Comment arrêter de combler un manque par mes relations amoureuses et sexuelles

Réalisée par Gpsqr · 14 mai 2024 Aide psychologique

Bonjour, j'ai décidé d'écrire ici, car j'arrive à un stade de ma vie où je me rends compte que je répète les mêmes schémas à travers mes relations amoureuses ou mes aventures.

Je suis un homme de 34 ans, ayant eu déjà plusieurs thérapies brèves.

Je suis de nature hypersensible, certains de mes thérapeutes me voient comme HP, j'ai une tendance à énormément penser, souvent quand j'étais plus jeune à me décrire dans mon monde...

J'ai un attachement de type anxieux, qui s'est soldé par des relations de dépendance affective pour la plupart. D'ailleurs mes 3 relations longues ont été avec des partenaires qui je pense avaient le même type d'attachement.

J'ai conscience d'où vient mon attachement anxieux, qui provient de mon histoire familiale et relation avec mon père.
Mon père a été en quelque sorte "absent" pendant mon enfance, ou jamais du moins présent comme ma mère. Je suis dans une quête sans fin de "combler un vide" comme un besoin de reconnaissance, d'affection ou amour, que je nourris à travers mon environnement, et le plus souvent à travers mes relations.

J'ai détruis mon ancienne relation qui a duré 3 ans, à avoir toujours un besoin de plus en plus fort d'affection ou de besoin sexuel. Sur le coup cela me rassure et me fait du bien, mais ensuite quand cela retombe, j'ai tout de suite des symptômes somatiques d’anxiété (mal de ventre intestinal, nuque raide, comme une impression d’oppression, insomnie ect...) voir à un point où je devenais limite dépressif avec un état léthargique.

C'est comme si ma conjointe était devenue une drogue, son affection ou l'acte sexuel me procurait un pic de plaisir ou dopamine, comparable à une récompense instantané, et ensuite j'étais en "descente" ou chute, vraiment comme si j'avais pris une charge. (j'ai été consommateur dans mon adolescence).

Mon problème actuel est que j'ai conscience de ce schéma, que je suis dépendant affectif et sexuel, mais que je n'arrive pas à en sortir vraiment, j'ai toujours eu tendance dans mes hobbies quand je suis seul et pas en relation justement à me "nourrir" de cet aspect dopamine (jeux vidéos compétitifs, soirées alcool/défonce, sport à haut niveau) et une sexualité également abondante.

Je sais que j'ai du mal à rester "seul" bien longtemps, car célibataire j'ai vite tendance à aller sur les applis de rencontre, à avoir un semblant de relation, comme si je cherchais à avoir "une place".

J'ai actuellement rencontré une femme avec qui tout ce passe bien en surface, quand je la vois je suis heureux et elle également, mais quand nous reprenons notre semaine chacun de notre côté, je me sens justement avec des symptômes anxieux, ou comme "vider" du weekend et de l'hyper attention de la relation (elle aussi a un attachement anxieux, j'ai conscience que nous nourrissons chacun nos manques).

J'ai l'impression que j’entame de nouveau quelque chose ou je vais me prendre un mur, et je ne sais pas en sortir, je ne sais pas si je dois être seul et apprendre à l'être, par peur de souffrir et éviter de répéter les mêmes erreurs, ou si je peux un jour avoir une relation saine.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 15 MAI 2024

Bonjour

Il est difficile de bien comprendre votre mode de fonctionnement psychique à partir de votre message. On voit bien qu'il y a une recherche de compensation mais il faudrait creuser l'objet de cette compensation, en regardant notamment plus précisément la nature de la "récompense instantanée" que vous recherchez. Celle-ci se présente comme une compensation illusoire puisque vous retombez ensuite un peu plus dans la déprime. Il y a un problème non résolu, quelque chose qui n'est pas encore "sorti".
Il faudrait creuser avec vous dans un échange.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure en visio est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4229 réponses

21810 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 MAI 2024

Bonjour,
Vous semblez très conscient de vos schémas répétitifs et de votre besoin de combler un vide intérieur par des comportements délétères et insatisfaisants.
Vos thérapies n'ont certainement pas été appropriées ou l'approche incomplète.
Je vous conseille une approche intégrative (voir mon profil). Il serait nécessaire de revisiter votre enfance et de traiter avec des techniques spécifiques les évènements marquants. Votre comportement d'aujourd'hui prend racine dans votre propre vécu...

Cordialement
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5366 réponses

31426 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 MAI 2024

Bonjour,
nous avons tous besoin de moteurs psychiques pour dynamiser notre vie, et trouver du sens.
Dans votre cas, ll s'agit là d'une dépendance affective fortement ancrée, vous décrivez par ailleurs les mécanismes typiques de l'addiction. Vous êtes drogué à vos relations amoureuses... Et vous les usez...
Quelles sont vos passions dans la vie ? Qu'est ce qui vous fait vibrer ? Qu'est-ce qui vous attire mais que vous n'osez peut etre pas entreprendre ? Je crois qu'il faut trouver d'autres raisons d'être, en décalant doucement cette idée fixe de la relation amoureuse comme unique moyen d'exister.
L'hypersensibilité et la douance sont des explications face à ce mécanisme de l'addiction, et un travail introspectif et profond en ce sens vous serait bénéfique.
Les pensées envahissantes dans le fonctionnement HPI peuvent se canaliser.
Bien cordialement.

Coline Esterbet Psy sur Uzès

3 réponses

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 MAI 2024

Bonjour à vous,

Vos compulsions, sont les symptômes d'une souffrance qui est refoulées. Au lieu de faire face à cette souffrance car elle vous fait peur, vous préférez la refouler ce qui peut se comprendre car elle est certainement devenue votre dopamine. Vous êtes dans un processus complexe et il serait bien de tout reprendre à zéro afin de faire un reset. TOUT EST POSSIBLE !
Je vous envoie de la force pour continuer vers un chemin de prise de conscience.
Je vous remercie de votre confiance.
Cordialement. Christine LORIJON

Christine Lorijon Psy sur Haute-Goulaine

1964 réponses

1004 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 MAI 2024

Bonjour à vous

Je comprends que vous souffrez d'un manque profond qui vous provoque des réactions de dépendance. Il est important d'aller comprendre la source de ce manque par une thérapie longue, telle que la gestalt-thérapie : votre manque est comme une blessure profonde qui serait encore à vif. C'est une blessure affective, qui ne se voit pas. Mais comme une blessure physique, elle peut être "réparée" si vous acceptez d'aller la regarder et d'en prendre soin. Vous êtes jeune et vous en sentirez rapidement les bienfaits. Bientôt, vous ressentirez que, certes la blessure est toujours là, mais elle est cicatrisée et ne fait plus mal lorsque vous la touchez.
Vous serez alors plus à même de vous sentir bien lorsque vous êtes seul, de vous apaiser et vous réguler dans les périodes de manque, d'aller puiser dans vos ressources et faire des choix ajustés pour répondre à vos besoins et vous sentir bien.
Je me tiens à votre disposition pour vous accompagner dans cette démarche.

Prenez soin de vous
Hélène CHAMBRIS
Gestalt Thérapie Humaniste Intégrative
Rdv en ligne ou en présentiel à Marseille 8ème

Hélène Chambris Psy sur Marseille

1254 réponses

2371 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

16 MAI 2024

Bonjour Monsieur,

Vous avez bien compris votre problème.

Visiblement les thérapies brèves que vous avez fait ne vous ont pas beaucoup aidé, en tous cas pas aidé à vous sortir de l’angoisse de la solitude et du besoin compulsif de relations sexuelles vécues comme des traitements contre l’anxiété.

C’est dans une thérapie plus longue et plus profonde, à travers la relation que vous pouvez nouer avec un-e thérapeute que vous allez pouvoir vous construire un moi plus solide et une forme d’attachement plus sécure, sans l’angoisse d’abandon et en vous aimant vous même suffisamment pour ne plus être totalement dépendent d’un Autre.

Vous avez besoin de faire baisser votre anxiété et aussi d’apprendre que la solitude ne va pas vous « tuer »…, mais au contraire elle peut vous permettre de vous ressourcer. Il suffit d’essayer de traverser les premières sensations d’anxiété en l’absence de l’être aimé pour voir que celle ci disparaît au bout d’un certain temps.
Avez vous essayé la méditation ? Elle peut bien vous amener à ne plus vous sentir vide, en explorant les sensations qui vous traversent.

Bien sûr que vous pouvez un jour avoir une relation « saine » et respectueuse de votre personne et de l’autre, en intégrant aussi des valeurs de vie « saine » pour le corps et l’esprit.

Je vous souhaite de trouver le chemin pour trouver et assumer votre place dans la vie.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4388 réponses

12032 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 MAI 2024

Bonjour,
ça ce vois que vous avez déjà fait de la therapie car vous êtes bien conscient des vos " modalités ".

Maintenant le vrais point c'est de se faire accompagner pour travailler sur vos difficultés à être avec vous même sans distractions.
Vous pouvez commencer une relation où rester seul mais en priorité est important que vous comprenez ce que vous voulez éviter de vous même attraver vos relations d'attachement.

Si vous voulez on peux en discuter plus en détail.
Bien à vous

Simona D'Isanto

Simona D'Isanto Psy sur Paris

284 réponses

625 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 MAI 2024

Bonjour,

Je vous remercie pour le partage de votre expérience, qui témoigne d'une grande introspection et d'une volonté de comprendre les schémas répétitifs dans vos relations.
Il est intéressant de constater que vous vous retrouvez en relation avec des personnes partageant le même type d'attachement anxieux. Cela peut en effet refléter un processus inconscient où vous cherchez à vous rencontrer à travers l'autre, pour comprendre et intégrer ces parties de vous-même que vous pourriez avoir du mal à reconnaître ou à accepter pleinement.

Il est possible que vos comportements, tels que la recherche constante d'interaction et de stimulation externe, servent en partie d'évitement pour ne pas faire face à ces parts blessées et/ou à la douleur du manque. Cette fuite temporaire peut renforcer les schémas répétitifs et dysfonctionnels dans vos relations.

Une approche possible pour sortir de ces schémas serait de reprendre un travail d'introspection approfondi. Cela impliquerait de regarder de plus près les parties de vous-même qui sont blessées ou non résolues, de chercher à les comprendre les accueillir et les guérir. Cela peut également nécessiter de repenser votre type d'attachement et de travailler à le réparer, afin de développer des relations plus saines et équilibrées à l'avenir.

Je suis là pour vous accompagner dans ce processus d'exploration et de guérison. Si vous souhaitez approfondir ma méthode et recevoir un soutien personnalisé, n'hésitez pas à me contacter.

Avec toute ma bienveillance
Elisabeth Eisinger
Thérapie individuelle - Thérapie de couple -Thérapie familiale
Consultation en ligne

Elisabeth Eisinger Psy sur Mandray

28 réponses

29 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 MAI 2024

Bonjour à vous,

Vous êtes en effet très conscient sur votre problématique, ses origines qui se traduisent par de la dépendance affective et à la dopamine de manière hyper claire.

La dépendance est toujours couplée à la dépression dont elle est la béquille.
À mon avis il vous faudrait creuser sur votre aspect dépressif pour trouver une façon plus saine et pérenne de le contrer. Pour vous combler de l’intérieur et non de l’extérieur.
Et commencer un travail en conscience de « désintox ». Avez vous approché cela en thérapie d’exposition désensibilisation graduée en TCC ? Ça me semble un bon outil pour soulager votre symptôme.

Pour les causes racines de votre fond dépressif un travail en psycho généalogie peut être également une clé puissante pour trouver le sens caché de ce que vous récupérez bien malgré vous.

Je reste à votre écoute en toute bienveillance si vous souhaitez approfondir tout cela en séance .

Anne-Claire Plantey
Psychanalyse active / Coaching positif / TCC / Psychogenéalogie


Anne-Claire Plantey Psy sur Saint-Martin-de-Hinx

106 réponses

39 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 MAI 2024

Bonjour,
Vous semblez assez clair sur votre problématique de scénario répétitif dans votre vie affective. Je ne peux que vous suggérer d'aller en thérapie, et cette fois-ci, pas forcément brève, pour explorer votre schéma d'attachement en lien avec votre histoire et être à même de changer certaines de vos croyances sur vous, sur les autres et sur le monde, qui vous font souffrir aujourd'hui. Cela peut être long et il faut de la patience, mais vous avez déjà pas mal de matériels et de prise de conscience pour pouvoir aller beaucoup plus loin.
Bon courage à vous.
Frédéric DUQUEROIS
Psychopraticien en Analyse Transactionnelle
Adultes et Couples, en Individuel et en Groupe
Nantes

Frédéric Duquerois Psy sur Nantes

358 réponses

92 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

15 MAI 2024

Bonjour G.

