Cette petite voix qui me parle

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Nous avons deux types de pensées : les automatiques et les réfléchies. Les premières peuvent sembler détenir la vérité, mais dictent en réalité notre comportement en sollicitant les réflexes

3 mars 2017 · Lecture : min.
Cette petite voix qui me parle

Nous avons tous tendance à imaginer que ce que nous pensons est notre vérité, celle qui nous définit, celle qui nous permet d'être clairvoyant et raisonnable, et celle qui reflète la personne que nous sommes en réalité, et qui n'est jamais celle que nous montrons aux autres. Et si c'était faux ?

Il est impossible d'arrêter le processus automatique de nos pensées. Même lorsque nous essayons de ne penser à rien, il est très difficile d'y parvenir, c'est un fonctionnement quasi incessant . C'est la partie du cerveau qui relève du système  limbique qui gère ces réflexions automatiques, ces pensées qui tournent et que nous ne maîtrisons pas forcément. 

Pourtant, nous savons tous que beaucoup de nos pensées sont plus réfléchies, plus précises que d'autres. Parmi le flot de nos pensées, certaines prennent le pas pour nous raisonner, par exemple en nous faisant penser "mais pourquoi j'ai dit ça? J'aurais dû dire ça" dans certaines situations. Ces pensées qui génèrent des actions réfléchies proviennent de la partie néo-corticale du cerveau.

Écouter toutes nos voix, une bonne idée ?

Nous avons donc deux types de pensées , et donc de voix dans la tête : celles qui est du domaine de l’automatisme et qui est difficile à faire taire, et celle que nous pouvons contrôler , et qui est plus réfléchie. Or, cette première voix peut fortement nous influencer au quotidien, car, justement, nous ne la maîtrisons pas. Il s'agit d'un mode de pensée réflexe qui met en action certaines émotions et ressentis (colère, haine, etc.) avant d'avoir pu prendre du recul sur la situation et avoir une autre réaction plus appropriée.

shutterstock-212944696.jpg

Imaginez donc que quelqu'un vous bouscule avec son sac à dos dans le métro. La première chose qui vous viendra en tête est bien souvent "franchement, il/elle pourrait s'excuser! Ça m'énerve!" C'est cette pensée qui met l'ensemble du corps en situation de tension et d'énervement, le tout de manière non consciente , parce que l'on y pense pas . 

Au contraire, si, au moment où on se fait bousculer et que cette pensée survient, vous pouvez décider de ne pas y prêter attention. Dès lors la deuxième voix, celle de la raison, va venir prendre le relais et vous amener à penser :“est-ce  vraiment utile que je m'énerve pour ça ? Si ça se trouve, il/elle n'a même pas fait attention". 

Apprendre à s'écouter pour vivre plus sereinement

Vivre en se laissant guider par les pensées réflexes peut s’avérer néfaste dans notre quotidien, car nous avons tendance à imaginer que ces pensées automatiques détiennent la vérité, et que la réaction que nous avons à la suite de ces pensées est juste et justifiée. Apprendre à ignorer ces pensées automatiques, pour écouter la voix réfléchie vous aidera à prendre des décisions conscientes, plutôt que vous laisser à vos émotions.  Vivre plus sereinement, c’est apprendre aussi à contrôler ces pensées réflexes 

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Manaril

    Très intéressant, pourquoi trouve t-on donc si peu de littérature à ce sujet. Avez vous des sources ?