Les 12 biais cognitifs les plus courants : comment nous affectent-ils ?

Comment les biais cognitifs nous nuisent-ils ? Que pouvons-nous faire pour reconnaître ces pensées déformées ? Découvrez les plus courantes et comment y faire face.

25 NOV. 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

biais cognitifs

La plupart des gens sont confrontés à des biais cognitifs de temps en temps, mais lorsqu'ils sont utilisées de manière très récurrente, ils peuvent entraîner l'anxiété et la dépression, et autres complications. En psychologie, les distorsions cognitives ou les biais cognitifs sont des pensées qui affectent la façon dont nous nous percevons nous-mêmes, les autres et le monde en général. C'est un filtre que nous transmettons à tout ce qui nous entoure et qui génère des pensées déformées qui peuvent nous causer certains problèmes.

Cela se produit parce que lorsque nous pensons, nous suivons certains raisonnements qui nous amènent à des conclusions. Notre connaissance du monde, nos émotions, notre intuition, nos souhaits et nos espoirs, notre capacité intellectuelle et d'autres facteurs influencent le processus de raisonnement. Parfois, dans ce processus, nous introduisons certains "raccourcis" qui introduisent en quelque sorte des erreurs dans ce raisonnement et nous conduisent à des conclusions irrationnelles. Ces idées irrationnelles sont connues sous le nom de distorsions cognitives.

Que sont les biais cognitifs ?

Lorsque nous parlons de biais cognitif en psychologie, nous faisons référence à un schéma de pensée exagéré qui n'est pas basé sur des faits concrets. Ainsi, ces pensées déformées finissent par faire voir les choses de manière plus négative qu'elles ne le sont réellement. En d'autres termes, les distorsions cognitives sont des idées qui viennent de votre esprit et vous convainquent de croire ces aspects négatifs du monde et de vous-même.

Les biais cognitifs, auxquelles nous adhérons parfois de manière dogmatique, peuvent produire des perturbations émotionnelles et affecter notre comportement. Parfois, la cause d'un problème psychologique réside dans la façon dont nous interprétons la réalité qui nous entoure et nous-même. Nos croyances et nos habitudes de pensée influencent cette perception du monde. Une hypothèse, une croyance ou une habitude de pensée dysfonctionnelle, fausse ou automatique peut déformer notre façon de voir le monde. La façon dont nous percevons le monde détermine la façon dont nous nous comportons.

Les distorsions cognitives, ou croyances irrationnelles, sont définies comme dogmatiques, absolues, s'expriment en termes d'obligation, se présentent à nous de manière automatique et sont généralement suivies d'émotions négatives et génèrent des altérations du comportement (phobies, dépression, problèmes d'estime de soi, etc.). Le psychologue Albert Ellis a été le premier à décrire les idées irrationnelles, puis Aaron T. Beck a apporté de grandes contributions à la compréhension des biais cognitifs.

Pourquoi un biais cognitif se produit-il ?

Les personnes qui développent ces pensées déformées le font souvent pour faire face à des événements défavorables dans leur vie quotidienne. Plus ces événements sont prolongés et graves, plus l'individu est susceptible de développer un biais cognitif.

Selon diverses études, il est suggéré que les biais cognitifs pourraient avoir évolué comme une méthode évolutive de survie. En d'autres termes, en cas de stress (en raison d'un danger imminent théorique), les gens peuvent finir par adapter leur pensée pour assurer leur "survie". Mais les différents types de distorsions cognitives ne sont pas des pensées rationnelles ou saines à long terme.

Liste des biais cognitifs

Il existe plusieurs types de biais cognitifs que les humains peuvent utiliser pour faire face à certaines situations ou idées difficiles. Parmi les plus pertinentes, les psychologues soulignent les suivantes.

