Anxiété extrême derealisation peur aide a

Réalisée par Fifi · 10 janv. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

Jeune homme de 34 ans, je souffre de dépersonnalisation et de deréalisation chronique depuis 4 ans (mais je pense en souffrir depuis au moins 10 ans, de façon plus modérée).

Je vous explique mon parcours,
Quand j'étais gosse, depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours été livré à moi-même, timide et peu confiant en moi. Père absent dans le sens où il travaillait beaucoup et quand il rentrait à la maison il ne nous parlait pas, sauf pour crier.

(C'était une personne très marquée qui a subi beaucoup de maltraitance pendant son enfance, je n'ai jamais partagé un moment avec lui jusqu'à sa retraite. Il est mort à 64 ans.)

Je trainais beaucoup dehors avec plus grands que moi et j'ai commencé le cannabis jeune (12 ans).
A 14 ans, j'ai été placé en foyer parce que je manquais trop à l'école.
Je ne l'ai pas supporté, je fuguais sans arrêt, et restais dehors seul. Ça a duré un an et le juge a décidé de me remettre à mes parents car je ne supportais pas ce placement.

J'ai fait au lit jusqu'à tard et j'ai sucé mon pouce jusqu'à tard également.
(je me mets à nu le plus possible pour que vous puissiez m'aider à établir un diagnostic).

A l'issue du collège (dont les absences étaient trop fréquentes), je n'avais aucune projection de mon avenir.
Je suis donc resté chez moi des années durant.

A 20 ans, nous avons dû déménager.
Devoir quitter un pavillon pour une cité sensible.
J'ai perdu le peu de repère qu'il me restait, à savoir mes "potes" de mon quartier.
Je me suis isolé et je fumais du cannabis. A 23 ans dans un moment d'angoisse où je pensais à mon avenir, j'ai fait ma toute première crise d'angoisse. Très intense. Je ne savais pas ce que c'était à l'époque (avec le recul j'ai compris qu'il s'agissait d'une déréalisation/dépersonnalisation au niveau des symptômes ressentis.
J'ai supposé que c'était lié au cannabis, j'en ai parlé à personne et j'ai directement arrêté (je n'ai plus jamais fumé un joint jusqu'à ce jour.)

Il s'agissait donc d'angoisses d'avenir que le cannabis est venu exacerber.

Je me suis mis un coup de pied au cul, malgré mon manque de confiance en moi très marqué.
J'ai passé mon permis et j'ai commencer à refréquenter mes anciens potes (sans aucune projection particulière (trouver un boulot, fonder une famille, pour moi l'essentiel était d'avoir une vie sociale).

J'ai rencontré une fille, que je pense n'avoir jamais aimé, elle était dans une période difficile à cette époque, et j'ai voulu l'aider. J'ai pas mal bu d'alcool à cette époque, ça m'aidait à masquer mon anxiété, et de fil en aiguille, elle s'est entichée de moi. On s'est mis en couple, elle a insisté pour que je vienne dormir de temps en temps chez ses parents.

Son père qui travaille dans le bâtiment, m'a demandé de venir lui filer un coup de main, le temps d'un jour, mais au fil du temps, c'est devenu régulier et je me suis retrouvé à travailler pour lui pendant quelques années. Toujours avec une anxiété très forte, j'avais l'impression de faire ça aveuglément.
Avoir une copine, travailler. Je l'ai fait bêtement, je dis bêtement car pour moi je pensais que c'était la normalité, mais au fond ça me plaisait pas même si je tirais une certaine satisfaction de bien faire mon boulot (j'avais une énergie incroyable et je travaillais bien).

J'ai pendant au moins 4 ans suivi ce rythme :

Travailler, rentrer me reposer et sortir le soir rejoindre les collègues et boire de l'alcool.
Je me suis écarté de ma famille, moi qui était très proche de ma mère avant ça.
Je n'ai jamais voulu mélanger ma copine avec ma famille parce que j'avais honte de la faire venir dans cette cité délabrée.

Ensuite la situation à fait qu'elle a dû emménager dans une ville que je déteste. A 80 km de ma famille.
Mais j'ai continué (à contre cœur) à vivre cette relation et à tenir ce rythme de boire le soir.
En fait je me rends compte que même avec ma copine il fallait que je boive pour pouvoir me "lâcher".

Puis j'ai commencé à somatiser. Troubles visuels
Maux de tête
Fatigue intense
Perte de concentration, trouble pour conduire, perte de memoire
Anxiété
Etc.
J'ai mis ça sur le compte d'un métier extrêmement rude.
Ensuite est venu la crise d'angoisse, celle qui a changé ma vie, elle était si terrible, et elle m'a fait revenir au point de départ. Grosse crise de derealisation et dépersonnalisation (si intense que je voyais les gens en 2 dimension, et cette impression très intense de sortir de mon corps.


Cette crise m'a projeté dans l'état dans lequel j'étais avant de vivre cette situation, à savoir un gosse à l'abandon sans aucune identité.

J'ai tout remis en question.
Ma copine
Cette situation que je n'aimais plus et sa belle mère qui est une personne excessivement méchante.

Je précise que je suis papa d'une fille d'un an, pas vraiment désiré, sa mère nous a beaucoup poussé à avoir un enfant
Encore sur ce point j'ai fait ça machinalement..

Je me rends compte que cet excès d'alcool m'a plongé dans une certaine déréalisation latente.

Un jour j'étais avec ma sœur, avec qui j'ai une relation très fusionnel, ma copine est arrivé au loin et j'avais l'impression de ne l'avoir jamais connue. Non pas parce que j'étais déréalisé, mais parce que ce train de vie a fait que je me suis vraiment jamais retrouvé seul avec, sans alcool ou les copains.

C'est un sentiment atroce.

J'ai toujours été quelqu'un considéré de "gentil" et altruiste. Et ça me tue de lui faire du mal mais je ne la reconnais plus, je pense ne l'avoir jamais aimée et je pense même que je suis incapable de savoir aimer. A part mes proches.
J'ai toujours été quelqu'un de rêveur, d'idéaliste guidé par mes émotions qui étaient la musique et le cinéma.

J'ai toujours été distrait.

Quand les gens me parlent je suis ailleurs. Par contre j'ai toujours eu une grande focalisation sur les instruments de musique et des scènes de films, depuis petit. Des émotions extrêmement vives.
Je n'arrive pas à tenir le regard des gens. Je n'arrive pas à écouter une conversation.

Est-ce une forme d'autisme ? Car je pense l'être. Mon grand frère l'est, il a été diagnostiqué.

J'ai toujours eu une base dépressive, dans ma famille on l'est tous. Ma mère fait de l'anxiété généralisé, elle aussi a eu une vie difficile (retirée de ses parents très jeune elle a grandi à la DASS où elle a été maltraitée, elle a toujours fait en sorte qu'on soit près d'elle.

Je n'ai aucune base, aucune autonomie même si paradoxalement, j'ai besoin d'indépendance.

J'ai peur d'être également schizophrène du fait de ma consommation de cannabis à un jeune âge.

Mes symptômes sont donc :

Dépression majeure, naturellement.
Plus aucune sensation. Je ne ressens pas la faim, ni la soif, ni mon corps quand je marche. Par exemple je marche un quart d'heure et si je m'assois, je ressens pas les sensations de confort dans les jambes.

Pareil, assis ou allongé aucune différence..
Je ne me sens chez moi nulle part.
Trouble de la concentration, aucune mémoire, sensation d'avoir oublié ma vie
Je vois tout comme une image dehors, je peut percevoir le monde mais je n'arrive pas à le toucher, à le sentir, il me parait fade noir et sans vie
Certaines parties de mon corps ne semblent pas m'appartenir.
Sensation de flotter sans l'air.
Je ne dors plus du tout
Aucune notion de l'heure ou du temps
Par exemple je me lève à 8h, mais c'est comme s'il était minuit ou 15h.
En fait littéralement, je me lève, je m'assoie et j'attends que la journée passe. J'attends quoi ? Je ne sais pas.
La liste de mes symptômes est impressionnante, je suis tellement terrorisé d'être schizophrène.

Mon seul but, c'est de finir auprès de ma mère, j'ai l'impression que c'est mon seul repère.
J'ai peur, je me réveille le matin avec une peur atroce, c'est un sentiment insssuportable qui reste toute la journée, une terreur que je ressens physiquement, le ciel m'écrase, j'ai l'impression d'être dans une boîte.
J'ai tellement peur d'être schizophrène ou de le devenir, peur de sombrer dans la folie au vu de mes symptômes

Je suis plus que l'ombre de moi-même.

Je suis actuellement sous Lamictal mais je pense qu'à 34 ans, c'est foutu n'est-ce pas ?

Je suis extrêmement suicidaire, j'ai l'ai toujours été dans un coin de ma tête, mais là c'est plus proche que jamais.


