La douleur de se sentir seul et les plaisirs de la solitude

Examinons la différence cruciale entre le fait de se sentir seul et la solitude.

17 NOV. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La douleur de se sentir seul et les plaisirs de la solitude

Depuis le début de la crise du COVID-19, nombreuses sont les personnes qui réflechissent à l'impact de la pandémie sur la santé mentale. Et les questions se concentrent fréquemment sur l'impact de la crise sur le fait de se sentir seul. Il s'agit d'un sujet important à considérer, étant donné que la littérature de recherche indique que le fait de se sentir seul peut être un facteur de risque de problèmes de santé mentale, y compris la dépression, l'abus de substances et le suicide.

En effet, on craint sérieusement que la pandémie ne provoque une épidémie de solitude. Les confinements et autres restrictions ont parfois causé la séparation des personnes, des lieux et des activités sociales qui donnent un but et un sens à notre vie. Cela peut être particulièrement douloureux pour ceux qui sont habitués à une vie sociale riche et variée, comme les extravertis grégaires et les célibataires sociaux.

Cela dit, il est important de noter qu'il existe une différence cruciale entre être seul et être solitaire. Pour certains, être seul implique aliénation et souffrance, surtout quand une telle solitude n'est pas désirée. Cette douleur existentielle est englobée dans l'expression "se sentir seul". Cependant, pour d'autres, être seul représente un moment souhaitable de confort et de réconfort. Ce plaisir existentiel est englobé dans le mot solitude. Ceci est particulièrement apprécié par ceux qui sont timides, introvertis et socialement anxieux.

La différence importante entre le fait de se sentir seul et la solitude est négligée dans les débats actuels sur la santé mentale, avec beaucoup de discussions sur la douleur de la solitude, mais peu sur le plaisir de la solitude. C'est une opportunité manquée. En effet, une reconceptualisation de la solitude comme un cadeau bénéfique plutôt qu'un lourd fardeau peut être utile pour les individus et la société dans son ensemble pendant cette crise du COVID-19.

Les bienfaits de la solitude

La solitude a été reconnue comme un important facilitateur de croissance psychologique et de renouveau spirituel par les écrivains et les penseurs à travers les âges. Trois éléments particuliers de la solitude ont été identifiés comme apportant des avantages spirituels et psychologiques, et la pratique de ces éléments peut être utile pour ceux qui luttent contre la solitude.

  1. La solitude donne du temps et de l'espace pour la réflexion et l'introspection sur le cours et le chemin de la vie. Cela comprend une réflexion sur le travail, les relations et des questions plus larges de but et de sens. La solitude nous permet de nous interroger : nos décisions, nos options, notre avenir. Une telle réflexion peut être pratiquée formellement, à travers des activités telles que la méditation ou la prière, ou de manière informelle à travers d'autres activités solitaires. Cela peut donner une pause de réflexion bien nécessaire dans un monde occupé, et c'est l'impulsion derrière le concept populaire de retraite, pratiqué par des groupes religieux et non religieux.
  2. La solitude peut inspirer une créativité enrichissante à la fois dans la réflexion et l'action. Par définition, les activités telles que l'écriture, la composition musicale et d'autres arts créatifs se déroulent généralement mieux dans la solitude. En effet, des dizaines de personnes m'ont contacté ces derniers mois pour partager des histoires d'activités créatives nouvelles ou intensifiées qui leur ont apporté beaucoup de plaisir pendant la pandémie. Cela comprend des activités pratiques telles que le crochet, la peinture et le jardinage intérieur, ainsi que des activités plus cérébrales, notamment l'écriture de poésie, la composition de musique et la scénarisation d'une pièce.
  3. La solitude peut faciliter l'appréciation des choses de la vie que nous avons pu prendre pour acquises ; les personnes, les lieux et les espaces sociaux que nous fréquentons habituellement. Un peu paradoxalement, cette séparation peut favoriser des liens plus forts, nous apprenant ce que nous manquons et ce que nous apprécions dans la vie. En effet, le philosophe Paul Tillich affirmait que «l'amour renaît par la solitude», tandis que le théologien Dietrich Bonhoeffer (écrivant à un cher ami de prison) affirmait que «ce vide, tant qu'il reste vide, préserve les liens entre nous». Tous deux ont clairement perçu l'effet de renouvellement et de reconnexion de la solitude.

La pandémie de COVID-19 nous a été lancée avec peu d'avertissement, donc beaucoup d'entre nous étaient mal préparés à la solitude forcée résultant des confinements. Indubitablement, cela entraînera des périodes de solitude, ce qui peut nuire à la santé mentale. Cela dit, la solitude peut être exploitée de manière positive grâce aux activités décrites ci-dessus, un fait connu depuis longtemps par les introvertis du monde entier.

La solitude peut être votre amie. Apprenez à la connaître et vous serez peut-être surpris.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Burger, J. M. (1995). Individual differences in preference for solitude. Journal of Research in Personality, 29, 85-108.
  • Larson, R. W. (1990). The solitary side of life: An examination of the time people spend alone from childhood to old age. Developmental Review, 10, 155-183. doi.org/10.1016/0273-2297(90)90008-R
  • Long, C. R., Seburn, M., Averill, J. R., & More, T. A. (2003). Solitude experiences: Varieties, settings, and individual differences. Personality and Social Psychology Bulletin, 29, 578-583. doi.org/10.1177/0146167203029005003

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel