Pourquoi pouvons-nous devenir obsédés par une personne qui ne veut pas de nous ?

Pourquoi voulons-nous si souvent être avec des gens qui ne sont pas disponibles pour nous ?

9 DÉC. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Pourquoi pouvons-nous devenir obsédés par une personne qui ne veut pas de nous ?

Par souci de simplicité, je fais référence aux femmes hétérosexuelles dans cet article, mais ce que je discute ici s'applique également aux hommes hétérosexuels et aux personnes non hétérosexuelles.

Beaucoup d'entre nous connaissent ce scénario : Sébastien est mignon, gentil, intéressant, intelligent et disponible. Mieux encore, il s'intéresse à une relation avec vous. Le seul problème est que vous n'êtes tout simplement pas attirée par lui. Julien, par contre, est dans votre esprit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Comme Sébastien, Julien a beaucoup de bonnes qualités, mais il est soit indisponible pour une relation en général, soit indisponible pour une relation avec vous, car il n'est tout simplement pas attiré par vous.

Malgré son rejet continu, vous n'arrivez pas à l'oublier. Plus il vous rejette et plus il indique avec force qu'il ne veut pas être avec vous, plus vous semblez devenir intéressé. Pourquoi développons-nous cette mauvaise habitude de vouloir ce que nous ne pouvons pas avoir ? Pourquoi ne voulons-nous pas toujours ce que nous pouvons avoir ? Dans d'autres domaines de la vie, il semble que nous pouvons adapter nos préférences à la situation. Vous avez peut-être déjà flirté avec l'idée de devenir une star hollywoodienne. Mais quand vous avez découvert que vous ne pouviez pas, vous avez abandonné ce rêve (j'espère). Alors pourquoi ne pouvons-nous pas laisser aller les gens qui nous rejettent continuellement ?

Pourquoi le rejet romantique nous rend-il accro ?

Selon Helen Fisher et ses collègues, la raison pour laquelle le rejet romantique nous rend accro est que ce type de rejet stimule des parties du cerveau associées à la motivation, à la récompense, à la dépendance et aux envies. À l'aide de l'IRM fonctionnelle, son équipe a examiné le cerveau de 15 hommes et femmes d'âge universitaire qui avaient récemment été rejetés par leur partenaire, mais qui affirmaient être encore intensément «amoureux». Pendant le scan, les sujets de recherche ont regardé une photo de la personne qui les avait rejetés. Ils ont ensuite terminé un exercice de mathématiques, tel que compter à rebours de 4 529 par 7. L'exercice était une tentative de distraire les participants de leurs pensées romantiques. Enfin, on leur a montré une photo d'une personne familière qui ne les intéressait pas romantiquement.

L'équipe a constaté que le cerveau des participants était plus actif dans les domaines associés à la motivation, à la récompense, à l'envie, à la dépendance, à la douleur physique et à la détresse lorsqu'ils regardaient la photo de la personne qui les avait rejetés que lorsqu'ils regardaient la photo de la personne neutre.

L'étude, publiée dans le Journal of Neurophysiology en 2010, montre que les personnes dans cette situation souffrent vraiment d'une toxicomanie et que la drogue est la personne qui nous rejette, laissant notre amour sans réciprocité. Mais les résultats ne nous donnent pas une idée de la raison pour laquelle nous répondons au rejet romantique de cette manière, et cela ne répond pas à la question de savoir comment nous avons développé cette tendance troublante de vouloir des personnes que nous ne pouvons pas avoir.

Vous pourriez penser que c'est une question de coeur brisé et de chagrin. Mais cela ne peut pas non plus être la réponse complète, car dans certains cas, nous n'avons rien perdu dont nous pouvons pleurer la perte. Nous pouvons être follement amoureux de quelqu'un qui ne veut pas de nous, et qui n'a jamais voulu de nous, mais la situation peut parfois être aussi douloureuse que quelqu'un qui rompt avec nous.

Dans un article précédent, j'ai soutenu qu'une partie de la douleur de rejet que nous ressentons lorsque l'amour n'est pas réciproque peut être causée par une répulsion au rejet social fondée sur l'évolution, combinée à une stigmatisation sociale associée aux ruptures et au divorce. Mais cela n'explique pas non plus pourquoi nous ne voulons souvent que les individus que nous ne pouvons pas avoir.

