Peur et évitement de la maladie d’un proche

Réalisée par Anitafleury · 3 janv. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

J’ai 39 ans, je vis loin de ma famille (en dehors du pays) et mon père est atteint d’un cancer depuis plusieurs années. Hélas il est de plus en plus malade et fatigué, et les perspectives ne sont pas très positives.

Depuis l’annonce de sa maladie il y a quelques années, mes parents ont tout fait pour m’épargner l’anxiété de la distance, et il a été difficile d’obtenir des informations qui m’étaient souvent cachées pour ne pas me faire de peine ou me créer d’anxiété. Et en retour, j’ai régulièrement éviter ces sujets qui me font trop souffrir et me provoque une anxiété folle. J’ai donc l’impression de vivre dans le déni.

Plus le temps passe, plus la situation se complique et plus ce déni perdure. Je dois dire que le déni est relativement généralisé dans ma famille, tout le monde est un peu dans la même situation que moi. Or j’ai tout de même l’impression de réaliser davantage la gravité de la situation, bien que je ne puisse pas l’affronter. Cette année je suis rentrée dans ma famille pour les vacances de noël, et tout le monde est à la fois à cran et dans l’évitement.

Ma mère est en permanence en train de se mettre en colère contre des petites choses de la vie (un attitude qu’elle a toujours eu, même avant la maladie de mon père). Mon père souffre mais est trop têtu pour accepter de l’aide et dit qu’il veut tout laisser tomber, mon frère a un très mauvais caractère qui renforce la nervosité ambiante.

Face à tout cela, je n’ai qu’une hâte : rentrer auprès de mon compagnon et sortir de cette négativité, ne plus être exposée à la souffrance de mon père aussi… évidemment je me sens extrêmement coupable, je veux fuir de manière égoïste cet environnement anxiogène, d’autant que je suis très sujette à des crises d’anxiété généralisée et que cela influe beaucoup sur ma propre santé physique.

Suis-je une personne horrible de fuir ainsi mes responsabilités vis à vis de mes parents? De me cacher la tête dans le sable? J’ai peur du futur, je veux m’épargner sans abandonner les miens.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 5 JANV. 2023

Bonjour,
Vous avez tout à fait le droit de ne pas vouloir participer et de vous comporter différemment des autres.

Votre différence fait de vous ce que vous êtes et qui vous êtes. Votre amour est le votre et votre façon de le donner vous appartient.
Bien à vous,
Prenez soin de vous.
Je reste à votre écoute si Besoin
---------------------------------------------------------------
***Estelle CAMUGLI - Thérapeute Holistique***
Thérapie de couple - Accompagnement Post Trauma
Consultante réflexes
*** Possibilité de visio***

Estelle Camugli Psy sur Dinan

394 réponses

3278 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JANV. 2023

Bonjour
Vous souffrez d’anxiété généralisée et d’hypocondrie
Vous vous jugez sévèrement, il n’est jamais facile de faire face à la maladie de nos proches. Cela nous fait peur et fait écho à notre impuissance, notre perte de contrôle de la situation.
La culpabilité vient sûrement de croyances limitantes que vous avez construit au fil de votre vie.
Un accompagnement pourrait atténuer votre état et mieux accepter les événements de vie inévitable
Cordialement catherine maquere catherine
Psychanalyste en ligne

Catherine Maquére Psy sur Paris

49 réponses

74 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JANV. 2023

bonjour
Si la situation n'était pas si anxiogène, que souhaiteriez-vous transmettre à votre famille (comment voudriez-vous les aider) ?
Vous avez votre vie avec votre compagnon et à l'étranger et il est important que vous la viviez.
Non, vous n'êtes pas une personne horrible, vous êtes humaine tout simplement.
Faire face à la maladie est complexe (à distance ou non) et le couple souffre de cette dernière qui exacerbe certainement les difficultés de communication/compréhension (d'où la colère de votre mère et l'entêtement de votre père)
Votre frère vit encore chez vos parents ? Si c'est le cas, cela doit être difficile également pour lui.
Proposez à chacun des membres de votre famille d'en discuter calmement en utilisant le "je" pour exprimer vos ressentis et non des reproches ou constats qui pourraient être mal reçus ou interprétés.
En cas de besoin, mes occultations peuvent se faire en visio
Bien à vous
Sandra Urbansky Fondatrice de ThérHappEasy
Thérapeute intégrative et sexothérapeute séances individuelles/conjugales

