Le burn-out parental, on en parle ?

Le « Burn-out Parental » une réalité ! C'est un syndrome à multiples facettes qui trouve son origine dans le rôle parental. Il est le résultat d’un déséquilibre important et prolongé.

25 MAI 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Le burn-out parental, on en parle ?

Qu'appelle-t-on un burn-out parental ?

Le burn-out est un syndrome à multiples facettes qui trouve son origine dans le rôle parental. Il est le résultat d'un déséquilibre important et prolongé entre les facteurs «stressant et à risques» c'est-à-dire les demandes pesant sur le parent et les ressources mobilisables.

Le burn-out parental ne survient pas du jour au lendemain, d'un coup de baguette magique ! C'est un processus lent avec des hauts et des bas, comme un glissement petits-pas par petits-pas jusqu'au fond d'un gouffre duquel on n'arrive plus à ressortir ! Un peu comme une cocote minute que l'on remplit petit à petit en prenant grand soin de refermer le couvercle, de le celer sans soupape !! et un jour BOUM ! c'est l 'explosion ou l'implosion voir les deux !!

Le burn-out apparaît lorsque le parent est soumis à de nombreux stress (comme les pleurs, les colères à répétitions d'un enfant, la surcharges des tâches ménagères et/ou de soins à apporter à un enfant, les nombreuses sollicitations d'un enfant, les imprévus, la maladie...) et qu'il ne dispose pas de suffisamment de ressources pour équilibrer sa balance interne (comme souffler en passant le relais, évacuer ses émotions et tensions, prendre du temps pour soi, sortir, se défouler, faire du sport ou une activité pour soi,...). La balance est en déséquilibre!

Comment peut-on détecter un burn-out parental ? Quels sont les symptômes/signes d'un burn-out parental ?

Le burn-out parental est caractérisé par un épuisement à la fois physique et émotionnel dans son rôle de parent, une distanciation affective envers les enfants, la saturation et la perte de plaisir dans ce rôle parental, un contraste entre le parent d'avant, celui qu'on voudrait être et maintenant.

  • L'épuisement

Il arrive souvent en premier, le parent se sent vidé, épuisé, lessivé. Cet épuisement se manifeste à différents niveaux :

  1. émotionnel : lassitude, « je n'en peu plus »
  2. cognitif : manque de concentration, oublis, problèmes dans la réflexion, de mobilisation de ses connaissances, allant parfois jusqu'à des trous de mémoire
  3. physique : fatigue corporelle, douleur, migraine, maux de dos, le corps dit STOP !

  • La perte de plaisir et la sensation de saturation auprès des enfants

Ressentis, sentiment de ne plus en pouvoir d'être parent s'accompagnant de perte de plaisir, de joie, de rire, d'envie… Le parent n'a plus envie de prendre du temps avec ses enfants et quand il est avec eux, il est comme coupé de toutes sensations et ressentis agréable, comme anesthésié. Il est en pilotage automatique et son cerveau est en mode off!

  • La distanciation

Le parent ne parvient plus a être réellement présent, en contact, avec ses enfants. Il est comme coupé de ses sentiments d'amour et d'affection envers eux. Il se désintéresse d'eux, s'implique de moins en moins dans l'éducation, il est présent physiquement mais le reste est absent ! Il peut faire preuve de négligence, d'agressivité, de rejet, de violence.

  • Le contraste

Le parent ne se reconnaît plus, il a l'impression d'être une autre personne. Il n'est plus le même papa ou la même maman qu'avant. Ses actions, ses paroles, ses gestes, ses réactions sont parfois bien loin de ce qu'il était et souhaite être comme parent.

Pour autant le parent qui est en burn-out parental souffre de cette situation. Il constate qu'il n'est plus celui d'avant, qu'il n'y arrive plus, qu'il est vidé… Allant jusqu'à avoir des pensées suicidaires, ou avoir envie de tout plaquer et de disparaître !!

Les conséquences sont multiples

Sur le corps, l'esprit, son cœur, sur soi, son couple, sa famille, ses enfants et son travail :

  • Troubles du sommeil : problèmes d'endormissement, réveil fréquent, sommeil agité, nuit blanche, sommeil non réparateur,
  • Problèmes de santé : maux de tête, de ventre, mal de dos, tensions corporelles,
  • Les dépendances,
  • L'irritabilité, la colère, crise d'anxiété, peurs, sensibilité accrus,
  • La négligence et la violence verbale et physique sur les enfants ou le conjoint,
  • Les difficultés conjugales, disputes, reproches, rejet de l'autre, perte de libido…
  • Perte de confiance et d'estime de soi,dévalorisation dans son rôle de parent, culpabilité, honte,
  • La dépression,
  • Les idées suicidaires et l'urgence de fuir, envie d'être seul, idées noires,
  • Problème de concentration, perte de mémoire, problème de mobilisation des connaissances et des capacités intellectuelles, perte de repère,

Cette liste est non exhaustive, et chaque parent vit le burn-out différemment, en fonction de lui, de son histoire, de sa personnalité...

Le burn-out parental est en ce sens variable d'un parent à un autre, dans les ressentis, l'intensité, les émotions, la durée... Il y a des hauts, des bas, des stagnations.

Que faire si on souffre d'un burn-out parental ?

N'attendez plus, agissez, demandez de l'aide ! Vous êtes en souffrance, en mode survie ...STOP, faites une pause et prenez soin de vous. Pour vous, pour vos enfants, pour votre famille mais avant tout pour vous même.

Prenez le temps, d'accueillir, d'évacuer, de soigner les blessures, de vous reconstruire, de vous retrouver. Osez dire STOP, en parler et demander de l'aide à un ou des professionnels.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Dorine LANCELEVE

Voir profil

Bibliographie

  • La fatigue émotionnelle et physique des mères, Violaine Guéritault

  • Le burn-out parental, Isabelle Roskam et Moîra Mikolajczak

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur burn-out