Je me suis faite violer et je n'ai rien dit...

Réalisée par 1676 · 7 avril 2020 Violence faite aux femmes

Cela c'est passé il y a maintenant 4 ans. Cette histoire je me la répète en boucle au moins une fois par jour.
J'étais parti seule en vacance dans la maison de mes grands-parents avec pour objectifs de faire de nouvelles rencontres, de m’amuser, d’arrêter de faire la fille trop réservée.
J’étais sur la plage en fin de journée sur ma serviette entrain de bouquiner. Il y avait beaucoup de monde à la plage. Deux mecs, qui devaient avoir une vingtaine d’année ce sont approcher de moi. Ils ont commencé à discuter avec moi à me demander ce que je faisais ici. Un des deux à commencer à vouloir me masser le dos, je n’étais pas à l’aise du tout. Puis il a commencé à descendre au niveau de mes fesses puis en dessous. J’étais super gêner, il y avait tellement de monde autour de moi. Mais le pire c’est que ça m’a excité… il m’a dit vient on va se baigner. Je sais pas pourquoi ni comment mais j’ai terminé dans l’eau. Il a commencé à me pénétrer, ça faisait mal et je lui disais que je n’avais pas vraiment envie. Mais ce n’était pas un non, ce n’était pas assez ferme. Quand on est sorti de l’eau, ils m’ont proposés que l’on se revoie le soir même avec des potes à eux pour faire la fête et qu’on se rejoigne au même endroit. Moi je me suis dit c’est bon je suis une fille cool pour une fois qu’il m’arrive quelque chose d’un peu foufou dans ma vie alors j’ai dit oui. Je ne sais pas pourquoi j'ai dit oui alors que je vivais mal ce qui venait de se passer. Le soir arrivé je les ai rejoints au parking là où on avait dit. Ils m’ont dit vient on monte chez toi pour commencer la fête et on rejoint nos potes plus tard dans la soirée, je n’étais pas trop d’accord mais ils insistaient tellement que j’ai dit oui. Arrivé chez moi, ils commencent à sortir leurs bouteilles d’alcool. On commence à boire, eux beaucoup moi pas trop. Il y en a un qui commence à me toucher les fesses, je le repousse. Il se met derrière moi, me bloque et se frotte contre moi. Je lui dis d’arrêtait il me dit c’est bon détend toi en mettant sa main dans ma culotte. Je le repousse et je lui dit c’est bon tu peux te retenir, ça serait mieux qu’on descende en bas rejoindre leurs potes. Je suis descendu dans ma chambre chercher mon sac, sauf qu’il m’a suivi. Il ferme la porte de la chambre. Il commence à se rapprocher de moi, me prend au cou. J’ai laissé mon corps là, seul, je me suis juste dit autant qu’on en finisse. J’avais tellement mal, je regardais le plafond en espérant que ça soit bientôt terminer. L’autre, est arrivé dans la chambre, depuis quand je ne savais pas. Il était en train de regarder ce qui était en train de se passer en se masturbant. L’autre me dit c’est rien t’inquiété il peut bien rester sinon il s’ennuie. Moi je n’avais pas envie. J’avais l’impression d’être dans un film porno. Une fois enfin finis, ils sont partis. Moi je suis restée dans le lit, je n’étais vraiment pas bien. Je me demandais comment c’était possible d’avoir laissé ses gars rentrer chez moi et dans mon intimité. A quel moment j’ai bugué et je ne me suis pas défendu ? Pourquoi ? J’avais tellement honte de moi. J’ai oublié cette histoire en rentrant, de temps en temps ils revenaient dans ma tête. Sauf cette année. C’est devenu obsessionnel, il ne se passe pas un seul jour sans que j’y pense au moins une fois. Je l’ai vécu comme un viol, je me suis violée moi-même. C’est de ma faute j’aurais dû dire non, je n’aurais pas dû les laisser entrer chez moi. J’ai tellement honte, je culpabilise…Je peux pas raconter cette histoire, on me jugera. Tellement naïve que j’étais, je n’ai pas respecté mon propre corps.
Et je ne me souviens pas de tous les détails, je ne sais que le début et la fin de chaque rapport. Et c’est ça le pire. Je l’ai vécu comme un viol, la honte et la culpabilité me ronge tout les jours au point que ça m'a plonger dans une dépression. Je suis suivis par une psy pour cette dépression mais n'ose pas parler de tout ça.
Qu'est ce que vous en pensez ? Merci

