Communication perverse : comment repérer les relations toxiques ?

Nous faisons passer beaucoup de choses par les mots. Et malgré tous ses points positifs, la communication peut aussi devenir perverse.

9 MARS 2018 · Dernière modification: 29 OCT. 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Communication perverse : comment repérer les relations toxiques ?

La communication entre les êtres humains est un outil formidable. Elle nous permet de lier des relations fortes, de nous faire comprendre, de faire passer des messages d'amour et de joie. Malheureusement, lorsqu'elle est utilisée à mauvais escient, elle peut aussi devenir perverse et faire beaucoup de mal.

C'est souvent par la communication que nous transmettons nos émotions, mais aussi notre ressenti envers l'autre personne. Si la communication bienveillante créée un climat de confiance et d'épanouissement, des remarques malveillantes peuvent vraiment mettre mal à l'aise l'interlocuteur, voire le blesser moralement. Ce type de communication se rencontre dans tous types de relations, qu'elles soient amicales, professionnelles ou amoureuses. Elle passe par les moqueries, les insinuations ou l'ironie, et peuvent s'apparenter à une forme de torture psychologique.

Il s'agit d'une manipulation perfide, sournoise, car la personne visée n'a en soi rien de concret à reprocher à son interlocuteur, qui se défendra souvent en disant qu'il s'agissait d'une taquinerie, parfois soutenu par d'autres personnes. Et pourtant, il s'agit d'un vrai manque de respect, même si l'on ne s'en rend pas compte. L'interlocuteur va se moquer de vos goûts, de vos rêves ou de vos projets, va les dénigrer sous une apparence de blague. La communication perverse peut aussi s'exprimer lorsqu'une personne décide de ne plus vous adresser la parole, de vous ignorer, ou encore de vous couper la parole dès que vous ouvrez la bouche.

Se moquer, c'est déjà entrer dans la communication perverse

Peut-être avez-vous l'impression que, lorsque vous vous moquez, c'est toujours fait avec une forme de désinvolture, que ce n'est pas vraiment méchant. Et pourtant, ce faisant, vous manquez de respect à votre interlocuteur.

Toutefois ne pas confondre moquerie sur le ton de la plaisanterie, exemple : Ce pantalon te fait de grosses fesses et moquerie agressive, exemple : tu es vraiment trop grosse pour porter ce type de pantalon. Dans le 1er exemple, ce n’est pas la personne qu’on critique, mais le pantalon mal taillé. Dans le 2ème exemple c’est la personne même qu’on dévalorise, c’est très différent.

Certaines personnes utilisent l'ironie et la moquerie pour se créer un cercle relationnel basé sur la crainte, se donnant une image de force. Souvent cette attitude de « persécuteur » devient pathologique se traduisant par de la manipulation relationnelle. Ce type de personne éprouve un certain de plaisir à rabaisser l’autre ou du moins à avoir le pouvoir sur l’autre, parfois d’une manière inconsciente.

shutterstock-326079761.jpg

Ces gens qui utilisent l'ironie et la moquerie comme mode de communication créent autour d'eux un climat désagréable pour les autres, qui ne savent jamais sur quel pied danser. Agir ainsi peut parfois être une manière de se protéger, mais n'est pas recommandable car n'est pas un climat propice à la création d'un espace intime, de confiance. De plus, les relations ne sont jamais honnêtes et harmonieuses. Surtout dites-vous que vous n’avez pas à subir ce type d’ironie en permanence, vous allez le droit de réagir en répliquant d’une façon appropriée afin que votre interlocuteur vous respecte. 

Repérer les relations toxiques

Une personne qui se moque et vous dénigre constamment met en place une communication perverse, un comportement toxique qui peut faire de gros dégâts. De plus, la relation mise ainsi en place ne peut qu'empirer, car si la victime des attaques essaie d'adoucir son comportement pour plaire à l'autre et ne plus subir ses attaques, le comportement toxique sera au contraire renforcé. Et si au contraire elle décide de riposter et de se rebeller, le moqueur/persécuteur risque d'être encore plus virulent dans ses attaques.

Ce qui se passe très souvent dans une relation avec un(e) pervers(e) narcissique.

shutterstock-756447463.jpg

Que faire ?

En effet, ce type de personne donne la sensation de tout connaître mieux que les autres, mais c'est une illusion. En maniant à la perfection la moquerie et l'ironie, elles parviennent à écraser les autres et à s'octroyer un pouvoir artificiel. Malheureusement, les individus ayant un caractère plus docile et peu affirmé, ayant tendance à vouloir plaire aux autres, à ne pas les froisser, se feront plus facilement manipuler.

