Forte capacité à comprendre/connaître les autres, et une forte empathie

Réalisée par Lumya · 7 juin 2016 Approches psychologiques

Bonjour, j'ai 19 ans, je vous contacte car depuis longtemps j'hésite à consulter un psychologue. Et c'est toujours le cas..! J'ai déjà envoyé une demande à une psychologue d'ici, près de chez moi, mais pour maximiser mes chances de réponse je reposte ici, désolée si je n'aurai pas dû ?


Désolée ça va être très long et brouillon mais je ne sais pas comment synthétiser tout ça !



J'ai eu des problèmes pour m'intégrer jusqu'au lycée : en primaire ça allait, bien que je me sentais plus mature que les autres - et je préférais les observer que jouer avec eux, au collège c'était juste horrible, j'étais rejetée, je me méprisais, et au lycée j'ai enfin trouvé ma place. Je me suis souvent sentie à part et parfois encore ça m'arrive. J'ai donc hésité au collège à demander à voir un psychologue, mais j'étais têtue et au fond et voulais me débrouiller seule. Je n'en ai donc pas vu.



Le lycée s'est très bien passé, je me suis cherchée, en partie trouvée (beaucoup d'introspection en fait). Mais j'ai toujours un truc qui "bloque". J'ai l'impression de voir le monde différemment, d'appréhender les gens différemment. Comme avec énormément de recul.



On vient souvent me demander conseil, me demander mon avis, se confier à moi, chercher du réconfort, de l'écoute auprès de moi et on me dit souvent "tu me comprends mieux que les autres", "tu es la seule à me comprendre" des choses comme ça. Je suis très très curieuse, j'adore apprendre, comprendre ce et ceux qui m'entourent. Ça me fait donc très plaisir qu'on me dise ça, et j'adore qu'on me raconte des histoires vécues.



Et c'est là que je me sens "à part" : je suis toujours en train d'analyser, essayer de comprendre le pourquoi du comment de chaque attitude. Je vais beaucoup questionner les gens pour en apprendre le plus possible sur eux. Et tout naturellement ils en viennent à se confier à moi car ils savent, je ne sais pas comment car je ne le leur dit pas forcément, que je garderai tout pour moi.



Résultat, j'ai l'impression de les connaître plus qu'ils ne se connaissent eux mêmes. Je sais comment ils vont réagir dans chaque situation, j'arrive à comprendre, j'ai l'impression avec quasi certitude, ce qu'ils ressentent dans une situation donnée. Voire à le ressentir moi-même. Je me trompe parfois, mais souvent, je suis dans le vrai.



Et ça me fait peur en fait, car si je demande un service, ou quelque chose du genre, je sais à l'avance leur réponse. Et je sais comment le demander de manière à ce qu'ils acceptent, à ce que ça ne les dérange pas. Comme de la manipulation. Du coup parfois je n'ose pas demander parce que j'ai l'impression de les manipuler. Je sais que si je demande, ils vont accepter, ou que ce n'est pas la peine de demander car ils refuseront. Avec une marge d'erreur quand même mais voilà...



C'est vraiment gênant, parfois j'ai besoin de quelque chose, qui pourrait embêter la personne (long trajet, emprunter de l'argent, par exemples purement fictifs, je n'en ai pas en tête). Je suis obligée d'observer alors avec énormément de détails la personne une fois ma demande posée pour savoir si au fond ça peut la déranger car souvent, la réponse à ma demande est oui. Du coup j'insiste "c'est vraiment si tu veux hein sinon je me débrouille !" et à la moindre hésitation de leur part je me rétracte. Mais je dois moi-même aller chercher cette hésitation, car ils ne la montrent pas et acceptent sinon. Ce recul que je peux avoir peut me rendre, si je ne fais pas attention, profiteuse, manipulatrice en fait..... Et je ne veux pas être comme ça.



J'ai l'impression d'être extérieure à la société en fait. Pas tout à fait mêlée aux autres... Et je ne sais pas quoi faire. J'ai l'impression que c'est une étape "au dessus" d'être capable d'en apprendre autant sur des personnes, amis comme quasi inconnus, et que ce serait comme une régression de ne plus le faire. Mais en même temps, j'ai l'impression que c'est trop, que je ne devrais pas pouvoir faire ça. Ni le faire. Voilà mon problème... Je ne sais pas si ça vaut le coût de consulter ? Ce sont plus des interrogations personnelles qu'un problème psychologique "invivable". Je me sens intégrée maintenant, j'ai pas mal d'amis proches, et moins proches, je suis heureuse. Mais ce que je vous ai exposé, ça m'embête, d'un point de vue "moral" je suis obligée de me contrôler, de faire attention à ce que je dis car j'ai l'impression de pouvoir tirer ce que je veux de ceux qui m'entourent. Je veux en savoir plus sur un sujet, je n'ai qu'à poser la question et j'aurai ma réponse. J'ai besoin d'un service, je n'ai qu'à demander et on me répond oui. Pas toujours, mais souvent.



J'ai l'impression de voler le libre-arbitre de ceux qui m'entourent si je me laisse faire et j'en culpabilise... Mais en même temps je n'ai pas envie d'arrêter de chercher à comprendre mon entourage...



Et j'ai un deuxième questionnement. Plus spécial. J'ai l"impression de ressentir les émotions de ceux qui sont près de moi. Pas toujours, pas constamment, parfois aucune émotion pendant une certaine période, et plus ou moins selon les personnes. Je ne sais pas si j'interprète inconsciemment des petits signaux, et du coup je m'approprie leurs émotions, ou si je les ressens réellement. Mais c'est tellement surréaliste que ça me perturbe. Je suis très très sensible aux émotions des autres. J'en avais parlé sur un forum de gens très ouverts et une personne m'a parlé du don d'empathie. J'ai fais des recherches là dessus et je suis tombée sur ce site (http://www.espritsciencemetaphysiques.com/30-traits-caractere-dun-empathe-comment-savoir-etes-personne-empathique.html) . A quelques détails près, ça me décrit exactement. On va dire à 94%. Mais je n'aime pas le terme de don, j'aimerai une explication plus scientifique et pas surnaturelle, et je me dis que vous, en tant que psychologue, auriez peut-être la réponse.. Ça a peut être un nom dans la psychologie ? Autre que don d'empathie ?



Voilà, merci d'avoir lu jusqu'au bout... Vous voyez je me pose, comme toujours, beaucoup de questions mais là je n'arrive pas à trouver de réponse. Je peux très bien vivre avec mais j'aimerai des réponses aussi, et savoir comment trouver le juste milieu entre ce que j'apprends des autres et à quel point je peux m'en servir sans que ce soit trop. Je ne sais pas, si vous pensez que ça vaut le coût de consulter, si je le ferai, car il faut que j'ose le demander à mes parents et je ne sais pas si j'oserai, pourtant pareil, je sais que si je le demande ils accepteront car ils ne veulent que mon bien, mais pourtant... En fait je ne veux pas qu'ils pensent que je souffre, que je suis mal, mais je ne veux pas leur en parler non plus. Ils savent que je pense ressentir les émotions des autres mais je ne sais pas s'ils me prennent au sérieux. Et pour mon gros questionnement d'avant là ils n'en savent rien et je le garde pour moi..



Donc voilà mais je vous demande quand même, on ne sait jamais..! Merci beaucoup d'avoir lu jusqu'ici, et merci d'avance pour votre réponse.


Bonne journée

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 8 JUIN 2016

Bonjour Maëla,
Bravo tout d'abord pour la lisibilité parfaite de votre message à l'orthographe irréprochable ; c'est d'autant plus agréable que cela devient rare... (voir notamment les commentaires quasiment écrits en phonétique sur le lien que vous donnez !).

Au-delà de sa qualité stylistique, je trouve que votre message exprime fort bien et même assez finement ce que vous percevez en vous et chez les autres.
Trop finement peut-être pour Mme Follmann dont la réponse quasiment insultante à votre égard montre assez que la dictature de la normativité de certains ne veut voir les choses qu'en tout blanc ou tout noir et ne veut rien entendre au fait pourtant assez intuitivement appréhendable qu'une grande sensibilité peut faire osciller d'un extrême à l'autre.

Plutôt curieux pour une soi-disant thérapeute intégratrice de ne pas supporter ce qui n'est pas parfaitement univoque...!

A mon sens l'intégration ne se fait pas en rabotant ou censurant ce qui n'est pas politiquement correct ou "normal", mais en mariant les contraires dans une équilibration transcendante toujours provisoire, nécessité fondamentale et irréductible du vivant.

Votre quête d'une "explication plus scientifique et pas surnaturelle" est cohérente avec cette recherche d'équilibration et votre besoin de normativité.

Elle est aussi liée à ce souci éthique de ne pas mésuser d'un don qui pourrait vous donner des moyens et des tentations de devenir, comme vous l'écrivez "profiteuse, manipulatrice...".
Ce souci vous honore et seule votre volonté libre d'y être fidèle en est la garantie ; c'est le prix du libre-arbitre...

