Je ne comprends pas l’humour/je ne sais pas être drôle. Pourquoi?

Réalisée par anonymousgirl · 21 nov. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

Comme vous avez pu le remarquer dans le titre de ma question, je ne comprends pas l’humour, et je ne sais pas du tout comment faire rire, ni même savoir quand une blague est pourrie ou pas, ce qui peut me donner l’impression d’être mal vue aux yeux des autres, comme quelqu’un qui n’est pas intelligent, du moins j’en ai peur. J’aimerais beaucoup que ça change car en soi j’adore passer du temps avec ma famille et mes amis, rigoler avec eux, mais étant de nature réservée et timide, mon problème n’arrange rien car ça me fait stresser à chaque fois…
Quand je parle à des amis ou à des collègues, par message comme en face à face je sais jamais quoi dire, ni même comment tenir une conversation, du coup à chaque fois on parle d’un truc, et au bout de moins de 2 minutes, j’ai déjà l’impression de n’avoir plus rien à dire sur le sujet, du coup on change de sujet jusqu’à épuisement et pouf, des blancs s’installent.
Sauf que j’ai horreur des blancs, je me dis que quand il y en a la ou les personnes à qui je parle doivent me trouver ennuyeuse, pas intéressante et qu’ils ne passent pas un bon moment.

Je sais que c’est paradoxal, en soi j’aime passer du temps avec les autres mais en même temps non car j’ai vraiment peur qu’ils s’ennuient en ma compagnie car je sais pas avoir de la conversation, ni être drôle. Donc ça fait que je parle peu par message, il m’arrive de parler à certaines amies qu’une fois par mois ou moins, et tout le temps la conversation s’essouffle très rapidement, c’est pesant. Aussi j’ai toujours peur de pas savoir doser la prise de parole, peur de la monopoliser à coups de "moi je, moi je…" ou au contraire d’être trop sur la réserve, discrète voir effacée.

Ayant vécu des problèmes d’apprentissage depuis toute petite et diagnostiquée avec une maladie génétique qui en est la cause, j’ai jamais vraiment appris mes cours, ou du moins je les apprenais à la dernière minute et au fil du temps je n’ai donc pas vraiment acquis de culture générale, et je suis pas vraiment curieuse. Quand je m’intéresse à quelqu’un je pose des questions mais je redoute que la personne pense "mais pourquoi elle pose cette question? la réponse est pourtant évidente, elle pose des questions bêtes" ou encore "elle fait semblant de s’intéresser à moi mais en fait elle s’en fout"… Est ce que ce manque d’humour peut être lié à tout ça? Est ce que mes difficultés dans mes relations sociales peuvent être dues à mon humour sarcastique qui peut ne pas être compris?
De plus j’essaie d’observer autour de moi pour analyser et avoir des chances de faire des blagues mais je suis pas du tout douée en analyse ni en interprétation…
Je souhaite me sentir comme connectée à mes amis en pouvant rire d’une blague en la comprenant, sans avoir besoin qu’on me l’explique, que je puisse en faire en retour pour répandre encore plus de joie et de bonnes vibes si je puis dire, et j’aimerais surtout parler de tout et de rien sans que la conversation s’essouffle rapidement.
Aidez moi s’il vous plaît, j’en peux plus d’être qu’une simple spectatrice de mes amitiés, j’ai l’impression de les subir…


Merci infiniment d’avance pour vos réponses.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 2 DÉC. 2023

Bonjour,

Vous avez certainement le sens de l'humour, mais ce n'est peut-être pas ce que vous imaginez. Tout le monde a une capacité innée à trouver l'humour et peut-être n'avez-vous tout simplement pas trouvé le bon canal. Il existe différents types d'humour, il est fort possible que le vôtre soit juste différent de la plupart, vous dites vous-même que votre humour est du type sarcastique.

