Qui sont ces personnes qui aiment être seules ?

Quatre études brisent les idées reçues à propos des personnes qui aiment être seules et de celles qui n'ont pas peur du célibat.

14 JUIL. 2017 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Qui sont ces personnes qui aiment être seules ?

Il y a des gens qui aiment être seuls, peut-être même qui adorent ça. Comment les imaginez-vous ? Est-ce que votre esprit visualise des misanthropes ou le solitaire redouté se cachant quelque part pour préparer son prochain meurtre ?

Comme Anneli Rufus nous l'explique dans son superbe livre Party of One : the Loners' Manifesto (Une fête seule : le manifeste des solitaires), ces stéréotypes ne capturent pas les vrais solitaires. Les vrais solitaires sont des personnes qui embrassent le temps passé seul. Ceux qui deviennent violents sont généralement des personnes seules contre leur volonté : ils veulent s’intégrer , ils veulent être aimés et être l'objet de  désir. Mais ils ont au contraire été exclus et rejetés. Cette exclusion et ce rejet (entre autres) nourrissent leur hostilité et leur rage. 

Quelle est la vérité à propos des personnes qui aiment être seules ?

Grâce à certaines échelles récemment développées pour mesurer les différentes attitudes face à la solitude, nous avons aujourd'hui des réponses basées sur des recherches.

Pour  commencer, il faut bien comprendre ce que signifie "aimer être seul". L'un des sens de "seul" se réfère au fait de passer du temps seul. L'échelle du "Désir d'être Seul", développée par Birk Hagemeyer et ses collègues, mesure cela.

Les personnes qui ont de hauts scores dans le désir d'être seuls se reconnaissent dans les affirmations suivantes :

  • Quand je suis seul·e, je me sens relaxé
  • J'aime être totalement seul·e

Au contraire, elles ne se reconnaissent pas dans les affirmations suivantes : 

  • Je me sens mal à l'aise lorsque je suis seul·e
  • Être seul·e devient très vite trop pour moi. 

Une seconde définition de "seul" peut être utilisée lorsqu'on parle de personnes célibataires. En pensant au fait que la vie en tant que célibataire pouvait être quelque chose que certaines personnes redoutent, Stephanie Speilmann et ses collègues ont développé une échelle de "peur d'être célibataire". En renversant l'échelle, on peut trouver les caractéristiques des personnalités qui n'ont pas peur d'être célibataires. 

shutterstock-579654442.jpg

Ainsi, les personnes qui n'ont pas peur du célibat ne se reconnaissent pas dans les affirmations suivantes :

  • Je ressens de l'anxiété lorsque je pense au fait d'être seul·e pour toujours
  • Si je termine ma vie seul·e, je penserais certainement qu'il y a quelque chose qui ne va pas en moi. 

Détails de l'étude

La personnalité de deux groupes de personnes a été mesurée pour l'étude sur la peur d'être célibataire. L'un des groupes comprenait 301 personnes recrutées en ligne, dont l'âge moyen était de 29 ans. Seuls 33 étaient mariés, 131 étaient célibataires et ne voyaient personne, et les autres voyaient quelqu'un. L'autre groupe était composé de 147 Canadiens qui n'avaient pas encore de diplôme, avec un âge moyen de 19 ans. Seuls 2 étaient mariés, 105 célibataires et ne voyaient personne, et les autres voyaient quelqu'un. Une moyenne des résultat a été faite sur les deux groupes.

Deux groupes d'Allemands adultes ont participé à l'étude sur le désir d'être seul, et tous étaient dans une relation de couple  sérieuse depuis au moins un an. La première étude a porté sur 476 participants (âge moyen de 35 ans), et la moyenne des résultats a été faite entre hommes et femmes. La seconde étude incluait 578 couples hétérosexuels (âge moyen : 42), et les résultats ont été séparés pour les hommes et les femmes.

Caractéristiques des personnalités

Les cinq traits principaux de personnalité dits "Big Five" ont été mesurés pour chaque participant dans les deux cadres d'étude :

  • Neuroticisme : tendu, maussade, s'inquiète beaucoup
  • Ouverture : original, curieux, imaginatif
  • Extraversion : toujours partant et sociable, bavard, assertif
  • Agréabilité : considéré et gentil, confiant, coopératif
  • Conscienciosité : fiable, organisé, minutieux. 

Les études sur les personnes qui aiment passer du temps seules ont aussi inclut une mesure de leur sociabilité, mesurée par des affirmations telles que : "je trouve les gens plus stimulants que n'importe quoi d'autre". 

shutterstock-597399905.jpg

Les études sur les personnes qui n'avaient pas peur du célibat incluaient des mesures de six caractéristiques en plus :

  • Estime de soi contingente à la relation : l'étendue de la manière dont l'estime de soi d'une personne est contingente à la façon dont la relation romantique avance (lorsqu'elle en a une). 
  • Besoin d'appartenance : les personnes qui ont un fort besoin d'appartenance ont plus de chances de se reconnaître dans des affirmations telles que "j'ai besoin de savoir qu'il y a des gens vers qui je peux me tourner en cas de besoin". 
  • Tendance à se sentir blessé : il s'agit des personnes dont les sentiments sont fragiles . 
  • Sensibilité au rejet : les personnes qui sont particulièrement sensibles au rejet ont plus de risque de se faire rejeter et de se sentir anxieuses à cause du sentiment de rejet . 
  • Solitude : mesurée par des assertions telles que "ressentez-vous souvent le manque de compagnie?"
  • Dépression : Mesurée par des assertions telles que "je sentais que je ne pouvais pas sortir de ce cafard même avec l'aide de ma famille ou de mes amis". 

Les découvertes

Si nos stéréotypes à propos des personnes qui aiment être seules étaient vrais, nous devrions alors trouver qu'il s'agit de personnes neurotiques et repliées sur elles-mêmes . Pourtant, c'est l'opposé qui est vrai : les personnes qui aiment passer du temps seules, et qui n'ont pas peur du célibat, n'ont pas tendance à être neurotiques, c’est à dire quoi ce ne sont pas des personnes tendues, maussades ou qui s'inquiètent. 

Les personnes qui aiment passer du temps seule et celles qui n'ont pas peur du célibat sont aussi plus ouvertes d'esprit que les autres, sont plus sensibles à l’hédonisme, que celles qui ont peur du célibat (celles qui aiment passer du temps seules ne sont pas plus ou moins dans l’hédonisme que les autres), mais aussi plus dans la conscienciosité que celles qui en ont peur (les résultats ne sont pas marquant pour les gens qui aiment passer du temps seul).

Une question que l'on peut se poser à propos des célibataires, c'est s'ils sont ou non introvertis? 

L'étude la plus pertinente suggère que c'est probablement le cas. Mais des études sur des personnes célibataires incluent généralement toutes les personnes célibataires, qu'elles ont choisies de l'être ou non. Les études dont nous parlons portent sur les personnes qui n'ont pas peur du célibat comme de celles qui aiment passer du temps seules.

shutterstock-650448817.jpg

Les individus qui n'avaient pas peur du célibat étaient plus extravertis que ceux qui en avaient peur. Cette découverte s'accorde avec celles qui montrent que les célibataires ont, en moyenne, plus d'amis que les couples mariés, et maintiennent davantage leurs relations avec leurs amis, voisins, proches et familles. Mais, encore une fois, les recherches sur les liens sociaux incluent tous les célibataires, pas uniquement ceux qui ont peur du célibat.

Ceux qui aiment passer du temps seul ne sont pas plus ou moins extravertis que ceux qui n'aiment pas cela, mais ils ont obtenu un score de sociabilité plus bas. Les deux échelles (extraversion et sociabilité) mesurent des types similaires, il est donc curieux qu'elles n'aient pas abouti à des découvertes plus consistantes.

Il semble également que les personnes qui n'ont pas peur du célibat ne sont pas hypersensibles face au rejet et ne se sentent pas blessées facilement. Lorsqu'elles sont en relation de couple, leur propre estime de soi ne dépend pas de la manière dont la relation évolue, elles n'ont pas un fort besoin d'appartenance et ont moins tendance à se sentir seules ou déprimées.

Ajoutez à cela leur ouverture, leur caractère agréable , leur extraversion et un bas niveau de neuroticisme, et les personnes qui n'ont pas peur du célibat vous sembleront tout d'un coup très courageuses. Et pourtant, ceux qui aiment le célibat et le choisissent volontairement sont souvent mal vues des autres, qui les prennent pour des gens bizarres, ou les jugent plus facilement que ceux qui choisissent la vie de couple. Heureusement, nous en voyons de plus en plus au quotidien, on peut donc espérer que cela change. 

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 23
  • Marie

    Est il possible que les célibataires aimant le celibat changent et deviennent inquiets etc et que ceux qui n’aiment pas changent aussi dans l’autre sens.cela doit pouvoir s’apprendre il me semble. Non?

  • Gaulois réfractaire

    Comme "der talente" j'ai le même âge et je suis un solitaire depuis toujours! Jamais marié jamais vécu en couple! J'ai rencontré quelques filles quand j'étais jeune et à 23 ans je me suis suis dit que ça ne servait à rien, autant rester seul. A 49 ans la cinquantaine et la crise économique approchant certaines femmes des trentenaires ont essayé de me séduire! Ça n'a pas marché, des désespérées sans doutes, qui voulaient se rassurer sur leur pouvoir de séduction. Il y en a eu des mignonnes mais je m'en foutais royalement. Quand j'étais ado, comme tous les mecs j'aurais aimer avoir une copine et "baiser" mais j'ai toujours ramé, et quand on rame à 15 ans pour avoir une copine on se pose des questions, surtout quand on voie les autres pour qui ça marche, mais quand à plus de vingt ans ça continu on comprend vite que ça viens de soit! Y a un problème soit on est moche, con ou pas aimable, mauvais coup, car une, deux, trois, dix, pour coucher avec une nypho pas plus de trois mois c'est plus qu'étrange à cet âge. Maintenant, à 60 balais, je comprend, je suis chiant et autoritaire, sale caractère, même moi je n'aimerais pas partager ma vie avec un guignol pareil. Je n'ai pas d'ami, je m'engueule avec tout le monde, même des gens sensé m'aider comme des agents immobilier pour me faire vendre un bien, je les rebute, on se fâche et je les vire! Je ne sais pas lâcher prise, même le rares fois ou j'ai couché avec une femme je m'emmerdais, je ne prenais aucun plaisir, je trouve que c'est surfait, de la poudre aux yeux pour faire croire que l'on est amoureux aux yeux des autres, que l'on rentre dans le moule, je n'aime personne saut les animaux, car eux sont sincère ils donnent sans attendre en retour, ce qui fait que je m'y attache, mais les humains donnent en espérant toujours quelque chose, une augmentation, une reconnaissance, une aide, un coup de main, se sentir valorisés... J'aurais, aimé avoir quelqu'un pour m'épauler dans les périodes difficiles de la vie, le décès des parents par exemple, mais il à fallut que je me débrouille seul, c'était pourtant une de mes grandes craintes. Mais j'ai dû assurer seul, comme pour mes dossiers de retraites, seul pour faire la paperasse, seul pour relancer car ces foutu fonctionnaires qui font traîner ou perdent les papiers. L'hospitalisation fait aussi parti de cette crainte, que deviendrait mes animaux? Bref en principe en juillet après avoir été un bon à rien râleur toute ma vie je deviendrais un inutile râleur. Et ce n'est plus à cet âge que j’accepterais une femme quelle soit jeune ou vieille, car celles de mon âge m'ont ignoré toute ma vie alors quelles restent ou elles sont et les plus jeunes n'ont pas à gâcher leur jeunesse avec un vieux chnoc, même si quelques perverses tournent autour de moi comme des poissons autour d'un vers. Elles croient peut être qu'il y a du fric? Ben non, yen a pas. C'est comme les coqs sur les églises, les girouettes n'ont pas de pattes, car il n'y a rien à gratter chez les curés, et chez moi c'est pareil. Un solitaire, car dégoûté des humains, et qui finalement s' accommode de la solitude, dommage que je ne puisse pas faire Hermite, mais de nos jours impossible le flicage est permanent! Carte bancaire, sécu, téléphones, puces, satellites, sous marins, hélicoptères, flics, plus aucun endroit pour se cacher et vivre en Hamich comme dit Macron, c'est beau le 21 ème siècle

  • lili

    souffrir de solitude ça fait très mal,et les années passes et on est toujours seul.seul avec le temps.le temps qui passe.et on est là on ce dit dit des fois ces bizard y'a des gens toute leurs vies il ont était seul moi da me fend le coeur et pourtant ça fait depuis l'âge de 19ans je suis seule et j'en ai 50 ..Linda

  • Lili

    Bonjour tout le monde, L’homme que j’aimais est un grand solitaire. Nous venons de mettre un point final à notre relation à cause du fait que j’avais jusqu’alors sous estimé sa forte envie de solitude. Jusqu’à lui, je n’avais jamais vécu une telle connexion intellectuelle, émotionnelle et intime. Il m’a exprimé sa réciprocité en termes de connexion, me disant aimer ma sensibilité, ma simplicité, ma douceur, mon esprit, ma sensualité et toutes nos connexions. Une relation faite d’intensité immense, de silence puis de retour, sans que rien ne soit certain et sans pour autant être malsain. Jamais de dispute agressive, plutôt des incompréhensions ou des non dits. J’ai beau été une femme patiente, compréhensive, respectueuse, celle que je suis habituellement, pour lui c’était difficile d’en faire plus... J’ai compris par moi même qu’il avait peur de ne plus se ressembler en vivant avec une autre personne. Il n’a pas eu énormément de relations dans sa vie, mais il en a eu de très mauvaises. Des femmes voulant le formater, le contrôler, le brider. Il s’est excusé plein de fois que je sois le dommage collatéral à son passé, alors que je ne lui demandais rien à ce niveau là. Je ne l’ai pourtant jamais bridé, jamais même essayé de l’interdire à faire quoi que ce soit, je l’aimais comme il était, je déplorais simplement par moment un manque de communication verbale lorsqu’il voulait ses moments de distance. J’aimais sincèrement son essence profonde, ses mystères et son indépendance d’esprit. En lisant cette page sur la solitude, je me rends compte que j’étais tout de même à côté de la plaque et plus que je ne le pensais. J’ai le sentiment d’avoir précipité les choses entre lui et moi en lui demandant plus de concret. Je précise tout de même que j’aime aussi beaucoup ma solitude, je l’embrasse avec sérénité, j'aime aussi par moment être entourée, ça dépend. En vérité je ne sais pas comment digérer cet éloignement. J’ai envie de respecter ses aspirations profondes, son intériorité et son envie d’être pour le moment seul. J’aimerai avoir des conseils de personnes qui sont comme lui ou qui ont déjà vécu comme moi la même chose, pour que je puisse comprendre tout ça et aller de l’avant.. Cordialement

  • Lili

    L’homme que j’aimais est un grand solitaire. Nous venons de mettre un point final à notre relation à cause du fait que j’avais jusqu’alors sous estimé sa forte envie de solitude. Jusqu’à lui, je n’avais jamais vécu une telle connexion intellectuelle, émotionnelle et intime. Il m’a exprimé sa réciprocité en termes de connexion, me disant aimer ma sensibilité, ma simplicité, ma douceur, mon esprit, ma sensualité et toutes nos connexions. Une relation faite d’intensité immense, de silence puis de retour, sans que rien ne soit certain et sans pour autant être malsain. Jamais de dispute agressive, plutôt des incompréhensions ou des non dits. J’ai beau été une femme patiente, compréhensive, respectueuse, celle que je suis habituellement, pour lui c’était difficile d’en faire plus... J’ai compris par moi même qu’il avait peur de ne plus se ressembler en vivant avec une autre personne. Il n’a pas eu énormément de relations dans sa vie, mais il en a eu de très mauvaises. Des femmes voulant le formater, le contrôler, le brider. Il s’est excusé plein de fois que je sois le dommage collatéral à son passé, alors que je ne lui demandais rien à ce niveau là. Je ne l’ai pourtant jamais bridé, jamais même essayé de l’interdire à faire quoi que ce soit, je l’aimais comme il était, je déplorais simplement par moment un manque de communication verbale lorsqu’il voulait ses moments de distance. J’aimais sincèrement son essence profonde, ses mystères et son indépendance d’esprit. En lisant cette page sur la solitude, je me rends compte que j’étais tout de même à côté de la plaque et plus que je ne le pensais. J’ai le sentiment d’avoir précipité les choses entre lui et moi en lui demandant plus de concret. Je précise tout de même que j’aime aussi beaucoup ma solitude, je l’embrasse avec sérénité, j'aime aussi par moment être entourée, ça dépend. Si j’écris ici, c’est qu’en vérité je ne sais pas comment digérer cet éloignement. J’ai envie de respecter ses aspirations profondes, son intériorité et son envie d’être pour le moment seul. J’aimerai avoir des conseils de personnes qui sont comme lui ou qui ont déjà vécu comme moi la même chose, pour que je puisse comprendre tout ça et aller de l’avant.

  • der talente

    bonjour . j'ai 60 ans , je suis célibataire depuis toujours et je vis ma retraite dans un petit corp de ferme à la campagne depuis 5 ans . jusqu'ici tout va bien . je m'occupe comme je peux ; la 1ère année , j'ai fabriqué un mangeoire pour nourrir les oiseaux en hiver , la 2ème année j'ai creusé un bassin de 5m sur 2m et j'y ai mis des poissons rouges et la 3ème année j'ai fabriqué un poulailler pour y mettre une dizaine de poules . j'ai fais de mon terrain un petit parc d'attraction pour moi tout seul . je n'ai pas de portable , juste un fixe pour appeler mes 3 potes de longue date 2 ou 3 fois par an et mes 2 frangins pareil et on a fait le tour de mes relations !! je ne suis pas timide , j'ai toujours pratiquer mes passions en solitaire comme ; la photo ou la pèche par exemple . non je n'suis pas timide mes anciens collègues de boulot en savent quelque chose !! d'ailleurs , au travail , quand j'ai rédigé ma lettre afin d'inviter les gens à mon pot de départ , je me suis excusé auprès de la maitrise , d'avoir été le type que j'ai été durant toutes ces années en leur précisant ; qu'ils n'avaient rien perdu au change , un électron libre comme je l'ai été est un véritable outil pour la maitrise de demain !!! et je suis parti à la retraite seul , à la campagne , j'ai presque envie de dire comme prévu !! j'ai toujours pensé que je finirai seul . pour le moment , tout va bien . je ne me sens pas seul mais plutot tranquille . ce n'est pas parce qu'on est seul , qu'on est malheureux !!

  • 98909034

    Salut moi j'ai juste envie d'être seule et ne jamais avoir personne à mes côté juste moi et rien que moi,d'ailleurs ça me rend folle d'être en compagnie des gens et même de voir les gens autour de moi être entouré.

  • Neige

    Bonjour je fais partie de ces personnes qui n.ont pas peur d.etre seule...il n.y a aucun défi à relever...Je ne suis pas véritablement seule, j.ai des animaux de compagnie ...mais aussi la nature...Je gère les sociétés de nombreuses personnes mais aussi relève de nombreux désespérés...Me retrouver seule me permet de me ressourcer, d.avoir ce recul si nécessaire pour mieux rebondir...cela me permet en autre de ne pas me laisser absorber par les pensées des autres, de me préparer pour la gestion de mon temps......je me sens humaine, non triste et libre...J.aime l.humain dans sa différence, j.ai une tendance à ne pas le juger, ni le condamner autant que cela soit possible...J.approfondis ma recherche de moi-même...sans en faire une obsession...Je vis la vie quelqu.elle soit à plein poumon...J.oriente mon esprit vers l.essentiel ou le confort...avec des plages de repos pour que l.insouciance me permette de me rappeler qui je suis vraiment....Votre topo sur l.homme seul...est si juste...

  • Katie

    Une personne un homme que je connais lui aime vivre seule et qui la une copine il est tout jours dans le noir la chambre jamais ouvert et volet fermé depuis tout jours quesque sa veut dire moi je pense qui la des problèmes spsycicologique cette hommes grave même

  • dany26200

    Bonjour. je suis venue là, pour trouver une explication sur le fait que je désire être seule, par rapport à une relation que je ressens toxique. J'ai 70 ans retraitée, j'ai une passion pour la nature, la photographie, l'écriture et je parcours dans mes passes temps la nature. Je suis rieuse positive et souvent dans mes balades je choisis d'être seule. J'ai décidé de rester seule, à mon âge, après une vie bien remplie et avec ses moments de difficultés. Je suis dans le partage avec les autres, mais pour des moments paisibles. Je connais une personne qui, a tenu absolument à être amie avec moi et qui systématiquement m'appelle plusieurs fois par jour pour me demander comment je vais, pour savoir ce que je fais. Elle veut tout connaître du moindre de mes activités de mon quotidien. Par contre elle ne dit rien à son sujet. Elle m'appelle au secours sans arrêt pour ses démarches administratives suer internet qu'elle ne sait pas du tout utiliser, et celles d'un de ses copains SDF. Comme un moment donné je les ai sortis de situations financières inextricables, elle m'a auréolé de réussite et m'a confiance. Mais ses comportements, son tempérament, ses valeurs, ne me correspondent pas. Dans ses propos et raisonnements, je la sens irrespectueuse, grossière, très vulgaire, très masculine (grosse voix d'homme) et elle aimerait toujours sortir avec moi. Comme de ma part elle ressent de la résistance parce que je refuse, elle insiste encore plus. Dernièrement, j'ai remarqué, qu'elle abusait de la vulnérabilité financièrement de ses amis. Elle leur gère tout, comptes bancaires etc... Je le vois par ses démarches qu'elle me demande de faire. Dernièrement, comme je ne répondais plus au téléphone, je recevais des messages anonymes d'insultes et des appels intempestifs. La plupart du temps, je lui refuse des sorties et il garanti, qu'elle me trouve partout où je vais. Je n'aime pas ça et je ne comprends pas comment elle fait. Plusieurs de nos amis en commun, m'ont prévenus, qu'elle me critiquais en disant : La vieille n'est jamais libre, elle dit qu'elle a toujours quelque chose à faire. C'est la seule qui me traite de vieille!!! J'ai remarqué qu'elle avait un grand parti-pris par rapport aux personnes âgées. Ces propos sont révoltants et odieux! Pas de respect! Alors la question que je me pose aujourd'hui, c'est si je dois lui dire, que j'ai envie d'être seule pour qu'elle arrête de me proposer des sorties systématiques? Bonne journée. Cordialement.


Chargement en cours



derniers articles sur développement personnel