Comment lâcher prise ? 5 manières concrètes

Pourquoi gaspiller son énergie à vouloir tout contrôler ? Le lâcher-prise est une attitude qui vous libèrera de vos poids.

5 NOV. 2018 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Comment lâcher prise ? 5 manières concrètes

"Let it be", affirmaient les Beatles dans leur célèbre chanson. Et pour cause, le lâcher prise est une excellente façon de se libérer d'une dose quotidienne de stress et d'anxiété, d'apprendre à remettre les problèmes en perspective, de les ramener à leur juste valeur et de se sortir de situations difficiles.

Lâcher prise, vous y arrivez ? Constamment sous pression, en famille, au travail, nous sommes soumis à des niveaux de stress très élevés et c'est devenu tellement quotidien que nous ne nous en rendons même plus compte. Apprendre à lâcher prise, c'est se faire un cadeau en affirmant que avons le droit de prendre du recul, des vacances de ce stress.

Malheureusement, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire. Si on demande à la majorité des personnes ce que signifie "lâcher prise", on aura certainement une réponse de type "il faut arrêter d'y penser". C'est vrai, on peut employer plusieurs techniques pour essayer de ne plus y penser, des plus douces aux plus extrêmes, mais elles ne seront pas réellement efficaces. "Ça" sera toujours là, au creux de l'estomac ou à tourner dans notre esprit toute la journée, même pendant qu'on mange, qu'on travaille ou qu'on essaye de dormir. On ne peut pas arrêter simplement de penser à quelque chose. On peut uniquement réprimer cette pensée, et donc empirer le problème. 

Il n'existe hélas pas de programme tout fait pour apprendre à lâcher prise. C'est un processus qui commence grâce à une chose sur laquelle nous avons tous et toutes une emprise : la réalité. 

Lâcher prise, qu'est-ce que c'est ?

Lâcher prise, c'est faire face et gérer la réalité. S'accrocher, c'est négocier. La négociation est une forme de pensée par laquelle nous nous berçons d'illusions, d'idées fausses nous raccrochant à une situation pourtant mauvaise pour notre bien-être. En voici quelques exemples : 

  • Mon/ma partenaire alcoolique arrêtera de boire et me traitera mieux quand je serais plus gentil(le), tendre et que j'arrêterai de le/la pousser à mieux me traiter et à arrêter de boire.
  • Je déteste mon travail, mais si je m'accroche, j'aurai cette promotion pour devenir manager et je n'aurai plus besoin de faire toutes ces tâches que je déteste.
  • Si je peux réussir à rendre mon/ma partenaire plus aimant(e), non seulement je me sentirai enfin aimé, mais cela réparera les dégâts qu'a fait ma mère en étant froide et indifférente à mon égard.

chem.jpg

Voici la négociation. Lâcher prise, c'est tout à fait le contraire : 

  • Mon/ma partenaire est alcoolique. Il/elle ne fait rien pour changer ça, et n'a pas envie de changer. Plutôt que de rester et d'essayer de le/la changer, je vais partir et le/la laisser gérer ce problème qu'il/elle est seul(e) à pouvoir gérer.
  • Je déteste mon travail. Je pense que je vais commencer à en chercher un autre, ou peut-être aller voir un(e) conseiller(e) d'orientation qui pourra m'aider à trouver ce que j'ai réellement envie de faire.
  • Ma mère était une femme froide et indifférente, et je me suis marié(e) avec une autre personne froide et indifférente. Peut-être devrais-je entamer une thérapie et comprendre les choses afin de ne plus être attiré(e) par des personnes qui ne peuvent pas m'aimer.

Comment lâcher prise ?

La base du lâcher prise est la réalité. Plutôt que de s'illusionner en pensant qu'on peut utiliser des pouvoirs que l'on n'a pas, lâcher prise, c'est faire face aux faits. Nous n'avons pas le pouvoir de faire changer les autres. Nous ne pouvons pas les influencer pour qu'ils changent. S'ils changent et nous disent plus tard que quelque chose qu'on a dit ou fait les a impacté, c'est tout simplement car ils ont permis à cet impact de faire la différence. Ils auraient très bien pu le mettre de côté, tout comme ils ont pu mettre de côté les millions d'autres essais qu'on avait fait pour qu'ils changent. 

On ne peut pas forcer les autres à faire quoi que ce soit.

Soyons clairs : nous n'avons pas le pouvoir de faire faire quoi que ce soit aux autres. C'est l'affirmation la plus importante et nécessaire pour comprendre qu'on peut mettre fin à des relations difficiles et troubles. Chez celles et ceux qui veulent s'accrocher, une telle affirmation peut faire naître de la colère, de l'angoisse ou même du déni. Mais la vérité, c'est que quelle que soit la situation, nous avons plusieurs options, même si nous ne les voyons pas forcément au premier coup d'oeil. 

Dans la vie de tous les jours, lâcher prise signifie voir la situation de façon réaliste, et comprendre que c'est une responsabilité personnelle que de vouloir prendre soin de soi et se protéger. Demander de l'aide pour se sortir d'une situation difficile n'est pas une marque de faiblesse : si vous ne parvenez pas à vous sortir d'une situation par vous-même, n'hésitez pas à en parler à des personnes de confiance qui sauront vous aider. 

Lâcher prise, c'est aussi se permettre de pleurer, d'apprendre de ce qu'il vient de se passer, et de tout recommencer

Souvent, nous avons tendance à répondre à de telles affirmations par "c'est beaucoup trop dur, les autres ne peuvent pas comprendre". Et pourtant, ce n'est jamais aussi dur et aussi long que la situation dans laquelle on se met en continuant à essayer de s'accrocher.

5 manières concrètes de lâcher prise

  • 1 - Ancrez-vous dans le futur

Il est difficile de lâcher le passé en l'absence d'une vision positive de demain. Vous avez besoin d'une vision du futur. Un investissement, une distraction ou une excitation pour quelque chose à venir vous fournira l'énergie et la volonté de vous pousser au-delà du passé. Sa création nécessite une concentration mentale délibérée.

Forcez-vous à suivre un cours en ligne en vue d'obtenir un diplôme différent. Engagez un entraîneur sportif et conservez des enregistrements détaillés des améliorations de votre corps. Créez un nouvel objectif de vente ou envisagez un meilleur travail. Vous donner un objectif vers lequel travailler vous aidera à vous sortir des sables mouvants d'hier.

Bien sûr, trouver votre chemin peut être un combat. Mais, votre fardeau émotionnel sera plus léger.

  • 2 - Réparez des relations

Un moyen solide de surmonter le passé est de restaurer dans un meilleur ensemble ces relations qui se sont effilochées, que ce soit par désuétude, incompréhension ou réticence à voir votre part dans un conflit passé. Vous n'avez pas volé, mais vous constatez que vous avez causé des dommages, et qui ne l'a pas fait ? Vous avez toujours été méchant avec un frère, dur avec un parent, abusif avec un ex ou peu favorable à un ami dans le besoin.

Faire amende honorable signifie rarement quelque chose d'aussi concret qu'envoyer de l'argent. Cela implique généralement de contacter quelqu'un, face à face ou par écrit, et d'exprimer vos remords.

Une déclaration de remords comprend trois éléments essentiels - une articulation claire du mal que vous pensez avoir fait ("Quand nous étions petits, je te taquinais si méchamment") ; une chance pour l'autre personne d'exprimer son point de vue, sa vieille fureur ou sa douleur passée, ce qui sera inconfortable à entendre mais nécessite une validation de votre part ("Je vois que je t'ai laissé tomber... t'ai terriblement traité. .. j'ai était injuste. Tu as parfaitement le droit d'être en colère") ; et une expression authentique de remords, du cœur ("Je veux que tu saches que je comprends combien je t'ai blessé, et je suis vraiment désolé").

Les étapes de réparation peuvent restaurer ou non la relation. De nombreux autres facteurs détermineront ce résultat. Mais c'est une façon de mettre fermement derrière vous cette partie du passé qui vous tourmente.

  • 3 - Transformez votre récit

En termes simples, nous sommes notre histoire. Pas tant l'histoire des événements de notre vie que l'histoire que nous nous racontons sur le rôle que nous avons joué dans les événements – héros ou victime, aimé ou indigne, compétent ou négligent.

Une stratégie puissante pour soulager la douleur du passé consiste à réécrire les aspects clés de l'histoire d'un point de vue plus équilibré et empathique. Une réécriture saine vous rend moins victimisé, moins dévasté, moins perdu que celui que vous vous êtes dit au moment de la blessure initiale. Il réduit la rage profonde, la perte et la peur qui vous ont retenu.

Les réécritures ne tentent pas de changer les faits du récit. Ils voient simplement ces faits à travers des yeux plus matures, plus empathiques et moins blessés. Ces yeux vous aident à lâcher prise.

  • 4 - Pardonnez

Le récit transformé est une étape sur ce chemin le plus rocailleux, vers le pardon. Est-il vraiment possible d'être profondément blessé, traité injustement, gravement lésé et de pardonner à l'agresseur ? C'est possible, chacun fait ses choix. Et c'est le moyen le plus profond de se libérer des intrusions émotionnelles du passé.