  1. Pensée polarisée : C'est la pensée du "tout ou rien". Diviser la réalité en deux et en termes absolus sans voir le juste milieu. "Toujours" ou "jamais", "bon" ou "mauvais", "tout le monde" ou "personne". Ainsi, les personnes qui utilisent une pensée polarisée ou dichotomique construisent leur réalité sur la base de deux catégories. Par conséquent, une chose est soit mauvaise, soit bonne ; dans ces erreurs cognitives, il n'y a pas de nuances de gris. La tendance à faire des évaluations aussi extrêmes crée un comportement très autoritaire qui est très difficile à vivre.
  2. Généralisation excessive : généraliser à partir de cas isolés et tirer une conclusion qui s'applique à tout. Par une généralisation excessive, les gens essaient de tirer une idée d'un événement qui ne s'est produit qu'une seule fois. En d'autres termes, on a tendance à généraliser à travers une seule action qui ne définit pas nécessairement notre personnalité.
  3. Déduction arbitraire : parvenir à une conclusion sans partir de rien, sans preuve. Lorsqu'une personne a tendance à utiliser ce biais de perception, elle finit par comprendre la réalité sur la base de croyances tirées de certaines expériences ou de schémas de pensée déformés. Normalement, les gens apprennent ces erreurs cognitives par le biais de mauvais comportements acquis au cours de leur vie.
  4. Abstraction sélective ou filtrage mental : se concentrer uniquement sur les aspects négatifs d'une situation, en ignorant et en excluant tous les autres aspects positifs. Dans l'abstraction sélective, les gens finissent par donner beaucoup plus de poids aux aspects négatifs qu'aux aspects positifs d'un événement ou d'une expérience. Par conséquent, l'accent est mis sur le mauvais et ces distorsions ou erreurs de pensée sont amplifiées.
  5. Grossissement et minimisation : Exagérer l'ampleur des événements négatifs et minimiser l'ampleur des événements positifs. Par conséquent, les personnes qui ont cette distorsion de la réalité finissent par réduire ou amplifier les choses et les idées de manière très disproportionnée. Dans le cas de la minimisation, le biais congnitif consiste à minimiser certains événements ou expériences qui peuvent être positifs pour la personne. L'amplification, quant à elle, consiste à exagérer les aspects négatifs d'une expérience, d'un événement ou d'une personne.
  6. Personnalisation : s'attribuer les causes de ce qui se passe autour de soi et penser que tout est lié à soi. Ces erreurs cognitives résultent de l'habitude qu'a une personne de rapporter constamment à elle-même les événements qui se produisent dans son environnement, en se concentrant généralement sur les aspects les plus négatifs.
  7. Projection : projeter ses pensées et ses émotions sur une autre personne. La projection est l'une des illusion cognitive que les gens utilisent le plus pour essayer de se "défendre" contre les menaces que nous croyons exister à l'extérieur. À tel point que ces pensées déformées finissent par rejeter la responsabilité de nos actions, de nos sentiments et de notre comportement sur quelqu'un d'autre.
  8. Raisonnement émotionnel : créer des arguments basés sur ce que vous ressentez plutôt que sur la réalité. Croire que si l'on ressent quelque chose, la réalité correspond à ce sentiment. Lorsqu'une personne utilise le raisonnement émotionnel, elle finit par façonner une croyance ou une pensée en fonction de ce qu'elle ressent à un moment donné ou dans une situation particulière. En fait, il s'agit d'un biais cognitif dans lequelle les gens s'auto-sabotent le plus souvent.
  9. Devrait : Se concentrer sur ce que quelqu'un, ou d'autres, devrait faire ou devrait être. Avoir des règles rigides et exigeantes sur la façon dont les choses doivent être. Les déclarations "devraient" sont des croyances que nous avons sur la façon dont nous devrions agir, penser ou être envers les autres et nous-mêmes. Lorsqu'une personne a tendance à utiliser ce type de pensées déformées, elle finit par s'autocritiquer de manière excessive.biais cognitifs exemples
  10. Vision catastrophique : imaginez les pires conséquences possibles. Parmi les options possibles, penser que le pire se produira. Les personnes qui ont tendance à utiliser cette distorsion cognitive ont tendance à anticiper les événements, mais toujours à partir d'une vision très catastrophique. À tel point que parfois, ces type de biais cognitif peuvent finir par amener la personne à ne pas réaliser l'action en raison d'une peur infondée.
  11. Blâme : Il existe deux variantes : blâmer les autres pour ses propres problèmes ou se blâmer soi-même pour les problèmes des autres. On accorde trop de valeur après coup à ce qui aurait dû être fait. Ainsi, cette distorsion cognitive consiste à attribuer la responsabilité et le blâme d'un acte soit à nous-mêmes, soit à quelqu'un d'autre, indépendamment de ce qui l'a réellement causé.
  12. Faux raisonnements : Il existe plusieurs faux raisonnements, le faux raisonnement de contrôle (penser que l'on a une responsabilité excessive dans ce qui se passe), le faux raisonnement de justice (considérer comme injuste tout ce qui ne coïncide pas avec vos souhaits), le faux raisonnement de changement (penser que le changement doit se produire en raison de facteurs externes, d'autres personnes) ou le faux raisonnement de raison (supposer que l'on a raison et rejeter les opinions des autres).

Ce sont là quelques-unes des principaux biais cognitifs les plus connues. Nos croyances, nos hypothèses sur la réalité et nos habitudes de pensée influencent la façon dont nous comprenons le monde, prenons des décisions, nous comportons et ressentons. Il est important d'examiner et d'être conscient de cela, car c'est quelque chose que nous pouvons changer.

Comment faire face aux biais cognitifs ?

Une personne qui a trop de distorsions cognitives peut finir par développer des troubles psychologiques en raison de la négativité de cette façon de penser. Par conséquent, si vous vous reconnaissez dans les distorsions cognitives que nous avons mentionnées, nous vous conseillons de considérer ce qui suit :

  • Soyez plus conscient de vos pensées : Nous avons parfois tendance à utiliser le pilote automatique. Au lieu de laisser ces pensées vous contrôler, essayez de gérer l'anxiété ou la négativité de ces pensées qui vous affectent.
  • Reconnaissez l'effet des distorsions cognitives : les distorsions cognitives peuvent nous conduire à prendre de mauvaises décisions et contribuer à des problèmes psychologiques tels que la dépression, le trouble de la personnalité limite ou les troubles liés à l'anxiété.
  • Remettez vos pensées en question : au lieu de laisser les distorsions cognitives vous causer des problèmes, il est essentiel de travailler activement à les modifier. En d'autres termes, essayez de vous mettre au défi en réfléchissant à ces pensées qui peuvent vous mettre mal à l'aise face à certains défis ou problèmes.
  • Suivez une thérapie : si ces distorsions cognitives contribuent à vous faire sentir mal dans votre peau, nous vous recommandons de demander l'aide d'un psychologue professionnel pour éviter que la situation ne s'aggrave davantage. Un thérapeute vous aidera à identifier ces schémas de pensée et vous enseignera des stratégies pour y faire face, ainsi qu'à analyser les raisons de leur apparition.

Les biais cognitifs peuvent nous jouer des tours et nous convaincre de faits inexacts. Bien que beaucoup d'entre eux soient très courants, cela n'implique pas qu'ils soient bons pour nous. Ne laissez pas ces pensées vous retenir et vous contrôler.

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Rnic, K., Dozois, D. J., & Martin, R. A. (2016). Cognitive Distortions, Humor Styles, and Depression. Europe's journal of psychology, 12(3), 348–362. https://doi.org/10.5964/ejop.v12i3.1118
  • Legg, T (2019). What Are Cognitive Distortions and How Can You Change These Thinking Patterns? Healthline. https://www.healthline.com/health/cognitive-distortions
  • Gepp. K (2019). Stuck in the Negatives? 15 Cognitive Distortions To Blame. PsychCentral. https://psychcentral.com/lib/cognitive-distortions-negative-thinking  
  • Hartney, E (2022). 10 Cognitive Distortions That Can Cause Negative Thinking. Very Well Mind. https://www.verywellmind.com/ten-cognitive-distortions-identified-in-cbt-22412
  • Rose, D (2022). What Are Cognitive Distortions and How Can You Change These Thinking Patterns? Healthline. https://www.healthline.com/health/cognitive-distortions    

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel