Peur de devenir fou/psychotique/schizophrene

Réalisée par AL · 15 juin 2020 Schizophrénie

Bonjour,

Je suis un homme de 29 ans, qui, jusqu'à quelques temps, n'avait jamais eu de problème de santé.

Je dois bien l'avouer, j'ai toujours aimé faire la fête et j'ai, pendant mes années étudiantes, consommé de l'alcool et du cannabis (de 18 à 22 ans).
J'ai, depuis, réduit drastiquement ces consommations pour ne boire et fumer qu'en petite quantité (environ une ou deux fois par mois).

En novembre dernier, j'ai été confronté à des évènements de vie stressant (hospitalisation de mon père, période d'évaluation et de reconduction dans mon travail). Lors d'une soirée avec mes amis, un joint tournait, j'ai fumé puis est survenue une attaque de panique (je ne le savais pas à ce moment là). A la suite de cet événement, j'ai déclenché un trouble panique qui n'a fait qu'empirer au fil des semaines. Je suis donc allé voir mon médecin traitant, épuisé par les attaques et l'anxiété provoqué par la peur constante de faire un malaise ou pire une crise cardiaque. Mon medecin m'a prescrit de la paroxetine et m'a redirigé vers le CMP de la ville. Au CMP, je rentre en contact avec un infirmier qui confirme le trouble panique et me redirige vers un psychologue/psychothérapeute en TCC avec lequel j'arriverai à mettre un terme à mes peurs.

Actuellement, je ne fais quasiment plus d'attaque de panique, sauf que la dernière en date a été d'une telle violence qu'elle a provoqué chez moi de la derealisation/dépersonnalisation.

Suite à cela, j'ai fais l'erreur d'aller sur internet et j'ai pu voir que ce symptômes était l'un des symptômes de la schizophrénie. Depuis ce moment la déréalisation part et revient même sans crise. La peur de devenir psychotique me ronge, entretien mon anxiété et développe des peurs annexes (peur de me mettre à halluciner, de me mettre à croire des choses étranges comme les théories du complots ou aux démons, peur de perdre le contact avec la réalité...).

Engluer dans mes peurs et culpabilisant de ma consommation passée de cannabis, je ne pouvais m'empêcher de penser que j'étais en train de devenir fou. J'ai donc décider d'aller voir un psychiatre, qui m'a affirmer que je n'étais pas schizophrène/psychotique et que je n'allais pas le devenir, que j'étais simplement anxieux.

Diagnostic, bien sûr, confirmé par l'ensemble des professionnels que j'ai rencontré.

Selon-vous, puis-je déculpabiliser de ma consommation passée et considérer que mes chances de devenir fou/psychotique/schizophrène sont bien nulles comme me l'affirme mes médecins, cela si bien sûr je prend soin de moi et de ma santé ? (je ne fume et ne bois plus depuis ma première attaque)

Merci d'avoir pris le temps de me lire.
Cordialement

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 26 SEPT. 2021

Bonjour AL, je vois que votre question est resté sans réponse depuis plus d'un an, j'espère de tout cœur que vous êtes sortie de cette situation aujourd'hui, néanmoins je vais quand même me permettre de faire une réponse en m'excuse au passage que celle-ci ne vous est pas parvenu plus tôt.

La schizophrénie est une maladie mentale sévère et chronique qui fait peur et impressionne beaucoup de gens, au point de créer des angoisses de peur de la développer comme d'autres maladies graves. Et effectivement la schizophrénie peut se développer à cause de substance comme le cannabis, néanmoins dans un premier temps, cela ne veut pas signifier pour autant que les consommateurs de cannabis vont forcément devenir schizophrénie. Après je vous dis ceci par honnêteté intellectuelle, de toute évidence je n'encourage pas non plus la consommation de cannabis.

Après en ce qui concerne les attaques de panique que vous avez vécues, violente au point de vous mettre dans un état de dépersonnalisation-déréalisation ne signifient pas un symptôme de la schizophrénie. Ce genre d'état sous cette maladie est tout autre. Donc même s'il peut être très déroutant de vivre des attaques de panique avec un impact aussi violent, je vous assure que cela ne ressemble pas à de la schizophrénie.

Pour vous expliquer rapidement, la schizophrénie se définit par 3 dimensions symptomatiques :
- les symptômes positifs (que la maladie développe) exemple : hallucinations verbales/pensées imposées/idées délirantes...etc.
- les symptômes négatifs (que la maladie fait régresser) exemple : aboulie/apragmatisme/incurie...etc.
- la désorganisation (l'incapacité à construire un comportement et un dialogue structuré) incohérence/paralogisme/néologisme...etc.

Je ne vais pas énumérer l'ensemble des symptômes de ces 3 dimensions ici, néanmoins je me permets cette courte précision pour vous montrer que votre description ne présente aucun symptôme positif/négatif ou de désorganisation liés à cette maladie.

En espérant donc que cette précision vous rassure, et soit également utile pour d'autres personnes.

Vous pouvez aujourd'hui entièrement considérer vos chances de devenir fou/schizophrène ou psychotique comme nulle. Et en ce qui concerne votre consommation passée, si vous ressentez toujours le besoin de déculpabiliser, je vous invite à parler tout simplement avec un psychologue de vos désirs de changement et de vécu pour que votre anxiété constante s'apaise.

Prenez soin de vous,
Thomas Villa.

Thomas Villa Psy sur Chaligny

21 réponses

57 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Schizophrénie

Voir plus de psy spécialisés en Schizophrénie

Autres questions sur Schizophrénie

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13050 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 13050

questions

réponses 136200

réponses