Comment affronter Noël quand un être cher nous manque ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

En général Noël est un moment de joie et de bonheur qui devient un enfer pour ces familles qui viennent de subir la mort d'un être cher...

16 DÉC. 2019 · Lecture : min.
Comment affronter Noël quand un être cher nous manque ?

La véritable essence de Noël est de partager avec nos proches la joie de se retrouver après si longtemps, les câlins et les gestes d'affection que nous recevons en nous souhaitant le meilleur pour l'année prochaine, la réunion de famille autour d'une table pour partager les gourmandises qu'avec tant d'amour ils nous ont cuisiné ... En général c'est un moment de joie et de bonheur qui devient un enfer pour ces familles qui viennent de subir la mort d'un être cher.

Pour les personnes en deuil, la souffrance et la nostalgie de l'absence du défunt peuvent peser plus que jamais au moment de Noël. Des émotions telles que la tristesse, la peur, la colère peuvent survenir plus facilement et être plus difficiles à contrôler à ce moment. Nous sommes plus gênés par les lumières, les chants, les repas ... et même le bonheur des autres.

Noël peut être vécu comme une période d'incompréhension et de contradiction entre ce que vous voulez faire ; se coucher en souhaitant que ces jours soient déjà passés, et ce que les autres attendent de ces fêtes. Ceux qui nous entourent nous demandent d'être avec eux, d'avancer avec force ou, tout simplement, de se remettre et de sourire à nouveau ... et logiquement, vous ne voulez pas gâcher la fête pour votre famille ou vos amis, et encore moins quils s'inquiètent pour vous.

De nombreuses personnes ou familles en deuil, en particulier le premier Noël après la perte, choisissent de ne rien célébrer pendant ces vacances. Ils essaient de continuer leur vie, font comme si c'était une journée normale. D'autres familles préfèrent faire quelque chose de différent, comme organiser un voyage dans un autre endroit. Quelque chose qui ne vous rappelle pas ces dates, qui ne vous rappelle pas ce qui s'est passé, où vous ne connaissez personne ... à l'abri des rituels de Noël.

La fuite et le déni sont des réactions humaines naturelles et font même partie du processus de gestion de la perte ou du chagrin. Les deux options sont compréhensibles. Cependant, la peine reste à l'intérieur, où que l'on aille.

  • Lignes directrices pour les familles en deuil :

Comment affronter le nouveau Noël ?

Ce qui est clair, c'est qu'après la perte d'un être cher, rien ne sera plus jamais pareil. Cependant, tôt ou tard, vous serez obligé de construire un nouveau Noël, de faire face à la célébration qui se répétera année après année et de créer de nouvelles façons de vivre ces vacances. Si vous devez y faire face, pourquoi ne pas le faire directement et le plus tôt possible ? Vous pouvez penser que vous n'avez pas la force nécessaire, mais vous n'êtes sûrement pas seul.e et vous serez autorisé.e à vaciller. Au moins, considérez certaines de ces suggestions :

  • Briser les murs du silence : rassemblez la famille pour convenir de la manière de faire face à la nouvelle situation de manière ouverte et naturelle. Il est important que vous puissiez tous exprimer vos sentiments et vos préoccupations non censurés, vos opinions et vos désirs sur la façon de gérer ces dates, les traditions que vous souhaitez maintenir, celles que vous ne souhaitez pas mettre en œuvre, si quelque chose de nouveau doit être fait ... C'est un temps pour chacun ou on peut participer et s'exprimer ; les aînés, les enfants, les adolescents ... Le plus difficile sera de franchir le pas, mais avec cette réponse simple on comprendra que chacun d'eux compte, que vous vous accordez la permission d'exprimer vos émotions et surtout dont vous avez besoin mutuellement
  • Promouvoir des normes familiales explicites et consensuelles : passez en revue les traditions que vous entretenez dans votre famille : l'arbre de Noël, Bethléem, les repas, les cadeaux, les visites à la famille et aux amis ... et laissez chacun exprimer ses sentiments à l'égard de chacun d'eux. Bien qu'il y ait des divergences, créez un espace pour vous écouter et convenir de ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire et partager.
  • Tenir en compte l'opinion des petits et incorporez-les à tous les rituels du souvenir : vous ne pouvez pas prétendre que tout reste identique, que rien ne s'est passé. Les enfants sont sensibles et percevront que la situation a changé. Si, en plus, nous cachons nos sentiments, ils peuvent répondre avec suspicion et méfiance. Lorsqu'un enfant fait face à une situation de crise, dont il n'avait aucune référence antérieure, il a tendance à regarder et à imiter les adultes qui l'entourent. Si vous percevez de la peur, vous répondrez avec peur. Si vous percevez que nous faisons face à la situation ouvertement, vous réagirez de la même manière. Un enfant ne craint pas la mort si les adultes qui l'entourent ne craignent pas ses questions ou ne cachent pas ses sentiments. Et comme les adultes, ils doivent être présents dans l'ensemble des rituels sociaux qui entourent la mort d'un être cher, même si c'est en moins de temps d'exposition, car ils ont aussi besoin d'internaliser la situation. Le fait d'être des témoins et des participants à ces événements les aidera à assimiler la situation de manière plus rapide et plus adaptative.

  • Se souvenir symboliquement de la personne absente : vous pouvez peut-être envisager d'introduire un nouveau rituel dans la famille, comme placer la photo de la personne absente près du sapin de Noël ou dans un endroit significatif avec quelques bougies ou dessins du plus petit de la maison, ou juste avant de commencer un dîner, fermez les yeux et sentez que cette personne est présente un jour si spécial, même si votre chaise est vide. Faciliter un moment, un espace ou un lieu spécifique pour se souvenir de notre bien-aimé, ou pour pouvoir aller quand nous ressentons de la nostalgie, nous aidera à défaire le nœud émotionnel qui nous opprime, ou tout simplement un espace où nous pouvons déborder émotionnellement, si nécessaire. Vivre des moments comme celui-ci ou avoir la sécurité de pouvoir aller dans des espaces comme ceux-ci, peut nous aider à vivre le reste du temps avec moins de douleur.

Il est triste de devoir subir la perte d'un être cher pour que notre vision du monde change. Afin de réaliser les choses qui sont vraiment importantes pour nous, ce que signifie vivre pleinement sa vie. Pour pouvoir discerner ce qui est vraiment important pour nous, des choses pour lesquelles nous nous mettons en colère, nous nous fàchons, nous nous justifions ... sans guère de sens. Apprenez à profiter des petits détails de la vie:  la compagnie de nos proches, un repas en famille, un dîner entre amis, un moment de paix et de tranquillité ou simplement un geste d'affection de votre partenaire, de votre enfant ou de votre mère ... tant de choses qui justifient à elles seules la naissance. Et sûrement, que la personne absente a su apprécier ces mêmes choses a sa juste valeur en votre compagnie.

Ce toast de Noël est également pour ceux qui nous manquent !

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur deuil