Grossesse, pression familiale et angoisses

Réalisée par M.L le 31 mai 2017 5 réponses  · Aide psychologique

Bonjour,


En espérant pouvoir m'exprimer aussi clairement que brièvement et ne pas trop m'éparpiller... je viens vers vous aujourd'hui dans l'espoir d'y voir plus clair et d'obtenir quelques réponses sur mon état d'esprit.


Mon conjoint et moi sommes ensemble depuis un peu plus de trois ans. Nous venons de milieux totalement différents : lui est issu d'une famille ouvrière et nombreuse, incroyablement soudée et aimante ; je suis fille unique, issue d'une famille aisée et d'un divorce qui a plutôt mal tourné, sans plus aucune attache avec le côté paternel et un côté maternel qui se résume à ma mère et un beau-père qui m'a récemment adoptée.

Si je parle de ces choses, c'est pour en venir au tout premier soucis que je rencontre au sein de mon couple et ce depuis le début. La famille de mon conjoint est très importante pour lui, les avis des cousins, les choix des oncles, les conseils des parents, tout est important pour lui au point que j'ai parfois l'impression de ne pas avoir épousé « Mr X » mais « Mr X et toute la famille X ». Il ne se passe pas une journée sans que mon cher et tendre n'appelle un membre de sa famille et plus particulièrement sa sœur aînée dont il est très proche. Chose qui ne me dérangeait pas outre mesure auparavant (hormis le fait que j'admire ce schéma familial que je trouve presque insensé) seulement je suis enceinte de 6 mois à l'heure actuelle et depuis 6 mois, mon mari ne peut pas s'empêcher de vouloir m'imposer les avis/conseils/reproches de sa sœur (elle-même maman d'un petit garçon) : « Ma sœur m'a dit que tu ne devrais pas manger ceci, faire cela », « ma sœur ne faisait pas comme ça », « ma sœur te suggère de préférer ça », « tu ne devrais pas agir de la sorte, ma sœur ne l'a jamais fait enceinte », etc. De temps en temps s'y ajoutent les avis de sa mère ou de son père, et très franchement je n'arrive plus à le supporter.


Je vis très mal cette grossesse pourtant tellement désirée. Mon mari prend soin de moi, il est présent sur tous les fronts et je m'en veux terriblement d'écrire toutes ces choses seulement l'intervention de sa famille dans cette grossesse m'angoisse et me flanquerait presque l'envie de fuir en courant. J'ai cette impression stupide d'être enfermée dans une jolie cage dorée aux couleurs de sa famille et qu'à chaque reproche/conseil/avis, ma liberté de mouvements s'amenuise.

J'en ai déjà longuement discuté avec mon compagnon, lui ai déjà dit tout ce que je pouvais ressentir. Sa seule réaction a été de hausser les épaules et de m'assurer que je voyais un problème là où il n'y en avait pas. Je ne doute pas un seul instant que mon conjoint pense m'aider et je me permets de croire que sa famille m'apprécie au point de ne vouloir que mon bien. Alors quoi faire ? Est-ce que mon état de grossesse me fait délirer ? Est-ce que je me focalise trop sur cet aspect des choses ? Est-ce que ce « problème » n'en est vraiment qu'un dans ma tête ? Je ne peux tout de même pas imposer à mon conjoint de mettre de la distance avec cette famille qu'il aime et considère plus que tout au monde juste pour moi, si ?


Voilà pour mon soucis premier et minime.


Ensuite et j'ai honte de l'admettre, mais je ne pense pas être quelqu'un de très « sain ». J'ai vécu certaines choses dans mon enfance qui m'ont laissé de sales cicatrices et ont fait de moi quelqu'un de méfiant, de négatif, d'angoissé en permanence (pour tout et rien). Je manque de confiance en moi, je me fais l'effet d'une assistée parfois et il m'est déjà arrivé de faire des crises d'angoisse. Là encore, mon mari est toujours présent même s'il a l'honnêteté de dire qu'il ne me comprend pas puisque à mon contraire, il s'agit de quelqu'un de positif, souriant, aimant. Aussi et toujours depuis le début de ma grossesse, j'ai ce sentiment de terreur tout neuf à l'idée de ne pas être à la hauteur en tant que femme comme en tant que mère. J'ai peur de mal faire, de finir par faire voler mon mariage en éclats, de ne pas être une bonne mère pour mon futur bout de chou. Et par-dessus tout : j'ai peur de « déteindre » sur ces deux personnes qui représentent tout pour moi. Mon mari trouve ces réflexions ridicules, assure que je suis quelqu'un de bien, que je saurai prendre soin de mon bébé, et malgré son soutien j'ai peur que ma négativité, mes angoisses et mes craintes déteignent sur eux à la longue. J'ai peur que mon fils finisse par me reprocher de l'avoir mis au monde (reproche que j'ai moi-même craché à la figure de ma mère lors de mon adolescence), j'ai peur que mon conjoint finisse par plier bagages parce que devenu à son tour méfiant et pessimiste.


