Claustrophobie, comment s'en sortir ?

Parmi les phobies les plus communes, on retrouve la claustrophobie ou la peur des espaces clos. Les études montrent que 4 à 5% de la population adulte est sujette à la claustrophobie.

30 OCT. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Claustrophobie, comment s'en sortir ?

Lorsqu'une personne a un niveau d'anxiété élevé, elle peut plus facilement développer une phobie. Parmi les phobies les plus communes, on retrouve la claustrophobie ou la peur des espaces clos. Les études montrent que 4 à 5% de la population adulte est sujette à la claustrophobie. Les enfants peuvent également souffrir de claustrophobie.

La personne ressent une peur irrationnelle de n'avoir aucune sortie possible. C'est le cas quand elle se retrouve dans un ascenseur, un avion, une salle bondée, un train plein de monde, etc... Les sensations peuvent être plus puissantes lorsque la personne porte des vêtements serrés.

claustrophobie hypnose, Laurie Le Borgès, hypnotherapeute Paris 10, hypnose paris 10

D'après une étude américaine du Dr Monosov du Département de Neurosciences à l'Université de Washington, l'origine de l'anxiété se trouverait dans une partie génétique et une partie dans les expériences passées au cours de la vie.

Les symptômes de la claustrophobie (la liste est non exhaustive) sont :

  • l'augmentation de la fréquence cardiaque
  • la transpiration excessive, des sueurs
  • des rougeurs au visage, au cou...
  • de l'hyperventilation
  • des tensions musculaires
  • la sensation de bouche sèche
  • des maux de ventre, des nausées, des douleurs thoraciques
  • des vertiges, un engourdissement, un évanouissement
  • la désorientation
  • des crises de panique ...

En ne voyant pas d'échappatoire, les symptômes se déclenchent. Cela peut être dans un ascenseur, une rame de métro, une cave, un tunnel, enfermé dans une pièce ou dans les endroits bondés : concert, boite de nuit..., lors d'un examen médical tel un scanner ou un IRM, etc...

Quels sont les comportements qui se manifestent ?

Certains comportements sont souvent constatés chez les personnes souffrant de claustrophobie :

  • Les personnes évitent d'emprunter l'ascenseur et préfèrent prendre les escaliers, même s'il y a de nombreux étages.
  • Dès qu'elles arrivent dans une pièce, la première chose qu'elles peuvent faire est de contrôler où se situent les accès pour sortir. Si tous les sorties sont fermées, elles peuvent se sentir très mal.
  • Dans les pièces où elles se trouvent, elles vont faire en sorte de pouvoir se tenir près de la porte.
  • Elles ont tendance à éviter de conduire aux heures de pointe, lorsque trop de monde est présent sur les routes. Elles évitent d'être passager dans une voiture pendant l'heure de pointe.

Quelle est l'origine de la claustrophobie ?

L'origine de la claustrophobie remonte souvent dans une expérience passée de la personne. Dans cette expérience, son cerveau a associé les petits espaces avec un ressenti de danger imminent.

Certains ont vécu lors de leur enfance, le fait d'avoir été séparé pendant un moment des parents, perdu dans la foule, ou bien encore de se retrouver coincé(e) dans un lieu... Une émotion désagréable s'est alors déclenchée suite à une situation vécut comme traumatisante. Cette émotion s'imprime dans l'esprit et se manifeste lors de circonstances similaires. Il est alors impossible pour la personne de penser de manière rationnelle.

La claustrophobie peut aussi se déclencher face au comportement mimétique d'un enfant vis-à-vis de ses parents ou d'un proche. Un enfant apprend en partie en observant, écoutant et reproduisant les personnes de son entourage. L'enfant voyant le comportement de cette personne claustrophobe, reproduit alors le même mécanisme.

On remarque également que les personnes qui souffrent de troubles d'anxiété, de dépression, qui consomment des médicaments, de la drogues ou de l'alcool en trop grande quantité sont plus disposer à avoir des phobies.

En quoi l'hypnose peut vous aider ?

Dans certains cas, des traitements médicamenteux comme les anxiolytiques ou les antidépresseurs sont prescrits temporairement pour aider à traiter la claustrophobie.

La relaxation et la pratique régulière du yoga peuvent apporter une aide pour réduire les symptômes de la claustrophobie. Certaines personnes utilisent les huiles essentielles, par voie cutanée ou olfactive, aux vertus relaxantes. Elles peuvent aider à prévenir les crises d'angoisse : huile essentielle d'orange douce, de néroli...

Du côté des thérapies, on retrouve les thérapies cognitives et comportementales (TCC) qui a pour objectif d'exposer la personne dans des situations qui déclenche sa phobie, de loin et dans un cadre rassurant puis de plus en plus près pour faire disparaître la peur. La psychanalyse est une thérapie également employée.

On retrouve également l'hypnose.

L'hypnose va permettre d'aller travailler sur les causes profondes de la peur pour pouvoir apprendre à réagir autrement dans les espaces clos. La première phase consiste à aider la personne à se sentir détendue. Le principe n'est pas d'éliminer toute forme de peur, car elle peut se révéler très utile pour l'être humain. Sous hypnose, un nouveau schéma de fonctionnement se crée qui permet de se sentir et de réagir de manière plus posée, plus rationnelle.

Le nombre de séances en hypnose pour travailler sur la claustrophobie dépend d'une personne à l'autre. En général, quelques séances sont nécessaires. L'hypnose est de plus en plus admise comme un moyen efficace de travailler sur différentes problématiques, dont les phobies.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Laurie Le Borgès

Voir profil

Bibliographie

  • "Libéré, délivré" de Abdelkader Mokeddem, Aurore Aimelet, Hachette, 2017
  • "La claustrophobie, la peur des espaces restreints et confinés", Doctissimo.fr
  • "Claustrophobie" Passeportsanté.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur thérapie brève