Peur d'un diagnostic possible

Réalisée par Marc · 26 févr. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

Je me permets d'envoyer un message pour avoir une quelconque aide sur un problème qui m'habite depuis très (trop) longtemps.
Je vais essayer d'être assez clair et vous exposez mon problème de façon chronologique.
Tout d'abord je suis une personne extrêmement sensible et très très anxieuse depuis mon plus jeune âge.
J'ai une mère bipolaire qui a fait plusieurs crises durant mon enfance qui m'a forcément un peu marqué.
Le début de mes problèmes a commencé vers 20-21 ans mais je les avait déjà adolescent et même enfant. J'ai connu des expériences de déréalisation adolescent suite à de gros stress. J'ai toujours eu peur du regard des autres, peur de ne pas être aimé, de ne pas être comme les autres et j'en passe.
Donc du coup vers mes 20 ans je suis tombé amoureux fou d'une fille. Ça a été quelque chose d exceptionnel en intensité. C'était vraiment passionnelle. Elle supprimait mes angoisses, on passait tout notre temps ensemble mais un jour la passion s'est éteinte et j'ai pris peur, très peur ...
J'ai connu des moments d'angoisse intense qui ne partaient plus. Je suis resté avec cette fille mais je suis devenu ultra nostalgique de cette période magnifiée fantasmée que j'avais vécu avec elle. Je voulais retrouver ce cocon. Je venais de finir un BTS qui ne m'intéressait pas plus que ça. Je vivais chez mes parents et je comprenais pas ce qui se passait en moi. Je me sentais en décalage et en dépression. Je ne savais pas à cette époque là que ces pbs dureraient...
Du coup j'ai continué avec cette fille en me créant un trouble obsessionnel pour essayer de retrouver des repères que j'avais perdu. Mon obsession était de retourner dans le passé et essayer de retrouver mes émotions et mon identité. Je ne pouvais plus travailler, je ne faisais que fuir... Je voyais moins mes amis et j'avais honte de cette fuite. Ça a duré 5 ou 6 ans avec des moments où ça allait a peu près. De l'extérieur on ne voyait pas forcément que j'allais mal. Un moment j'ai accepté un travail car je ne pouvais plus fuir. Je me suis retrouvé face à des gens en première ligne. Moi qui fuyait les gens, ça a été un choc énorme. Après mon premier jour de travail je me sentais comme déconnecté de moi, je tremblais tellement j'avais eu un stress immense... J'ai commencé à penser que je devenais schizophrène. J'ai demandé à aller à l'hôpital psy de mon chef. J'y suis resté une nuit, j'étais hyper agité. Le psychiatre a essayé de me rassurer sur ma soi disant schizophrènie en me disant que c'était un trouble anxieux généralisé. J'ai été sous valium pendant 3 mois. Ça m'a calmé un peu mais j'ai travaillé pendant 6 mois en étant extrêmement mal. Une vraie horreur et un traumatisme. Après cette expérience on m'a prescrit un traitement antidépresseur car je n'arrivais plus rien a faire (du deroxat). Au bout de quelques semaines je recommençais à sentir le bien être revenir, je redormais et je reprenais des initiatives. J'ai décidé enfin après plus de 6 ans avec ma copine de la quitter enfin ( grâce aux médicaments). Je suis parti et je suis retombé amoureux d'une autre fille assez rapidement. Je savourais ma nouvelle vie jusqu'à que suite à une pensée anxieuse, je suis retombé méchamment. C'était les mêmes symptômes que j'avais connu, une angoisse énorme et ne plus pouvoir rien faire. Ça a duré 5 mois sans pouvoir rien faire... Mon psychiatre m'a changé d antidépresseur ( du seroplex) . Au bout des traditionnelles quelques semaines je revivais, plus de douleurs, je me retrouvais et regouter au bonheur de vivre. Suite à ça j'ai décide de partir vivre au Portugal, j'y ai trouvé un travail rapidement, j'ai été à l'aise rapidement. J'ai rencontré pleins de monde. Je me sentais heureux, libre et dans mes idéaux. J'ai rencontré une fille avec qui ça a été encore passionnel. J'ai délaissé mes nouveaux amis pr me concentrer sur ma nouvelle relation amoureuse. Ça a duré 5 ou 6 mois très intense jusqu'au moment où elle a commencé à devenir plus distante. J'ai senti que ça sentait la fin. J'ai commencé à être de moins en moins bien jusqu'à ce que je comprenne que c'était fini. Je ne pouvais plus travailler, je ne pensais plus qu'à ça et un jour j'ai ressenti les mêmes sensations qu'avant. Un gros stress, tremblement et j'étais une nouvelle fois retombé... Je suis revenu en France en ne faisant que pleurer chez mes parents. J'ai eu le droit donc un nouvel antidépresseur. Il m a permis de sortir la tête de l'eau, j'ai retrouvé un appartement une copine et un boulot mais je sentais le manque de l'autre fille et d'une autre vie. Au bout d'un an j'ai arrêté l antidépresseur, les angoisses sont revenues... Je fuyais toujours énormément de choses. J'étais avec cette nouvelle fille qui était top mais j'arrivais pas à me projeter. J'avais déjà 32 ans. Je trouvais des petits boulots mais j'allais pas bien et toujours une angoisse pour énormément de choses. Je vivais une vie assez pauvre avec ma copine. je me suis trouvé un nouveau boulot où je ne pouvais plus cacher mes angoisses. D'arrêt de travail en arrêt de travail. Bref je n'avançais à aucun niveau. Ma copine a voulu qu'on se projette, j'ai pris peur. On s'est quitté, j'ai décidé de partir chez mes parents pour essayer de résoudre enfin mes problèmes. J'ai fait une TCC qui n'a pas marché. J'ai continué à fuir Chez mes parents passant mes journées a réfléchir à ma situation. J'ai décidé de partir voyager... Encore fuite. A mon retour de voyage, chez mes parents j'ai étais encore pris par des angoisses insupportables. Impossibilité de dormir etc... J'ai commencé à avoir des problèmes physiques qui m'ont envoyé plus angoissé. J'ai revu une psychiatre qui m'a trouvé un nouvel antidépresseur (la clomipramine). Il a marché rapidement a petite dose et j'ai pu repartir un peu et sans douleurs mais toujours dans la fuite. Une fuite devenu tellement énorme. j'ai vivoté de voyage en voyage pendant 6 mois, je me sentais bien mais je savais que ça cachait quelque chose. Je suis revenu de mes voyages et là retour des grosses angoisses (où vais-je!? Quel travail !? Où etc...). Je me suis senti une nouvelle fois très très mal. On a donc décidé d augmenter mon traitement. On m'a mis une grosse dose de clomipramine. Moi qui était au fond du trou en peu de temps je me ressentais "bien". J'ai décidé encore de repartir faire un voyage et là j'ai fait ma première bouffée délirante ou crise maniaque en voyage. J'ai fait des choses hors du commun. J'allais pas bien du tout. A mon retour j'ai passé un mois en psy pour me faire redescendre. Ca a été très dur. On m'a parlé de phase maniaque... De bipolarité. Je suis retourné chez mes parents avec la culpabilité de ce que j'avais fait durant cette phase. On m'a mis sous lithium que j'ai arrêté après 5 mois. J'ai passé des mois allongé sur un lit bouffé par l'angoisse sans pouvoir rien faire. La une pathologie mentale commençait à se dessiner. Je ne voyais plus personne. Mes problèmes physiques sont revenus, je me suis angoissé dessus. J'étais focus problème mental et physique passant toutes mes journées à chercher des solutions à tout ça. Ça fait déjà plus de 6 mois cette phase maniaque ou bouffée délirante, je n'arrive toujours pas à prendre le dessus. Je ne dors plus, j'en ai plus de traitement. Aujourd'hui j'ai de nouveaux symptômes, hypersensibilité sensorielle, je sursaute pour un rien, je ne vois plus personne. Je commence à croire que je suis devenu schizophrène et non bipolaire vraiment. Je me sens étrange et passe mes journées à tourner en rond, l'impression d'un jour sans fin avec aucune possibilité de revenir en arrière. Je regarde tout sur les maladies psychiatriques. Je me dis que ma vie est vraiment fichu. La seule chose qui me rassure un peu c'est que j'ai très bien conscience de mes troubles. J'ai peur de la GROSSE maladie mentale. J'ai un bruit de fond qui est apparu dans ma tête. Ce qui me fais stresser énormément. Je vois ça comme une hallucination auditive
...
Je suis complètement perdu
Désolé si c'était fouillis, je suis perdu et je fatigue de mes problèmes psys.
Un diagnostic de schizophrénie peut il être donné. Aucun psychiatre n'a jamais évoqué un seul instant cette possibilité avec moi. J'ai besoin de savoir ce qu'il se passe.

Merci à vous des informations que vous pourrez me fournir

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 23 AOÛT 2023

Bonjour
Si aucun psychiatre n'a posé de diagnostic de schizophrénie, alors ayez confiance en la médecine. Vous êtes tout à fait capable d'avoir une relation amoureuse jusqu'à provoquer un désir de pérennité avec vous de la part de l'autre, de trouver du travail, d'avoir des amis, de voyager...
A force de trop vous observer, vous finissez par relever le moindre micro évènement, à l'interpréter.... et sans fin.
Votre vie n'est pas fichue mais il serait intéressant de vous comprendre ce qui vous met dans des états d'angoisses terribles.
Parfois, les identifier et comprendre comment elles surviennent permet de ne pas se retrouver dans des situations de stress incontrôlable
Je suis à votre écoute si besoin pour parler en privé .
Bien à vous
Charlotte

Psychologue
Travail / Famille / Couple

Charlotte Blacque-Belair Psy sur Boulogne-Billancourt

517 réponses

203 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 11700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 15600

psychologues

questions 11700

questions

réponses 131550

réponses