Pensée qui me terrifie , je reposte car je n'est pas eu de réponse précédemment.

Réalisée par Aureli56 · 6 févr. 2024 Aide psychologique

Bonjour, voilà 15 mois que je suis maman d'un petit garçon
Un petit garçon adorable et pleine de vie. Une grossesse désirée mais beaucoup de complications pendant ma grossesse. Voilà que depuis que j'ai accouché. J'ai des pensées qui me terrifie. Peur de faire du mal peur de le frapper , peur etc .. ça a commencé dès la naissance de mon fils. J'en avais jamais parlé à personne par peur d'être juger. Elles sont constante. Avant c'était tous les jours j'avais du mal à me le sortir de la tête aujourd'hui elles sont moins présentes mais toujours là. Quand je regarde mon bébé je me vois en train de lui faire du mal c'est terrifiant.. cela s'est passé aussi avec mon conjoint je me voyais en train de l'étrangler etc . J'avais peur d'être venu pédophile aussi quand je changer mon bébé. Ou alors quand je voyais des enfants. J'avais l'impression de devenir folle.
Je ne sais plus quoi faire est-ce que je suis devenu folle. Pourtant j'aime mon bébé plus que tout . J'aimerais que c'est pensée disparaissent . Comment faire svp ? Merci à vous de

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 13 FÉVR. 2024

Bonjour,

Ces pensées obsessionnelles peuvent être bien travaillées en thérapie, notamment grâce à la TCC, à l'hypnose et à différentes techniques de thérapie brève qui vous permettront d'y faire face. Le déclencheur de ce problème réside certainement dans quelque chose qui était latent en vous et qui s’est activé avec l’accouchement et le post-partum. L'origine peut être chimique, génétique, physiologique ou psychologique. La tendance à développer ce trouble peut être héréditaire. L'aide professionnelle vous permettra d'analyser les causes et vous donnera des outils pour combattre les symptômes.

Je reste entièrement disponible pour un accompagnement à distance ou en cabinet, bien à vous,

Nilton Mascarenhas,
Praticien en Hypnose Ericksonienne et Thérapies Brèves.

Nilton Mascarenhas Psy sur Paris

444 réponses

3391 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

27 FÉVR. 2024

Bonjour,

Ce que vous traversez semble être des symptômes de phobie d'impulsion, qui semble être apparues avec la naissance de votre enfant. Les complications de la grossesse ont pu également générer des angoisses en lien avec votre enfant, comme la crainte de le perdre, de lui faire involontairement du mal (certaines mamans qui perdent un enfant ou dont la grossesse est compliquée peuvent ressentir un sentiment de culpabilité) ayant amené à une telle phobie.

Le fait est que ce sont "seulement" des pensées, qui vous culpabilise certes beaucoup, et cela ne signifie pas que vous passerez à l'acte, et ça ne veut pas non plus dire que vous êtes une mauvaise mère ou une mauvaise compagne. En revanche, ça peut vous amener à perdre confiance en vous, à penser que vous êtes une mauvaise personne, que vous êtes folle... Il me paraît donc important (voire nécessaire) de consulter le thérapeute de votre choix afin de pouvoir avoir un regard extérieur sur tout cela, pour vous rassurer et vous apaiser.

Paule Duvignaud Psy sur Villefontaine

41 réponses

33 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

26 FÉVR. 2024

Chère madame,

Vous êtes confrontée à des pensées indésirables et angoissantes dans lesquelles vous vous voyez en train de faire du mal à votre enfant et à votre conjoint. Ces pensées sont terrifiantes et hors du contrôle de votre volonté, il y a de quoi être bouleversée par ce que vous vivez.

Ce que vous décrivez sont les symptômes d’une phobie d’impulsion.

Les personnes souffrant de ce trouble subissent des pensées indésirables, récurrentes, qui les entraînent vers des scénarios imaginaires souvent violents. Ces pensées violentes ne reflètent ni votre réalité consciente, ni vos intentions réelles et l’amour sincère que vous portez à votre enfant ne saurait être remis en question.
Les phobies d’impulsions sont des troubles qui se traitent, il est important que vous ne restiez pas seule avec vos doutes et votre souffrance. La volonté seule ne suffit pas à faire disparaître ces pensées angoissantes, il est nécessaire de vous faire aider.
L’accompagnement proposé dans le cadre des phobies d’impulsion est souvent multidisciplinaire : thérapie comportementale et cognitive, psychanalytique pour revenir à la source de ce trouble et médicamenteuse si besoin.