Cela aide à comprendre à quelles parties de vous-même vous êtes confronté. Lorsque nous sommes profondément lésés, il y a de puissantes récompenses à rester en colère. La rage est comme un panneau publicitaire géant annonçant les maux de notre agresseur. Le pardon, d'un autre côté, peut donner l'impression que vous laissez le méchant s'en aller, voire que vous l'approuvez. Cela semble intolérable. Aussi, la colère peut être très motivante ; cela nous donne du courage pour affronter le patron injuste, de l'énergie pour traverser la douloureuse épreuve.

C'est beaucoup à abandonner, pour le pardon. Vous devrez en venir à croire qu'il y a plus à gagner à pardonner qu'à rester en colère. Habituellement, et finalement, il y en a. Lorsqu'il n'y a plus d'action constructive à prendre qui nécessite votre colère comme carburant, le coût pour vous de la rage que vous portez dépasse les récompenses de la punition de l'agresseur. À ce moment-là, le pardon est possible.

Le pardon est une décision, pas une capitulation, qui dit :

"Tu m'as fait du tort. Je ne le méritais pas. J'ai été en colère assez longtemps. Je dépose ma colère parce que je n'ai plus besoin de la porter."

Enregistrez votre décision de pardonner ou dites-le à une personne importante dans votre vie. Écrivez une lettre à la personne qui vous a blessé et dites-lui exactement comment vous avez été blessé. Incluez votre nouveau récit qui raconte votre histoire transformée. ("Papa, tes colères étaient terrifiantes, mais je peux maintenant te pardonner d'être alcoolique. Tu n'aurais jamais choisi cette lutte.")

Le pardon s'applique également à l'automutilation impitoyable que certains d'entre nous s'infligent pour les défauts de leur propre être imparfait. Pour le mensonge blessant que vous avez dit, l'opportunité que vous avez ratée, l'argent mal dépensé, les impôts non déclarés ; pour la fois où vous avez traité votre enfant de stupide ou de paresseux – pour toutes ces choses pour lesquelles vous vous en voulez, prenez une ou toutes ces mesures pour vous pardonner.

    • Pour y remédier : payez les impôts, faites face à l'amende. Faites les choses là où vous le pouvez.
    • Excusez-vous : reconnaissez le mal que vous avez causé. Cela fait plus que soulager la détresse de l'autre personne. C'est la médecine du cœur pour vous-même.
    • Avouez : parlez à un ami de votre moment de mauvaise maternité. Parlez à votre conjoint de votre stupide merde au bureau.
    • Imposez une sanction : vous vous sentez coupable de votre impolitesse envers votre partenaire ? Après les excuses, proposez de faire sa corvée la moins appréciée pendant une semaine. ÉCRIVEZ CENT FOIS : « Un bon jugement vient de l'expérience ; l'expérience vient du mauvais jugement. »
  • 5 - Apprenez à être présent

Rien – pas une seule technique ou évolution intérieure – n'est un antidote aussi puissant au passé que la capacité d'être présent dans l'ici et maintenant. Malheureusement, notre capacité naturelle pour cette concentration est sévèrement limitée par ces grands aimants émotionnels du passé et du futur - la peur, l'amour, la rage, l'anxiété, la honte, le regret, la fantaisie.

La capacité de se concentrer sur le présent est susceptible d'amélioration. La technique par laquelle vous améliorez cette capacité est la pleine conscience, une pratique dans laquelle vous notez sans porter de jugement les pensées et les sensations qui se produisent à ce moment même.

La pleine conscience est une compétence acquise. Ses bienfaits pour la réduction du stress sont bien documentés et il existe de nombreux effets secondaires positifs émotionnels et spirituels. Et il y a encore un bonus : à mesure que votre compétence en pleine conscience augmente, vous dépasserez, par définition, le passé.

Si vous avez des difficultés à lâcher prise, n'hésitez pas à prendre contact avec un(e) de nos psychologues

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • How to Let It Go, Andrea Mathews LPC, NCC, Psychology Today : https://www.psychologytoday.com/us/blog/traversing-the-inner-terrain/201605/how-let-it-go
  • The Psychology of Letting Go, September 2011, RBM A Journal of Rare Books Manuscripts and Cultural Heritage 12(2):104-109, Michael Fox, Research Gate : https://www.researchgate.net/publication/317916073_The_Psychology_of_Letting_Go
  • How to Let Go of Things from the Past, Medically reviewed by Dillon Browne, Ph.D. — Written by Sara Lindberg — Updated on August 31, 2018, Healthline : https://www.healthline.com/health/how-to-let-go  

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • Soniatouil54

    Bonjour quel super article qui est à mon avis aussi la base moi qui pendant des années n'y arrivait pas je suis heureuse à 50 ans de pouvoir enfin lâcher prise et j'avoue on se sent mieux encore un super article j'aime vous lire

derniers articles sur développement personnel