Sandra Urbansky Psy sur Andrésy

330 réponses

249 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JANV. 2023

Bonjour Anita,
Lorsque un parent, un proche est atteint d'une maladie grave avec une espérance de vie réduite, la culpabilité est quasi inévitable. La bonne approche et l'attitude à prendre n'est pas facile. Tout dépend de la relation que l'on a avec sa famille. Dans votre cas, le déni n'est pas le problème majeur, vous avez la possibilité de vous exprimer, et d’avoir une vision assez juste et réaliste de la situation.
Comme vous êtes loin de chez vos parents, vous ne savez pas quelle est la meilleur attitude à prendre. Vous ne pouvez pas être là en permanence et vous culpabilisez. Cependant, vous avez votre vie effectivement et vous n'est responsable de rien, et dans tous les cas, surtout pas de la maladie de votre père !
Dans ces cas-là, il est bon de trouver un angle d’approche, de communication avec la famille. Dans un premier temps, avec votre maman qui est la première en ligne et comme tous les aidants doit assumer beaucoup voire trop! Il se peut comme vous l'exprimez qu'elle soit en colère et c'est tout à fat légitime. En tentant de communiquer avec elle et de prendre en compte aussi sa souffrance, elle peut se sentir soutenue même si vous êtes éloignée de chez eux...
La communication au sein de votre noyau familiale peut vraiment désamorcer votre anxiété et vous sentir utile dans l'accompagnement de votre papa.
Il est évident que l'anxiété que vous ressentez peut s’accentuer lorsque vous êtes éloignée puisque vous êtes restée sur des non-dits qui sont dans la tous les cas non constructifs et générateurs d’angoisses pour tous.
Soyez rassurée, vous n'êtes pas une personne horrible, simplement terrorisée par la situation que vous vivez et la peur de perdre votre papa. Vous tentez de trouver une réponse adaptée qui pourrait vous soulager et vous n'avez pas la tête dans le sable puisque vous êtes totalement lucide sur ce qui se passe actuellement chez vous.
Prenez votre courage à deux mains ... Communiquez avec votre maman, nous humains, nous avons cette capacité de nous exprimer par le verbe, c'est essentiel. Utilisez vos mots, vous êtes toujours l'enfant de vos parents, ne l'oubliez et vous aurez toujours les mots justes que votre maman pourra entendre.
Ayez confiance, faites-vous confiance et de mon côté, j'ai confiance en vous ...

T. Le Rohellec


Thierry - René - Jean Le Rohellec dit Tifen Psy sur Pessac

17 réponses

14 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JANV. 2023

Bonjour
Il est possible de penser que votre famille représente un danger psychique pour vous raison pour laquelle votre conjoint vous apparaît être une source de sérénité. Le fait que votre père soit malade est une contrainte puisque vous vous sentez obligé d’aller les voir alors que cela vous coûte énormément psychiquement. Je pense que vous avez une vision extrêmement claire de la situation. Pour autant vous avez besoin de vous faire aider par la parole et de vous faire accompagner dans ce passage difficile. En attendant que les choses s’apaisent , n’hésitez pas à me contacter pour une psychothérapie de soutien.

Myriam Lasry Psy sur Paris

572 réponses

239 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

5 JANV. 2023

Bonjour Madame,

Toute personne qui quitte son pays d’origine en laissant derrière une (partie de la) famille ressent de la culpabilité quand il y a de la souffrance dans cette famille.
La distance fait que vous ne pouvez pas vraiment aider les votre (mise à part matériellement, ce qui n’est certainement pas négligeable…), ni participer au jour le jour à leurs difficultés.
Mais vous avez fait un choix de vie avant que ces problèmes n’arrivent et vous ne pouvez pas vous « couper » en deux, ni renoncer à votre vie actuelle.
Votre message ne laisse pas entrevoir du réel déni, mais beaucoup de tristesse - naturelle- par rapport à la situation de votre père et les réactions des uns et des autres.
Vous ne pouvez pas les changer…, donc faites avec, en acceptant leurs « travers » et en assumant votre situation à vous. Prenez un peu plus de « distance psychique »…, nécessaire.
Allez les voir de temps à autre, appelez vos parents le plus souvent possible, dites leur votre regret de ne pas être plus près d’eux…, dites votre affection pour eux.

Et puis, soignez vos anxiété : vous vous devez ça à vous même.

Je vous souhaite d’arriver à accepter petit à petit « l’inévitable »…
sp

Silvia Podani Psy sur Issy-les-Moulineaux

4266 réponses

11743 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour Anita

Vos responsabilités sont justement de construire votre propre vie, avec votre compagnon et sans vos parents. Vous ne pouvez malheureusement pas les changer ni porter leur souffrance physique à leur place. Si vous dites être sujette à l'anxiété c'est important de vous protéger de la négativité que leur contact vous fait vivre.
Qu'est ce que cela vous fait de vous tourner vers vous même et de penser à vous? vous parlez de culpabilité. Avez vous la sensation de les abandonner? vous font ils des reproches ? quelles sont selon vous, vos obligations vis à vis d'eux? Pouvez vous lister tout ce que vous devez faire pour vos parents, en tant que fille.
Comment vous sentez vous à la lecture de cette liste?
Je me tiens à votre disposition pour vous accompagner afin de vous aider à vous libérer de cette dépendance familiale. Vous pourrez ensuite continuer à leur rendre visite tout en restant en accord avec le fait que "vous avez le droit de vous sentir bien et heureuse à leur côté".

Prenez soin de vous
Hélène CHAMBRIS
Gestalt Thérapie Humaniste Intégrative
Rdv en ligne ou en présentiel à Marseille 8ème

Hélène Chambris Psy sur Marseille

1238 réponses

2358 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour,
Vous ne devez pas vous sentir coupable car votre père refuse l'aide qu'il pourrait obtenir et il est tout à fait normal que vous ayez choisi de faire votre vie, même si cela a impliqué un éloignement. Cela est aussi une façon de vous protéger car apparemment, le climat est assez électrique, dans votre famille !
Cela ne vous empêche pas de lui manifester autrement votre affection : une lettre de temps en temps qu'il pourra lire et relire par exemple ou un appel en visioconférence.
Peut-être auriez vous besoin de consulter pour chasser cette culpabilité et cette anxiété ?
Je consulte en présentiel ou par visioconférence. Merci de me contacter avant de vous inscrire sur l’agenda de la plateforme.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l’enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique Blanche Psy sur Quessoy

6558 réponses

4446 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Ne pas souhaiter participer à ce qui relève de la névrose familiale n'est ni fuir ni abandonner les siens : c'est les aimer, différemment.

La maladie, c'est autre chose. C'est le moment d'adresser à l'autre ce qu'on a à lui dire.

Bien à vous,
Karin Walter

Karin Walter Psy sur Tours

111 réponses

348 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour Anita,
Accompagner vos parents ne veut pas dire renoncer à votre vie. Vous serez détendue et apaisée si vous vivez les deux en parallèle. Accompagner une personne malade ou en fin de vie, n’est pas forcément un bain dans la négativité !
Vous pouvez accompagner de plusieurs façons. J’entends dans votre témoignage, que le dénis est très pesant. Et que ce dénis fait partie d’un système d’évitement familial depuis très longtemps.
A mon avis, c’est cela qui est insupportable car il fait écho à votre propre histoire.
Éviter d’abord les vrais sujets, sans accueillir les émotions qui les entourent et très pesant et anxiogène.
Je vous invite à consulter pour échanger sur cette thématique afin de trouver votre juste place.
Je suis à votre écoute,

Chaleureusement,

Chantal Michel, Thérapeute

Chantal Michel Psy sur Chatou

396 réponses

1065 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour,

Vous n'êtes pas dans le déni puisque vous reconnaissez cette maladie de votre père.
Par contre vous avez du mal à savoir comment la gérer.
Ce n'est pas parce qu'un proche est malade, même gravement, que l'on doive renoncer à sa propre vie, surtout si vous vivez loin d'eux.
Mais on a en même temps un certain devoir de compassion vis à vis de ses proches.
Il vous faut trouver un équilibre. Je pense que vous devriez instaurer un rythme de relation à distance avec votre famille et particulièrement votre père. Par exemple décider de les appeler une fois par semaine, tel jour, à telle heure. C'est un temps que vous leur réservez et le fait que ce temps soit régulier et planifié vous permettra, de votre côté, de ne pas être envahie et de préserver votre équilibre de vie. De même pour les voir vous pouvez vous fixer un rythme de visites annuelles en fonction de vos congés. Rien ne vous empêche par exemple d'aller passer une ou deux nuits chez eux à la faveur d'un retour en France et de combiner cela avec vos propres vacances.
Je reste personnellement à votre disposition, sachant que ma première séance d'une heure est entièrement gratuite et sans engagement.