Toutefois, le souhait de réponses "scientifiques", "purement" psychologiques, au sens académique du terme, sur ce site ou en consultation, risque de vous laisser frustrée et de vous enfermer dans des explications parcellaires et donc aliénantes.

Soyez donc prudente, gardez votre propre intelligence critique de vos perceptions, qui me semble lucide et nuancée, et ne cédez pas trop vite à un besoin de normalisation.

La "science psychologique" universitaire, lorsqu'elle prétend réduire les échanges humains à des boites craniennes étanches ne communiquant que par 5 sens limités, est incapable de rendre compte de l'essentiel de ce qui fait la finesse et la richesse des échanges humains.
Tout simplement (...?) parce que comme l'a magistralement formulé Teilhard de Chardin :
"Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine."

Nous ne sommes donc pas limités absolument à ces 5 sens et pouvons percevoir par résonnance interne directe des émotions qui n'ont pas leur source dans notre espace mental propre, mais y émergent d'en-dessous, d'un espace plus universel.
Cette perception passive du vécu d'autrui vous fait penser et craindre qu'en retour, vous pourriez envoyer, via le même canal, des pensées et émotions chez l'autre, donc en effet manipuler son psychisme.

Ce sont là des inquiétudes et des vécus que l'on retrouve à l'extrême dans les plus grandes psychopathologies, dans la schizophrénie notamment (vécus de télépathie, de devinement des pensées, de contrôle à distance par autrui, d'influence...).

Mais le progrès de l'humanisation du monde avançant, on découvre que ce qui paraissait exceptionnel et délirant (et en effet, pas sans risque chez des personnes en grande souffrance psychique submergées par de telles déchirures dans leur étanchéité psychique) devient de plus en plus fréquent et normal chez de plus en plus de personnes, des jeunes surtout, et que cela peut aussi être une ouverture positive, des plus utiles et des plus humanisantes lorsqu'elle peut s'intégrer au sein d'une personnalité capable, comme vous semblez l'être, de gérer ces ouvertures pour leur donner des limites éthiques afin de respecter les règles du jeu du monde humain...

Apprenez donc à vivre avec votre sensibilité et à ne pas la faire taire trop vite et inutilement.
Vous êtes moins dupe de la comédie du monde que beaucoup ; que cela ne vous empêche pas d'y participer (même si vous gardez ce petit recul critique et observateur, qui peut être salutaire) et d'y trouver de la joie, ainsi que d'en apporter autour de vous.
Etre plus lucide n'est pas toujours plus confortable, mais ce n'est pas un défaut ; n'y renoncez pas...
La solution est dans l'équilibration par une éthique relationnelle, une éthique de vie.
Les philosophes ont peut-être plus à vous apprendre que les psy ou thérapeutes divers sur ce point.
Que cela ne vous interdise pas de consulter, mais une fois encore, gardez votre esprit critique et votre jugement propre...

Bonne expérience humaine en chemin vers plus d'humanisation personnelle et collective !

Philippe Garnier Psy sur Vesoul

64 réponses

176 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 JUIN 2016

Bonjour Maëlla,

Bienvenue dans le monde du sensible, car nous sommes fait de tout ce qui constitue les autres, n'est ce pas? Vous avez 19 ans et vous vous posez un tas de questions, c'est tant mieux lorsque l'on cherche à comprendre. Vous voulez comprendre les autres, c'est une bonne chose? Mais à travers eux que souhaitez vous apprendre et comprendre de vous même?
Vous me faîtes penser à l'énigme du sphinx ou bien à une shérazade de mille et une nuits qui se raconte afin d'éviter que ne survienne l'intolérable, l'angoissant, le mortifére, la nécrose intérieure.
Votre empathie tient lieu certainement dans vos racines infantiles, vous avez du talent pour écouter les autres mais cela vous questionne parce que vous pourriez en profiter? Tout d'abord quel mal y a t-il à percevoir la fragilité d'autrui ensuite la peur qui vous gagne c'est cette toute puissance infantile qui obtient enfin le tout d'autrui, dans tous les cas en apparence. Car même si vous percevez les blessures narcissiques et le manque à être des autres votre écoute et votre intérêt d'autrui nourrissent certainement vos propres blessures narcissiques et votre manque à être. Car nous sommes tous des êtres inachevés, uniques et singuliers, en quête au fond d'une chose qui nous est indispensable pour vivre: l'amour d'autrui, d'abord celui de notre mère et de notre père et ensuite celui des autres, de tous les autres.
Oui, je pense que vous pouvez consulter pour enfin parler de vous, de cet inconscient qui vous détermine ainsi aujourd'hui et enfin pourquoi ne pas utiliser votre empathie pour en faire un métier où elle serait utile, valorisée et exprimée dans un cadre professionnel défini qui vous permettrai de ne plus vous poser la question de l'abus en vers l'autre.
A la vue de la teneur de votre discours je vous conseille de rencontrer un ou une psychanalyste.

