Fin de thérapie - regretter son psy

Réalisée par As-I-Am · 21 nov. 2017 Psychothérapie

Bonjour,

La semaine dernière, à mon initiative et avec l'avis favorable de mon psychiatre, c'était ma dernière séance. Ça allait faire un an que la thérapie avait débuté Il m'a donné plein de clés, j'ai compris beaucoup de choses. Sauf que je me suis énormément attachée à lui, je pense qu'il le sait.Pendant ma thérapie on a d'ailleurs parlé de mes problèmes d'attachement et de séparations - mon psychiatre m'a dit que je suis une personnalité abandonnique - Depuis que je l'ai quitté après ma dernière séance, j'ai enchainé crise de larmes sur crise de larmes tout au long de la journée pendant 3 longs jours. Dimanche elles se son enfin arrêtées, mais depuis une partie de moi est triste, mon psychiatre me manque vraiment. Je lutte pour ne pas reprendre un rendez-vous ou lui écrire un mail. J'aimerais savoir si cette phase de manque est "normale" et combien de temps va-elle durer ????

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 21 NOV. 2017

Bonjour,

Votre message montre effectivement un attachement fort à votre thérapeute, qui est "naturel" quand une bonne alliance a été créée avec celui-ci, et que le "transfert" a été plutôt "positif", ce qui a contribué à votre avancement dans la compréhension de votre histoire et de vos mouvements psychiques.
Mais... ces crises de larmes (qui accompagnent un sentiment de manque/abandon ?) sont le signe qu'il y a encore une réelle souffrance qui n'a pas été analysée, ni intégrée.

Le désir de mettre fin à sa thérapie montre un besoin "d'autonomisation"...(de ne plus être "dépendant" de la relation thérapeutique), ce qui est positif, mais... est-ce que l'arrêt de la thérapie a été suffisamment anticipée et préparée en séances ?
Avez-vous bien compris (et parlé de...) votre désir de finir à ce moment bien précis de votre parcours ?

Par ailleurs..., en principe une personnalité "abandonnique" a besoin d'une thérapie qui dure plusieurs années, pour intégrer les blessures du passé et se "reconstruire".

Il me semble qu'il serait bon pour vous de retourner parler à votre psy de tout ce que vous ressentez actuellement : il se peut qu'une autre étape de la thérapie s'ouvre ainsi à vous.

Bonne réflexion, bon courage et bonne continuation !
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4359 réponses

11959 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

22 NOV. 2017

Bonjour,
En effet et comme le disent les collègues à votre message, vos larmes et votre tristesse montrent que quelque chose reste à travailler... Qu'est ce qui vous a poussé à manifester à votre psychiatre votre intention d'arrêter? Il est possible que vous ayez fait un bout de chemin significatif et que vous avez considéré que "c'était assez" et que vous pouviez vivre plus facilement. C'est bien possible et c'est sans doute juste. Toujours est il que certaines choses probablement no travaillées, ou pas encore assez, restent... C'est un choix à faire, vous pouvez demeurer avec cette part de vous "abandonnique" active si elle ne vous embête pas trop, ou bien choisir de continuer le chemin.

Bonne suite quelle qu'elle soit

Claudine Briatore
psychologue clinicienne

Anonyme-309580 Psy sur Puget-sur-Argens

35 réponses

230 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 NOV. 2017

Bonjour As l am,
Il est clair que vous souffrez encore de la blessure d'abandon qui se caractérise par une émotion de tristesse profonde, le sentiment de se sentir abandonnée ; est ce que cette blessure ne serait pas en lien avec votre papa ? Je pense qu'il y a encore des choses à travailler de ce côté là si vous ne voulez pas souffrir au plus profond de vous même.
Bien sincèrement.
Laurence Le Rolland
Laurence Le Rolland

Anonyme-318378 Psy sur Saint-Herblain

19 réponses

22 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 NOV. 2017

Bonjour,

Le propre des personnalités dites "abandonniques" est à la fois de souffrir de l'abandon mais aussi de le provoquer pour conserver une maîtrise de la situation. Agir plutôt qu'être passif...

Dans votre demander d'arrêter la thérapie avec votre psychiatre, j'entends quelque chose de ce mouvement: arrêter avant de s'attacher trop. Anticiper, prendre la décision de la fin pour ne pas souffrir d'abandon...

Il y a là un mouvement psychique qui vous est propre et qui demande à être travaillé encore, à être compris. Soit vous reprenez RDV avec votre psychiatre et vous voyez avec lui s'il peut vous accompagner à cet endroit de votre souffrance; soit vous prenez RDV avec une autre personne avec laquelle vous pourrez travailler cette question tellement importante.

Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

965 réponses

3933 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 NOV. 2017

Bonjour As-I-Am,
En un an une relation forte s'est construite et surtout si elle a été constructive, il est compréhensible que vous regrettiez qu'elle soit terminée.
Votre thérapeute aurait peut être pu vous accompagner vers la fin du traitement afin que vous puissiez vivre une transition plus soft.
Peut-être pouvez-vous lui demander de vous recommander une thérapie complémentaire (type psychanalyse) pour repartir plus sereinement vers l'avenir.
A votre écoute.

Anonyme-265309 Psy sur Vienne

438 réponses

691 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

21 NOV. 2017

Bonjour As I Am ,
This is not as you are, this is called TRANSFERT.
Le transfert est un peu le courant si pur qui se crée entre le psy et ses patients, tout comme la résistance, il faut absolument le bousculer pour éviter les aléas que vous décrivez ici.
Peut-être est-ce volontaire du côté de votre psychiatre, de toute façon si vous souffrez trop, c'est que votre travail n'est pas fini.
De toute façon, qui donc vous empêche à part vous même de le contacter à nouveau et surtout pourquoi?
Je vous souhaite une merveilleuse réflexion.
C.LeVern

LeVern Catherine Psy sur Martigues

158 réponses

328 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychothérapie

Voir plus de psy spécialisés en Psychothérapie

Autres questions sur Psychothérapie

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13000 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 13000

questions

réponses 135950

réponses