Bon courage à vous

Michel le BAUT

Michel Le Baut Psy sur Marseille

4098 réponses

21139 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour Anita,

Pensez-vous vraiment que fuir c'est vous épargner ? ''Fuir'' permet de se ronger de l'intérieur et à contrario ''Affronter'' permet de se libérer et de ne rien regretter...

Souvent les enfants sont mis dans un cocon par les parents, les parents laissent les enfants gagner aux jeux, ils laissent la part de galette avec la fève à l'enfant, bref plusieurs comportement qui ''ménagent" l'enfant et le coupe de la réalité extérieure. Et lorsque l'enfant grandit il n'a pas été préparé à toutes les expériences que la vie va lui offrir et il ne sait pas comment gérer tout ce qui lui arrive.
En choisissant un ou une thérapeute en présentiel ou en visio, vous apprendrez ce qui est bon pour vous, en lâchant prise vous vous autoriserez à vivre des moments de qualité avec votre papa pour ne rien avoir à regretter... et la petite fille qui a toujours été épargnée deviendra... UNE FEMME...

Je suis à votre écoute

Laurence VIDAL
Hypnothérapeute
Présentiel & Visio

Anonyme-408539 Psy sur Cergy

61 réponses

73 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

4 JANV. 2023

Bonjour Anita,

Je me permettrais de vous dira d'abord que vous n'êtes pas une "personne horrible" et vous ne fuyez pas vos responsabilités.

Vos parents ont fait le choix très personnel face à la maladie de votre père de vous mettre à distance et de ne pas tout vous révéler.
C'est leur point de vue. Chacun réagit face à la maladie très différemment.
En vous mettant dans cette posture, ils veulent vous épargner, vous protéger, ils vous savent par ailleurs de nature anxieuse.
Le déni correspond à un mécanisme de défense, il est destiné à maintenir l'équilibre du psychisme, nous basculons tout événement, toute émotion, de l'ordre de l'intolérable de notre partie consciente vers notre instance inconsciente.
Il existe bien d'autres mécanismes de défense mais le déni est un refus inconscient de reconnaîttre cette réalité traumatisante.
Vous êtes par ailleurs la fille dans la famille, vous avez un frère mais globalement les filles et leur père ont un lien privilégié.
Je ne dirais pas que votre papa est têtu; dans son refus d'être aidé, il veut garder sa dignité et sa fierté, montrer qu'il reste un pilier et un modèle, avec tout son courage malgré sa souffrance physique et psychologique.

Quant à votre frère, quelque soit son caractère, je ne sais pas si il est plus jeune que vous et si il vit avec vos parents, mais il éprouve de la colère, pour éviter de sombrer dans la violence de sa souffrance psychique, il éprouve de la nervosité, il est en colère, preuve qu'il répouve cette maladie de votre papa et qu'il est révolté.
Vous avez tous les deux de manière distincte le même éprouvé: le rejet de la maladie et de ce qu'elle induit sur votre figure paternelle. Vous exprimez vos souffrances également en fonction de vos âges et de vos relations depuis la petite enfance avec lui de manière ersonnelle. Mais ce qui vous réunit, c'est la non-acceptation de cette injustice venant ébranler vos vies reespectives.

