schéma familial

Réalisée par Choupinette1980 · 24 mai 2018 Thérapie brève

Bonjour,
J'aimerais savoir comment éviter de reproduire le même schéma car je ne suis pas d'accord avec ce dernier, mais j'ai peur d'y arriver inconsciemment. Je m'explique en clair, issue d'une famille italienne du côté maternelle, mes arrières grands parents sont venus vivre en France avec leurs 10 enfants pour éviter la pauvreté.... j'ai appris que cet arrière grand père avait abusé d'une de ses filles, qui d'ailleurs s'est suicidée à l'âge adulte...

Apparemment mes arrières grands parents se seraient séparés vieux mais sans divorcer... ça ne se faisait pas... bref, ma grand mère de son côté était la rebelle, et coureuse de jupon s'est mariée deux fois, a divorcé deux fois, a eu trois enfants, dont 1 apparemment d'une relation cachée avec un amant qu'elle aimait avec passion.... elle est partie du cocon familial très tôt et a vécu loin de la ville ou toute sa famille est restée... justement parce qu'elle n'aimait pas leur côté trop traditionnel... elle a fini sa vie seule, avait un amant. Elle a quasiment toujours vécu seule et a connu de nombreux hommes suite à ses divorces, mais de nature souriante et dynamique, j'ai toujours pensé que c’était ma super mamie, pas celle qui fait des gâteaux et traditionnelle, non non celle qui voyage partout dans le monde, qui part danser tous les weeks end et qui s'amuse.

Bref, ma mère dans tout ça ? totalement l'opposé de sa mère, très réservée, pas sure d'elle, anxieuse, en froid avec sa mère, qui l'envahissait, elle s'écrasait souvent et du coup, ma mere ne vivait pas sa vie... elle a connu trois hommes, le père de mon frère, un flop, séparation directe alors qu'elle n'avait que 20 ans, ma grand mère a pris le devant, et ma mère s’écrasait... ensuite, ma mère a rencontré mon père apparemment sur une annonce (elle avait 26 ans!!) pourtant une très belle femme, mon père bel homme séducteur pas de sa ville, mais d'une grande ville (lyon) ils se connaissent, se voient quand ils peuvent, et ma mère souhaite un enfant et se refaire une vie... mon père s'est avéré être une personne malhonnête, immature, incapable de conserver son travail, joueur, trop penché sur la bouteille, et...violent psychologiquement et verbalement... ....

Moi entre temps j'étais déjà née, rebelote, à mes 3 ans, elle le met à la porte, il est retourné à lyon, je ne l'ai jamais revu, je me souviens encore aujourd'hui à l'aube de mes 38 ans quand il est parti.... c'est une image qui me restera à jamais... il m’a retrouvé sur facebook, et moi en faisant une recherche généalogique, j’ai appris qu'il s'etait marié 5 fois (des mariages blancs surement) et qu’il avait adopté deux enfants et refait une fille qui a 10 ans (l’âge de mon fils) je n’ai rien ressenti du tout face à tout ca, que de la pitié pour lui, mais c'est tout.

Ma mère quant à elle s’occupe élève seule deux enfants de deux papas différents et se laisse envahir par sa mère. Elle rencontre un homme séparé qui ne peut pas voir son fils à cause de son ex femme, il est dépressif (enfin ca on l'a su au fil du temps) et il est trop penché aussi sur la bouteille....mais....il n’est pas violent......donc du coup, il est acceptable (c’est mieux que rien) pendant 15 ans elle est restée a ses cotés même si j'ai des souvenirs de lui complètement bourré qui dormait par terre dans la salle de bain...à mes 15 ans... et qui m'énervait beaucoup car ma mère l'ignorait, ils avaient deux vies parallèles les 7 dernières années, mais moi j'ai jamais compris pourquoi elle ne le quittait pas au lieu de l'ignorer comme cela, bref, il est parti un jour, quand je suis partie faire mes études à la fac a 70 km puis il est décédé peu d'années plus tard dans sa dépression et son alcoolisme..

Et moi aujourd'hui ? master en langues, timide et solitaire, mais imprévisible et forte, j'adore voyager et direction, l'italie, mes racines...à 23 ans! j'ai tout quitté, sans connaitre personne, et me suis installée la bas, je tombe amoureuse à 25 ans (je n'avais pas envie de rentrer en France), et prise dans cet élan, on part vivre ensemble au bout de 4 mois, l'amour fou, malheureusement tout trop rapide, pas prête surement, trop jeune, et trop honte de faire marche arrière pour ne pas blesser la famille de mon chéri, je continue cette histoire...pile poil quand ca va mal, je tombe enceinte, je décide de le garder, je suis heureuse, passe une grossesse extraordinaire, puis naissance terrible, une belle famille envahissante, qui s'en fout de moi, un homme pas adapté à moi qui boit trop (qui buvait aussi avant mais moi aussi mais le samedi soir, mais là , non on est parents, j’avais changé mais pas lui) joue au poker, n'est pas attentionné, et ma famille très loin en France qui ne sait rien et qui ne peut m'aider...