Ces peurs sont-elles rationnelles ? Est-ce que je deviens folle de penser toutes ces choses ?


Pour finir, je voudrais juste préciser que je sais ne pas être purement imparfaite, tout comme je sais que mon mari n'est pas un être parfait. Je ne l'idéalise pas, je l'aime tel qu'il est, pour tout ce qu'il est y compris ses défauts et son amour inconditionnel pour sa famille. Je ne pense pas me diaboliser non plus. Méfiante et tout le tralala mais je sais aussi où trouver mes qualités. Quand je ne me mets pas à tergiverser comme ici, notre vie de couple me paraît logique et équilibrée. Nous avons des désaccords (par exemple en ce moment mon mari ne me touche plus sexuellement parlant, ce qui est assez éprouvant mais me reste compréhensible dans la mesure où il m'a expliqué avoir peur de me faire mal et ne pas pouvoir occulter la présence du bébé entre nous), nous communiquons, nous avons traversé de mauvaises périodes (décès et problèmes familiaux, routine et passages à vide, difficultés professionnelles et financières,...), nous savons profiter des bons moments, avons la tête sur les épaules et de beaux objectifs de vie.


Alors pourquoi ai-je cette sensation que quelque chose ne va pas ? Pourquoi je ressens désormais la présence de sa famille comme une menace pour celle que nous essayons de construire ? Comment me défaire de mes angoisses ? Dois-je consulter ?


Merci par avance de l’intérêt que vous pourrez porter à ma remise en question.

confiance

Meilleure réponse

Bonjour,

Votre message est extrêmement touchant peut-être aussi et surtout pas sa lucidité. Il me semble que vous posez très bien l'ensemble des questions qui se présentent à vous en ce moment de fragilité et de vulnérabilité que représente la grossesse.

Pour répondre au premier volet: la présence un peu excessive de la famille de votre mari surtout depuis que vous êtes enceinte, présence à travers les propos auxquels votre mari accorde foi... Comment faire? A la fois vous aimez cette famille, et en même temps elle vous paraît un peu envahissante, d'autant que de votre côté, la famille est réduite si l'on peut dire à votre maman et votre beau-père. Essayez de continuer à en parler avec votre mari, essayez de lui faire comprendre... Une bonne manière de faire serait peut-être de lui demander de ne pas se faire le "traducteur" des propos de sa soeur et de ses parents mais de lui conseiller que ceux-ci d'adressent en direct à vous? Ceci étant, en rapportant les propos et conseils de sa famille, votre conjoint vous fait part aussi de sa propre fragilité, incertitude face à la grande aventure de devenir père: il a besoin des conseils de sa famille aussi pour lui-même.

Pour le second volet de votre message: vous évoquez votre enfance et vos vécus difficiles et blessants qui ont d'une certaine façon un peu entamé l'image ou l'estime que vous avez de vous-même. Encore une fois, une grossesse nous rend un peu vulnérable de ce point de vue: être enceinte c'est aussi revivre une sorte de transparence de sa propre histoire, de son enfance, de ses relations aux parents etc...

Vous serez très certainement une très bonne mère, il n'y a aucun doute à avoir mais par avance, la naissance de votre fils vous rappelle des épisodes douloureux de votre propre vie...

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter un/une professionnel pour parler de toutes ces questions qui vous agitent alors que vous devenez maman. Certains psys sont formés en périnatalité et donc habilités à recevoir ces questions...

N'hésitez donc pas.
Bien cordialement,
Fabienne Verstraeten

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

Bonsoir Madame,

Vous avez écrit ici un très long message pour nous expliquer vos inquiétudes actuelles, celles crées par votre état de grossesse sur vous, votre mari et sa famille, et aussi celles de votre passé (que cette grossesse a réveillé en vous).
Votre couple semble solide, vous avez une bonne communication et vous avez bien traversé diverses difficultés, l'enfant à venir est désiré et attendu : ce sont là de bonnes conditions pour être confiants dans l'avenir.
Néanmoins, le comportement actuel de votre mari avec vous et les craintes dont il vous a fait part (et qui l'empêche de continuer à vous faire l'amour...), ainsi que ses commentaires et recommandations de sa famille dont il se fait l'écho montrent beaucoup d'inquiétudes de son coté aussi, et des difficultés à se positionner en tant que votre homme, mari et futur père.

Pour pour vous préparer à passer le cap de devenir des parents "suffisamment bons" (c'est la formule d'un grand psychanalyste anglais) tout en restant un couple d'amants aimants..., pour mettre des mots sur vos craintes et apaiser vos angoisses, pour vous aider à prendre la bonne distance par rapport à vos familles d'origine et vos propres vécus d'enfants... je vous conseille de faire appel à une thérapie de couple.
Votre communication et bonne entente se trouvera renforcée, et vous aller pouvoir anticiper et vous préparer ensemble à accueillir votre enfant avec plus de confiance et sérénité (ce dont le bébé a aussi grand besoin).

