L'épuisement émotionnel, la conséquence d'une exigence de soi

L'épuisement émotionnel peut être une conséquence lorsqu'on exige trop de soi et qu'on veut être fort(e).

18 DÉC. 2018 · Dernière modification: 3 OCT. 2019 · Lecture : min.
L'épuisement émotionnel, la conséquence d'une exigence de soi

L'épuisement émotionnel est un état de surcharge face à l'effort. On ne parle pas uniquement d'excès professionnels, mais aussi de la charge d'assumer des conflits, des responsabilités ou des stimuli de type émotionnels ou cognitifs. 

L'épuisement émotionnel n'arrive pas du jour au lendemain. C'est un processus latent, qui se déploie lentement jusqu'à l’effondrement, quand on ne tient plus. 

Bien que l'épuisement émotionnel se vive comme une fatigue mentale, il peut s'accompagner d'une grande fatigue physique. Lorsqu'il surgit, la personne peut ressentir une sensation de lourdeur, une impossibilité à continuer à aller de l'avant. Elle tombe alors dans une inertie dont il est difficile de sortir. 

Quelles sont les causes de l'épuisement émotionnel ? 

Il surgit lorsqu'un déséquilibre se produit entre ce que l'on donne et ce que l'on reçoit. Les personnes qui en souffrent sont généreuses, elles donnent tout ce qu'elles peuvent d'elles-mêmes au travail, à la maison, en couple ou dans tout autre domaine. 

On retrouve souvent ce syndrome dans les domaines très exigeants, demandant des grands sacrifices : 

  • Un travail avec un fort risque de licenciement
  • Une famille dont les membres ont beaucoup de problèmes et demandent de l'attention
  • Une relation amoureuse conflictuelle ou qui a de grandes difficultés.

La personne qui souffre d'épuisement émotionnel manque de temps pour elle et ne reçoit pas la reconnaissance, l'affection ou la considération suffisante : on attend d'elle qu'elle soit toujours présente, comme si elle n'avait pas de besoins ou comme si elle était plus forte que tout le reste et pouvait tout supporter. 

pleur.jpg

Les premiers symptômes de l'épuisement émotionnel

Des indices laissent présager l'apparition de l'épuisement émotionnel. Il s'agit de signaux auxquels, en règle générale, on n'accorde que peu d'importance alors même qu'ils nous permettraient de gérer la situation à temps. 

  • Épuisement physique : la personne se sent fatiguée en permanence. Dès le réveil, elle a l'impression que la journée sera une montagne à gravir. 
  • Insomnie : la personne a des difficultés pour dormir car elle a toujours des problèmes qui tournent dans sa tête empêchant le sommeil. 
  • Irritabilité : elle se met en colère et perd le contrôle d‘elle-même avec récurrence. La personne est de mauvaise humeur et sensible à toute critique ou geste de désapprobation. 
  • Manque de motivation : celui ou celle qui souffre d'épuisement émotionnel agit de façon mécanique, comme s'il ou elle devait continuer à faire ce qu'il/elle fait tout le temps. Perte d'intérêt et d'enthousiasme pour les activités qui étaient appréciées auparavant. 
  • Distanciation affective : les émotions sont de plus en plus plates, comme si on ressentait de moins en moins de choses. 
  • Pertes de mémoire : une saturation d’informations et/ou de stimuli donne lieu à des oublis fréquents. La personne oublie facilement de petites choses. 
  • Difficultés pour penser : la personne est facilement confuse. La moindre activité lui demande plus de temps qu’auparavant, et elle raisonne plus lentement. 

pleurss.jpg

Comment sortir de l’épuisement émotionnel ? 

La meilleure façon de dépasser l’épuisement émotionnel est évidemment de se reposer. Il est important de trouver du temps libre pour se relaxer et être tranquille. Les personnes dont on exige beaucoup peuvent par exemple passer des années sans prendre de vacances. C’est quelque chose qu’il ne faut absolument pas faire, car la fatigue surgira tôt ou tard. La première chose à faire est donc de prendre quelques jours pour se reposer. 

Une autre solution est de travailler pour avoir une attitude différente face aux obligations quotidiennes. Chaque jour doit inclure des temps dédiés aux engagements, mais aussi des temps pour se reposer et réaliser des activités gratifiantes. Il faut absolument apprendre à laisser de côté le perfectionisme ou l’obsession de vouloir tout gérer. 

Enfin, il est très important de se sensibiliser à soi-même : pour cela, l’idéal est de prendre un peu de temps chaque jour pour être seul(e) : respirer, se reconnecter avec soi-même, avec ses envies. Il est fondamental de développer une attitude de compréhension et de bonté face à soi-même. Si on ne le fait pas, il nous sera tôt ou tard imposible de continuer. 

Photos : Shutterstock

Si vous vous sentez épuisé(e) émotionnellement, n’hésitez pas à prendre contact avec un(e) psychologue

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
12 Commentaires
  • Emma

    Merci pour cette analyse succincte et qui va à l'essentiel : on ne se rend pas vraiment compte que notre conduite nous mène à l'épuisement ou alors on est dans le déni voulant être une super maman, super épouse et ça déborde...J'ai particulièrement apprécié la phrase qui disait en substance que tout le monde nous déléguait tout sans prendre en compte nos besoins ou en pensant peut-être qu'on pouvait tout encaisser: pas vraiment, je suis dedans! ça fait peur...Merci pour le partage!!!

  • bettyboop

    je suis une famillemonoparentale depuis 13 ans le papa gère rien je travaille je me fais tout le temps du souci pour y arriver financièrement etre là au mieux pour mes ados mais moi je me suis oubliée et je ne peux pas faire machine arrière je suis vraiment fatiguée j'ai déjà fait un burn out il y a 6 ans.

  • Jo marie

    Merci pour ces pressieuces infos. Excellente année à toutes et tous ceux qui vivent cet état.

  • tatanne

    Mon Roger, Je suis émue par ta publication... Tu es parfait et je me réjouis de te revoir. Bons réveillons à toi on peut les passer ensemble si cela te dit...

  • Sonia

    j'ai vécu un épuisement émotionnel. Un papa en maison de retraite qui a perdu son autonome et qui est malheureux. Un mari handicapé suite à un accident, dont je m'occupe, ma maman décédée cette année. Tous ces évènements au cours de ces trois dernières années. Et en sourdine, une maladie chronique en ce qui me concerne qui demande une surveillance régulière, et quelques fois des hospitalisations. J'ai réagit, je me suis beaucoup expimée.. Je m'en sors avec trois activités gratifiantes que je pratique presque chaque jour et à mon rythme, selon mon inspiration. Celles-ci me permettent de me retrouver et de m'abstraire de mes soucis, elles me donnent beaucoup de joie. Merci Sophie pour toutes vos analyses et conseils je vous suis depuis 2 ans environ.

  • F. Z

    Merci pour toutes ces informations bénéfiques !

  • Salome

    Bonsoir, C’est tout à fait dans cet esprit que je suis depuis quelques années.

  • Kali

    Mère de 3 garçons de 12, 8 et 6 ans. Activité professionnelle à temps plein dans le secteur médico-social ( hôpital) Je me reconnais completement dans cette description. Le plus dur c'est d'accepter de se dire qu'on est à bout et de savoir demander de l'aide.

  • Forgetmenot

    Très vrai. Merci pour ce constat Il est grand temps que je prenne cela au sérieux Françoise

  • Béatrice

    Merci pour cet article très éclairant.


Chargement en cours



derniers articles sur développement personnel