Les 10 découvertes les plus surprenantes en psychologie

Les psychologues continuent de découvrir des explications inattendues et non intuitives pour lesquelles nous faisons ce que nous faisons, à commencer par ces 10 découvertes.

7 JUIL. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Les 10 découvertes les plus surprenantes en psychologie

Les sciences du comportement (que je considère comme un sous-ensemble de la psychologie proprement dite) sont parfois accusées d'être "douces" et d'être pleines de découvertes intuitives. Honnêtement, si tout cela était vrai, j'aurais eu du mal à consacrer les trois dernières décennies de ma carrière à ce domaine !

En fait, les scientifiques du comportement sont formés de manière intensive à des procédures méthodologiques et statistiques rigoureuses. J'ai suivi sept cours de statistiques au cours de ma propre carrière de premier cycle et de deuxième cycle à titre d'exemple.

Une mesure de l'utilité de notre domaine concerne la capacité de produire de nouvelles découvertes sur le comportement humain qui ne sont pas simplement intuitives. OK, j'admets que parfois dans notre domaine, nous publions quelque chose que tout le monde connaît déjà (comme des recherches montrant que les enfants n'aiment pas les légumes amers). Cela dit, lorsque vous commencez à rechercher des résultats non intuitifs sur le terrain, vous finissez par en voir beaucoup. Et ces résultats fournissent un aperçu important de l'expérience humaine plus large.

Vous trouverez ci-dessous 10 de ces découvertes qui, espérons-le, encourageront le lecteur à prendre du recul et à voir l'importance des sciences du comportement dans un cadre plus large.

1. Dans certaines conditions, payer les gens pour leur travail les fait travailler moins dur.

Des travaux classiques sur le thème de la dissonance cognitive ont montré que dans de nombreuses conditions, si vous payez quelqu'un pour faire une tâche, il se rend compte qu'il ne le fait que pour l'argent, et sa motivation concernant la tâche elle-même diminue considérablement (voir Festinger & Carlsmith , 1959).

2. Beaucoup de gens sont capables de tuer quelqu'un qui est totalement innocent si une figure d'autorité le leur demande.

Dans sa recherche classique sur l'obéissance à l'autorité, Stanley Milgram a découvert qu'une majorité substantielle de personnes sont capables d'adopter un comportement qui tuerait un homme innocent simplement parce qu'une figure d'autorité leur a demandé de le faire (Milgram, 1963).

3. Les réactions à l'infidélité représentent environ un tiers des homicides dans le monde moderne.

Une analyse de milliers d'homicides dans deux grandes villes nord-américaines a révélé qu'un tiers des homicides sont liés, de manière significative, à l'infidélité (Daly et Wilson, 1982).

4. Les expressions faciales de base des émotions sont présentes dans toutes les cultures du monde.

La façon dont les gens expriment et comprennent les expressions faciales émotionnelles varie de presque 0% dans tous les groupes humains qui ont déjà été étudiés (Ekman & Friesen, 1986).

5. Nous avons tendance à considérer les personnes qui font partie d'« autres » groupes comme étant toutes identiques les unes aux autres par rapport aux personnes de nos propres groupes.

Quand nous pensons aux gens comme étant des membres d'un « autre » groupe du nôtre, nous sommes littéralement incapables de voir la variabilité entre eux ; nous avons littéralement tendance à les considérer comme « tous pareils » (Haslam et al., 1996). Ce phénomène est connu sous le nom d'homogénéité des groupes externes.

6. Nos liens psychologiques avec les chiens et les chats ont de fortes racines dans l'histoire de l'évolution humaine.

La prochaine fois que vous regarderez votre chien ou votre chat, réalisez que nos liens psychologiques avec ces créatures remontent en fait très loin dans l'histoire de l'évolution humaine. Ils nous ont rejoints dans ce voyage pour des raisons très spécifiques, basées sur l'évolution.

7. Les mêmes 5 traits de personnalité de base caractérisent les gens à travers le monde.

La recherche sur les traits de personnalité de base, qui montre une grande variabilité d'une personne à l'autre, a révélé que les mêmes traits de personnalité de base - extraversion, stabilité émotionnelle, ouverture d'esprit, amabilité et conscience - caractérisent la façon dont les gens diffèrent les uns des autres dans tous les coins de la Terre (voir Schmitt et al., 2007).

8. Les facteurs situationnels expliquent davantage le comportement « mauvais » que les facteurs dispositionnels.

Une montagne de recherches sur les comportements « maléfiques » ou antisociaux aboutit à cette conclusion : un comportement maléfique est beaucoup plus le résultat de facteurs situationnels que de facteurs dispositionnels. Ainsi, il est plus juste de parler de conditions environnementales qui facilitent les mauvais comportements que de parler de « mauvaises personnes » (voir Zimbardo, 2007).

9. L'anxiété a en fait un rôle important dans le fonctionnement humain.

En apparence, nous avons tendance à considérer l'anxiété comme simplement problématique et comme quelque chose que nous devons réduire, en fait, l'anxiété agit beaucoup comme une adaptation darwinienne, conduisant à des avantages tels que la réussite dans toutes sortes de tâches. Un degré modéré d'anxiété est en fait une bonne chose (voir Nesse et Williams, 1994).

10. L'idée du véritable amour est bien réelle. Et nous pouvons le voir dans le cerveau des gens.

Le véritable amour existe, et ce phénomène peut être observé dans l'activité neuronale du cerveau. Helen Fisher a consacré toute une vie à des recherches intensives qui aboutissent finalement à cette conclusion (voir Fisher, 2012).


Au cours des dernières décennies, les travaux en sciences du comportement ont mis en lumière un large éventail de sujets qui sous-tendent l'expérience humaine. Le travail dans ce domaine n'est ni subjectif, ni flou, ni intuitif. C'est, en fait, une science rigoureuse qui utilise les processus statistiques les plus avancés disponibles dans le but de nous aider à mieux comprendre qui nous sommes.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Daly, M., & Wilson, M. I. (1982). Homicide and Kinship. American Anthropologist, 84, 372-78.
  • Ekman, P., & Friesen, W. V. (1986). A new pan-cultural facial expression of emotion. Motivation and Emotion, 10, 159-168.
  • Festinger, L., & Carlsmith, K. (1959). Cognitive consequences of forced compliance. Journal of Abnormal and Social Psychology, 58, 203-210.
  • Fisher, HE (2012). In Geoff Warburton, Ed. WE HAVE CHEMISTRY! The Role of Four Primary Temperament Dimensions in Mate Choice and Partner Compatibility. The Psychotherapist, Autumn 2012:Issue 52: 8-9. United Kingdom.
  • Haslam, A., Oakes, P., Turner, J., & McGarty, C. (1996). Social identity, self-categorization, and the perceived homogeneity of ingroups and outgroups: The interaction between social motivation and cognition. In R. Sorrentino & E. Higgins (Eds.). Handbook of Motivation and Cognition: Foundations of Social Behavior. New York: Guilford Press. pp. 182–222. (Chapter 4)
  • Milgram, S. (1963). Behavioral Study of Obedience. Journal of Abnormal and Social Psychology, 67, 371–8.
  • Nesse RM, Williams GC: Why We Get Sick: The New Science of Darwinian Medicine, Times Books, New York, 1994.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel