20 pistes à explorer pour alléger la charge mentale

La charge mentale se traduit par l'accumulation de tâches/préoccupations à gérer sur une même temporalité. Voici quelques éléments de compréhension et actions à envisager pour s'en préserver

21 JUIN 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Charge mentale

Et si on commençait par quelques pistes de réflexion pour se mettre en action, ça donnerait quoi ?

Voici 20 propositions concrètes pour alléger la charge mentale 

1.Être à l'écoute de ses émotions et de ses sensations

2.Déléguer ou demander de l'aide

3.Se faire confiance et faire confiance aux autres

4.Éviter le multitâche

5.Réaliser une to do list réaliste

6. Accepter que tout ne puisse pas être parfait

7.S'octroyer du temps pour soi

8.Savoir poser des limites et oser dire non

9.Intégrer qu'une journée « n'a que 24h » et que vous n'êtes pas une machine

10.Pratiquer la cohérence cardiaque

11.Favoriser le recours à la méditation de pleine conscience

12.Fixer des temps de pause dans son emploi du temps

13.Faire passer ses besoins avant ceux des autres

14.Aller marcher dans la nature

15.Réduire l'utilisation des écrans, réseaux sociaux

16.Prendre l'habitude de décharger ses émotions (sport, relaxation, …)

17.Recourir à l'écriture (cahier d'expression)

18.S'autoriser à pleurer, crier

19.Pratiquer la visualisation positive

20.S'offrir un accompagnement

Mais en fin de compte, qu'est-ce que c'est la charge mentale ?

La santé telle que le rappelle l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), inclue la santé mentale qui se définit par « un état de complet bien être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Il permet à chacun de:

  • réaliser son potentiel
  • faire face aux difficultés normales de la vie
  • travailler avec succès et de manière productive
  • être en mesure d'apporter une contribution à la communauté »

Ces mises en action sont à contextualiser pour déterminer les enjeux s'y afférent. En effet, pour y parvenir certaines conditions doivent être réunies. Le rapport à la normalité me dérange dans la mesure où le champ de références de chacun diffère. En Programmation Neuro Linguistique on supposera que « la carte n'est pas le territoire » (ce qui signifie la carte correspond à la représentation que l'on se fait du monde, et le territoire est le monde tel qu'il est réellement).

Le succès est quelque peu subjectif ici encore, quant à la contribution, cela s'appuie sur nos valeurs personnelles et notre engagement, qui ne sont pas toujours en adéquation avec la communauté (pour reprendre le terme de l'OMS).

Je retiendrai davantage l'idée que la santé mentale est une question d'équilibre personnel qui se situe entre nos ressources et nos fragilités et qui peut être altéré par des actions simultanées.

On peut établir 3 dimensions :

  • La santé mentale positive. Elle consiste à favoriser le bien être, l'épanouissement personnel, l'activation des ressources psychologiques et référentielles mais surtout la capacité d'agir.
  • La détresse psychologique réactionnelle résulte d'une perte d'équilibre entre ressources et fragilités. Certaines situations peuvent déclencher cet état tel s que le deuil, une séparation, un licenciement, voire la combinaison de plusieurs causes. Un des éléments de repère concerne la notion de temporalité permettant de surmonter ces épreuves qui n'ont pas vocation à perdurer.
  • Les troubles psychiatriques qui relèvent exclusivement d'un diagnostic établi par un médecin et s'accompagne d'un traitement médicamenteux.

Les indicateurs de la charge mentale sont multiples. On entend parler souvent d'épuisement (traduction du burn out) et qui souvent fait davantage référence au travail. De façon un peu raccourcie, l'épuisement s'apparente à la fatigue.

Popularisée par Emma (dessinatrice de BD) pour la gestion des tâches du quotidien par les femmes, la charge mentale touche aussi les hommes. Ainsi, personne n'est épargné !

Il existe 4 types de fatigue :

  • Physique : lorsqu'une activité physique quotidienne (loisirs intensifs ou activité professionnelle)
  • Décisionnelle : la surcharge mentale (engendrée par l'accumulation de tâches diverses)
  • Réactionnelle : les facteurs de stress permanents
  • Nerveuse : trouble du sommeil, hyperémotivité, difficulté de concentration.

Malheureusement elles sont cumulables et c'est bien en cela qu'une vigilance est à apporter pour ne pas être pris dans un cercle vicieux qui dériverait vers l'épuisement.

Les conséquences psychologiques

Bien souvent, l'idée qui se niche derrière est le besoin de perfection à atteindre, ce qui provoque d'autant plus de déception car complètement irréaliste. La quête de reconnaissance s'accroit au regard de la confiance en soi qui elle diminue.

Ceci pouvant entraîner un sentiment d'impuissance, de culpabilité voire même d'agressivité envers l'entourage et les enfants.

Vous vous sentez concerné par ce descriptif ?

  • Essayez la mise en action à partir des pistes proposées et/ou inventez vos propres outils pour réduire le rythme et favoriser votre mieux être.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Virginie Augias

Voir profil

Bibliographie

  • Le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle

  • Mettre en pratique le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle

  • Savoir lâcher prise, Melody Beattie

  • Le jour où j'ai appris à vivre, Laurent Gounelle

  • Bandes dessinées, Emma

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur burn-out