8 façons de calmer votre esprit anxieux

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Il existe de puissantes approches basées sur la recherche pour arrêter ses pensées et aller de l’avant.

3 OCT. 2019 · Lecture : min.
8 façons de calmer votre esprit anxieux

Des pensées anxieuses peuvent vous submerger, rendant difficile la prise de décision et l'action pour traiter tout problème qui vous préoccupe. L'inquiétude peut également conduire à trop penser, ce qui vous rend plus anxieux, ce qui conduit à penser davantage, et ainsi de suite. Comment pouvez-vous sortir de ce cercle vicieux ? Réprimer les pensées anxieuses ne fonctionnera pas ; elles vont juste réapparaître, parfois avec plus d'intensité. Mais il existe des techniques plus efficaces que vous pouvez emprunter à partir de la réduction du stress basée sur la pleine conscience et des thérapies cognitivo-comportementales.

Voici 8 stratégies pour vous aider à vous défaire et à aller de l'avant :

1. Tentative de distanciation cognitive

Essayez de voir vos pensées anxieuses comme des suppositions, pas comme des faits. Votre esprit essaie de vous protéger en prédisant ce qui pourrait arriver, mais ce n’est pas parce que quelque chose peut arriver que cela se produira. Examinez les preuves objectives : quelle est la probabilité que le résultat négatif se produise réellement ? Y at-il quelque chose de bon qui pourrait arriver à la place ? Et selon vous, quelle est la plus probable probabilité d’arriver, à partir de l’expérience passée et d’autres informations dont vous disposez à la situation ?

2. Essayer la fusion cognitive

Arrêtez de fusionner avec vos pensées. Pensez à vos pensées comme à des données en mouvement qui vous traversent l'esprit, plutôt qu'à la vérité objective d'une situation. Notre cerveau est hypersensible aux menaces et aux dangers, car cela a permis à nos ancêtres de rester en vie dans la nature. Certaines de vos pensées ne sont peut-être que des réactions conditionnées automatiques générées par un cerveau orienté vers la survie. Choisissez de croire ou non à ces pensées plutôt que de simplement les accepter.

3. Pratiquer la pleine conscience

Entraînez-vous à observer vos pensées plutôt que de réagir automatiquement à celles-ci. Pensez à vos pensées comme des nuages ​​qui flottent. Qu'est-ce qui vous attire et qui vous donne envie de fuir ? Y a-t-il un moyen de vous démêler et d'observer vos pensées plutôt que de réagir ?

4. Se concentrer sur l'expérience directe

Votre esprit invente des histoires sur qui vous êtes et sur votre sécurité et votre amour-propre. Toutes ces histoires ne sont pas exactes. Parfois, notre esprit est biaisé par des expériences passées négatives. Quelle est votre expérience dans le moment présent ? Est-ce que c'est quelque chose qui se passe réellement ou quelque chose qui pourrait arriver ? Notez qu'ils ne sont pas la même chose, même si votre esprit peut les traiter de la même manière.

5. Étiqueter les choses

Indiquez le type de pensée que vous avez, plutôt que de faire attention à son contenu. Observez vos pensées et quand vous remarquez un jugement (par exemple, à quel point la situation est bonne ou mauvaise), faites-y face et appelez-le "Jugement"·. Si vous remarquez un souci (par exemple, que vous allez échouer ou subir une perte), indiquez-le comme étant "inquiétant". Si vous vous critiquez, nommez-le "critique". Cela vous éloigne du contenu littéral de vos pensées et vous permet de prendre davantage conscience de vos processus mentaux. Voulez-vous passer votre temps à juger et à vous inquiéter ? Existe-t-il des moyens moins critiques ou inquiets de voir la situation ?

6. Rester dans le présent

Votre esprit rumine-t-il le passé ? Ce n’est pas parce que quelque chose de négatif s’est produit dans le passé que cela doit se produire aujourd’hui. Demandez-vous si les circonstances ou vos connaissances et vos capacités d'adaptation ont changé depuis la dernière fois. En tant qu'adulte, vous avez plus le choix de choisir à qui vous associer et plus de capacité à identifier, à préempter ou à laisser une mauvaise situation que lorsque vous étiez enfant ou adolescent.

7. Élargisser votre point de vue

Vous concentrez-vous trop étroitement sur les aspects menaçants d'une situation plutôt que de voir la situation dans son ensemble ? L’anxiété fait que nos esprits se contractent et se concentrent sur la menace immédiate sans tenir compte du contexte plus large. Cette situation est-elle vraiment aussi mauvaise que votre anxiété le dit ? Allez-vous encore vous soucier de ce problème dans 5 ou 10 ans ? Sinon, soulagez l'inquiétude.

8. Décider si une pensée est utile !

Ce n’est pas parce qu’une pensée est vraie que cela vaut la peine de se concentrer, du moins pas tout le temps. Si seulement 1 personne sur 10 obtient le travail que vous recherchez et que vous continuez à penser à ces probabilités, vous risquez de devenir démotivé et de ne même plus vous soucier de postuler. Ceci est un exemple d'une pensée qui est vraie mais pas utile. Concentrez votre attention sur ce qui est utile et laissez le reste partir !

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
3 Commentaires
  • Minette

    Il faut penser à penser à nos penser .. c’est ça le plus difficile ahha

  • Brina

    Excellente réflexion ! Très intéressant et très réconfortant, merci

  • Eglantine

    Merci pour votre article très constructif.

derniers articles sur anxiété