Votre processus d'évitement du sujet de la maladie est votre mode de protection, vous connaissez cette angoisse flottante même si vous vivez loin de votre famille, même si vous ne parlez pas ou le moins possible de la situation car vous voulez maintenir l'image de ce papa modèle et fort, celui qui est là pour protéger la Famille. C'est bien normal, Anita !
Nous gardons de la petite enfance jusqu'à nos derniers instants de vie en ce monde gravés en nous les deux imagos parentaux, les deux piliers, nos deux murs porteurs, nos parents, ceux qui nous ont permis de devenir qui nous sommes et qui nous aiment quoi que nous fassions, ceux en qui nous aurons toujours confiance et qui nous renverront de par leur regard l'estime de nous-même, la fierté et cet amour hors du commun dont nul ne pourra nous faire douter.Ce sont eux qui nous connaissent le mieux, nous ont pris par la main, appris tant de choses, eux avec qui nius avons tellement partagé. Ils restent nos guides, peu importe leurs âges et lesnotres, Anita.

Pour preuve, ils connaissent votre tempérament anxieux, aussi ont ils fait le choix de vous préserver le plus possible.

Ne soyez pas habitée par la culpabilité Anita, car la culpabilité montre que vous éprouvez de la honte; les deux concepts sont liés en psychologie. Vous êtes consciente de ce cancer depuis des années, du combat de votre papa et de votre éloignement voulu de leur part pour vous laisser à la Vie.
Ce déni est une réaction humaine, je vous l'ai dit au début, preuve de la profondeur de votre souffrance, vous n'êtes en rien une perosnne égoiste et horrible. Vous voulez juste garder le contrôle une dernière fois sur l'impensable et ce que nous connaissons de cette maladie. Vous devez garder en vous la plus jolie image de votre papa, vaillant, solide, déterminé, comme vous, avec les valeurs qu'il vous a transmise et font de vous, à 39 ans, la jeune femme que vous êtes devenue avec son compagnon.

La gravité des faits, vous l'avez réalisée depuis l'annonce. Même à distance auprès de votre compagnon, vous restez avec la souffrance de voir votre père amoindri, preuve que vous êtes "exposées", ce n'est pas une question de distance géographique, c'est une question d'émotions, d'affects.

Vous voyez votre mère sous tension et c'est bien normal; les aidants sont victimes co-latérales de cette maladie, en grande souffrance. Le déni leur permet de ne pas s'écrouler, du moins pas tant que la personne est parmi nous mais il faudra que votre maman soit aidée à son tour et vous aussi, vous devez être accompagnée, vous n'avez pas jeté cette bouteille à la mer par hasard, vous demandez à être entendue et reconnue pour votre douleur morale et affective si justifiée. En aucun cas, vous ne vous cachez la tête dans le sable !!
il est si jumain de redouter le futur.
Vous épargner ne vous met pas dans la psoture de l'abandon, au contraire c'est se préparer à être en capacité de réagir à bon escient, pour épauler vos proches.
Je vous propose de vous aider à mieux gérer vos émotions, à les laisser parler, mais aussi à détricoter des schémas de pensée qui sont actuellement en inadéquation avec votre réalité, poser ce si lourd chagrin et cette culpabilité,mieux comprendre vos réactions et vos jugements si sévères envers vous-même Anita.
La maladie et ce qui y renvoie génèrent un traumatisme dans le psychisme de tout être, j'ai eu la chance de m'y pencher de plus près en étant supervisée par mes mentors, essentiellement Boris Cyrunlik, vous connaissez peut-être, il intervient souvent dans les médias et conférences, a de multiples ouvrages et a popularisé le concept de "Résilience".
Si vous souhaitez faire de cette grosse épreuve de votre vie une force, alors échangeons ensemble, cela ne peut que vous éclairez.
BORIS dit:
"la résilience, c'est l'art de naviguer entre les obstacles des torrents".

Déchargez votre psychisme et acceptez vos émotions, preuve que vous êtes tout sauf horrible.
N'attendez pas d'imploser.

Je reste à votre écoute en téléconsultation, quand vous en estimerez le besoin et la volonté en toute bienveillance et avec grande empathie.

Je vous envoie beaucoup de forces, Anita.

Bénédicte Escaron
Praticienne en Psychothérapie
Psychanalyste
Thérapeute en TCC
Thérapeute d'aide à la parentalité
diplômée en Neurosciences ( Paris ) et en Psychotraumatologie ( Nancy)
Praticienne en PNL

Benedicte Escaron Psy sur La Haye-d'Ectot

892 réponses

8743 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12700 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16100

psychologues

questions 12700

questions

réponses 134750

réponses