(des années avec hauts et bas)... 5 ans plus tard, je me sépare, je reste en Italie parce que je veux que mon fils ait un père et une mère, j'y tiens. Mon ex le prend très mal.... 3 ans d'enfer (menace, etc etc) mais la ca va bien, on se reparle, il a refait sa vie, et me laisse tranquille... moi? seule en italie, avec un enfant, je suis bien mais seule, trop seule et j'ai peur de souffrir avec quelqu'un du coup je préfère souffrir de ma solitude, que de souffrir d'etre abandonné ou maltraitée...

aucun engagement, je n’ai pas ou jamais eu confiance en moi dans mes relations avec les hommes, et je papillonne pour pas autoriser quelqu’un a me faire du mal, mais du coup, j’ai tendance à briser les cœurs des hommes, et je suis mal aussi car meme si j’aime bien quelqu’un je fais tout pour qu'il s'éloigne de moi... Je me suis toute renfermée sur moi meme, j'ai peur des familles... vu que la mienne ne me fait guère envie d’etre comme eux, actuellement, ma mere est seule depuis 10 ans, mon frere aussi, moi aussi, bref, on a tous les boules on dirait de rencontrer quelqu'un... ca me chagrine car je sais que nous méritons d'être aimés,..

De mon côté, je suis plutôt comme ma grand-mère qui profite en papillonnant, mais reste très (trop ?) indépendante (bouclier ?)... du coup, j’ai un penchant pour la bouteille (récurrent dans la famille du coté des hommes) je tombe raide dingue d'hommes peu disponibles (mariés ou pris, donc moi le second rôle comme ma mamie qui me plait d’un coté mais bon pas tous les jours, je culpabilise et pense mériter bien plus) Comment faire pour essayer d'être plus zen par rapport aux hommes et leurs familles ?

Comment avoir une vraie histoire épanouissante, et douce comme le côté qui plait et me plait aussi à moi? Comment faire pour être moins négative en fait, car j'aimerais tellement rencontrer un homme et avoir confiance (en moi ?) et en lui.
Merci

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 24 MAI 2018

Bonjour

Entre une mère qui souffre encore d’avoir été étouffée par une mère castratrice qui continue à exercer sa domination, un grand-père maternel incestueux, le caractère état limite de votre père avec une Image du voleur, alcoolique, maltraitant psychiquement, et sa découverte après 35 ans d’absence en ayant subi le DC du possible père de substitution alcoolique et dépressif, votre force de vie est telle que vous réussissez à vous alerter. Et c’est là votre point fort qui vous sauvera, c’est votre force de réaction qui est en vous ! Votre forme de résilience !

Votre souffrance d’enfance maltraitée vous revient constamment en plaine face. La bouteille comme vous dites sera comprise de différentes façons dont vous seule avez la clef. Ce qui est certain c’est qu’elle vous permet d’être dans l’illusion et non dans la réalité c’est une façon de s’attacher à dénier votre réalité et à rester dans la tentative d’oubli du passé douloureux. Cela reste éphémère puisque le passé vous rattrape.

Le premier geste d’amour que vous faites est pour vous-même en vous protégeant du négatif de votre environnement. C’est important!

En conclusion, entre attachement et désir de se détacher d’un passé qui fait mal le processus du deuil psychique est long et doit être accompagné de bienveillance et de confiance thérapeutique.

Avec un homme ou avec une femme psychanalyste vous trouverez votre résonance, votre échos, et avec cela vous pourrez non pas oublier mais accepter votre passé pour vous en séparer et découvrir votre potentiel à construire une vie différente, votre vie.

AGIRAUD
Psychothérapie Analytique

Alain Giraud Psy sur Avignon

234 réponses

599 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

24 MAI 2018

Bonjour,

Comment faire?, comment faire?, écrivez-vous à la fin de votre message, pour échapper à ce destin et à ces répétitions familiales que vous circonscrivez si bien. Comment faire pour avoir une autre vie que la vôtre, trouver un autre chemin qui vous soit propre hors les déterminations familiales?

Avez-vous songé à la psychanalyse?
A vous lire, j'ai envie de vous écrire que c'est peut-être la seule voie possible pour vous déprendre mais aussi accepter ce qui s'est inscrit en vous et pour pouvoir en jouer autrement.

Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

965 réponses

3933 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Thérapie brève

Voir plus de psy spécialisés en Thérapie brève

Autres questions sur Thérapie brève

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12950 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16200

psychologues

questions 12950

questions

réponses 135900

réponses