Je n'arrive pas à prendre mon indépendance

Réalisée par annam · 30 nov. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

J'ai 28 ans, j'ai terminé mes études il y a 4 ans, je travaille, mais je n'arrive pas à prendre mon indépendance. J'ai grandi dans une famille qu'on pourrait qualifier de toxique. Mon unique sœur, qui a un an de moins que moi, est handicapée mentale, mais est relativement autonome. J'ai toujours vécu dans la culpabilité et dans la manipulation, on ne s'occupait pas de moi quand j'étais petite, car le handicap de ma sœur prenait trop de place. Cela m'a rendue plus mature et autonome que les autres enfants, mais cela a engendré également une grande souffrance. J'avais l'impression d'être la 2e maman de ma sœur et de devoir toujours arrondir les angles et me faire toute petite pour préserver l'harmonie familiale. Paradoxalement, j'ai aussi grandi en étant surprotégée, mes parents sont très anxieux et peu sociables, ils ne me laissaient pas sortir quand j'étais ado, car je devais uniquement penser à mes études. Les rares fois où je sortais avec des amis, on me faisait culpabiliser, notamment par rapport à ma sœur. Je devais être parfaite, avoir uniquement d'excellentes notes. Je suis tombée dans l'anorexie à 17 ans, j'avais trop de pression sur mes épaules. J'avais peu de vie sociale, j'étais très timide et j'avais même peur d'être avec d'autres jeunes.

En terminale, j'ai voulu partir à 2h de la maison pour mes études, mais mes parents ne me soutenaient pas et voulaient que je reste à proximité, ils ont tout fait pour me dissuader de partir et, sans soutien, j'ai pris peur et j'ai renoncé. Je suis sortie de l'anorexie à 20 ans et les choses se passaient mieux, je prenais plus de libertés, même si mes parents n'étaient pas ravis, je suis même partie une année en Erasmus et j'ai effectué plusieurs stages à l'étranger. Je pense que j'avais besoin de partir loin. La situation avec mes parents s'est alors apaisée avec la distance, mais il y avait toujours du contrôle et de la manipulation.

J'ai eu aussi qqes relations amoureuses, dont une qui a été très toxique, mais je n'ai jamais envisagé de m'installer avec un conjoint. J'avais sûrement peur qu'on m'enferme à nouveau en m'installant avec qq'un, et je ne me sentais également pas légitime par rapport à ma famille (je n'avais pas le 'droit' de partir), ou bien j'avais peur de quitter mes parents et le cocon dans lequel ils m'avaient enfermée, qui malgré tout était sécurisant, comme une cage dorée. Lorsque j'évoquais mon indépendance avec mes parents, je sentais qu'ils étaient assez réfractaires ('tu ne vas pas y arriver', 'tu es si bien à la maison', 'tu n'es pas faite pour vivre seule', 'tu vas nous abandonner').

En terminant mes études, je pensais que l'envie de partir définitivement s'imposerait à moi et que les choses se passeraient naturellement. Mais qqes jours après ma soutenance finale, j'ai eu le sentiment d'être soudainement anesthésiée, comme si plus rien ne m'intéressait, comme si je voulais seulement rester enfermée dans ma chambre. Cela a duré environ 2 ans, période qui coïncidait avec la pandémie, puis je me suis sentie mieux, mais je n'ai pas pensé à prendre mon indépendance, sûrement pour les mêmes blocages qu'auparavant. C'était comme si les autres avaient le droit, mais pas moi. Comme je suis freelance, je voyageais beaucoup tout en travaillant et partais parfois plusieurs semaines de suite (inconsciemment, je pense, pour fuir la maison). Mes parents étaient très négatifs par rapport à mes voyages ('il va t'arriver quelque chose', 'nous ne voulons pas que tu ailles là-bas', 'tu ne vas pas aimer ce pays', 'tu es mieux à la maison').

Au bout d'un certain temps, le sentiment d'anesthésie est revenu et aujourd'hui je n'arrive plus à voyager, je n'en ai plus envie, je n'arrive pas à me projeter dans quoi que ce soit. Je subis ma vie, sans réussir à faire bouger les choses, même si j'ai conscience de passer à côté de ma vie. Je me sens impuissante, j'ai l'impression d'être paralysée et de ne pas réussir à avancer. Je suis suivie par une psychologue et une psychiatre, je prends des antidépresseurs, mais j'ai l'impression de stagner. Mes parents ont récemment pris conscience de leur attitude néfaste et des répercussions sur mon développement, mais je n'arrive pas pour autant à passer à autre chose, à me libérer et à prendre mon indépendance et cela m'inquiète beaucoup, car je n'ai pas envie de rester dans cet état pour toujours. Je m'interroge sur le type de thérapie qui me conviendrait le mieux.

Merci de m'avoir lue.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13000 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 13000

questions

réponses 135950

réponses