Un autre aspect de cette angoisse peut avoir à voir avec la valeur perçue de l'autre personne. Si l'autre personne ne veut pas de nous ou n'est pas disponible pour une relation, sa valeur perçue augmente. Ils deviennent si «chers» que nous ne pouvons pas les «payer». D'un point de vue évolutionnaire, cela aurait été un avantage de s'accoupler avec le partenaire le plus précieux. Il est donc logique que nous devenions plus romantiquement intéressés lorsque la valeur perçue d'une personne augmente.

Une autre réponse peut avoir à voir avec nos personnalités relativement addictives. L'étude de Fisher a montré que l'angoisse et la douleur après un rejet romantique sont une sorte de dépendance. La question demeure, cependant :

À quoi sommes-nous accro dans ce scénario ?

Dans le cas d'une relation terminée, nous pouvons être dépendants du temps que nous avons passé avec l'autre personne, de ses SMS, ou du sexe. Mais si notre cerveau fonctionne de la même manière lorsque notre amour n'est pas réciproque et qu'il n'y a jamais eu de relation, quelle est la source des sentiments de dépendance ?

Vraisemblablement, nous sommes accro aux pensées de ce qui aurait pu être mais ne le sera jamais. Une fois que nous sommes bloqués sur ces pensées, être rejeté par l'autre personne peut les intensifier, nous laissant face à une obsession, qui est une sorte de dépendance - ou une dépendance à des pensées d'un certain type. Ailleurs, j'ai soutenu que les méthodes standard pour traiter le trouble obsessionnel-compulsif peuvent également vous aider à surmonter l'obsession romantique.

Votre style d'attachement peut également influencer à quel point vous restez bloqué sur des personnes qui ne veulent pas de vous. Les personnes ayant un style d'attachement dépendant (également connu sous le nom de style d'attachement co-dépendant ou anxieux) sont élevées pour rechercher des personnes qui leur causeront de la douleur. Dans un scénario classique, ils ont grandi dans un ménage avec une mère ou un père qui les a rejetés émotionnellement. Pour ces personnes, le rejet romantique est un sentiment familier. Étant donné que nous sommes toujours plus susceptibles d'agir d'une manière qui nous est familière, si nous avons des antécédents de rejet, nous sommes susceptibles de rechercher des situations dans lesquelles nous devrions nous attendre à plus de rejet. Notre cerveau interprète ces scénarios comme normaux, même si nous savons qu'il n'est pas normal de rechercher des scénarios qui mènent à la douleur et à l'angoisse.

Enfin, il y a l'explication de la «fin différente» : si nous avons une histoire de rejet - par un parent, par exemple - nous cherchons parfois inconsciemment des scénarios similaires, en espérant que l'histoire aura une fin différente la prochaine fois. Mais ce n'est pas le cas. Il vaut la peine de se souvenir de la définition d'Einstein de la folie - faire la même chose encore et encore et s'attendre à un résultat différent.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 10
  • Ana-Maria Manoila

    Bonjour Je suis amoureuse d'un garçon depuis l'année dernière et je sais qu'il s'en fiche de moi mais j'arrive pas à ne pas penser à lui H24 car au fond je crois encore qu'il peut avoir en moins un peu de sentiments pour moi

  • Alulu

    Bonjour, Avez-vous d'autres articles sur l'obsession amoureux (guérison) ? J'ai été rejeté après 5 ans de relation après avoir été usé pendant 1,5 ans psychologiquement. Ca fait 1,5 an que c'est fini, mais je vis toujours dans le passé. Pour ma part, je me sens abusée et j'ai l'impression d'avoir été trop crédule.

  • Odette

    Comment s’en sortir alors et ne plus reproduire ça ?

  • Mila

    L’article est intéressant mais il explique la situation sans donner des solutions.

  • Ombre

    Est-ce que c'est valable même si ce n'est peut-être pas de l'amour ?? J'avoye que j'ai sans cesse la même personne en tête mais je ne pense pas que ce soit de l'amour pour autant je me reconnais tout de même dans cet article....

  • Delphine

    Très intéressant mais il n’y a pas de solution pour sortir de ce mécanisme d’addiction ! Pouvez vous en donner s’il vous plaît ?

  • Karin

    Bonjour, Comment sortir de ce schéma ?

  • Nounak2

    Bonjour, article interessant mais que faut il n'apporte pas de solution concrete, que faut t'il faire pour ne pas revivre ce genre de relation?

  • Manil

    J'adore vous lire! Merci beaucoup pour ces informations :) et bonne continuation.

  • Warsaft

    Comment fait on pour ne plus être dans ce cercle vicieux ??

derniers articles sur développement personnel