Merci de m'avoir lu.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 18 JANV. 2023

Bonjour Fifi,
Les altérations de conscience comme la dépersonnalisation et la déréalisation peuvent être associées au diagnostic de TSPT (Trouble Stress Post Traumatique) comme symptômes dissociatifs. Ces mêmes symptômes pourraient aussi donner lieu à un diagnostic de Dépersonnalisation/déréalisation à part entière voir à un Trouble Dissociatif de l’identité.
L’intérêt de poser un diagnostic (voir un psychiatre pour cela) est d’une part d’identifier les difficultés que vous traversez et d’orienter une prise en charge en vue d’œuvrer à leur résolution.
Quand une personne est atteinte de ces troubles on retrouve quasi systématiquement un passé traumatique. Particulièrement quand les traumas se produisent dans les premières années de la vie.
A vous lire, il est clair que c’est le cas. Des parents absents, qui ne semblent pas avoir assuré leur rôle éducatif, de protection et de soutient, un père particulièrement absent sont là des difficultés de vie extrêmement difficiles et qui font de vous un survivant.
Un survivant qui a eu le mérite de s’autonomiser, de créer une relation affective et de pouvoir travailler.
Vous avez peur d’être schizophrénie : votre écrit est fort compréhensible, organisé et je n’y note pas d’idée délirante. A priori cela ne militerait pas pour un diagnostic de schizophrénie mais seul un psychiatre pourra poser le diagnostic.
Votre lettre témoigne d’une grande souffrance avec des symptômes très invalidants et il me semble urgent de vous faire accompagner par une (des) personne de votre choix avec qui vous pourriez bâtir une relation de proximité et de confiance car non ce n’est pas foutu, nous avons en nous cette capacité de résilience pour surmonter d’énorme difficultés, elle nous a été donné par l’évolution pour survivre, elle est aussi là chez vous !
Bien cordialement

Daniel BRUNET Marseille
Psychothérapeute ARS
Psycho-traumatologie
Praticien EMDR, TCC

Brunet Daniel Psy sur Marseille

77 réponses

556 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 JANV. 2023

Bonjour,
Vous n'avez pas eu votre compte" dans vote enfance et vos blessures d'origine, jamais guéries, se réactivent régulièrement quand une situation vous rappelle ce que vous avez déjà vécu. cela vous handicape dans tous les domaines de votre vie.
Il faut absolument régler cela. Pour cela, il faut que vous soyez accompagné.
Je consulte en présentiel ou par visioconférence. Merci de me contacter avant de vous inscrire sur l’agenda de la plateforme.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Saint-Brieuc

6558 réponses

4267 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 JANV. 2023

Bonjour Fifi

A la lecture de votre récit, je ressens en vous une personne très humaine et particulièrement sensible et artiste comme vous l'exprimez. Vous êtes jeune et avez eu un parcours très complexe jusqu'à maintenant. Mais rien n'est jamais "foutu".
Etes vous accompagné actuellement par un professionnel? il est indispensable d'avoir un lieu ressource, un cadre où vous pouvez vous exprimer en toute confiance et où petit à petit vous pouvez mettre de l'ordre dans vos idées et dans vos émotions.
Ce que vous vivez est très intense malgre le fait que vous vous sentez "détaché".
En mettant des mots et de la conscience sur ce que vous vivez, vous pourrez y trouver un nouveau sens et vous ouvrir de nouvelles portes qui vous permettront de déployer et développer toutes vos capacités et vos qualités humaines qui sont certainement très nombreuses.
Je me tiens à votre disposition pour vous accompagner dans ce processus.

Prenez soin de vous
Hélène CHAMBRIS
Gestalt Thérapie Humaniste Intégrative
Rdv en ligne, dans la Nature ou en présentiel à Marseille 8ème

Hélène Chambris Psy sur Marseille

1200 réponses

2322 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 JANV. 2023

Bonjour monsieur
Vous avez besoin d'aide d'une part de votre médecin traitant qui verra si votre traitement est adapté à vos symptômes, et il vous orientera vers éventuellement un psychiatre et vous donnera des pistes pour vous en sortir
Bien à vous
Inès Avot

Inès Avot Psy sur Ouve-Wirquin

6312 réponses

3298 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 JANV. 2023

Bonjour,

Si ce n'est déjà fait, consultez votre médecin pour un premier diagnostic et une orientation psychiatrique/psychologique.
A la base le "Lamictal est un antiépileptique qui fonctionne aussi pour les troubles bipolaires" avez vous déjà été diagnostiqué pour l'une de ces maladies ?
Un traitement par médicament seul est rarement suffisant. Les résultats positifs sont nettement accrus en association avec une thérapie de type TCC ou thérapie Interpersonnel.

Cordialement,

Anonyme-410114 Psy sur Tarnos

21 réponses

74 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 11700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 15600

psychologues

questions 11700

questions

réponses 131550

réponses