Bonne continuation à vous.

R.Perinetti

Psychanalyste

Rodrigo Perinetti Psy sur Saint-Yzan-de-Soudiac

245 réponses

1532 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 JUIN 2016

Bonjour,

Que souhaitez-vous le plus pour le moment? De quoi auriez-vous besoin pour vous sentir mieux?

LE MOULLEC Sylvie Psy sur Quimper

158 réponses

401 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 JUIN 2016

Bonjour,


Votre manière d'être ainsi en recul et en analyse du fonctionnement des autres témoigne du fait que vous avez dû avoir ce fonctionnement pour assumer toute ou partie de votre enfance où votre entourage n'était pas sécure pour vous.

L'empathie ou le trop d'empathie que vous ressentez est sans doute lié à cette même expérience.
Pour que cette sensibilité aux émotions des autres ne vienne pas vous perturber trop ni vous fatiguer par perte d'énergie, il serait souhaitable d'apprendre à trouver la juste distance et la juste place. Cette "empathie" est à la fois une chance et un problème.
Comme vous analysez déjà avec beaucoup de précision ce qui vous arrive, peut-être pouvez-vous seule trouver la "technique" pour mieux vous ajuster ? Il s'agit, à chaque fois que vous constatez un problème de savoir à qui il appartient, soit vous ? soit l'autre ? Au fur et à mesure de vos prises de consciences successives, le phénomène cessera en tant que problème.

Si non, vous pouvez vous faire accompagner pour éviter de vous laisser déborder.

Un des travers de cet excès d'empathie c'est qu'on voudrait bien sortir les autres de leurs propres problèmes malgré eux. Il faut se garder de ce piège. On ne peut aider et soutenir que ceux qui nous le demandent.

Cordialement,
Véronique de Lagausie
Psychologue clinicienne

Anonyme-236321 Psy sur Toulouse

380 réponses

882 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 JUIN 2016

Bonjour Maëla,

Votre discours de jeune fille de 19 ans est emprunt de questionnements et de beaucoup de contradictions, comme l’a souligné Nathalie Follmann.

La question qui sous-tend votre discours n’est-elle pas « qui suis-je ?»

Vous parlez beaucoup du ressenti des autres mais très peu de vos propres émotions. Ce que vous décrivez et que vous appelez « don d’empathie » est en fait une capacité humaine que chacun possède ; bien qu’elle soit plus ou moins développée selon les individus.

Prendre en compte le ressenti et les émotions d’autrui fait parti de la communication. L’interaction avec l’autre passe par le langage et les émotions. C’est ainsi pour tout le monde.

Je vous conseille de vous faire accompagner pour apprendre à mieux vous connaître. L’introspection, comme vous la présentez vous fait tourner en rond.




Nathalie Delmotte

Nathalie Delmotte Psy sur Châteauneuf-Grasse

152 réponses

640 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 JUIN 2016

Bonjour,

Vous semblez avoir une empathie qui est plus forte que la moyenne ce qui est chose qui existe chez certaines personnes et qui peut, en effet, être aussi utile que dérangeant. Il se peut que vous avez aussi de fortes capacités interpersonnelles (en partie à cause de cette empathie mais pas entièrement) qui vous permettent de "lire" l'autre et vous adapter en conséquence.

Je travaille avec beaucoup de personnes dont c'est le cas et mon avis est que consulter vous ferait du bien pour mieux comprendre et accepter votre fonctionnement mais aussi pour apprendre à mettre les protections en place pour pas que cela vous touche de trop. Il y a des questions à se poser qui pourrait vous donner plus de réponses aussi.

J'espère vous avoir apporté un peu de soutien.

Bien à vous,
Gretchen Jakub

Gretchen JAKUB Psy sur Lille

10 réponses

62 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 JUIN 2016

Bonjour Maela,

vous semblez douée d'une grande intelligence émotionnelle. Vous en décrivez les avantages et les inconvénients. Parmi les avantages : vous obtenez a peu près tout ce que vous voulez des autres. Parmi les inconvénients : vous pouvez être tentée d'être malhonnête.

