai honte de ce que j'ai pu laisser passer . Par exemple, si j'ai parlé à ma mère juste après une crise ( donc pas encore complètement dans ma phase normale mais dans une phase d'entre deux qui se veut honnête et qui veut parler de ce qui m'arrive et de mon inquietude par rapport à mon comportement ), et j'ai laissé échappé un élément de ma crise, plus tard je le regretterais énormément . Par exemple, il y a plus d'1 mois, après une crise, j'étais alarmée de ce qui s'était passé durant celle ci. J'ai encore cherché des éventuelles réponse sur internet mais je ne trouve rien qui se rapproche de près ou de loin a mon cas. Sur un coup de tete d'honnêteté, je suis allée voir ma mere et lui ai dis que je pensais avoir un trouble psychique ou mental, je ne sais pas lequel. Elle a assez mal réagit, surement très inquiète, et m'a dis que j'avais lu trop de choses sur internet, et que c'était normal si j'avais lu un truc que je m'y identifie car je trouverais toujours des ressemblances et qu'en plus les schizophrènes présentent des symptômes similaires aux HPI. Mais c'est plutôt l'inverse, pour moi. Je sais que j'ai un truc, je ne sais pas quoi, et je ne trouve rien sur internet. Enfin, et quand elle m'en a reparlé quelques jours après, ca m'a totalement frustré, énervé exaspéré, embarrassé. J'avais pas envie d'en parler, cette phase était finit pour moi, j'avais honte de lui avoir dit. Je regrettais, car elle ne sait pas que ce que j'éprouvais quand je lui en avais parlé était une autre facette de ma personne complètement différente de celle actuelle. C'est ça qui est compliqué... Je ne peux pas renier ce que j'éprouve, meme si c'est que lors de crises, donc rarement par rapport à ma face normale au quotidien. Mais il n' y a que lors de ces crises et quelques minutes ( ou heures) après que je veux en parler, trouver ce que j'ai et des solutions. Le reste du temps, je n'y pense meme plus et je déteste qu'on vienne m'en parler car je n'étais pas moi meme ( du moins, pas normale) quand j'ai pu en parler un peu à quelqu'un que je connais. Et si je le dis à quelqu'un , cette personne ne me regarde plus pareil, me le rappelle après coup, s'inquiete ( ma mere) et me catégorise. On me regarderais comme la suicidaire. "Mais c'est très grave!", me dit on si je l'évoque. Mais non, ça ne l'est que lorsque c'est Stephanie qui est là.

*Bon dernières petites choses.
Je prefere que l'on ne me réponde pas plutôt que de me répondre de voir un psychologue ou un psychiatre. Je vois deja les deux. C'est vrai, je n'en ai jamais parlé à ma psy mais, comme je l'ai dis, je n'aime pas en parler lorsque je suis normale. Et j'en ai parlé à mon psychiatre mais sans mentionner l'envie de mourrir et l'impression que c'est une autre facette de moi meme qui contrôle ces crises. donc assez brièvement mais il n'a pas l'air ni de s'inquiéter ni de s'y intéresser particulièrement. Je ne le vois pas pour cela d'ailleurs. J'y viens. Mais pour revenir aux psychologues, j'en ai vu je pense une petite dizaine dans ma vie pour diverses raisons et celle que j'ai actuellement est la seule à m'avoir convenu et je ne souhaite, comme je l'ai dis, vraiment pas lui en parler...
* Je suis sous médication pour mon TDAH (methylphenidate) et depuis décembre dernier je suis sous deroxat à cause de mon anxiété (je n'étais pas en train grande forme morale non plus...). C'est donc pour cela que je vois mon psychiatre.

Je pense que j'ai tout dis... Je suis désolée d'avoir autant écris mais ça m'a aussi été utile de le taper pour mettre des mots sur ce que je peux vivre.
Excusez moi pour les fautes possibles, je ne me relis jamais, sinon j'ai tendance à vouloir tout réécrire.

Merci de vos réponses et je me doute bien que vous ne devez pas être en mesure d'apporter des réponses à mon questionnement ( qu'est ce que j'ai?) mais ce n'est déjà ça d'avoir quelques conseils .

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 7 MARS 2020

Bonjour,
Vous êtes-vous demandée pourquoi vous nommez "l'autre" Stéphanie ?
Bien à vous
Sylvie Protassieff
Psychologue clinicienne - Psychothérapeute – Psychanalyste (Paris)

Sylvie Protassieff Psy sur Paris

809 réponses

612 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en TDAH

Voir plus de psy spécialisés en TDAH

Autres questions sur TDAH

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16000

psychologues

questions 12350

questions

réponses 132600

réponses