Vous avez fait un premier pas en vous exprimant sur ce site, vous devez continuer votre mouvement en faisant appel à un professionnel de l’accompagnement psychologique qui pourra vous aider à sortir de ces pensées intrusives.
Tout l’amour que vous ressentez pour votre enfant et votre conjoint sont une force sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour poursuivre votre chemin vers la guérison.

Bien chaleureusement
Déborah Brauner

Déborah Brauner Psy sur Paris

3 réponses

5 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie56,
votre message me touche, et je comprends vos peurs par rapport à vos pensées.
Ces pensées sont arrivées avec votre enfant ou elles étaient présentes auparavant, car vous parlez aussi de penser envers votre conjoint.
Pour comprendre d'ou viennent ces pensées, il serait nécessaire de creuser et de regarder d'ou elles peuvent venir. La naissance de votre enfant a du réveiller une blessure ou un trauma chez vous.
Vous êtes consciente de ses pensées et elles ne restent que au niveau de pensées donc c'est déjà un point très positif.
Vos pensées n'ont rien à voir avec l'amour que vous portez à votre bébé mais il est important que vous puissiez identifier d'ou viennent ces pensées et pour cela je pense qu'un accompagnement pourrait vous être utile.
Bien à vous
Anne-Sophie

Anne-Sophie Lohio Psy sur Saint-Maur-des-Fossés

73 réponses

26 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,

Je vous invite à revisiter votre passé, ces pensées qui vous traversent ont très probablement pris leur source lorsque vous étiez enfant, voire dans la toute petite enfance, peut-être même lorsque vous étiez bébé.
Je fais l'hypothèse que vous avez été victime de maltraitance directement vous concernant ou spectatrice d'un frère ou d'une sœur maltraité, d'un autre enfant ou d'un parent sur un autre parent.
Des images peut-être très enfouies qui ressurgissent là maintenant que vous êtes devenue maman.
Avez-vous souvenir de traumatismes, d'abus ou de violence ?

Que vous ayez ou non des souvenirs je vous invite à vous faire accompagner par un-e thérapeute afin de soigner des traumatismes conscients ou inconscients par toute méthode telle que l'hypnose, l'EMDR (Eyes Movement Desensitization Reprocessing), TIPI (Technique d'Identification des Peurs Inconscientes), NERTI (Nettoyage Émotionnel Rapide des Traumatismes Inconscients) ou toute autre technique propre à chaque thérapeute.

Restez confiante, vous allez trouver des solutions, retrouver la sérénité et l'apaisement intérieur pour vous épanouir pleinement dans votre maternité et votre vie de famille.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez approfondir ces questions.
Claire Thomas
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1849 réponses

2046 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 FÉVR. 2024

Bonjour Aurelie,

Vous pouvez regarder sur le site la maison des maternelles une émission consacrée à votre problématique. Vous allez dans la rubrique: être parents puis: " J'avais peur de vriller et de faire du mal à mon bébé"
Vous aurez des réponses à vos questions.

Votre situation est peu connue mais fréquente. Faites vous aider par des professionnels bien informés sur ce sujet. Certaines maternités ont un service spécialisé.

Prenez soin de vous , avec sérieux et sans culpabilité.
S.Filleul. RDV sur Crenolibre.
Psychanalyste.
Evry Courcouronnes.

Sandrine Filleul Psy sur Evry

648 réponses

306 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,

La phobie d'impulsion est un trouble anxieux obsessionnel qui se développe chez des personnes sensibles, sur un terrain anxieux et perfectionniste avec peur de mal faire (ou de faire du mal) et un grand besoin de contrôler (= une grande peur de perdre le contrôle).
La peur de faire du mal dans une relation est alors proportionnelle à l'investissement affectif : quand vous étiez un simple couple parental cette peur se portait sur votre conjoint, maintenant que le bébé est là cela se reporte votre relation à lui, que vous avez beaucoup investie ("j'aime mon bébé pus que tout").
Il serait judicieux d'entreprendre une psychothérapie intégrative qui allie à la fois les TCCs + des outils de lâcher prise + des outils analytique (pour explorer comment ce terrain s'est mis en place dans votre histoire et comment vous pouvez aujourd'hui faire autrement).
Bien à vous,

Caroline GORMAND
Psychothérapie intégrative, thérapie systémique du couple et de la famille, coaching relationnel

