Bavardage mental sans fin

Réalisée par Anonyme · 17 sept. 2023 Aide psychologique

Bonjour, j'ai 29 ans et je réfléchis beaucoup.

Beaucoup trop sans doute. La façon dont je procède dans mes réflexions m'interroge : je m'adresse intérieurement à quelqu'un que je connais peu, collègues par exemple, mais aussi médecin, et travailleur social (qui m'accompagnent actuellement).

Il ne s'agit pas d'un dialogue : je m'adresse bien à quelqu'un quand je parle intérieurement, mais je suis seule à parler. Je bavarde constamment, cela m'empêche de dormir, en tout cas il me faut des heures pour m'endormir, cela m'empêche de profiter et savourer le présent car je me sens prisonnière de ma tête. Mes "conversations" intérieures sont extrêmement denses, riches, elles partent souvent dans tous les sens même si je fais facilement les liens entre chaque thème/question/idée traités.

La plupart du temps, ces conversations sont l'occasion de revenir sur une conversation antérieure réelle, je la reprends, la développe, la complète, la bouscule et c'est SANS FIN. Quoique... Les moyens que j'utilise pour y mettre un terme sont la raison même de cette interminable question posée ici. Ces moyens (alcool, nourriture) me déplaisent et j'essaie donc, plutôt que de m'attaquer aux moyens-conséquences, de m'intéresser aux causes.

Ce qui me tracasse actuellement, c'est que ces bavardages mentaux commencent à prendre le dessus. Je me sens oppressée.

Ce ne sont en plus pas des conversations ordinaires mais très profondes, intellectualisées, complexes. Je vois que je me parle à travers d'autres, que je me raconte à travers d'autres, que je me construits une histoire à travers d'autres. Autres étant mes interlocuteurs imaginaires (du moins, réels mais avec lesquels je discute intérieurement). Je parle de mes convictions, de mes valeurs, de mes idées, de mes peurs, de mes motivations et je ne le fais jamais directement, même dans ma tête. C'est toujours à travers un double "support" : l'Autre, et un thème qui me plaît (issu d'une de mes nombreuses passions dites intellectuelles).
Et mêmes quand je reprends une situation sociale réelle, donc sans passer par un thème-confort, même quand la situation sociale reprise ne me concerne pas directement, je finis toujours par exprimer du Moi dans ma conversation intérieure.

Je place là (juste avant d'envoyer ma question, donc un peu au hasard parmi tout ce que j'ai déjà écrit, après avoir déjà rédigé la fin de ma question) le fait que, malgré tout, les conversations intérieures que j'ai ne parlent pas QUE de moi, je développe aussi des thèmes, sujets, idées, analyses, hypothèses jusqu'à l'excès et, quand je cesse, je suis profondément écœurée, ou bien embarrassée, dégoûtée du degré d'analyse ou de profondeur que j'ai atteint sur le thème en question.

Pour vous donner un ordre d'idée, je peux passer un week-end entier à discuter dans ma tête, sur une même conversation que je vais pousser à son comble jusqu'à "satisfaction". Evidemment je ne fais presque rien quand je suis à ce point dans ma tête, et de toute façon même si je fais, je fais en étant absente de mon corps, absente de mon cœur, tout à ma tête.

J'ai donc en fait plusieurs questions qui me viennent :

1) suis-je narcissique ? Je veux dire, trop narcissique, à revenir à moi sans arrêt, à être aussi autocentrée, à infecter mes conversations intérieures d'une sorte de récit de Moi, pas un récit autobiographique, un récit de Qui je suis.
2) est-ce malsain de me parler à moi-même à travers un Autre, et exclusivement de cette façon-là ? je veux dire, je n'ai pas de discours intérieur à la 2ème personne du singulière, j'utilise le "je" (moi) et le "tu/vous" (l'Autre).
3) comment empêcher ces discussions intérieures de m'envahir, de m'oppresser ? J'ai bien l'impression qu'il est peu judicieux (voire impossible) de chercher à les évincer mais alors, comment vivre avec ?

Ah et j'oubliais : sur une journée, ou une semaine-type, les seuls moments où je ne discute pas dans ma tête sont ceux durant lesquels je suis en présence des Autres, dans mon travail par exemple, mais aussi durant mes conversations réelles, verbalisées et oralisées surtout, ou lorsque j'écoute les Autres, amis, collègues, professionnels, famille etc.
Cela signifie que, si je passe une journée seule, alors je bavarde mentalement durant les 24h de la journée moins les heures de sommeil (durant lesquelles, malheureusement, je rêve, cauchemarde et me réveille sans arrêt).
Le sport, la marche, la lecture, l'écriture (plusieurs heures d'écriture par jour!) ne me permettent pas d'interrompre ce bavardage mental excessif, ni même de l'atténuer.

C'était très long à écrire, très confusant et sans doute très confus. Merci pour ceux qui voudront bien me lire, et merci pour ceux qui voudront bien me répondre.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12650 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12650

questions

réponses 134350

réponses