Angoisse et anxiété : des voies d'apaisement grâce à la thérapie

Dans tous les témoignages que l'on peut recueillir en cabinet, l'angoisse est décrite comme un temps 'de bascule' qui surgit sans prévenir...

4 NOV. 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Angoisse et anxiété

On estime que chaque année en France, les pathologies liées à l'angoisse et à l'anxiété (au sens large) touchent environ 15%(1) de la population.

Zoom sur l'angoisse et l'anxiété

Le terme d'angoisse désigne « un état caractérisé par l'attente d'un danger et la préparation à ce danger, même s'il est inconnu.»(2). L'angoisse est une sorte de 'temps de bascule' qui surgit sans prévenir, entre ce moment où tout allait bien et ce moment où tout devient cauchemardesque, dans le corps et dans l'esprit. Les personnes ayant vécu une expérience d'angoisse intense se décrivent comme pétries d'une peur soudaine, et ce, sans aucune raison tangible.

Les symptômes psychiques et somatiques de l'angoisse sont multiples : sentiment d'être oppressé, difficultés à respirer, contractions musculaires, douleurs abdominales, nausées, sueurs froides, frissons... et surtout, l'impression de « perdre pieds », de perdre le contrôle de soi, de ne plus être en capacité de se reconnecter à la réalité. Un temps où la personne ne s'appartient plus véritablement - où tout est décuplé, en même temps que tout semble s'anéantir.

C'est souvent la peur que l'angoisse revienne (la peur d'avoir peur) qui amène les personnes à consulter un professionnel de santé et/ou un thérapeute.

Pour atténuer l'angoisse, un traitement médicamenteux (anxiolytiques notamment) peut être prescrit par un psychiatre ou un médecin généraliste. Toutefois, pour tenter de comprendre l'angoisse (et la dédramatiser), un travail thérapeutique peut être recommandé.

En effet, la thérapie, pour les personnes angoissées, ne peut être que bénéfique, et ce, à plusieurs titres :

  • libérer la parole et les pensées
  • recevoir une écoute attentive
  • pouvoir se livrer librement, en toute confiance sans crainte du jugement
  • comprendre ses mécanismes et ainsi apprendre à mieux gérer les situations d'angoisse

Faire connaissance avec son angoisse ?

En analysant les situations d'angoisse et ses propres comportements, le patient apprend, au fil des séances, à faire véritablement connaissance avec elle. Car oui, plus le patient parle de son angoisse, plus elle devient réelle et concrète pour lui. Elle se dessine peu à peu au fil des narrations, et permet ainsi au patient de mieux identifier les situations d'angoisse 'aigüe' qu'il a vécues par le passé.

Tandis que le patient, en tout début de thérapie, ne fait 'qu'un' avec son angoisse, on peut constater qu'au fil du travail analytique, il va « se défusionner » de son angoisse. En extériorisant son angoisse, le patient donne peu à peu une certaine consistance à son angoisse, et ce processus lui permet ainsi de la regarder, de l'observer 'en face'.

Autrement dit, en donnant à l'angoisse une place à 'l'extérieur' (en thérapie) et en la nommant, le patient parvient à la conscientiser et à la regarder avec davantage de recul et d'objectivité.

À terme, quand le processus de la thérapie 'agit', il semble que le patient n'est plus en séance pour comprendre 'Pourquoi suis-je angoissé ?', mais plutôt pour comprendre 'Qui est mon angoisse ?'. Ce point a son importance, car dès lors, il ne s'agit plus pour le patient de culpabiliser, mais plutôt d'assumer, d'accepter de « cohabiter » avec son angoisse... et ainsi de l'appréhender différemment.

Parvenu à cette étape d'acceptation de l'angoisse, le patient peut entrer véritablement dans un travail d'introspection qui va l'amener à mieux se connaître. En conscientisant son angoisse (l'inconnu est reconnu), le patient en apprend un peu plus sur lui-même, reprend confiance en lui, et à avoir moins peur de cette angoisse.

C'est là tout l'intérêt d'entrer en thérapie : comprendre son angoisse pour en avoir moins peur, et, à défaut de pouvoir s'en affranchir complètement, découvrir qu'il est possible de trouver des voies d'apaisement.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Florence Guettier

Voir profil

Bibliographie

  • 1. Chiffres officiels du site de référence : https://www.anxiete.fr/

  • 2. Au-delà du principe de plaisir, S.Freud - Ed. Payot

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • Cricribrindacier

    C est bien je sais que ça pourrait m aider .anxiété dépression., douleurs musculaires insomnie ,angoisses etc mais voilà le coût des consultations sans remboursement ,cela m est impossible j ai 76 ans seule et un médecin qui ne comprend pas grand chose .je n ai pas beaucoup de solution

derniers articles sur anxiété