Confiance en soi /affirmation de soi : comment les développer ?

Avant d'apprendre à les développer, comprenons ce qui bloque...

8 OCT. 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Confiance en soi /affirmation de soi : comment les développer ?

Manque de confiance soi

Ce terme est très générique et nous l'entendons très souvent et peut désigner beaucoup de choses.

Le manque de confiance en soi est un obstacle majeur à une vie épanouie. Les causes de ce manque de confiance sont multiples. Les connaitre et identifier celles dont on souffre est un premier pas pour regagner confiance en soi.                              

Avoir confiance en soi, c'est avoir foi en ses capacités, en ses possibilités et en ses talents. Si, pendant longtemps, vous avez eu tendance à dévaloriser vos réalisations, rabaisser vos talents et douter de vos capacités, il peut vous sembler bien difficile de commencer à avoir confiance en vous.

La confiance en soi, c'est la reconnaissance de ses propres compétences liée à nos actes et à nos compétences.

L'affirmation de soi, c'est la capacité à s'exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres. Contrairement à l'estime de soi qui est la reconnaissance de sa propre valeur.

Il y a souvent une confusion entre la confiance en soi et l'estime de soi, même si les deux peuvent se combiner.

Comprendre ce qui bloque

Les causes sont multiples (énumération non exhaustive) :

  • Dévalorisation dans votre enfance (parents critiques, humiliants, peu aimants,…) ;
  • Critiques sur un défaut physique de l'enfant, trop maigre, trop gros, autres… (moqueries des autres, mise à l'écart, ...) ;
  • Difficultés scolaires de l'enfant ;  enfant timide (se sentir différent, exclu,…) ;
  • Harcèlement scolaire ;
  • Etre l'ainée d'une grande fratrie (ne pas avoir la sensation d'avoir eu sa place) ;
  • Parents exigeants (difficulté à être à la hauteur de leurs exigences) ;
  • Parents manipulateurs (chantage affectif entre autres,…) ;
  • Enfant non désiré ;
  • etc.

L'enfant impacté par les énumérations ci-dessus risque à l'âge adulte de ne pas avoir confiance en lui. Souvent d'ailleurs, d'autres situations viendront se rajouter pour confirmer qu'il ne peut se faire confiance, ce qui fera partie de ses croyances négatives qui l'influenceront de manière inconsciente dans chaque nouvelle situation.

Ces adultes ne prendront pas de risques, ne se sentant pas à la hauteur, douteront sans cesse de ce qu'ils peuvent faire ou dire. Ces individus auront souvent du mal à dire non.

Certains pourront à l'inverse développer un comportement agressif, ne sachant pas gérer l'affirmation de soi, c’est-à-dire se respecter et se faire respecter tout en respectant les autres.

Certains individus pourront parfois développer une phobie sociale qui est très handicapant.

Je rappelle qu'une phobie sociale est une phobie très différente de toutes les autres, dont  la composante est surtout axée sur la peur et le jugement des autres, se dévalorisant soi-même.

Conséquences du manque de confiance en soi

  • on se sacrifie pour les autres (leurs besoins passent avant les nôtres) ;
  • on ne sait pas se faire respecter par les autres ;
  • on ne fait pas nos propres choix (selon nos envies et nos désirs) ;
  • on n’ose pas dire « non » ;
  • on n’ose pas refuser : face à un travail excessif, on risque le  burnout ;
  • on n’ose pas demander : on reste frustré/insatisfait ;
  • on ne s’exprime pas de peur d’entrer en conflit ;
  • on vit dans la peur : d’être jugé ou rejeté par les autres ;
  • on n’ose pas se défendre et faire respecter ses droits ;
  • on n’exprime pas clairement ses limites ;
  • on a le sentiment d’être un paillasson pour les autres ;
  • on n’ose pas répondre à une personne agressive ou qui se met en colère ;
  • on se laisse culpabiliser par les autres ;
  • on finit par croire qu’on est nul : signe d’une baisse d’estime de soi ;
  • on ne donne pas son avis : on est toujours d’accord avec les idées des autres.

Solutions

Noter dans quelles situations vous ne vous faites pas confiance. Puis identifier ce qui se passe en vous émotionnellement parlant, et qu'est-ce que vous vous dites sur vous-mêmes ?

Quelques exemples

1.     Je ne partage pas une décision prise par ma direction ou mes supérieurs lors d'une réunion de travail, mais je ne dis rien.

  • Émotions possibles : anxiété, gêne, frustration – Pensées : ils sont plus intelligents que moi, et j'ai peur d'être jugé par mes propos si je m'expose.
  • Pensées alternatives possibles : Demandez-vous sur quoi repose votre pensée, pouvez-vous le vérifier ? Souvent la réponse est non.

2.     Un ou une collègue se prend pour la chef alors qu'il ou qu'elle vient d'arriver dans la société, mais je n'ose rien lui dire.

  • Émotions possibles : colère, frustration – Pensées : J'ai peur de rentrer en conflit, de ne pas savoir me défendre ou me ridiculiser.
  • Pensées alternatives possibles : Idem que ci-dessus, comme pouvez-vous savoir si vous rentrerez en conflit ?  Il est fort possible que non.

3.     Mon directeur me demande de rester plus tard ce soir au travail, alors que j'avais prévu de diner à l'extérieur avec mon amoureux(se) mais je n'ose pas refuser.

  • Émotions possibles : Culpabilité, colère, frustration – Pensée : Je suis nul(le), je n'arrive pas à dire non.
  • Pensées alternatives possibles : Si je ne m'autorise pas à m'exprimer, je ne me respecte pas dans mes choix. Il est fort possible que mon directeur me propose une négociation en commençant plus tôt le lendemain.

À vous maintenant d'identifier les situations qui vous mettent en difficulté. Pouvez-vous faire un lien avec votre passé, votre enfance, votre éducation ?... Si vous avez pu faire des liens, pouvez-vous mettre en place des pensées alternatives ?  Que ressentez-vous si vous le faites ?

Mais si ce manque de confiance perdure et devient trop envahissant dans votre quotidien, n'hésitez pas à consulter un thérapeute. Souvent il est nécessaire de revisiter le passé et d'apporter une restructuration cognitive, émotionnelle avec des techniques spécifiques.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Nathalie Follmann

Hypnothérapeute Clinique

Certifiée par l'Institut Sakti d'Hypnose Clinique à Paris. Mon approche "intégrative" permet de travailler sur tous les troubles émotionnels, psychosomatiques avec de nombreuses approches et techniques. L'hypnothérapie que je pratique s'inscrit autant dans une thérapie brève qu'une thérapie de fond. Elle s'adapte autant aux adultes qu'aux enfants à partir de 4 ans.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur affirmation de soi