L’une des meilleures façons de surmonter vos difficultés est de trouver des raisons de sourire. Selon la psychologie positive, le sens de l'humour est une attitude, il n'est pas tant lié à ce qui se passe, mais à la façon dont vous interprétez ce qui se passe. Au lieu de vous laisser absorber par vos pensées et vos inquiétudes négatives, vous pouvez commencer à vivre dans le présent et à découvrir des raisons de sourire. Pour ce faire, vous pourrez vous habituer à apprécier les petites choses de la vie comme les éléments de la nature, les histoires et les événements comiques, etc. Un travail thérapeutique peut vous être très utile, je me mantiens disponible avec les outils d'Hypnose, de PNL et de TCC.

Bien à vous,

Nilton Mascarenhas,
Praticien en Hypnose Ericksonienne.

Nilton Mascarenhas Psy sur Paris

565 réponses

5353 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

6 DÉC. 2023

Bonjour,

Je comprends que la difficulté à comprendre l'humour et à maintenir des conversations légères puisse être source de stress et d'inconfort dans vos interactions sociales. Il est important de rappeler que chacun a des forces et des défis différents, et il est tout à fait possible de travailler sur ces aspects pour améliorer votre expérience dans les relations sociales.

Votre description évoque plusieurs éléments qui pourraient contribuer à vos préoccupations, notamment votre nature réservée, votre timidité, ainsi que des défis liés à l'apprentissage et à une maladie génétique. Ces facteurs peuvent influencer la manière dont vous interagissez et percevez les interactions sociales.

Concernant votre préoccupation par rapport à l'humour, il est possible que cela soit lié à une variété de facteurs, y compris votre expérience personnelle et votre style de pensée. Le sens de l'humour peut être développé, et cela ne nécessite pas forcément une compréhension instantanée de toutes les blagues. Parfois, apprendre à rire de soi-même et à trouver l'humour dans des situations simples peut être un bon point de départ.

Quant à vos difficultés dans les conversations, cela peut être travaillé également. La clé est souvent la pratique. Prenez votre temps pour développer votre capacité à poser des questions ou à partager vos propres expériences de manière à créer un échange dynamique. Vous pourriez envisager de rejoindre des groupes ou des activités où vous pouvez partager des intérêts communs avec d'autres personnes, facilitant ainsi la création de sujets de conversation.

En ce qui concerne votre analyse et interprétation des situations sociales, il pourrait être utile de cultiver la bienveillance envers vous-même. Souvent, nos propres critiques intérieures peuvent amplifier nos appréhensions. Travailler sur la confiance en soi et l'estime de soi peut également influencer positivement vos interactions sociales.

Enfin, en tant que psychologue transpersonnel, je suis là pour vous accompagner dans ce cheminement. Nous pourrions explorer ensemble des exercices pratiques, des stratégies de communication, ainsi que des approches pour renforcer votre connexion avec les autres.

N'hésitez pas à me partager davantage de détails sur votre situation afin que nous puissions élaborer un plan d'action adapté à vos besoins spécifiques.

Bien à vous,

Majda Gaillourdet

Majda Gaillourdet Psy sur Bernes-sur-Oise

8 réponses

3 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2023

Bonjour,
De ce que vous partagez avec beaucoup de courage, j'en déduis que vous croyez que vous n'êtes pas intéressante pour les autres, que vous n'êtes pas à la hauteur, que vous n'avez rien d'intéressant à dire, que vous n'êtes pas drôle et que vous n'avez pas d'humour, que les autre ne vous comprennent pas, etc... C'est ce qu'on appelle des croyances limitantes, sur vous, sur les autres et sur le monde. Du coup, vous vous faites pleins de films sur comment vous êtes perçue, vous vous limitez dans vos relations, et du coup ces relations deviennent insatisfaisantes pour vous. Avec cela, vous renforcez vos croyances limitantes initiales et le cercle vicieux continue. Je vous conseille d'aller en thérapie pour comprendre et faire le tri dans ces croyances, en explorant dans votre enfance les événements qui vous ont conduit à les adopter. Vous pourrez alors choisir d'abandonner celles qui vous font souffrir.
Bon courage à vous.
Frédéric Duquerois
Psychopraticien en Analyse Transactionnelle
Adultes et Couples, en Individuel et en Groupe
Nantes

Frédéric Duquerois Psy sur Nantes

378 réponses

95 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2023

Bonjour,

Votre message est très riche et aussi très touchant. Vous semblez déborder d'énergie, d'avoir un grand sens de l'observation et aussi une grande capacité à vous remettre en question (qui est une véritable forme d'intelligence).
Vous semblez être intimement convaincue d'être "ennuyeuse" et "sans grand intérêt" pour votre entourage. Si vous n'êtes pas convaincue de l'être, vous avez très peur de l'être ou de le devenir. C'est ce qu'on appelle une croyance limitante. Cette croyance vous empêche de vous libérer et impose un système de contrôle sur votre façon d'être.
Il serait intéressant que vous fassiez un petit travail sur vous même pour bous libérer de cela.
Il existe probablement un lien avec votre difficulté d'apprentissage et ce que vous avez ressenti au cours de ces années d'enfance : sentiment de ne pas y arriver, de ne pas susciter l'intérêt, d'être un poids, d'être sotte ... ? A vous lire vous ne semblez plus être cette petite fille en difficulté. Au contraire, vous vous exprimez très bien et votre humour sarcastique est certainement très drôle.
N'hésitez pas à faire ce travail sur vous et vous oserez vous montrer telle que vous êtes.
Bien à vous,
Philippe MATHIAS

Philippe Mathias Psy sur Toulouse

197 réponses

105 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2023

Bonjour Anonymousgirl,

Il est important de reconnaître que les difficultés rencontrées dans l'interaction sociale, notamment en ce qui concerne l'humour et la conversation, sont influencées par une combinaison de facteurs internes et externes.

Votre inquiétude de ne pas comprendre l'humour ou de ne pas savoir comment être drôle dans les interactions avec les autres est surement liée à une image de soi dévalorisée et à une peur du jugement. Ces sentiments créent un blocage, vous empêchant de vous exprimer librement et spontanément. Il est crucial donc de considérer comment cette auto-censure et ces craintes affectent votre capacité à être vous-même dans vos relations avec autrui.

Vos expériences passées, y compris les défis d'apprentissage et le manque de curiosité, jouent un rôle dans la façon dont vous engagez les conversations. Un manque de confiance en votre propre culture générale contribue possiblement à l'impression que vous n'avez rien d'intéressant à dire, ce qui conduit à des moments de silence inconfortables dans vos discussions.

Pour aborder ces questions, il est utile d'explorer de nouvelles façons de développer votre sens de l'humour et votre compréhension des dynamiques sociales. Cela implique l'observation des interactions des autres et la pratique de l'humour dans des contextes où vous vous sentez en sécurité. De plus, s'ouvrir à de nouvelles expériences et sujets, même de manière superficielle, pourrait enrichir vos conversations et vous rendre plus à l'aise dans divers cas de figure.

Dans le cadre de votre situation, le mythe d'Écho et Narcisse offre une perspective pertinente à mes yeux. Écho, condamnée à ne répéter que les derniers mots d'autrui, représente une perte de la voix personnelle et de l'identité, reflétant vos difficultés à vous exprimer et à communiquer efficacement. Votre expérience, où vous vous sentez incapable de participer pleinement aux interactions sociales, de comprendre l'humour ou de maintenir des conversations, est comparable à la situation d'Écho, qui désire s'exprimer mais se trouve limitée par sa propre condition.

Ce mythe révèle l'importance de trouver et de valoriser sa propre voix dans les interactions avec l'autre. Tout comme Écho qui lutte pour communiquer son amour et son identité, vous travaillez sur le développement de votre identité personnelle et sur l'amélioration de votre confiance pour exprimer vos pensées et sentiments de manière authentique. En apprenant à reconnaître et à valoriser vos propres contributions dans les interactions, vous commencerez à surmonter les obstacles liés à la conversation et à l'humour, tout en améliorant votre estime de vous meme.

En résumé, il est essentiel d'aborder vos inquiétudes en examinant les causes profondes de vos craintes et en développant des stratégies pratiques pour améliorer vos compétences sociales et votre confiance en vous.

Bien à vous.
Lucas Bielli
Psychanalyste
Cabinet/Visio

Lucas Bielli Psy sur Grabels

19 réponses

11 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2023

Bonjour jeune fille,

Et bien pour quelqu'un qui pense avoir des difficultés à s'exprimer, je trouve que votre texte est bien rempli et détaillé.
Ce qui peut signifier que lorsque vous vous sentez libre de vous exprimer et en confiance, quand votre peur de mal faire ou de mal dire est écartée, vous parvenez tout à fait à vous exprimer.
Cette peur du jugement de l'autre ou de mal faire (qui transparait tout au long de votre texte) n'est-elle pas ce qui rend la relation difficile ? Peur qui entraine des croyances limitantes sur vous-même et sur les autres, et des distorsions (pensées automatiques, sketches anxieux sur ce que l'autre pourrait penser) sans fin...
Quant à l'humour, cela ne peut se faire que dans le lâcher prise et une relation détendue. C'est donc cela qu'il s'agit de travailler en premier lieu.
Je vous invite à aller explorer de quelle manière votre difficulté s'est mise en place dans votre histoire, et comment vous pouvez commencer à faire autrement, au moyen d'une psychothérapie qui intègre les TCCs (thérapie cognitive et comportementale), afin de renforcer votre estime de soi (Amour de soi + Image de soi + confiance en soi).

Bien à vous,

Caroline GORMAND
Psychothérapie intégrative d'EmètAnalyse (Analytique et Systémique + TCCs + humaniste).
(Visio-consultations et consultations en présentiel, sur rendez-vous)

Caroline Gormand Psy sur Clermont-l'Hérault

1865 réponses

2671 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 DÉC. 2023

Bonjour

Cette difficulté rencontrée dans la relation aux autres mérite d'être creusée. Vous expliquez très bien votre malaise mais il faudrait pouvoir en parler avec vous plus à fond.
Ce qu'il y a de sûr c'est que vous êtes toujours inquiète de ce que l'on peut penser de vous. Dans la relation ou le groupe vous êtes presque tout le temps en train de vous poser cette question, ce qui ne vous permet pas de "profiter" des autres.
S'intéresser et questionner l'autre est une très bonne solution pour ne pas avoir cette attitude réflexive qui vous pourrit la vie.
Il est possible aussi que vous ayez besoin d'avoir des amies qui soit plus du même niveau culturel que vous, afin de ne pas toujours vous sentir inférieure. L'humour n'est pas par ailleurs la seule porte d'entrée en relation et dans un groupe certains parlent beaucoup plus que d'autres. Il n'est ni interdit ni anormal d'être plus dans une attitude d'écoute.
Vous devriez en parler.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement. Vous pouvez librement prendre un rendez vous sur mon agenda en ligne.

Bon courage à vous

Michel le BAUT
Psychopraticien
Thérapeute Jungien
Analyse de rêves

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4280 réponses

22122 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2023

Bonjour.

Tenir une conversation en étant à l'aise, comprendre l'humour qui repose beaucoup sur un certain nombre de ressorts implicites voire de connivence, dépend beaucoup de normes qu'on peut, ou pas, avoir intégrées, parce qu'on n'aime pas particulièrement passer du temps en groupe (introversion), parce qu'une estime de soi fragile génère un cercle vicieux (j'ai peur du jugement des autres, donc je m'observe plus et j'observe plus les réactions des autres, ce qui fait que je suis dans un état de tension qui m'éloigne du groupe), ... Autant de pistes, distinctes, qui peuvent être à explorer en thérapie, l'essentiel étant bien entendu que vous vous sentiez le mieux possible comme vous êtes (inutile, par exemple, de vous donner énormément de peine à savoir entretenir parfaitement une conversation ou de tout apprendre sur tel ou tel type d'humour si au fond ce n'est pas ça dont vous avez envie).

Une hypothèse supplémentaire, et il s'agit bien évidemment d'une hypothèse et certainement pas d'un diagnostic, est celle de l'autisme. L'autisme peut prendre de nombreuses formes différentes, ce qui le rend en soi difficile à identifier, et les nombreux stéréotypes qui le concernent n'aident pas! L'une des manifestations de cette neuroatypie est qu'elle peut rendre les relations sociales infiniment moins intuitives, en particulier les interactions sociales complexes comme l'humour. Si vous souhaitez en savoir plus, je peux vous conseiller le contenu documenté de personnes concernées comme Angie Breshka ( https://www.youtube.com@AngieBreshka ) ou, en anglais, les chaînes YouTube I'm autistic, now what? ( https://www.youtube.com@imautisticnowwhat ) ou Autism from the inside ( https://www.youtube.com@autismfromtheInside ). Une nouvelle fois, c'est uniquement une piste que je propose et en aucun cas un diagnostic, que je ne suis pas qualifié pour faire et que personne n'est qualifié pour faire à travers un court texte.

Si vous souhaitez une approche plus pragmatique, je vous conseille de vous orienter vers des livres qui vous donneront une marche à suivre plus directe. Je n'en connais malheureusement pas moi-même (à part Shyness, de Phillip Zimbardo, mais il n'est disponible qu'en anglais) mais le Guide de l'Amitié et de la Communication sociale de Sylvain Zelliot ou Mieux vivre avec la timidité et la phobie sociale de W. Ray Crozier et Lynn Alden semblent répondre à ces critères.

Je vous souhaite de trouver les solutions qui vous conviennent le mieux pour avoir à terme une vie sociale épanouie.

Grégoire Taconet
Psychopraticien en Approche Centrée sur la Personne

Grégoire Taconet Psy sur Lyon

70 réponses

33 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

3 DÉC. 2023

Bonjour,

N’avez-vous pas le sens de l’humour ou n’est ce plutôt vos émotions qui vous empêchent d’y avoir accès ?
Rien que le nom que vous avez choisi sur ce site pour envoyer votre message montre que finalement, vous avez une capacité de réflexion… à ne pas négliger!

Je crois comprendre que le doute s’est installé en vous et vous remplit… et que les questions vous envahissent.

La thérapie brève systémique peut grâce à son approche non normative vous aider à résoudre cela . ( voir article sur mon profil).
Et comme rien n’est jamais perdu tant que l’on est en vie, j’ai envie de vous dire : « osez sortir de l’anonymousgirl » pour entrer dans « la wonder woman » qui sommeille en vous

Christophe Bertin Psy sur Mantes-la-Ville

50 réponses

58 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 DÉC. 2023

Bonjour,

Merci de vous confier tel que vous le faites. C’est déjà le signe que vous initiez quelque chose pour sortir de votre souffrance. Remercier-vous pour ce premier pas.

Il semble que vous fonctionniez énormément dans le contrôle. Contrôle de vous-même, de votre vie avec des idées préconçues sur la manière dont vous devez vous montrer au monde, comment vous comporter, quand rire et sur quels sujets, en attachant énormément d’importance au regard et à l’opinion des autres. Ce doit être excessivement fatigant physiquement et nerveusement n’est-ce pas ?
Vous voulez ressembler à ce que vous croyez être la normalité et comme vous n’y arrivez pas, vous vous jugez et vous vous auto-sabotez.
Mais où êtes-vous dans tout ça ? C’est-à-dire celle que vous êtes vraiment ? Si vous viviez votre vie en lâchant le mental, pour être vous-même, non pour être reconnue par les autres ?

Quelques questions à vous poser dans un premier temps: Qui suis-je réellement ? Quelles sont mes passions, mes envies profondes, mes rêves, mon unicité, qu’ai-je à offrir au monde?

Vous avez en réalité besoin de vous connaître et vous re-connaître. Savoir ce qui vous anime, ce qui fait du sens pour vous. En découvrant qui vous êtes, vous gagnerez en estime de vous-même, vous mettrez à jour vos potentialités et vous pourrez naturellement parler sur tous les sujets parce que vous saurez que vous en êtes capable. Vous apprendrez à devenir spontanée parce que vous ne vous soucierez plus de ce que pensent les autres. Beaucoup de choses vous feront alors éclater de rire !

Il serait bon de vous faire accompagner par un thérapeute qui pourra vous aider à faire ce travail d’introspection, à explorer votre monde intérieur, vous accompagner vers des prises de consciences, un mieux-être, apprendre à déployer l’ensemble de vos potentiels.
Je suis spécialisé dans ce type d’accompagnement, n’hésitez pas à me contacter pour en parler si vous le souhaitez.

Prenez soin de vous

Didier Simonot
Thérapeute – Psychopraticien
En ligne ou en présentiel

Didier Simonot Psy sur Ernemont-Boutavent

71 réponses

58 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 DÉC. 2023

Bonjour jeune « fille anonyme »,

C’est dommage que dans votre message clair et touchant vous n’écrivez pas ce que c’est la « maladie génétique » qui vous a causé des problèmes d’apprentissage… : est ce lié à ce que vous ressentez comme différence par rapport aux autres ?!

Il me semble (comme à mes consœurs et confrère qui vous ont déjà répondu) que ce sont vos propres croyances limitantes sur vous même, votre humour, votre personnalité et votre comportement avec les autres qui vous font vivre les difficultés que vous décrivez ici.

Il y aussi très probablement l’influence familiale, les dires de vos proches (des professeurs aussi…), ce que l’environnement où vous avez grandi vous a transmis comme messages sur vous même.

Avez vous oser demander à une amie proche et bienveillante comment elle vous voit ? Ce qu’elle pense de vous, ce qu’elle attend de vous ? Vous pouvez lui parler de vos difficultés : cela vous aidera à mieux la comprendre, à être comprise et vous rapprocher d’elle.

Il est évident que ce dont vous avez besoin c’est de parler de tout ce que vous vivez comme problématique avec un-e thérapeute : ce n’est pas en ayant quelques conseils ici que vous allez pouvoir changer l’image que vous avez de vous et vivre les relations avec les autres sur un mode plus léger et agréable.
Certes, peut être qu’il faut cultiver votre curiosité envers les autres pour pouvoir leur montrer un intérêt sincère, ce qui est la base des amitiés.

Je vous souhaite d’arriver à vous faire plus confiance et à vous affirmer sans crainte de déplaire : il n’y a aucun danger si vous restez vous même bienveillante avec les autres.

Il y a peu de personnes qui sont « drôles » et il n’est pas nécessaire de le devenir pour se faire apprécier et développer des amitiés.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4435 réponses

12204 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 DÉC. 2023

Bonjour,

Vous évoquez une maladie génétique et des problèmes d'apprentissage scolaire.
Vous dites avoir une culture générale peu développée, un manque de curiosité et pour autant j'observe que votre écrit est parfaitement rédigé, vous vous exprimez clairement.
Il y a donc eu un blocage, du découragement et/ou des croyances limitantes à un moment donné et aujourd'hui vous vous sentez en difficulté dans la communication avec les autres.

Alors l'humour, c'est quoi au juste ?
On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui... Effectivement, il y a de nombreuses façons de faire de l'humour. Il y a aussi la dérision, les moqueries, les jeux de mots, les sarcasmes... La plus noble façon de tourner en dérision une situation c'est envers soi-même. Se moquer de l'autre n'est jamais satisfaisant.
Peut-être que vous n'avez pas le sens de l'humour, et peut-être aussi que vous avez un grand sens du respect de l'autre et que vous préférez vous abstenir plutôt que de risquer de mettre l'autre mal à l'aise.
Vous dites que vous ne comprenez pas ce qui fait rire, eh bien c'est ok ! Je vous invite à apprendre à accueillir votre absence d'humour, votre absence de répartie et vos silences. Vous vous sentez mal à l'aise car vous ne savez pas quoi dire où vous jugez vos propos inintéressants.
Y aurait-il un manque de confiance en vous ?

Je vous invite à intégrer un groupe de Communication Non Violente (CNV), là vous serez accueillie avec vos silences -très précieux dans l'écoute empathique-, vous serez accueillie avec vos peurs, vos doutes, vos besoins d'évolution. Et vous apprendrez à communiquer, à vous aimer telle que vous êtes, inconditionnellement (avec ou sans humour !).

Quand à votre question du pourquoi vous ne savez pas être drôle, cela appartient à votre passé, votre histoire de vie et/ou votre histoire familiale...

Je reste à votre disposition si vous souhaitez approfondir ces questions.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1919 réponses

2166 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

2 DÉC. 2023

Bonjour

Merci pour votre message que je trouve très touchant, j'y sens bien combien cette situation vous pèse et peut être souffrante.
Je note qu'il est clair, net précis, avec un bon niveau d'expression, vous êtes lucide sur votre situation, donc rassurez-vous, vous savez parfaitement bien vous exprimer et je ne doute pas que vous soyez en mesure de tenir une conversation de la façon la plus intéressante possible, vous ne devriez pas douter de cela.

Vous sembles enfermée dans quelques peurs et croyances limitantes, ne pas comprendre l'humour, ne pas savoir faire rire, ne pas pouvoir intéresser vos amis dans des conversations, déranger en posant trop de questions et qui plus est des questions qui sont forcément bêtes. Entre nous poser des questions c'est faire montre de marques d'intérêt, voire d'empathie, et il est extrêmement rare que cela ne soit pas bien accueilli, en général cela fait toujours plaisir, vous ne devriez pas poser un regard négatif sur cette capacité que vous avez à poser des questions.

Il serait intéressant de comprendre d'où viennent ces croyances, peut-être est-ce là un système de défense qui s'appuie sur votre timidité, peut-être est-ce une réponse à vos difficulté d'apprentissage, peut-être y a–t-il encore d'autres causes possibles.

Quoiqu'il en soit il serait bon pour vous d'explorer ces questions-là, y apporter une réponse vous ouvrira à la conversation et à l'humour n'en doutez pas.

Votre estime de soi est sans doute fragilisée, vous devriez entreprendre un travail thérapeutique pour l'affermir et vous verrez que votre perception quant à vos capacités à comprendre l'humour vas évoluer.
La thérapie Narrative est une bonne indication pour votre situation (Je vous invite à vous renseigner à son sujet) parce qu'elle place votre identité narrative au cœur de ses préoccupations. Il me semble que ce peut être un bon moyen pour vous que de réapprendre ainsi à parler de vous, à vous exprimer, à vous ouvrir à l'humour. Je peux vous accompagner dans ce travail thérapeutique si vous le souhaitez, en présentiel ou en visio.

Je reste à votre disposition si vous souhaitiez approfondir cet échange, n'hésitez pas à me contacter

Bruno BRICE
Thérapeute Narratif Psychopraticien

Bruno Brice Psy sur Aix-en-Provence

438 réponses

205 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

1 DÉC. 2023

Bonjour

Je comprends votre désarroi et votre envie d'évoluer et de vous émanciper socialement. Déjà, vous n'avez pas à vous soucier de votre légitimité à parler et à parler de vous. Il s'agit de prendre confiance en vous.
Si vos conversations s'essouflent il faut arrriver à dire ce que vous pensez, même exprimer que vous ne savez pas quoi dire, vous ouvrir émotionnellement...
Détendez vous et ne pensez pas au regard des autres.
Je pourrai vous aider en consultation, en visio.
Je suis à votre écoute si besoin
Bien à vous
Charlotte
Psychologue.

Charlotte Drahy Psy sur Boulogne-Billancourt

521 réponses

253 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13400 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13400

questions

réponses 137000

réponses