La grande clarté de ce que vous exprimez est un premier atout. En résumé : vous avez identifié l'anxiété et ses manifestations, le schéma de répétitions de vos expériences, la dépendance affective et sa cause principale : "l'absence" de votre père. Du fait des guillemets que vous mettez ici, je suppose que cette absence est davantage psychique et affective que physique. Le père étant en effet le modèle identificatoire du fils (même si cela est inconscient ou refusé), il est vraisemblable que ce manque a créé un gouffre que vous cherchez aujourd'hui à remplir de manière compulsive ou excessive avec des femmes. L'amour et la sexualité, plutôt que de vraies rencontres avec une personne sont devenues un mode de décharge (un exutoire), un moyen de reconnaissance et d'exploration de votre identité. Ce qu'elles sont de fait, mais pas exclusivement.

Voici quelques éléments que je perçois et/ou vous suggère :

1. Par manque de conscience de ce que vous êtes et de confiance en vous, vous comblez le doute et l'angoisse par de l'excès de façon à remplir, à empêcher que du vide apparaisse. Exemple: excès de sport, performant et à haut niveau. Ne pourriez-vous pas commencer par cela, en douceur : conserver la pratique du sport, excellent anti-dépresseur, mais en privilégiant la régularité et l'endurance à la performance ? Ensuite, vous pourrez revenir progressivement à la performance (il n'y a pas de mal à cela), une fois que l'anxiété aura diminué.

2. La dépendance affective (et par suite sexuelle) tient aussi à votre méconnaissance de ce que vous êtes : on veut être tout pour l'autre parce que l'on n'est pas quelqu'un pour soi. Elle entraîne la peur (de perdre l'autre, de lui déplaire, lui décevoir), les anxiétés que vous décrivez et les fuites de colmatage ("applis de rencontre" dont vous parlez). Du fait de ce que vous savez très bien nommer, ce que vous pourriez essayer, ce sont des activités qui vous recentrent sur vous (par exemple, des livres qui expliquent cela, des livres papier qui vous sortent de l'écran et concernent ce que vous aimez, la lecture ayant une fonction apaisante), ainsi que des liens équilibrants, autre qu'amoureux : où en êtes-vous avec vos amis ? Les soirées "alcool-défonce" sont aussi des fuites qui vous éloignent de vous-même. Avez-vous essayé d'aller au cinéma seul ? Faites des expériences (sans préjugés négatifs !). Pour aller mieux et résoudre des problèmes récurrents, il faut commencer par changer des habitudes, des choses concrètes. Ce que vous diminuez ("soirées défonce"), remplacez-le par quelque chose d'autre pour créer une nouvelle habitude.

3. Quelque chose qui marche : notez vos résolutions (réalisables, progressives) sur un cahier, et regardez ce qui a réussi. Notez ce que vous voulez éviter, limiter, réaliser, même si ce sont de petites choses en apparence.

4. Dans une relation amoureuse, chacun existe à part entière, dans sa singularité, ses potentialités et ses limites. Il s'agit d'aimer et de vouloir construire quelque chose ensemble et aussi de nourrir la relation de ce que vous êtes et faites séparément (travail, lectures, amis, émotions, convictions, activités ...). Pour reconnaître l'autre en tant que personne (et non supplétif pour combler vos manques), vous devez vous sentir bien avec vous-même, ou d'autres : amis, collègues, famille (qu'en est-il avec votre mère, votre fratrie, d'éventuels échanges ou activités aujourd'hui avec votre père ?). Pour l'instant, vous ne savez pas ce que vaut un loisir tout seul (marche, concert, ...). Essayez ! Si vous en avez les moyens, inscrivez-vous à un voyage organisé qui correspond à ce que vous aimez (randonnées vélo, ...). C'est l'occasion de découvrir qui vous êtes et des ressources que vous ne soupçonniez pas. Vous êtes dans la répétition, alors que la vie est une découverte.

5. Avoir identifié les problèmes est un premier pas considérable. Maintenant, reste le passage à la vie, à la réalisation. C'est passionnant de passer à autre chose. Vous ne perdrez pas ce que vous êtes, vous le découvrirez. Pour vous libérer de vos peurs, allez-y progressivement. Ne faites pas tout d'un coup, vous retomberiez dans l'excès qui est votre fonctionnement habituel.

Bien à vous,

VM

Valérie Maréchal Psy sur Metz

81 réponses

222 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13100 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16250

psychologues

questions 13100

questions

réponses 136300

réponses