Pourquoi est-il si important de s'aimer soi-même ?

S'aimer soi-même,c'est s'accepter et c'est la condition préalable pour aimer et être aimé véritablement.

28 OCT. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Pourquoi est-il si important de s'aimer soi-même ?

La politesse, la compassion, l'empathie, le respect, nous sont présentés comme les huiles nécessaires aux rouages des relations. Nous sommes, par notre éducation, par les conditionnements sociaux ou religieux, invités à considérer, aimer l'autre, les autres, parfois jusqu'à l'abnégation.

Mais nous apprend-t-on à nous aimer nous-même ?

Il semble bien que non. Comme si s'aimer soi-même était "péché" d'orgueil, de vanité.

Et pourtant…tout ce formatage a souvent des effets pervers car ne pas apprendre à s'aimer soi-même conduit à mal aimer les autres.

Mais quelles peuvent être les raisons du manque d'amour de soi ?

Lise Bourbeau, fondatrice au Québec, du Centre de Développement personnel " Ecoute Ton corps" et auteur de best sellers traduits dans le monde entier (plus de 6 millions de livres vendus) l'explique dans son célèbre ouvrage "les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même".

En effet, l'amour de soi est essentiel au développement harmonieux de tout être humain. Lorsque le petit enfant est confronté à un déficit d'amour qu'il perçoit au travers de comportements, de paroles, il se forge peu à peu la conviction profonde, que s'il n'est pas aimé, c'est qu'il n'est pas aimable. Cette conviction qu'il va traîner désormais comme un boulet déclenchera la peur d'être abandonné ou rejeté par ceux qu'il aime (ses parents, entre autres), peur réactivée à de multiples occasions dans son parcours (dans ses relations amicales et sentimentales).

Quelles conséquences pour la construction de la personnalité ?

Le sujet qui vit dans la crainte d'être abandonné devient dépendant affectif : il a tendance à s'accrocher à ceux qu'il aime, ressent souvent une jalousie maladive. Rien ne semble pouvoir le rassurer: ni les paroles de réconfort, ni les gestes de tendresse. Et cela est normal, puisque ne s'aimant pas, il ne peut croire à la sincérité de l'autre. Il va pour prévenir le risque de l'abandon chercher à se rendre indispensable, en « faire des tonnes » pour espérer attirer ne serait-ce qu'un instant d'attention et être très attentif à tout ce qui pourrait détourner l'attention de l'être aimé.

Le sujet qui a peur d'être rejeté va avoir tendance à verrouiller sa sphère émotionnelle, il évitera de s'impliquer trop profondément dans ses relations dans l'espoir de s'en tirer sans trop de dégâts en cas de rejet. Il adoptera la stratégie de la fuite en avant : Quand des émotions trop fortes pointeront le bout de leur nez, on pourra le voir tourner les talons, sans explication, pour aller se réfugier dans son placard. Celui qui est porteur de la blessure de rejet a cependant besoin d'une « cour » autour de lui, son carnet d'adresse est plein...de relations plutôt superficielles. Il est perçu comme aimable, toujours souriant, attentif, serviable…mais ce n'est souvent qu'un masque.

Le manque d'amour de soi, un boulet dans la vie

Ne pas s'aimer soi-même ou ne pas s'aimer suffisamment entraîne, outre l'inconfort dû à la peur, des conséquences à plusieurs niveaux.

Les relations sentimentales s'en trouvent compliquées : les systèmes de défense mis en place sont non seulement inefficaces mais totalement contre productifs. La jalousie excessive du dépendant affectif peut devenir insupportable : l'autre se sent étouffé et souffre à son tour du manque de confiance qu'on lui manifeste. Le fuyant, quant à lui, en déconcertera plus d'un sur sa fâcheuse tendance à ne pas affronter ses peurs et on pourra parfois lui reprocher une certaine lâcheté.

Mais ne pas s'aimer soi-même a aussi des répercussions dans d'autres domaines : le manque d'amour entraîne un manque d'estime qui entraîne un manque de confiance. Ainsi, on pourra avoir davantage de difficultés pour s'épanouir dans le milieu professionnel dans lequel on aura tendance à reproduire les mêmes schémas : en cherchant à plaire à tous, on pourra devenir taillable et corvéable à merci, en ne croyant pas assez à sa valeur et à ses compétences, on pourra renoncer à des opportunités.

Mais alors comment fait-on pour s'aimer soi-même ?

On peut apprendre à s'aimer soi-même.

Mais cela ne peut se résumer à un travail mental qui consisterait à lister ses belles qualités et à essayer de se convaincre qu'on doit s'aimer.

Le gros du travail consiste à opérer une guérison.

Pour ce faire, il est nécessaire de recontacter son enfant intérieur (cf mon article sur mon profil « l'enfant intérieur, ce petite passager clandestin ») pour identifier les causes profondes du manque d'amour de soi, et par des techniques diverses (comme l'hypnose par exemple), réparer les blessures d'origine en délogeant les mémoires négatives pour les remplacer par des programmes positifs. Seul ce nettoyage par le fond permet de restaurer l'amour de soi.

Une fois ce processus engagé, il sera nécessaire d'opérer la transformation extérieure par des changements de comportement : par exemple, apprendre à dire non, poser ses limites. Le faire avant la guérison intérieure n'a pas d'effet durable : ce serait comme mettre de la peinture pour cacher la moisissure d'un mur.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Véronique BLANCHE

Voir profil

Bibliographie

  • Lise Bourbeau : Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même

  • Moussa Nabati : Le Bonheur d'être soi-même

  • Jean-Francis Crolard : L'art de s'aimer soi-même

  • Guy Corneau : Mieux s'aimer pour aimer mieux

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 2
  • AM_G

    Bonjour, Je suis très intéressée par des informations sur “l’Enfant Intérieur, ce petit passager clandestin !” de Véronique BLANCHE ? Ou puis je me renseigner s’il vous plaît ? Avec mes remerciements.

  • Lewis

    Je suis une dépendance affective et j’en souffre énormément

derniers articles sur affirmation de soi