Le monde du travail me faire peur

Réalisée par Aurélie · 17 août 2015 Psychothérapie

Bonjour à tous


Depuis quelques jours, j'ai commencé à travailler. Ceci est mon premier emploi, à part quelques stages que j'ai déjà effectués.


J'ai peur de ne pas être à la hauteur. Je n'ai jamais été quelqu'un de véritablement constante, j'ai toujours un peu la tête ailleurs. En cours, j'arrivais souvent en retard, je faisais les choses à la dernière minute. Il y a des moments où je me laisse aller. Et pourtant, il y a des moments où j'arrivais à me contrôler, à arriver toujours en avance et à être sérieuse, mais toujours temporairement.


J'ai peur d'être à nouveau comme cela. De me laisser aller.


Aussi, au niveau social, je ne suis pas douée. J'arrive bien souvent à créer des liens avec les personnes, mais je me trouve maladroite et je ne suis pas douée pour les conversations banales... Je ne sais pas rigoler sur des choses simples, comme les autres, en groupe surtout.


Aussi, il y a le fait que j'ai été élevée dans une bulle, que je n'ai jamais invité de personnes chez moi, je n'ai pas de vie sociale, et depuis toute petite, partout où je vais, à la fin, je suis celle qui est effacée, qui ne partage rien avec les autres.


J'ai peur d'être à nouveau comme ça. J'ai peur de ne pas trouver ma place.


C'est pourtant simple un job mais pour moi, on dirait que c'est une montagne que je dois franchir.


Là, je sens véritablement l'enjeu, car c'est un travail qui amène des responsabilités, je serai payée et je n'ai jamais réellement eu de responsabilité sur la tête. Est-ce pour cela que je suis autant démunie?


Le seul moment où j'ai eu des responsabilité, c'est quand je suis partie faire mes études seule à l'étranger, et ça s'est terminé en dépression et à l'échec de mes études...


Dans ma tête, je n'ai pas du tout l'impression d'être une adulte. J'ai l'impression d'avoir 15 ans, alors que j'en ai 22...


Comment faire pour que j'ai enfin l'impression d'être une adulte, capable de faire des choses et d'être responsable?


Merci pour vos futures réponses.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 18 AOÛT 2015

Bonjour Nathalie
Vous avez 22 ans et la vie qui vous attend. Vous êtes programmée, comme tout un chacun, pour être heureuse, et cependant vous ne l'êtes pas, parce que vous avez peur de ne pas être à la hauteur, parce que vous n'êtes pas douée, parce que vous êtes effacée, parce que vous avez des montagnes à franchir.
Tout cela est faux : vous avez quelque part dans votre psychisme une sorte de gendarme qui vous persuade de cela, qui vous dit sans arrêt que vous n'arriverez à rien dans la vie et quand bien même vous pourriez réussir, comme vos études à l'étranger, ce gendarme veille à ce que ça devienne un échec.
Il vous arrive de vous rebeller, de parfois vous laisser aller, ne pas être à l'heure, mais cela ne vous procure pas de plaisir, ne vous libère pas, parce que vous avez du remord : vous ne faites pas ce que ce gendarme attend de vous, et vous vous en sentez coupable.
Mais qui donc est ce gendarme tyrannique qui vous empêche d'être vous même ?
Ce gendarme, en fait votre « surmoi » est hérité de votre première enfance. Vous le dites bien, vous avez été élevée dans un cadre très strict, une « bulle » écrivez-vous, qui fait que vous n'avez jamais été vous même mais que vous vous êtes efforcée d'être ce qu'il vous a semblé devoir être pour répondre aux attentes de vos parents. Vous ne le dites pas, mais on sent que vous aimez beaucoup vos parents mais aussi que vous êtes restée totalement dépendante d'eux.
Votre échec dans vos études à l'étranger et la réaction dépressive viennent de là : votre surmoi vous interdit la réussite hors du cocon familial.
Comment se débarrasser de ce surmoi tyrannique ? Je ne crois pas que vous y arriverez seule, Je vous conseille de prendre contact avec un ou une psychanalyste, car c'est typiquement leur champ d'action. Cela va vous demander un effort, en particulier financier, mais cet effort fera partie de votre thérapeutique. Vous allez découvrir la Nathalie qui est en vous et qui n'arrive pas à s'exprimer. Personne ne sait encore qui est cette Nathalie, ni même vous pour le moment. Mais vous aller aimer cette Nathalie, vous libérer, changer votre relation avec vos parents, avec la société. Vous aimerez encore beaucoup vos parents, mais différemment.
Bien à vous
dk

Kremer Denis Psy sur Romans-sur-Isère

8 réponses

33 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

7 AVRIL 2022

Bonjour à vous,

Rassurez-vous, tout va bien se passer. Bientôt cela deviendra tellement routinier que vous vous poserez plus de questions.
Lorsque le cerveau ne connait pas se qui l'attends il se met en mode "PEUR" .
Vous êtes consciente du processus alors changer ce mode "PEUR" en mode "GENIALE JE VAIS DECOUVRIR ET APPRENDRE"
La vie est faites d'expériences en conscience vivez de belles expériences. Je reste à votre écoute. Cordialement
. Christine LORIJON

Christine Lorijon Psy sur Haute-Goulaine

1997 réponses

1032 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

19 AOÛT 2015

Vous précisez que vous avez peur de ne pas être à la hauteur.
C’est donc que vous avez le souci de bien faire. Vous commencez à travailler et, par conséquent, vous acquerrez encore des compétences et des connaissances professionnelles. Vous parlez de montagne à franchir. Vous avez raison. Sauf que c’est pas à pas et que vous y arriverez, comme tous ceux qui avancent.
Vous êtes jeune et impatiente de ressembler à quelqu’un de constant, concentré. Dites-vous que vous avez le temps de le devenir, si c’est ce que vous voulez. Vous avez le bénéfice de l’âge.
Vous précisez qu’en cours, vous arriviez souvent en retard, vous faisiez les choses à la dernière minute. Est-ce toujours le cas ?
Sachez que plutôt que de vouloir se contrôler et d’être sérieuse, soyez vous-même et posez-vous les vraies questions : A quoi ça me sert d’arriver à l’heure ? Est-ce que ça me fait du bien d’être sérieuse ? Quel intérêt me procure le fait de me concentrer sur cette tâche et de la finir ? Qu’est-ce que je veux vraiment ?
Hors du travail ou quand vous avez fini votre tâche au travail, rien ne vous empêche de vous laisser aller. Vos collègues apprécieront.
Acceptez, sur le plan social, d’être maladroite. Personne n’est parfait et, peut-être que même, vous vous ferez aimée pour vos défauts, le tout c’est de trouver les amis que vous appréciez et qui vous comprennent également.
Trouver des centres d’intérêts et rapprochez-vous des associations qui vous semblent présenter ce que vous recherchez.
A partir du moment où vous avez peur d’être à nouveau comme ça, comme vous dites, c’est que vous avez changé. Il ne tient qu’à vous de vous envoler vers cette liberté de choix et vers cette nouvelle vie qui vous appelle.
Sachez que chacun a sa place et chacun est utile à l’autre dans ce monde. Nous sommes tous interdépendants.

Enfin, dressez la liste de tout ce que ce travail va vous apporter. Les responsabilités vont également développer vos compétences et ce sont elles qui vont vous rendre unique. Etre responsable, c’est pouvoir compter pour les autres et que les autres puissent compter pour soi. Acceptez de travailler chaque jour, en prenant soin de respecter le contrat que vous passez avec vous-même : Comment vous améliorer chaque jour en respectant les règles que vous vous imposerez vous-même ? A vous de les lister.

Pour conclure, vous parlez de dépression et d’échec... Vous pouvez évoquer cette expérience et vous en servir pour éviter de la reproduire. Analysez de façon consciente ce qui s’est passé et prévoyez des solutions pour réussir. Cette prise de conscience est un moteur. Servez-vous en.
Pour finir, vous devez savoir que c’est une richesse que de rester jeune dans sa tête. Ne soyez pas si pressée de vieillir.
Bien sûr, je vous invite à consulter un thérapeute pour vous guider et vous aider à surmonter ce moment difficile pour vous.

Elisabeth Magerus Psy sur Furiani

152 réponses

188 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 AOÛT 2015

Bonjour,

Rassurez vous, vous êtes au seuil d'une aventure de vie et... vous avez peur. Quoi de plus normal ? surtout une première vraie expérience pro, avec un enjeu !
Les acteurs les plus expérimentés ne continuent ils pas a etre morts de trac avant chaque entree en scène ? (les bons...).
Cela montre que vous n'êtes pas légère, que vous mesurez les enjeux...

Détendez vous : plus on expérimente, plus on apprend, plus on acquiert des bases sur lesquelles s'appuyer, plus on se connait... Vos bases sont floues pour l'instant. Alors acceptez d'en etre la ou vous en etes.

Vos collegues ont débuté, eux aussi. Avant de savoir, ils ne savaient pas, eux non plus... Comme vous le conseille un confrere, posez des questions (signe de responsabilité, de désir de faire "juste"), explorez, restez simple, soyez vous meme, avec vos craintes... qui vont s'attenuer à mesure que vous connaitrez .

Vous êtes peut etre recroquevillee sur votre expérience en terre étrangere qui vous a amenée à la dépression... La barre était peut etre trop haut pour vous ? Chacun a sa hauteur de prédilection, rien ne sert de faire "comme les autres". Votre richesse est d'etre vous même.

N'y a t'il pas une expérience que vous avez faite, enfant ou plus tard, ou vous craigniez tres fort ce qui allait arriver, et que vous avez réussie ? (premiere fois qu'on va nager dans le grand bain, une récitation devant les autres, ... ). Reportez vous y plutot qu'a votre séjour a l'etranger, rappelez vous le bonheur que vous avez ressenti apres cette réussite, et les actes qui s'en sont suivis.
Et vous en avez d'autres (des réussites) à votre actif, c'est sûr...

Pour franchir ce cap, ne cultivez pas vos peurs. Laissez les passer, comme indifférente. Allez chercher les belles petites pousses de succès que vous avez en vous, et arrosez les, contemplez les, écoutez ce qu'elles vous disent sur vous et vos ressources.

Expérience faite, vous verrez si vous ressentez encore un besoin d'aide. Il sera temps de consulter.

Pour l'instant, bon courage et belle découverte

de Silvestri Monique Psy sur Vandoeuvre-lès-Nancy

218 réponses

469 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 AOÛT 2015

Bonjour, Nathalie,

Votre message montre une capacité très "adulte" a analyser votre état d'esprit, vos états d'âme et vos comportements : c'est un premier pas vers les changements que vous souhaitez !

Ce n'est facile pour personne de renoncer aux avantages de la vie sans (beaucoup) de responsabilités..., de quitter "la bulle" familiale, qui pour vous a été à la fois trop protectrice et trop isolante.

Alors..., s'assumer, travailler (et le faire bien) vous expose peut être à la séparation de votre famille ?
Comment réagi(ssen)t votre famille (vos parents) à cette perspective ?
Vous croient-ils capable de réussir ?

Certes, il y aussi l'aspect non négligeable de vos difficultés d'adaptation aux autres, à la vie en entreprise, en société en général.

C'est à l'âge de l'adolescence que le jeune s'ouvre au monde extérieur à la famille, qu'il se révolte un peu contre celle-ci pour justement pouvoir de construire ne se démarquant de se parents : le processus de séparation commence ainsi.
Il semblerait que vous êtes encore au seuil de cette ouverture au monde (qui demande des efforts d'adaptation en tout genre) : c'est probablement pour cela que vous vous sentez en décalage avec votre âge...

Il vous faut, je crois, un peu de courage en plus pour entreprendre une thérapie qui vous aidera à trouver votre propre voie dans la vie, à accepter les différences ("les autres"), les contraintes incontournables (respect de certaines règles de vie commune au travail, par exemple) tout en trouvant du plaisir à devenir autonome et à exercer le métier que vous avez choisi.

Vous êtes bien capable à "faire des choses"... puisque vous avez fait des études et trouvé un emploi : tous vos camarades n'en sont probablement pas là, et bon nombre de jeunes (même avec des bons diplômes) sont sans emploi aujourd'hui.

Faites vous confiance, Nathalie !
Et...découvrez que devenir adulte (autonome et responsable) amène aussi beaucoup de plaisirs différents, que vous ne semblez pas avoir connu : regardez autour de vous, vous comprendrez.
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4435 réponses

12194 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 AOÛT 2015

Bonjour,

Je rejoins mon collègue, pour vous dire que lle stade adulte est une nouvelle étape dans votre construction psychique, abandonner le monde des fantaisies adolescentes pour devenir responsable et adulte.
Fixer vous des objectifs simples à réaliser, en vous faisant aider par les adultes et collègues de travail qui vous entoure, car savoir dire que l'on a besoin de guidance est depja un comportement adulte. Vous gagnerez ainsi en estime de soi et en confiance.

Bon courage
Pascale MONTAVON

Anonyme-136754 Psy sur Villersexel

44 réponses

101 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

17 AOÛT 2015

Bonjour Nathalie,

Vous exprimez la peur d'un échec sur le plan professionnel et social car la prise de responsabilités est source d'inquiétudes et a été à l'origine d'une fragilisation sur le plan psychique dans le passé. Vous craigniez que cela se reproduise car comme vous le dites, vous avez le sentiment d'être encore une adolescente à qui il "manque quelque chose".
Accepter de quitter le monde adolescent suppose des renoncements, des séparations avec des repères, des personnes, qui vous ont orientés pendant des années, et cela peut être source de souffrance; c'est un travail difficile et plus compliqué chez certains d'entres nous. En ce qui vous concerne vous avez besoin de plus de temps pour effectuer ce passage.
Vous vous situez peut-être encore dans une période "transitionnelle", et si c'est votre désir d'en sortir, un travail d'élaboration auprès d'un professionnel pourrait vous y aider.
Bien à vous
A.PIERGILI

Anna Piergili Psy sur Nice

1 réponse

6 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Psychothérapie

Voir plus de psy spécialisés en Psychothérapie

Autres questions sur Psychothérapie

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13350 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16300

psychologues

questions 13350

questions

réponses 137000

réponses