Psychologue.net
GRATIS - Sur Google Play GRATIS - Sur la App Store
Installer Installer

Être solaire, ça s'apprend ?

Les personnes solaires nous apportent sérénité et apaisement. Est-ce une qualité naturelle ou que l'on peut développer ?

10 janv. 2018 Développement personnel - Lecture : min.

psychologues

Les personnes solaires sont des personnes calmes et sereines, qui rayonnent sur les autres et les apaisent par leur simple présence. On pourrait penser que c'est dans la nature de ces personnes que d'être solaires, et pourtant, cela s'apprend !

La caractéristique principale des personnes solaires, c'est l'amour de soi. Il s'agit avant tout de personnes qui sont bien avec elles-même, qui ne sont ni dans le dénigrement de soi ni dans la mise en avant. Car oui, même si ces comportements sont à l'opposé, il s'agit de comportements qui soulignent un ego fragile, embourbé dans ses peurs. Apprendre à s'aimer soi-même, c'est donc le premier pas vers le fait d'être solaire. En s'appréciant, on dégage une confiance et une sérénité qui se dépose sur les autres.

Se connaître et s'aimer : la première étape pour être solaire

Er pour apprendre à s'aimer, il est nécessaire de bien se connaître. Pour cela, ne faites pas l'impasse sur vos ressentis. Si des actes ou paroles vous ont blessés, analysez précisément vos sentiments, vos sensations. Dans l'idéal, essayez d'être seul et de le faire par écrit, et ne vous mettez pas de pression. Il n'est pas question de s'auto-juger, mais bien de comprendre son propre fonctionnement. Ainsi, on comprend mieux ce qui nous blesse, et on peut apprendre à aller au-delà.

Il est aussi important d'aller à la rencontre de sa part d'ombre, et c'est d'ailleurs ce qu'expliquait le psychiatre Carl Jung il y a si longtemps :

"Ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité, mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire".

Il s'agit donc de découvrir tout ce qui est noir et déprimé, cette part de nous que l'on connaît si peu, mais qui pourtant est pour beaucoup dans nos comportements, dans nos peurs.

Pour cela, une technique simple : essayez de trouver tous les traits de caractère que vous détestez chez les autres, et de comprendre de quelle manière ces défauts se reflètent dans les vôtres, parlent des vôtres. Ensuite, analysez votre vie psychique pour comprendre si quelque chose ne va pas : faites-vous des cauchemars ? Avez-vous des idées noires ou des fantasmes effrayants ? Il faut comprendre ce que cela dit de vous. Enfin, voyez s'il vous arrive de subir des schémas de répétition (relations toxiques, ruptures en série...) afin de mettre en lumière ce qui vous dépasse, ce que vous ne comprenez pas chez vous.

shutterstock-485419231.jpg

Ne pas avoir peur du jugement

C'est bien connu, on ne peut pas plaire à tout le monde. Et si nous essayions, nous deviendrions des individus sans personnalité, emplis d'une frustration immense. Il ne faut donc pas avoir peur de contrarier les autres : de toute façon, nos projets et notre évolution dérangeront toujours quelqu'un.

Ariane Bilheran, psychologue et autrice de "Soyez solaire. Et libérez-vous des personnes toxiques", précise :

"Vos projets de vie dérangeront forcément ceux qui n'en ont pas. Est-ce une raison pour y renoncer ? Le courage de la différenciation nécessite d'affronter la solitude. C'est le prix à payer pour accéder à sa liberté. Et plus on parvient à exprimer nos talents, plus on attire à soi les personnes qui ont l'intelligence et la vertu de reconnaître notre différence".

Pour cela, une seule solution : ne pas écouter les autres ! Lorsque vous ferez part de vos projets, les personnes vous entourant auront souvent tendance à projeter sur vous leurs angoisses, voire à essayer de vous empêcher (consciemment ou non) de réaliser vos envie, que cela soit par lâcheté ou par envie. Et lorsque quelqu'un nous juge ou essaye de nous déconseiller de réaliser quelque chose et que nous pensons qu'il a raison, il nous faut comprendre pourquoi nous pensons cela. Pourquoi les idées de l'autres seraient plus importante que notre envie ? Est-ce que ce qu'il nous dit nous parle de nos faiblesses, de notre passé ?

Agir avec équilibre et dans le respect de principes moraux

Vous a-t-on déjà dit, l'air un peu dédaigneux, que vous étiez "comme la Suisse", c'est-à-dire incapable de choisir un côté ? Ce trait de caractère est mal vu dans notre société, car on l'assimile souvent à l'idée que l'on ne sait pas faire de choix. Pourtant, choisir la voie du milieu, c'est aussi choisir l'harmonie. Nous devons comprendre que nous ne pouvons pas tout contrôler ni dominer, et que cela ne déclenche d'ailleurs chez nous que colère et frustration. Pour accéder à cet équilibre, nous devons prêter attention à nos émotions pour voir comment elles évoluent et pour toujours nous apaiser. Ainsi, si l'on sent que notre état d'esprit est assez bas, il nous faut apprendre à remettre la joie et la sérénité au coeur de nos vies.

Pour Ariane Bilheran, cet équilibre passe aussi par le suivi de valeurs morales. Elle souligne que les valeurs prônées par la Grèce Antique ne sont pas poussives, et sont au contraires des valeurs supérieures : le Bien, le Bon, le Vrai et le Beau. Mener notre vie en suivant ces principes moraux est une garantie de sérénité et d'équilibre, mais nous apprend aussi à être vigilant, car certaines choses ne regroupent pas ces quatre valeurs (une chose peut être vraie et non bonne, ou belle et non vraie).

shutterstock-539789752.jpg

Fuir les personnes toxiques

Tout au long de notre vie, nous risquons de rencontrer des personnes toxiques, qui nous feront du mal volontairement ou non. Plutôt que de s'embourber dans une relation ou une situation d'angoisse et de stress, négative pour nous, mieux vaut dès à présent fuir les personnes aux profils suivants :

  • Celui qui surveille vos moindres faits et gestes et vous juge dès qu'il le peut. Sa présence vous est inconfortable car vous vous sentez observé(e) sans arrêt.
  • Celui qui vous dénigre, s'approprie vos idées, minimise vos réussites et se ravi de vos échecs ou lorsque vous allez mal
  • Celui qui ne veut que prendre et recevoir, sans jamais être dans l'acte de donner
  • Celui qui est lâche et ne sera jamais présent pour vous en cas de problème car il ne veut pas prendre de risques
  • Celui qui ressasse sans arrêt ses problèmes, qui ne va jamais bien et qui ne parle qu'en négatif pour se faire consoler
  • Celui qui est complaisant avec lui-même, qui ne souhaite pas apprendre ni progresser. Il peut même aller jusqu'au mensonge pour maintenir sa domination sur vous et vous laisser dans l'ignorance.

Photos : Shutterstock

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

À lire aussi