Souhait de quitter ma thérapie d'analyse transactionnelle

Réalisée par Emeline le 25 juin 2016 Analyse transactionnelle

Bonsoir à tous,


Cela fait 4 ans et demi que je fais une thérapie en analyse transactionnelle car j'ai traversé plusieurs épisodes dépressifs : je vois donc ma psychothérapeute 1 fois par mois en individuel et j'assiste également à un groupe animé par elle 1 fois par mois aussi. Parallèlement, je suis suivie par une psychiatre qui a confirmé le diagnostic de bipolarité établi par un précédent psychiatre qui ne m'avait vue que de fois... Je serais bipolaire de type 2 ou 3, de ceux qui n'ont pas d'épisodes maniaques, mais seulement des épisodes dépressifs. Je ne pense pas avoir complètement accepté ce diagnostic, toujours est-il que je prends le traitement prescrit depuis 6 mois et qu'il me fait beaucoup de bien.


J'ai décidé de quitter ma thérapie d'analyse transactionnelle qui me revient à plus de 200 euros par mois (alors que je suis au chômage) car elle m'apporte beaucoup moins qu'avant et que je n'ai plus les moyens. Je souhaitais au départ seulement arrêter le groupe, mais ma psychothérapeute n'acceptait que si je la voyais en individuel 1 fois par semaine (donc à priori pas d'économies pour moi). Et suite à ce refus j'ai finalement eu envie de quitter la thérapie, chose dont laquelle je crois que j'avais envie depuis quelques temps mais qui me demandait trop de force pour l'annoncer...


J'ai donc pris mon courage à deux mains et annoncé à ma psychothérapeute que je partais mais que je faisais les choses de manière "réglo" et que je faisais les 3 mois de deuil (soit encore 3 séances individuelles et 3 séances de groupe). La séance individuelle lors de l'annonce de mon départ a été très compliquée pour moi devant toutes les réticences de ma psy, mais ce n'était sans commune mesure avec l'annonce de mon départ au groupe ! Ma psychothérapeute s'est à mon sens permise devant le groupe des remarques très déplacées, appuyant bien sur la corde sensible : mon éventuelle bipolarité. Elle m'a demandé si j'avais entendu parlé de la Mad Pride ( regroupement du type Gay Pride par les malades mentaux). En gros cette réflexion n'avait rien à faire là ! Et elle m'a demandé ce que je portais au poignet. Il s'agissait d'un petit cordon rose avec imprimé dessus "maintenant ou jamais" (petit accessoire girly donné par une copine). Je lui dis donc "un bracelet", et elle me répond que cela n'est pas un bracelet et que ça lui fait plutôt penser au bracelet que les malades portent dans les hôpitaux ! Elle a également abordé le fait qu'elle pensait que j'étais en voie de marginalisation (notamment car je n'ai pas de travail), je lui ai répondu que je n'étais pas d'accord, ce à quoi un membre du groupe m'a rétorqué "Veux-tu qu'on demande à chacun des membres du groupe ce qu'il en pense ?" persuadé que les réponses iraient dans son sens et celui de la psy. Je me suis défendue en lui disant que je n'étais pas au tribunal et pas là pour me faire juger (bien que j'ai vécu tout cela comme mon procès ! ). Il m'a dit qu'il avait eu par le passé beaucoup d'empathie pour moi, mais qu'il en avait beaucoup moins aujourd'hui ( juste parce que je pars !). Ma psy ne l'a pas repris alors qu'il se plaçait en persécuteur. J'ai éclaté en sanglots et n'arrivais même plus à parler et à leur répondre.



J'ai donc décidé d'arrêter la thérapie sans aller aux séances restantes. Il est hors de question que je me refasse humilier de la sorte par ma thérapeute et mon groupe de thérapie ! J'ai donc écrit une lettre à ma psy et une autre au groupe. Seulement ma psy a encore deux chèques d'avance pour les séances de groupe, soit en tout 310 euros. Je ne peux pas faire opposition car j'ai fait les chèques moi-même (ni perdus ni volés). Ou alors je dis à la banque que je les ai perdus (et je peux faire opposition), mais si elle estime que je lui dois cet argent, elle peut me traîner en justice (c'est le banquier qui me l'a dit) ! En effet, l'Analyse Transactionnelle prévoit ces 3 séances de groupe en guise de deuil, mais j'estime que le préjudice encouru à ma dernière séance me dispense de cela !

Qu'en pensez-vous ? Merci.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse

Bonjour,
Je suis surprise de lire un tel témoignage.
A moins d'avoir signé un contrat vous engageant dans une thérapie personnelle associée à une thérapie de groupe, je ne vois pas pourquoi votre psy vous y oblige......
Son rôle était de vous le proposer pour renforcer votre thérapie, mais à vous lire, ça ressemble plus à une secte qu'à un accompagnement thérapeutique...

Au final, on pourrait dire que votre réaction est positive, c'est un début d'émancipation, d'une forme d'autonomie de ne pas rentrer dans un nouveau conditionnement de ce type de thérapie de groupe qui ressemble plus à une emprise du thérapeute...

A ce jour, il existe des thérapies alternatives bien différentes d'une thérapie verbale.Je vous invite à vous documenter.

Concernant les chèques faits d'avance à votre thérapeute, écrivez lui un courrier que vous souhaitiez les récupérer et arrêter la thérapie.
Une thérapie doit se faire dans la confiance mutuelle.

Restant à votre disposition,

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

2236 réponses

9683 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Emeline,

Votre témoignage est très émouvant et montre aussi que certains thérapeutes peuvent abuser de leurs patients.

La décision de cesser vos consultations avec ce thérapeute montre combien vous allez mieux. Les réactions du groupe, d’agression vis à vis de celui qui « ose » partir est plutôt un mécanisme de défense collective. Ne le prenez pas pour vous.

Cela dit, vous avez eu bien raison de partir d’autant qu’au bout de 4 ans et demi, vous devriez vous sentir bien mieux.

Concernant la partie financière. Rien ne vous lie à votre thérapeute, à moins qu’elle ne vous ait fait signer un contrat. Et encore, cela pourrait s’assimiler à de l’abus de faiblesse ! Pour les chèques, demandez lui de vous les rendre, vous pouvez en profiter pour lui dire de vive voix ce que vous avez ressenti pendant la dernière séance de groupe.

Concernant la bipolarité, n’étant pas psychiatre, je ne peux me prononcer. Si les traitements vous font du bien, tant mieux.

Parallèlement, vous pourriez consulter un thérapeute en individuel qui vous aide à avancer, notamment au niveau de la gestion des émotions.


Bon courage

Bien cordialement

Nathalie Delmotte

Nathalie Delmotte Psy sur Châteauneuf-Grasse

152 réponses

632 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonjour Madame,

Votre récit est très émouvant et personnellement me fait une peu..."froid dans le dos"..., mais ce n'est que mon impression à moi...

Concernant le diagnostic de "bipolarité" je ne peux pas me prononcer, je ne suis pas médecin (psychiatre), et je ne vous connais pas non plus. L'essentiel est que le médicament prescrit vous fait du bien, donc continuez à le prendre.

Ensuite, ne serait-ce que la dépression est une indication de psychothérapie à mener en parallèle avec le suivi psychiatrique : je vous conseille de reprendre une thérapie : même si elle représente un investissement financier certain..., vous avez besoin de soutien ne serait-ce que pour aller mieux de façon constante et trouver un travail.

Concernant votre vécu récent avec votre ancienne thérapeute et le groupe qu'elle anime : il me semble que vous avez été une sorte de "victime" des phénomènes de groupes en thérapie, dont la thérapeute même l'a été.
Je m'explique : le groupe s'est senti "atteint" dans son intégralité (et remis en question quand à son utilité d'aider ses membres...) et a réagi comme une personne qui est quittée du jour au lendemain, sans préparation et sans qu'elle le voit venir. Comme votre psy, d'ailleurs, qui n'a pas apprécié que vous ayez pris la décision de quitter le groupe, et sans pouvoir vous convaincre de l'utilité (pour vous) de continuer au moins les séances individuelles. Cette psy a une méthode (alternance obligatoire des séances de groupe avec des séances individuelles), et ses croyances concernant le déroulement d'une thérapie.
Ce que vous avez vécu méritait d'être parlé avec elle : osez aller la revoir, et dites lui tout ce que vous avez écrit ici.
Vous pouvez vous autorisez à ne plus aller du tout..., mais ça veut dire aussi que vous ne respectez pas le cadre auquel vous avez consenti (et vous vous êtes engagée), et vous ne profiterez pas non plus de ce que la "confrontation" avec ce groupe peut vous apporter de bon pour vous.
Certes, vous semblez avoir de bonnes raisons de ne plus avoir envie de voir aucun de ceux qui vous ont laissé l'impression de vous avoir agressé.
Mais..., le fait qu'ils aient pu vous désarçonné à ce point montre que vous avez encore du chemin à faire pour arriver à mieux vous affirmer, vous et vos désirs.

Si vous êtes fermement décidée de ne plus continuer avec le groupe, essayez de faire l'effort d'allez voir seulement la psy..., vous serez juste en face à face avec elle. Dites lui comment vous avez vécu la dernière rencontre avec elle et le groupe, et demandez-lui aussi de vous rendre les chèques.

Et...ensuite, cherchez un(e) autre thérapeute, ne tournez pas le dos à la psychothérapie, je crois que vous avez besoin de continuer à parler de ce qui vous avez fait/vous fait mal et accompagner votre traitement médicamenteux.
Par ailleurs, vous aurez certainement besoin de faire ce fameux "deuil" du groupe et de la psy qui vous a aidé quand même à arriver jusque là.

Bon courage pour trouver la bonne solution pour vous : je vous souhaite d'aller mieux et de retrouver un travail.
sp

Silvia PODANI Psy sur Issy-les-Moulineaux

1643 réponses

5070 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psychologues spécialisés en Analyse transactionnelle

Voir plus de psychologues spécialisés en Analyse transactionnelle

Autres questions sur Analyse transactionnelle

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 5450 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 10200

psychologues

questions 5450

questions

réponses 28800

réponses