Caroline Gormand Psy sur Clermont-l'Hérault

1835 réponses

2613 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,
Je vous conseille de consulter un psychiatre et de lui évoquer franchement vos symptômes. De ce que vous décrivez, il n'y a pas de signe de dépression. Une problématique qui est la psychose puerpérale pourrait expliquer vos pensées "bizarres". N'hésitez pas à évoquer cette piste avec votre psychiatre. Cela se soigne très bien et vite (A l'aide de médicaments).
Bon courage!
Frédéric DUQUEROIS
Psychopraticien en Analyse Transactionnelle
Adultes et Couples, en Individuel et en Groupe
Nantes

Frédéric Duquerois Psy sur Nantes

231 réponses

67 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,

Les pensées que vous avez envers votre tout-petit correspondent à une phobie d'impulsion. Au bout de quinze mois après sa naissance, vous êtes toujours dans un état d'anxiété exacerbé, souvent devenir maman génère une profonde pression et une remise en question difficiles à maitriser; vous semblez être en dépression dite post-partum et il est capital de ne pas rester dans cette situation de grande détresse masquée car vous redoutez le jugement d'autrui, vous vous battez seule contre ces pulsions destructrices et vous vous épuisez. Par ailleurs, votre petit enfant ressent vos éprouvés contrairement à ce qu'on peut imaginer.
Même lui apporter les soins corporels visiblement vous est un acte difficile, vous vous percevez comme "pédophile" car sans doute attirée par ce petit corps sans défense. Ce n'est pas le cas, rassurez-vous.
Vous ne contrôlez pas vos pensées et vous avez cette impression de devenir folle ( je cite vos propres termes). Il ne s'agit apas de folie mais un symptôme d'alarme à considérer car il révèle pleinement votre peur panique de ne pas parvenir à maitriser votre agir au quotidien.
Je retiens également que vos pulsions agressives ne sont pas que la résultante de l'arrivée de Bébé et la révélation de pulsions intrusives montrant votre conflit psychique; vous parlez aussi de violence potentielle envers votre conjoint, du moins de pulsions.

Vous n'avouez rien car vous vous sentez honteuse, coupable et dans la culpabililité mais seule il est impossible de osu exraire de cette spirale infernale n'ayant que trop durée; vous devez consulter au plus vite, votre message transcrit cette volonté, cette conscience du dangeret la nécessité d'exhumer sa cause profonde par la thérapie analytique afin de vous comprendre, de savoir pourquoi vous êtes hantée ainsi. Souvent, il s'agit d'un grand stress, d'un traumatisme refoulé dans votre inconscient et tentant de ressurgir depuis ce cap où vous avez endossé le rôle délicat de maman.

Il existe un trouble de grande anxiété et une névrose exacerbée en dépression post-partum, révélateurs de quelque chose d'archaïque, de profond inérent à votre propre construction identitaire. C'est par le travail introspectif que vous apprendrez à vous connaitre et aussi à décharger les émotions négatives de certains souvenirs et états d'être, chère Aurélie.

Cette démarche est urgente déosrmais, pour créer du lien entre vous et votre bébé que vous aimez par ailleurs.

Je reste à votre écoute, en téléconsultation, en toute bienveillance et avec empathie.

Vous avez fait le pas le plus difficile en vous livrant ici, je vous encourage à poursuivre ce cheminiment pour endiguer ces pulsions d'agressivité et de destruction par voie de fait.

Bien cordialement.

Bénédicte ESCARON
Psychanalyste
Thérapeute d'aide à la parentalité et de la famille.

Benedicte Escaron Psy sur La Haye-d'Ectot

882 réponses

8085 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Les pensées que vous éprouvez, bien que profondément troublantes, sont des pensées intrusives, souvent observées dans des contextes tels que la dépression post-partum ou l'anxiété. Ces pensées, aussi pénibles soient-elles, ne définissent pas votre caractère et ne prédisent pas vos actions. Elles constituent une réponse psychologique courante aux changements profonds et au stress qui accompagnent le rôle de nouveau parent, amplifiés par les changements hormonaux et émotionnels de la période post-partum.

La combinaison de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et de la psychanalyse pourrait être particulièrement bénéfique pour vous. La TCC peut vous aider à traiter la détresse immédiate causée par ces pensées, en vous enseignant des stratégies pour les gérer et les recadrer. La psychanalyse, quant à elle, nous permettra d'explorer des questions sous-jacentes plus profondes, peut-être liées à l'anxiété et aux peurs qui sont à l'origine de ces pensées, offrant ainsi une approche globale de la guérison.

Dans mon cabinet, je propose un mélange de ces thérapies, en adaptant l'approche à votre situation unique. La consultation initiale est gratuite, ce qui permet de commencer confortablement notre voyage vers la compréhension et la gestion de ces pensées intrusives, dans le but de restaurer votre tranquillité d'esprit et votre plaisir d'être mère.

Lorena Salthu
Conseils téléphoniques personnalisés. Urgences pendant le weekend
Psychopraticien -Coach de vie-Psyconeuroimmunologist -Psychanalyste
Séances en ligne ou en présentiel.
Français, English et Español

Lorena Salthu Psy sur Paris

762 réponses

2547 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,
Ces pensées intrusives doivent effectivement être extrêmement pénibles pour vous. La démarche de poser cette question a dû vous demander du courage. C’est un premier pas de pouvoir vous confier à des professionnels et être aidé sans jugement.
Les pensées obsédantes, comme celles que vous avez sont en lien avec un trouble anxieux, et s’apparente à un trouble obsessionnel compulsif.
Ces pensées ne sont que des pensées, et nos pensées bien souvent nous jouent des tours et ne correspondent pas à la réalité. Ce n’est pas parce que vous avez ces pensées que vous allez faire du mal à votre petit garçon ou à votre conjoint. Au contraire, vous décrivez très bien l’amour que vous portez à votre fils.
Vous indiquez que vos pensées sont toujours là, mais moins présentes. Y-a-t-il quelque chose qui vous aide pour cela ?
Je vous propose quelques pistes pour vous aider :
- Essayez de vous connecter à vos valeurs : qu’est-ce qui est important pour vous et qui donne du sens à votre vie : qu’est-ce que vous voulez pour vous, pour votre couple, pour votre enfant ?
- Ne cherchez pas à faire disparaître ces pensées : plus vous les éviterez, plus elles seront présentes.
- Acceptez que vous avez ces pensées : ce ne sont que des pensées, ce n’est pas la réalité. Ce n’est pas parce que vous avez ces pensées que vous allez faire du mal à votre enfant car c’est de l’amour que vous ressentez pour lui. Ok, vous avez cette pensée, et même si vous avez cette pensée, vous ne ferez pas de mal à vos proches. Essayez de penser à vos valeurs, à ce que vous voulez être et faire avec votre fils, et essayez d’agir en fonction de ces valeurs (par exemple jouer avec lui, lui lire une histoire,…)
- Comme ces pensées sont en lien avec une anxiété, vous pouvez effectuer des techniques de relaxation (yoga, exercices de respiration comme la cohérence cardiaque), la méditation pour vous connecter à l’instant présent.
Vous pouvez essayer seule d’atténuer l’impact négatif voire terrifiant de ces pensées, mais ce sera certainement long et difficile. Un accompagnement à l’aide d’un professionnel pourrait vous aider plus rapidement. Pour cela, plusieurs thérapies sont efficaces, et notamment les thérapies cognitives et comportementales.
Je vous souhaite de vous sentir plus apaisée et de pouvoir profiter sans angoisses de votre vie de famille et de votre enfant.
Bien cordialement,
Nathalie ARSICAUD
Psychologue et psychothérapeute en Thérapies Cognitives et Comportementales

Nathalie ARSICAUD Psy sur Gond-Pontouvre

4 réponses

8 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,

D'après ce que vous décrivez, il semble que vous souffrez d'une "phobie d'impulsion".
Contrairement à ce que son nom indique, il s'agit d'un Trouble Obsessionnel Compulsif qui se traduit par l'intrusion de pensées non désirées, obsédantes et qui causent de l'anxiété et de la détresse.

Vous avez peur de faire du mal à autrui et notamment à votre enfant. Rassurez-vous, vous ne passerez pas à l'acte tant vous êtes terrifiée d'avoir ce type de pensées.
En revanche, votre anxiété est telle que pour la diminuer, vous pouvez commencer à développer des rituels ou à éviter les situations en lien avec votre obsession, ce qui peut devenir gênant dans votre vie quotidienne.

Les TCC sont une excellente méthode pour y remédier. Elles vont vous aider à gérer votre anxiété, à modifier vos scénarios de catastrophe afin de retrouver des pensées réalistes et à neutraliser vos rituels si vous en avez déjà mis en place.

Enfin, ayez en tête qu'il est normal d'avoir des pensées bizarres ou farfelues, que l'on ne peut pas contrôler. On n'est pas fou pour autant !
Vous n'êtes pas vos pensées, elles sont un outil et vous pouvez apprendre à les remettre à votre service.

Prenez soin de vous,
Sandrine Loisel
Psychopraticienne en TCC

Sandrine Loisel Psy sur Luc-sur-Mer

3 réponses

2 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Bonjour Madame,

N’ayez pas peur… vous n’allez jamais faire du mal à qui que ce soit…
Mais ces pensées intrusives, obsédantes et anxiogènes vous font du mal à vous même, et prennent beaucoup de place dans votre tête.

Il serait bon de soigner cette phobie qui vous fait souffrir : les TCC (thérapies cognitives et comportementales) sont très indiquées pour cela.

Vous pouvez aussi demander à votre médecin traitant un traitement anxiolytique, à prendre avec parcimonie, avant que la thérapie puisse faire ses premiers effets bénéfiques.

Vous pouvez aussi faire des exercices de respiration, de la cohérence cardiaque, de la méditation et aussi l’effort de vous concentrer sur les actions et activités en cours pour détourner vos pensées intrusives.

Je vous souhaite d’arriver à trouver plus de confiance en vous et à vous débarrasser de ces pensées qui vous encombrent et qui n’ont pas lieu d’exister.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4156 réponses

11451 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie.
Il s’agit très probablement d’un « phobie d’impulsion », quoique donner un nom à ce qui se produit ne change pas grand-chose.
On peut aussi dire qu’il y a des pensées, toxiques, qui se sont installées en vous et qui viennent vous parasiter. Et que ces pensées, dans certaines conditions, prennent du pouvoir sur vous. Vous n’êtes pas folle, mais ces pensées vous font croire que vous êtes devenue folle. Si vous étiez folle, vous n’auriez pas écrit ce message, par exemple.
Ces pensées se sont sans doute installée suite à votre histoire de vie. Et elles obéissent à un mécanisme précis, qu’il est possible d’enrayer. Une bonne démarche serait d’une part de prendre soin de la partie de vous qui a été blessée dans votre histoire de vie, et d’autre part d’enrayer le mécanisme qui préside à ces pensées, ce qui se fait bien en thérapie brève, en particulier grâce à l’hypnose et l’approche systémique. Consulter un professionnel vous permettrait de vous libérer de ce poison.
Je suis bien sûr à votre disposition si vous souhaitez aller plus loin dans cet échange.
Guillaume Lemesle
Hypnose – Thérapie brève – En présentiel et en visio.

Guillaume Lemesle Psy sur Sèvres

90 réponses

356 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,

Vous n'êtes pas folle mais dans une période d'angoisse dont vous constatez d'ailleurs qu'elle est moins forte qu'au début. Cela peut arriver après l'accouchement. Vous êtes peut-être d'ailleurs assez angoissée, voire perfectionniste de nature.
Il ne faut pas trop vous inquiéter, ces pensées sont des TOC qui traduisent cette anxiété et ce manque de confiance en vous. Comme tous les angoissés vous envisagez toujours le pire et vous l'anticipez. Globalement vous avez peur de perdre le contrôle de vous même. En fait cela est un "sentiment" et non quelque chose que vous allez commettre.
Dans un premier temps il faut en parler à votre généraliste qui pourra éventuellement vous donner un traitement léger contre vos angoisses. Vous devriez aussi vous faire accompagner par un thérapeute qui vous aidera à comprendre comment vous fonctionnez, quelle est la part somatique et la part psychosomatique. D'ores et déjà ne discutez pas avec ces pensées qui ne sont pas le reflet de votre personnalité mais seulement de votre angoisse. Chassez les en fixant votre attention sur autre chose, sur des images positives mais surtout ne vous laissez pas entrainer dans des discussions interminables avec vous même.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

3891 réponses

20323 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

13 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie,
Ce que vous décrivez se nomme "phobie d'impulsion". Il serait important de consulter un thérapeute, mon approche intégrative permet parfois en quelques séances de résoudre le problème et notamment reprendre cette grossesse difficile, avec des techniques spécifiques : EMDR ainsi que des techniques de régulation émotionnelle (voir mon profil).

Cordialement
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5290 réponses

30179 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

13 FÉVR. 2024

Bonjour Aurélie, il s'agit certainement de phobies d'impulsion (dans ce cas il n'y a pas de risque de passage à l'acte) mais il serait préférable d'en discuter dans un premier temps avec votre généraliste ou à un psychiatre qui pourront le confirmer. Vous pourrez ainsi envisager ensuite un suivi en psychothérapie pour vous accompagner et vous aider à en comprendre les causes. Bien cordialement. Isabelle Ternet Gestalt Praticienne.

Isabelle Ternet Psy sur Massy

2 réponses

1 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16000

psychologues

questions 12350

questions

réponses 132650

réponses