Je vous souhaite de construire une belle famille sereine à vous trois..., en prenant le meilleur de vos deux familles d'origine !
sp

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

2 JUIN 2017

Logo Silvia PODANI Silvia PODANI

1596 réponses

4916 J'aime

Bonjour,
Je comprends votre état d'âme vous êtes confrontée à une famille, la belle famille, nombreuse et très aimante, peut être, pour vous fille unique, un peu trop aimante!
Dites vous que vous et votre mari vous êtes en train de construire votre propre famille et comme vous apportez vos propres expériences de vie dans le nouveau foyer, c'est normal qu'il y ait une période "d'adaptation" de "mélange"... vous restez quand même deux sujets différents, qui réfléchissent avec vos propres vécus... vous avez bien fait d'en parler et d'en discuter avec votre mari et c'est dans ce dialogue ouvert et calme que vous pourrez trouver l'harmonie de votre propre famille.
En ce qui concerne votre deuxième problématique, a confiance en vous et "votre bagage" personnel, oui je pense qu'à travers une thérapie vous pourrez avancer et voir plus clair en vous et gagner confiance en vous.
N'hésitez pas à regarder sur le site s'il y a un/une thérapeute près de chez vous.
N'hésitez pas à m'écrire si vous en ressentez le besoin, sur mon espace perso.
Bien à vous
Livia CLARA-VILNAT
PRATICIENNE EN PSYCHOLOGIE

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

2 JUIN 2017

Logo Livia CLARA-VILNAT Livia CLARA-VILNAT

1109 réponses

4171 J'aime

Bonjour,
oui, vous recevez des conseils qu'on attendrait plutôt de votre famille à vous. Ces conseils, si votre maman, vos frères et soeurs (s'il y en avait eu) vous auraient parfois rassurés, parfois agacés. Mais là, ils viennent de l'autre côté. Et peut-être que vous les recevez comme un jugement sur vous. Et non comme une marque d'affection, d'attention plus ou moins adroite.
Et comme vous avez peu confiance en vous, que des choses de votre passé ressortent, cela ne fait que conforter en vous un malaise.
Et puis, votre mari ressentant votre inquiétude essaie peut-être d'y répondre par ces conseils, de façon plus ou moins adroite. Lui aussi doit trouver une place différente.
La grossesse n'est pas seulement la préparation de la naissance d'un enfant. Elle est aussi le passage pour une femme, un homme à un autre statut, à une autre stature: une nouvelle naissance aussi, l'occasion peut-être de sa débarrasser de ce qui nous encombre et resurgit à ce moment de la vie. Pourquoi ne pas profiter de ce temps pour un travail sur vous soit en hypnose soit ....?
Il ne faut pas négliger non plus dans les états qui traversent la femme toutes les transformations hormonales qui ne sont pas rien. Mais au delà, vous pouvez saisir l'occasion vous aussi de couper certains "cordons ombilicaux", certains "liens" qui aujourd'hui n'ont plus à demeurer au sens d’événements douloureux ou non dits.
Je reste à votre disposition si besoin.
Puisse la vie prendre le dessus.

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

1 JUIN 2017

Logo Jean-Luc KERDRAON Jean-Luc KERDRAON

443 réponses

738 J'aime

Bonjour,

En fait, je considère que pouvoir consulter est une chance. On n'entreprend pas forcément un travail sur soi pour guérir quelque-chose, mais plus simplement pour libérer en soi les énergies bloquées. Vous dites vos peurs non rationnelles, et bien justement il serait intéressant de laisser dire vos parties non rationnelles, votre inconscient. S'ouvrir à son potentiel inconscient, c'est l'objet même du rêve éveillé. Assurément un moyen de ne plus vivre ses sensations comme une menace.

Cordialement,

Olivier

Cela vous a été utile ?

Oui Non

Merci d'avoir donné votre avis !

1 JUIN 2017

Logo Groscaux Olivier Groscaux Olivier

59 réponses

152 J'aime

Questions similaires

Voir toutes les questions
TOC du couple, TAG, peur de ne plus l'aimer

9 réponses, dernière réponse le 19 Novembre 2017

Crise d'adolescence?

1 réponse, dernière réponse le 16 Avril 2018

Doutes sur mes sentiments et au bord de la dépression

6 réponses, dernière réponse le 11 Février 2017

Peur d’avoir une maladie mental

1 réponse, dernière réponse le 19 Juillet 2019

Mensonges expertise psychologique

2 réponses, dernière réponse le 25 Mai 2016

PEUR DES DISPUTES

2 réponses, dernière réponse le 18 Août 2018

Obsession : peur de ne plus aimer

4 réponses, dernière réponse le 05 Avril 2016