En finir avec les émotions négatives

A quoi servent les émotions ? D'où viennent-elles ? Comment les comprendre ? Comment les accueillir ?

31 MARS 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

En finir avec les émotions négatives

Pour comprendre comment gérer ses émotions, il est important de commencer par comprendre ce qu'est une émotion.

Qu'est-ce une émotion ?

Comme l'explique bien le film Vice Versa de Pixar, les émotions ont une fonction utile pour notre survie. En effet, une émotion est un message de notre âme qui, comme un GPS, nous indique la route pour nous protéger selon un langage qui lui est propre.

  • La colère signifie qu'on ne se sent pas respecté, que nous avons besoin de nous affirmer et poser des limites.
  • La tristesse signifie que nous faisons face à une perte et que nous devons faire le deuil (d'une personne, d'une situation, d'un idéal).
  • La peur signifie que nous sommes en danger (réel ou bien imaginaire) et nous indique que nous devons réagir en nous préparant mieux.
  • La joie signifie que ce que nous faisons nous convient, que cela répond à nos besoins.

Comment naissent les émotions ?

Les émotions naissent au cœur de notre inconscient, ainsi elles émergent de façon automatique sans possibilité de contrôler mentalement leur arrivé. Elles naissent à partir de nos pensées qui elles-mêmes découlent de nos croyances et de nos peurs façonnées par les biais cognitifs, c'est-à-dire des filtres que nous avons crée à partir de notre éducation et de nos expériences.

En effet, l'être humain raisonne à partir de sa carte du monde qu'il construit au travers de ce qu'il a lui-même expérimenté ou qu'il a vu/entendu expérimenté par d'autres. Pour preuve, deux personnes face à une même situation peuvent réagir différemment selon leur croyance personnelle. Par exemple, un enfant qui n'aurait jamais entendu l'histoire du petit chaperon rouge, n'aura aucun a priori négatif face à un loup, alors qu'au contraire un enfant qui connait ce conte sera terrifié.

Ainsi il est important de saisir que chaque personne est à 100% responsable de ce qu'elle ressent et qu'elle ne doit pas blâmer ni les autres, ni la situation. C'est bien son filtre d'interprétation qui lui est propre qui lui fait vivre cette émotion.

Quelle est la différence entre gérer une émotion et bloquer une émotion ?

Gérer ses émotions semblent encore trop souvent confondu avec BLOQUER ses émotions, c'est à dire les empêcher d'émerger ou de s'exprimer, en d'autres termes les refouler.

En effet, il est d'un très mauvais effet dans les entreprises de se mettre en colère ou de se mettre à pleurer. Etre émotif ou hypersensible ne fait pas partie de la liste des qualités que recherche un recruteur. Déjà à l'école même pour les plus petits, l'expression des émotions est très rarement encouragée ni même accueillie.

Je ne peux m'empêcher de penser au débat lors de l'élection présidentiel en 2007 entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, où Nicolas Sarkozy pointe du doigt la perte de sang froid de Ségolène Royal qui se met en colère, comme si exprimer son émotion était une forme d'hystérie ou de folie incompatible avec l'exercice du pouvoir.

Heureusement que la société évolue. Je pense notamment à Jacinda Ardern, Premier Ministre de la Nouvelle-Zélande qui dit en 2019 « I refuse to believe that you cannot be both compassionate and strong» (traduction libre « je refuse de croire que l'on ne puisse pas être à la fois bienveillant et fort »

Ainsi la société a façonné des êtres humains coupés de leurs émotions pour se protéger du regard des autres. Malheureusement refoulé les émotions est quelque chose de contre-productif. Comme disait Carl Jung, « tout ce qui ne s'exprime pas, s'imprime dans le corps ». On pourrait également dire, tout ce qui ne s'exprime pas avec des MOTS, devient des MAUX.

Le dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel détaille très bien au travers de l'expérience clinique comment les émotions refoulées sont la cause de toutes les maladies.

Alors comment gérer nos émotions ?

En préambule, il est important de savoir qu'une émotion que l'on ne refoule pas dure environ 5 min, c'est-à-dire le temps de faire passer l'information.

Si à l'inverse du refoulement on s'accroche à l'émotion, alors elle pourra perdurer dans le temps est devenir un sentiment, voir un trait de caractère. Ce n'est pas non plus de la gestion de l'émotion.

La gestion de l'émotion signifie simplement, accueillir l'émotion en la laissant émerger lorsqu'elle pointe le bout de son nez, la reconnaître, écouter son message avec du recul. Cette position de pleine conscience ou méta observateur permet de vivre la charge émotionnelle, de la prendre en compte pour adapter son comportement, puis retourner à son quotidien.

Les personnes qui accueillent leurs émotions et s'écoutent ne sont pas hyperémotives au contraire. En écoutant leur cœur, elle libère l'émotion ce qui permet de s'en détacher et donc t'éviter de la revivre encore et encore tant que la charge émotionnel n'a pas été acceptée. Les personnes qui accueillent leurs émotions sont au contraire très zen et ressentent plus facilement la paix intérieure.

Les méthodes de régulation émotionnelle comme la cohérence cardiaque donnent de bons résultats pour apaiser la tension face à la charge émotionnelle mais ce n'est pas un exercice d'accueil de l'émotion et sera donc contre-productif à long terme.

Concrètement au quotidien comment fait-on ?

Il s'agit d'aller vers ce qui nous fait peur et d'embrasser nos émotions pleinement. D'accepter la charge émotionnelle d'une situation qui nous met en inconfort mais en prenant du recul. Accepter la charge émotionnelle passe par la ressentir physique et sensoriellement, la laisser nous traverser le corps. Attention : accepter la charge émotionnelle ne signifie pas accepter la situation.

Par exemple, un collègue met dit quelque chose qui me heurte, je me sens en colère. Avant de répondre ou de réagir de quelque manière que ce soit, JE LAISSE LA COLÈRE TRAVERSER MON CORPS, je suis attentif aux sensations physiques (gorge qui se noue, poids sur le plexus solaire, etc) et je PRENDS DU RECUL et réfléchir à quel est le message que m'envoie mon cœur. Quelle valeur, quelle limite chez moi ne se sent pas été respectée ? Ensuite se rappeler qu'une autre personne dans la même situation aurait pu ressentir autre chose à partir de son point de vue à elle et que ce que je ressens m'appartient complètement et que j'en suis à 100% responsable.

Après cette prise de recul, l'émotion sera partie. Il suffit alors de mettre en application son message en posant les limites nécessaires avec son collègue, comme par exemple fixer des règles de fonctionnement.

Que faire lorsque les émotions négatives sont omniprésentes ?

Pour les personnes sujettes à de nombreuses émotions négatives au quotidien, il s'agit d'un trop plein d'expériences passées pour lesquelles la charge émotionnelle a été refoulée. Certaines thérapies brèves existent permettant de se détacher définitivement de la racine de ses émotions négatives, par exemple la méthode TIPI® pour les phobies ou le détachement émotionnel express® pour les 5 blessures.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Edith STALTER

Voir profil

Bibliographie

  • Les 5 blessures de l’âme de Lise Bourbeau
  • la méthode TIPI de Luc Nicon
  • L’intelligence émotionnelle de Daniel Goldman
  • le dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel