Je me sens seul.e : comment apprendre à profiter de la solitude ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

«Je me sens seul.e» est une phrase dans laquelle nous nous identifions et que nous avons tendance à répéter souvent. Mais la solitude est-elle vraiment quelque chose de négatif ?

20 MAI 2020 · Lecture : min.
Je me sens seul.e : comment apprendre à profiter de la solitude ?

Très souvent, être seul ou se sentir seul est considéré comme une situation négative, avec laquelle on ne peut pas vivre et qui fait que l'on se sent mal. Dans cet article, nous allons essayer de faire face à la solitude depuis 3 points de vue différents :

  • lorsque la solitude et l'isolement sont des symptômes d'une maladie (comme la dépression) ;
  • Être seul nous rend tristes, mais nous pouvons apprendre à ce que cela fasse partie d'un processus de croissance personnelle, dans lequel nous pouvons apprendre à transformer le sentiment de solitude en un sentiment de paix et de bonheur. La solitude a vécu positivement (mais en équilibre avec la socialité) et l'importance d'être avec nous-mêmes.
  • Quand au contraire, nous remplissons nos journées pour ne pas être seuls, car nous avons peur de regarder en nous.

Les mille facettes de la solitude

Être seul n'est pas toujours synonyme de situation négative.

Dans une société où l'apparence et le jugement des autres comptent, où la popularité est considérée comme synonyme de succès et où les compétences d'une personne sont mesurées en fonction des goûts sur les réseaux sociaux, la solitude est considérée comme un événement à éviter du tout frais.

Être ou se sentir seul pourrait nous rendre tristes et perdus dans une vie "pleine".

Mais il n'en est pas ainsi, bien souvent avant d'être avec les autres, il faut apprendre à être avec soi-même et apprécier la solitude. Nous devons apprendre à donner de la valeur aux gens qui nous entourent et à nous sentir aimés.

Évidemment, il existe également des situations dans lesquelles la solitude ou l'isolement sont des symptômes de pathologies telles que la dépression ou qui découlent d'un contexte social et familial en réalité compliqué ou conflictuel, et qui doivent être gérés sous une forme thérapeutique et sociale.

Voyons comment nous pouvons surmonter la solitude et apprendre à en profiter dans les cas où cela peut nous faire du bien.

Isolement et solitude en psychologie

D'un point de vue psychologique, la solitude n'est pas considérée comme le fait d'être seul.e, mais comme une condition où l'on est incapable de communiquer et de se rapporter aux autres : c'est donc un fait mental plutôt que social. C'est une condition qui part très souvent de l'intérieur, de nous.

La psychanalyse considère la solitude d'une part comme l'aspect positif de la croissance personnelle et d'autre part comme l'aspect négatif pouvant conduire à la dépression ou à la pulsion de mort.

Solitude et pathologie

Lorsque la solitude se transforme en source de souffrance et de malaise profond et inconsolable, et lorsque cette sensation persiste dans le temps, elle peut être le symptôme d'une gêne psychologique.

L'isolement et la solitude sont des symptômes de nombreuses pathologies, de certaines phobies telles que la phobie sociale, ou d'autres pathologies telles que la schizophrénie et la dépression.

Elle peut donc se présenter comme une peur : peur d'être avec les autres, ou que les autres vous fassent du mal, ou par une solitude existentielle.

En ce sens, il peut arriver que le sujet se referme sur lui-même, commence à réfléchir et à réfléchir sur sa vie jusqu'à l'obsession, perdant très souvent de vue la réalité. La solitude est donc un symptôme de différentes pathologies, et non une véritable pathologie en soi.

Il existe de nombreuses maladies qui incluent ce malaise parmi les symptômes. En voici quelques unes :

  • Troubles du spectre autistique ;
  • Dépression ;
  • Schizophrénie (et pathologies combinées telles que le trouble schizo-affectif ;
  • Phobie sociale ;
  • Personnalité anxieuse ;
  • Trouble de la personnalité évitante.

Ces pathologies ont à la base un sentiment d'insuffisance sociale, qui considère la solitude et l'isolement comme une arme pour échapper au jugement d'autrui ou à la paranoïa persécutrice.

Dans ces cas, il est essentiel de contacter un spécialiste capable d'identifier la pathologie et d'orienter le sujet vers la thérapie la plus adaptée.

En effet, certaines études ont souligné que la solitude n'est pas seulement un facteur social, mais qu'elle inclut également un facteur neurobiologique. Dans une situation de solitude, en effet, certaines zones du cerveau semblent exercer une activité réduite qui peut stimuler la sensation qui est à la base du malaise de la solitude et de l'isolement.

Je me sens seul.e, mais je veux apprendre à me sentir bien !

Si notre sentiment de solitude n'était qu'un malaise temporaire et non pathologique, nous pourrions encore penser à demander l'aide d'un thérapeute, pour nous accompagner dans un parcours psychologique.

Très souvent, il est utile de changer de point de vue sur ce que nous vivons : se sentir seul peut être plus une sensation intérieure qu'un fait réel.

Suivre un chemin thérapeutique qui nous aide à nous connecter d'une part avec nous-mêmes, d'autre part à établir des relations avec les autres peut être un bon point de départ. La psychologie positive peut nous aider par exemple lorsqu'elle parle de domaines à améliorer qui sont basés sur la mise en valeur de nos forces.

Nous pourrions donc penser à améliorer certains points de notre vie, à trouver des objectifs à moyen terme (réalisables) qui nous aident à sortir de l'impasse dans laquelle nous nous trouvons, en se concentrant notamment autour de 3 points de vie fondamentaux, à savoir les affects , le travail et les loisirs. En particulier :

  • L'amour et l'amitié : les relations doivent être cultivées! Un message ne suffit pas pour rester en contact avec quelqu'un, apprendre à vraiment communiquer avec ses proches ou avec ceux qui vous intéressent. Recherchez des personnes qui partagent vos intérêts, appelez vos proches, invitez des amis à sortir: les relations commenceront progressivement à prendre forme. Sinon, vous aurez toujours l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes!
  • Le travail : essayez d'être fier de vous et de ce que vous faites, et si vous n'êtes pas satisfait, essayez de vous améliorer. Suivez un cours, étudiez ou recherchez un nouveau projet qui vous motivera à améliorer votre situation de travail ou tout simplement à vous sentir plus préparé et performant.
  • Trouvez votre passe-temps préféré et amusez-vous. Prenez le temps de vos passions! Et si vous n'avez pas de passions, prenez le temps de découvrir quelles sont vos passions! Les passions, ainsi que les petites choses de la vie, sont quelque chose que nous oublions souvent, nous sommes si occupés dans la hâte quotidienne. Mais ils sont une valeur ajoutée fondamentale pour notre stabilité émotionnelle, physique et mentale.

Se sentir seul est un sentiment qui fait mal, mais pour surmonter cette douleur, il faut parfois s'arrêter et l'accepter, en essayant plus tard d'adopter de nouvelles perspectives et de nouveaux points de vue. Cela arrive quand une histoire ou une amitié se termine, quand nous devons nous éloigner de nos proches ou nous séparer de quelqu'un : accepter ces événements, les traiter et les laisser partir, est la première étape pour les surmonter.

Quand on ne veut pas être seul.e

Dans votre vie, passez-vous d'une relation à l'autre sans interruption? Ou vous remplissez-vous d'engagements pour ne jamais avoir de temps libre? Réfléchissez-vous à tout lorsque vous êtes seul et que vous vous sentez anxieux et angoissé? Voulez-vous toujours de la compagnie ou cherchez-vous des situations ou des événements sociaux auxquels participer en continu? Si certaines de ces attitudes vous semblent communes, il ne s'agit pas nécessairement de comportements pathologiques, mais vous devrez peut-être faire face à un chemin de croissance personnelle pour apprendre à vivre avec vous-même et à vous sentir bien seul.

La première étape consiste à contacter un thérapeute qui peut nous aider à comprendre les causes de notre malaise grâce à la thérapie. Si notre malaise n'était qu'une sensation et non une pathologie, le thérapeute nous aidera probablement à renforcer certaines attitudes, pensées et croyances autour de nous, car nous pourrons mieux affronter le temps passé seul.

Apprendre à être seul offre plusieurs avantages et points de vue qui sont cachés si vous vous éloignez toujours de vous-même. Nous en avons trouvé 8 !

8 avantages d'être seul (et de se sentir bien)

Être seul peut être utile pour réfléchir, prendre des décisions et augmenter sa capacité créative et décisionnelle.

Voici 8 raisons de se sentir bien seul :

  1. Faire des activités récréatives par vous-même est aussi amusant que de les faire ensemble et vous rend plus fort. L'important n'est pas de penser que les autres vous jugent parce que vous êtes seul, mais d'apprécier le moment et l'expérience que vous vivez.
  2. Être seul vous rend plus créatif : il est vrai que le travail d'équipe donne normalement des résultats plus complets, mais être seul à l'avance est important pour apporter des idées créatives et originales.
  3. Très souvent, pour réaliser un projet, que ce soit pour le travail, les études ou un hobby, il vaut mieux être seul. Il sera plus facile de concentrer et de mettre en œuvre le projet plus efficacement.
  4. Le temps passé seul vous recharge. Surtout si vous êtes un introverti, le temps passé seul est l'endroit où vous pouvez vraiment vous détendre sans conditionnement extérieur.
  5. Faire des activités seul peut vous aider à vous faire de nouveaux amis. Si vous faites des affaires par vous-même, vous aurez plus de chances de rencontrer de nouvelles personnes: normalement, lorsque vous faites quelque chose par vous-même, vous êtes plus ouvert à parler ou à savoir.
  6. Apprendre à être seul vous rend plus adaptable et peut vous aider à prévenir certains troubles mentaux. Être seul peut être considéré comme un entraînement mental: il vous rend plus flexible, plus attentif à ce qui vous entoure, plus sûr de lui et plus ouvert aux autres.
  7. Être seul vous permet de penser. C'est l'un des points les plus importants: apprendre à être seul permet d'alléger les idées, de réfléchir et est un excellent moyen de nous préparer à prendre des décisions.
  8. Lorsque vous êtes seul, vous ne faites que ce que vous voulez vraiment faire. Être seul de temps en temps nous permet de faire ce que nous aimons sans compromettre, de pouvoir consacrer tout le temps et l'attention que nous voulons.

Rechercher de la compagnie sur Internet peut nous faire nous sentir seuls

Le développement d'Internet et des relations virtuelles a profondément changé le substrat des relations dans notre société. Les adolescents, dans la vingtaine et la trentaine, sont ceux qui ont le plus changé leurs habitudes en rencontrant de nouvelles personnes et en se faisant des amis. Très souvent, nous communiquons plus en ligne qu'en personne, confondant les relations qui restent en ligne comme de véritables amitiés.

Le contact humain est essentiel pour cultiver une relation : Internet rend tout volatile et amplifie les émotions, facilitant les déclarations de haine ou d'amour. Pour créer un lien, il est important de se regarder dans les yeux et de ressentir physiquement la réalité qui nous entoure.

Il est important d'être rééduqué à la réalité, de communiquer et de se relier en personne, de construire des bases sociales solides. Le monde virtuel ne devrait être qu'un point de départ pour se connaître ou rester en contact, et l'utilisation de l'ordinateur en général ne devrait pas impliquer toutes nos journées.

Il existe un syndrome appelé hikikomori qui concerne de nombreux adolescents (qui sont partis du Japon et se propagent rapidement en Europe) qui ne peuvent plus avoir une vie en dehors de la pièce et de l'écran d'ordinateur.

Communiquer, raconter, accepter, changer de point de vue et s'impliquer sont des aspects fondamentaux de la vie réelle, que nous devons également enseigner aux nouvelles générations.

Comment surmonter la solitude ?

Nous avons vu que la solitude et le sentiment d'être seuls ne sont pas la même chose. Nous devons être capables de distinguer si le sentiment que nous ressentons est le symptôme d'une pathologie plus grave ou s'il s'agit d'un malaise temporaire.

Pour ce faire, il convient de demander l'aide d'un spécialiste qui, à travers un processus thérapeutique, peut nous aider à surmonter ce moment et définir un diagnostic et une thérapie adaptés à notre cas.

Lorsque vous vous sentez seul, il est donc important de ne pas avoir peur de demander de l'aide et de comprendre que très souvent on se sent seul à cause d'un état mental et pas forcément réel.

Pour surmonter ce moment, il est important d'approfondir par la thérapie ce qui nous dérange, en essayant de changer les comportements qui nous font sentir mal.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur développement personnel