Quid de vos émotions à vous? Réussissez-vous à bien les gérer? à les exprimer à bon escient?

A votre disposition,

Grégory Canalès Psy sur Baie-Mahault

38 réponses

155 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 JUIN 2016

Bonjour,
Concrètement comment pouvez vous définir votre problème ?
En quoi cela est perturbant pour vous ?
Que souhaitez vous faire dans votre vie professionnelle ?
Quels sont vos loisirs ?

Quand vous dites : "Je sais que si je demande, ils vont accepter, ou que ce n'est pas la peine de demander car ils refuseront. Avec une marge d'erreur quand même mais voilà... "
Il serait intéressant de connaître la marge d'erreur...

Votre discours est ambigu entre votre titre et certaines phrases dont celle-ci
qui dit tout le contraire : "J'ai l'impression d'être extérieure à la société en fait. Pas tout à fait mêlée aux autres... Et je ne sais pas quoi faire".
On ne peut avoir une forte empathie quand on n'est pas relié aux autres.
Après vous dites : "Je suis très très sensible aux émotions des autres" complètement incompatible avec votre phrase initiale.

Je ne vais pas reprendre à chaque fois vos phrases, mais votre discours est sans cesse contradictoire.

J'ai l'impression que vous êtes plus à la recherche de vous mêmes avec une tendance à la fabulation...

Et quand vous dites :"Et j'ai un deuxième questionnement. Plus spécial. J'ai l"impression de ressentir les émotions de ceux qui sont près de moi. Pas toujours, pas constamment, parfois aucune émotion pendant une certaine période, et plus ou moins selon les personnes"

Mais ce que vous décrivez, tout le monde le ressent, ...j'ai l'impression que vous découvrez l’interaction émotionnelle envers votre environnement ?....

Si vous souhaitez consulter, posez vous la question : comment pouvez vous définir votre problème ? et en quoi cela est perturbant pour vous ? car votre discours reste pour moi un bavardage mental assez contradictoire.

Bonne journée

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2935 réponses

11635 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 JUIN 2016

Bonjour,
Pour commencer, l'empathie n'est pas vraiment un "don" mais plutôt une capacité. Tout le monde possède cette capacité mais certains l'ont plus développé que d'autre de part de leur caractère, de leur éducation, de leur environnement... Il existe en psychologie des test pour mesurer ce que l'on appelle le QE. Comme son homologue le QI, il détermine le niveau émotionnel d'une personne, sa capacité à comprendre les émotions, à se mettre à la place des autres, à s'adapter aux autres et à l'environnement...
Rassurez vous, vous n'êtes pas la seule dans ce cas. Par ailleurs, beaucoup de professionnels de la relation d'aide utilisent cette capacité pour accompagner et aider les autres.
Il me semblerait avisé de consulter un professionnel capable de comprendre cela et de vous aider à trouver un moyen de canaliser toutes ces émotion et de vous permettre de mettre de la distance avec celles qui ne vous appartiennent pas. Cela s'apprends et vous pourrez éviter de vous faire "polluer" par une émotion qui n'est pas la votre. L'image peut sembler bizarre mais j'espère qu'elle vous parlera.
De plus, cela pourra vous aider à vous détacher de cette culpabilité perpétuelle que vous ressentez. N'oubliez pas, chacun est libre de ses choix. Si une personne doit dire non et qu'elle ne le fait pas, c'est qu'elle doit apprendre à se positionner. La manipulation est une réelle volonté, avec derrière d'aller à l'encontre des souhaits de l'autre, il y a une notion d'irrespect. Ce n'est me semble t il pas votre cas.
Vous dites que vos parents vous veulent du bien et serait ainsi plus enclin à vous dire oui, rassurez vous c'est le cas de beaucoup de parents. Pour les rassurer, vous pouvez leur expliquer que c'est pour apprendre à gérer vos émotions que vous souhaitez consulter. Ça pourrait leur permettre de prendre tout cela un peu plus au sérieux sans pour autant se dire que vous êtes en très grande souffrance.
Si vous le souhaitez, je suis disponible et vous pouvez me contacter.
Bonne continuation.

Jego Roxanne Psy sur Nantes

90 réponses

288 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Approches psychologiques

Voir plus de psy spécialisés en Approches psychologiques

Autres questions sur Approches psychologiques

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 7250 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 11100

psychologues

questions 7250

questions

réponses 37600

réponses