Prenez conscience que, même si les autres ne s'en rendent pas compte et malgré ce que l'on vous dit, ce n'est pas vous qui avez un problème de susceptibilité, mais peut-être une faible affirmation de soi. Quoi qu'il en soit, si on vous manque de respect, et vous ne pouvez pas continuer à accepter cela.

S'il s'agit d'une relation professionnelle, vous pouvez demander à vos collègues s'ils ressentent la même chose, et pouvez aller à plusieurs voir les ressources humaines pour en discuter. S'il s'agit d'un collègue qui vous manque de respect, vous n'avez pas à subir cela chaque jour, apprenez à vous affirmer en le remettant à sa place. Lorsque la relation est plus proche (conjoint(e), ami(e), etc.), n'hésitez pas à dire à la personne que ce qu'elle dit vous met très mal à l'aise ou vous attriste. Répétez-le-lui jusqu'à ce qu'elle comprenne, et essayez de vous faire des alliés au sein de la famille et des amis en expliquant pourquoi cela vous met si mal à l'aise. Si vous en souffrez beaucoup et avez besoin de trouver des solutions, n'hésitez pas à prendre contact avec un psychologue qui pourra vous aider.

Que vous soyez en couple avec personne qui vous dévalorise en permanence type pervers narcissique, ou travaillez avec un patron pervers narcissique, le mot d’ordre : « fuyez »… Ne vous laissez pas vous détruire, faites-vous soutenir par des membres de votre famille, association, et consulter un thérapeute.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

7 Commentaires
  • Estelle

    Poulette désolée de lire ce message après 2 ans. J'espère que tout va bien pour vous. Moi après 2 mois d'harcèlement de ma cheffe de 30 ans de moins que moi et malgré ma bonne volonté, j'ai fini par lui répondre et ensuite j'ai pris moi la liberté de quitter ce job usant ... J'ai moins d'argent mais j'ai repris ma vie en main.

  • Soso

    Bonjour c'est intéressant, mais est-ce qu'il est possible que se soit une communication perverse quand l'autre vous remet toujours la faute sur vous. Qu'il entend ce qu'il veut et forcément vous met en cause sur la situation ? Du coup pour moi la communication est impossible car stérile et aussi je me protège. Merci.

  • BIRDY

    Mon "chef" est comme ça, c'est devenu insupportable de bosser avec lui je n'en peu plus je suis à bout...

  • anita

    Merci pour cette traduction lisible et si juste

  • Linon

    Bonjour cela fait 6 ans que je subit ma collègue autrefois meilleure amie au travail je prends beaucoup sur moi j ai eu des séances de sophrologie hypnose. Je pense avoir bien progressé hélas toujours très fragile face à elle en ce moment dès Qu elle me croise elle rit de moi alors que je ne fais pas cas d elle quand et comment combattre ce mal au quotidien désormais je ' ennuie plus ma famille en parlant d elle mais c est très très dur

  • Poulette

    Bonjour cela fait 4ans que je travaille dans un nouveau service. A mon arrivée, comme j'étais impressionnée, j'ai dit un petit bonjour discret à mes collègues qui se moquent depuis toujours 10 fois par jours en plus de cela ils se moquent de mon rire, de ma façon de parler, un jour il me dise bonjour (bises), le lendemain rien. Moi je dis toujours bonjour à ceux que je croise sur mon chemin !! Je pensais à ces dire que ma collegue était quelqu'un à qui je pouvais faire confiance et en fait, je me suis rendu compte qu'elle allait dès que j avais le dos tourné, raconter tout ce que je lui disais aux autres car ils me font soit des mimes pour me le faire comprendre ou utilise ce que je lui ai dit dans des phrases, cela me fait beaucoup de peine !! J'ai fini par vouloir leur dire que tout cela devait s arrêter et cela à été encore pire j'ai donc fini par dire que j'allais démissionner, ils ont été vite avertir mon chef qui est venu me demander des explications en me disant que j avais fait peur à mes collegues, il ma dit qu'il faudrait mieux que je me mette en indisponibilité, chose que je ne peux pas faire et il m'a demandé de me mettre en arrêt cela va faire un mois que je suis en arrêt et je ne me sens pas prête à y retourner j'ai peur de leurs réactions !! ,que me conseillez-vous ??

  • Mirabelle

    Pour avoir récemment du faire face à une personne que je croyais être une nouvelle amie, je ne comprenais pas le pourquoi de son ironie, après avoir lu cet article, c'est plus clair, mon instinct m'a fait réagir, je n'ai pas voulu continuer à entretenir une fausse amitié et j'ai coupé court mais oui ce comportement blessé, m'a fait du mal par les mots, sa méchanceté indirecte. Au moins je sais que j'ai pris la bonne décision. Merci pour votre article.

derniers articles sur trouble de la personnalité