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 7 AVRIL 2020

Bonjour,

Vous êtes suivie par une psy et c'est une excellente chose.
Vous avez été victime d'un viol. Vous avez dit "non", et ce garçon n'a pas respecté votre demande d'arrêter. C'est donc lui qui est en tord, pas vous. Pourquoi n'avez vous pas pu vous défendre ? Parce que c'est une réaction instinctive de survie, on appelle ça le figement. Vous avez sans doute su intuitivement que vous seriez en plus grand danger si vous résistiez. Vous avez fait ce qu'il fallait pour rester en vie. A ce moment là, vous avez su que c'était la meilleure des options qui se présentait à vous.
Ensuite, il me semble essentiel que vous puissiez en parler à votre psy. Elle ne vous jugera pas. Et si elle le fait, changez-en.
Un psy par définition même de son métier ne doit jamais vous juger, sinon il ne fait pas son métier correctement.
Je reste à votre écoute si vous le souhaitez,
Bien cordialement,
Laetitia Leoni-Bonin
Psychothérapie intégrative basée sur l'attachement,
Psychothérapie familiale

Lætitia Leoni-Bonin Psy sur Paris

151 réponses

256 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 AVRIL 2020

Bonjour x1676,
Votre témoignage est émouvant.
Ces pensées et impuissances qui vous habitent actuellement sont une réaction au traumatisme que vous avez subi.
Libérer la parole, telle que vous avez commencé à le faire ici, est déjà un premier pas dans la traversée de ce qui vous arrive.
Lors d'un traumatisme, la charge émotionnelle est telle que le cerveau disjoncte, temporairement. C'est un peu comme se couper du corps, des ressentis.
Lors de la reconnexion, culpabilité et incompréhension font souvent partie de la donne.
Spécialisée dans l'accompagnement des traumatismes, je propose un outil de reprogrammation neuro-émotionnellement qui permet de digérer et de traverser ce qu'il s'est passé.
Je propose des accompagnements hypnotiques à distance et suis à votre disposition si vous en ressentez le besoin.
Belle journée,

Julie Fromentin Psy sur Éguilles

19 réponses

3 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 AVRIL 2020

Bonjour,
Ce que vous avez vécu est terrible. Vous avez réussi à le raconter ici. Le fait que vous ne vous ayez laissé votre "corps, là tout seul", ne signifie en rien que vous étiez consentante, mais plutôt que vous étiez probablement en état de dissociation, d'ailleurs vous le décrivez très bine lorsque vous dites que vous aviez l'impression d'être dans un film. Quand au plaisir dont vous parlez, il est le résultat d'une réaction purement mécanique, vous n'avez pas à en culpabiliser, vous avez juste subi le résultat d'une action mécanique sur la zone stimulée. Vous avez réussi à raconter ce terrible événement ici, en ligne ce qui signifie que nous sommes de nombreux praticiens à vous lire, mais vous avez témoigné de façon anonyme, qui permet de mettre à distance la honte et en même temps de vous soulager un peu. Votre démarche témoigne de votre besoin de vous délester de cette souffrance qui peut être à l'origine ou s'jouter à votre dépression. Ce qu'il faut vous demander, c'est pourquoi vous ne parvenez pas à confier cela à votre psy?Est-ce que c'est un homme? Cela peut avoir une influence dans cette situation. Avez-vous suffisamment confiance en elle, en lui? Vos éléments de réponse peuvent vous aider pour la suite. Vous avez eu beaucoup de courage pour écrire tout ça ici, vous tenez le bon bout.
Patricia ELDIN, psychologue clinicienne

Patricia Eldin Psy sur Vers-Pont-du-Gard

371 réponses

110 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 AVRIL 2020

Bonjour,
Racontez-lui, il n'y a que comme ça que vous pourrez avancer.
Bien à vous
Sylvie Protassieff
Psychologue clinicienne - Psychothérapeute – Psychanalyste (Paris)
Pendant la période de confinement, j’assure mes séances par FaceTime, WhatsApp, Skype, Zoom et téléphone

Sylvie Protassieff - Psychologue Psy sur Paris

814 réponses

481 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour, et bienvenue
Je suis touchée par votre témoignage ce qui m'intrigue c'est vous êtes suivie par un psy, mais que vous ne pouvez pas lui en parler, cela me semblerait pourtant tout à fait libérateur. Un bon psy accueillera toujours ce que vous dites dans la bienveillance, le respect et le non jugement. La pratique que j'exerce m'a permis à plusieurs reprises de traiter des "histoires" comme la votre et j'ai peu constater dans leur suivis de belles choses.
Je reste à votre écoute, et en ces temps troublés par téléphone également.
Cordialement
Nelly Winter psychopraticienne en Maieusthésie.

Nelly WINTER Psy sur Ambès

137 réponses

131 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour
Vous avez vécu quelque chose qui maintenant sous forme d'un traumatisme, et peut-être c'est la honte que vous ressentez en rapport avec ce qui s'est passé et le fait que vous vous êtes quelque part laisser glisser dans cette situation, sans vous protéger.
Vous dites que vous vouliez vivre quelque chose d'un peu fou, un peu hors de l'ordinaire, un peu comme un fantasme et là une partie de vous realise que ce n'est pas de la façon dont les choses se sont passées que vous souhaitiez.
Je pense que vous devriez en parler à votre psy, tout simplement, lui dire : j'ai quelque chose a vous dire, c'est très gênant, ..."
Il ou elle devrait être à votre écoute.
Si ce n'était pas le cas, je reste à votre disposition pour effectuer un travail en ligne (du fait de la situation actuelle ) et bous aider à dépasser ce traumatisme et comprendre pourquoi vous avez été là-dedans.

Christiane Moyaux Ledour

Moyaux Ledour Psy sur Carqueiranne

287 réponses

120 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour 1676,

Vous ne vous êtes pas violée vous-même, vous avez été victime de viol. Vous dites l'avoir "vécu comme un viol", C'EST un viol. Dans votre récit vous exprimez à plusieurs reprises avoir repoussé vos agresseurs, avoir dit non, avoir refusé, être mal à l'aise. A aucun moment ces garçons n'ont cherché à vous séduire, à vérifier que vous étiez d'accord. Ce n'est pas une relation consentie, c'est un viol. Vous avez abandonné votre corps pour éviter peut-être bien pire. Ce n'est pas vous qui n'avez pas respecté votre corps, ce sont eux.
Vos agresseurs ont profité de votre sidération. Vous avez été paralysée par le choc, la culpabilité, la honte et les injonctions contradictoires, vous ne vouliez pas passer pour la fille trop réservée, pour une fois qu'il vous arrivait quelque chose, pourquoi ne pas laisser faire mais quand ça va trop loin il vous était impossible de réagir. Il est très rare qu'une personne puisse crier quand elle subit une agression ! Ce qu'il se passe souvent c'est ce que vous décrivez comme l'abandon de votre corps. Votre tête se met à l'abri, oublie les détails et se dissocie du corps qui est agressé. C'est un mécanisme de sauvegarde, vous pouvez vous remercier de l'avoir eu.
Vous avez vécu un traumatisme, et subissez maintenant les pensées obsessionnelles qui vous ont plongé dans une dépression. Si vous avez confiance dans votre psy, théoriquement son travail est de vous accompagner sans vous juger ! Si elle vous juge c'est qu'elle n'est plus dans son rôle. Et si vous n'arrivez pas à lui parler peut-être pourriez-vous vous interroger sur la qualité du lien de confiance que vous vivez dans cette relation qui devrait être thérapeutique.
Vous avez besoin d'être accompagnée, par cette psy ou une autre selon ce que vous ressentez, il existe des associations de victimes de viol qui peuvent aussi vous écouter et vous conseiller de manière anonyme et gratuite. Vous êtes une victime, non pas de vous mais de ces garçons qui ont profité de vous.

Merci de votre confiance
Myriam Bouderbala, thérapeute systémicienne.

Myriam Bouderbala Psy sur Grabels

13 réponses

12 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

8 AVRIL 2020

Bonjour,
Les symptômes que vous nous décrivez semblent relever d'un stress post-traumatique par rapport à votre (vos) viols. Parce que détrompez-vous, vous avez été violée et ce n'est aucunement de votre faute. Vous avez dit non à ces garçons et ils ont tout de même abusé de vous. Même si vous avez été dans l'eau avec lui et que vous les avez invité à monter dans votre appartement, à partir du moment ou vous dites non, c'est non. Vous n'avez pas à culpabiliser, ce sont eux qui devraient se sentir coupable.
Les réactions que vous nous décrivez lors des viols sont normales. En cas de danger majeur pour vous, votre cerveau n'agit plus de façon réfléchie et logique et votre instinct de survie se met en route, c'est pour cette raison que vous n'avez pas bougé à ces moments-là..
N'hésitez pas à en parler à votre psy, elle ne vous jugera pas et pourra vous aider à avancer par rapport à votre trauma..
Bon courage !

Bérénice Lefebvre, psychologue TCC en ligne

Bérénice Lefebvre Psy sur Lille

60 réponses

62 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 AVRIL 2020

Bonjour,
Vous dites êtes suivie par une psy et ne pouvoir parler de cette histoire, alors je trouve ça bien dommage...
Toutefois, je vous précise qu'il existe des approches thérapeutiques comme la mienne pour laquelle ce type de traumatismes peut se traiter en très peu de séances. Car parfois, même souvent, une thérapie verbale n'est pas suffisante pour restructurer ce traumatisme.
Car verbaliser reste à un niveau conscient, alors qu'inconsciemment ce traumatisme s'est enregistré dans votre corps...
je vous conseille une approche psycho-corporelle avec des techniques type EMDR (voir mon profil).

Restant à votre disposition si vous êtes de ma région,
Hypnothérapeute clinique - Thérapie intégrative & holistique

Nathalie FOLLMANN Psy sur Clichy

3089 réponses

12069 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Violence faite aux femmes

Voir plus de psy spécialisés en Violence faite aux femmes

Autres questions sur Violence faite aux femmes

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 8000 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 11550

psychologues

questions 8000

questions

réponses 42800

réponses