20 ans de vie ensemble et divorce

Réalisée par Anon987 · 16 nov. 2023 Aide psychologique

Bonjour,

J'ai 39 ans et je suis avec ma conjointe depuis que nous avons 18 ans. Nous avons 2 beaux enfants (9 et 13 ans), nous nous sommes mariés en 2017 et nous avons acheté une maison en 2019.

En octobre 2022, après une dispute banale, elle avait décidé de faire chambre à part. Suite au fait que pendant plusieurs jours elle était toujours en colère, nous avions eu une discussion et avions souhaité faire une thérapie de couple. Durant la première séance, voyant que ma femme était déprimée, la psychologue a décidé de faire des séances individuelles avec elle.

Après 1 mois et demi et 4 séances, mon épouse dormait toujours dans la chambre à part et la communication d’elle vers moi était toujours difficile. Un jour en cherchant à comprendre ce qu'il se passait elle m'a avoué ne plus m'aimer et a décidé de partir chez ses parents. Elle m’a indiqué que le fait d’avoir retrouver un travail (elle était au chômage suite à un licenciement économique) l’a aidé à prendre cette décision qui murissait dans sa tête.

Il faut dire que depuis que nous sommes ensemble, je n'ai pas été simple avec ma jalousie maladive même si j'avais réalisé des séances de psychothérapie pour essayer de me débarrasser de cela. Je n'étais pas non plus dans l'extrême (pas à fouiller son téléphone, ni à l’interdire de sortir ou de lui dire de comment s’habiller) mais j'avais toujours du mal lorsqu'elle prêtait plus d'attention à d'autres hommes qu'à moi ce qui finissait souvent en dispute. Je crois que c’était un mélange de manque d’attention qui entraînait ou faisait ressortir des crises de jalousie.

De son côté, elle n'avait jamais été très câline, démonstrative ou rassurante ce qui provoquait une sorte de cercle vicieux. Elle a toujours été un peu déprimée depuis que l’on se connait (problème de l’enfance) et il était difficile pour moi de savoir si elle l’était pour ces problèmes ou si c’était lié à nous deux. Aussi, elle n’était pas très proche de nos enfants. De mon côté j’ai toujours été proche d’elle, en ne lui voulant que du bien et acceptant ses défauts.

Cependant, je sais que mon comportement a fait en sorte qu'elle se sentait oppressée dans notre couple notamment en devant rendre des comptes.

Lors de cette séparation, elle a souhaité que nous fassions garde alternée avec les enfants ce qui a été très dur à encaisser pour moi car si soudain.

Au bout d'une semaine, ne se sentant pas à l'aise chez ses parents (surtout en ayant les enfants la moitié de la semaine chez eux), elle a décidé de louer un appartement dans notre ville. Bien que nous ayons fait un crédit pour la maison ensemble, j’ai dû m’occuper seul des charges.

Pendant cette année, j'ai toujours eu espoir qu'elle me pardonne et de faire un gros travail sur moi-même. J’ai toujours été profondément triste sans elle car pour moi c’était la femme de ma vie. J’ai l’impression que cette année est restée figée dans le temps car ne pouvant pas avancer sans elle.

Lors de discussions, elle m'a indiqué que j'étais quelqu'un de bien, qui a toujours été là pour elle, qui s'est investi pour nos enfants, qui a toujours travailler pour avoir une bonne situation financière, etc. mais que la jauge de son amour pour moi était à plat.
Nous avons gardé beaucoup de contact cette année avec des appels presque quotidien, des SMS, des cinémas, des vacances cet été, des balades dans les centres commerciaux, (avec les enfants), etc. Cela me faisait tellement de bien de partager des moments avec elle et de voir nos enfants plus heureux mais en même temps cela me faisait du mal car elle ne montrait plus du tout d'amour envers moi.

Pendant cette année, elle a pu avoir de l’aide en parlant ouvertement de cela avec ses collègues et il est vrai que moi, en télétravail, c’était plus compliqué. Je me suis souvent senti seul, surtout les 3.5j par semaine où les enfants n’étaient pas avec moi.
Depuis fin Octobre de cette année, après une dispute liée à une mauvaise interprétation d’un fait, elle a décidé de ne plus vouloir que l’on garde autant de contact car elle voyait que cela me faisait souffrir.

Je n’ai pas trop compris cette décision. Même si j’avais beaucoup de mal, on a énormément limité nos échanges (1 à 2 fois par semaine).

Très récemment, en fin d’après-midi d’un dimanche, sachant qu'elle ne répondait pas à notre fille au téléphone / SMS, j'ai essayé de l’appeler à plusieurs reprises et vu qu’elle ne répondait pas, j’ai été en bas de chez elle car j'étais inquiet. Après plus d'une heure trente de tentatives d’appels (son interphone ne marchait pas), l'appel à ses parents, elle s'est manifestée. Elle était en train de faire une sieste… Elle m'a dit que j’étais fou de faire intervenir ses parents mais a bien voulu me faire monter chez elle. Elle était cependant dans un état second car elle étant complètement alcoolisée. J’ai essayé de comprendre pourquoi elle avait bu et m'a avoué s'être inscrite sur un site de rencontre et avoir rencontré en septembre un homme habitant dans notre ville et avoir couché avec puis l'avoir vu à plusieurs reprises. Elle m'a indiqué qu’au milieu de la semaine, elle avait fouillé les réseaux pour trouver si cet homme était sincère et l'avoir vu inscrit sur plein de sites de rencontre, ne cherchant au final rien de sérieux. Elle s’est sentie bafouée et en me disant tout cela elle m’a demandé de dégager de son appartement. Elle s'était alcoolisée pour noyer ce chagrin de s'être fait avoir.

Apprenant tout cela, j'ai eu beaucoup de peine, colère et un sentiment d'incompréhension car ayant toujours cette envie de la reconquérir. Elle m'avait pourtant indiqué lors de discussions qu'elle ne voulait pas retrouver quelqu'un pour le moment et que ce n'était pas dans son objectif. Pourtant, elle a fait le choix de s'inscrire sur un site de rencontre, discuter avec d'autres hommes pour au final se laisser séduire.

Pendant un an de séparation je n'ai été invité qu'une fois chez elle car elle n'aime pas son appartement. J'ai été blessé d'apprendre qu'elle avait fait venir cet homme chez elle en repensant à l'excuse qu'elle m'avait donné.

Au final, j'ai l'impression que cette année était peine perdue car de son côté elle ne voyait notre relation un peu spéciale (étant toujours si proche pendant un an via des appels, SMS, ou les moments passés ensemble) que comme un besoin qu'elle avait de garder toujours contact avec moi car elle ne pouvait pas m'oublier et que je faisais toujours partie de sa vie (mais sans amour).
Depuis, je l’ai appelé pour lui dire que j’étais désolé pour elle avec ce qui s’était passé avec cet homme et que j’étais triste de mon côté car toujours amoureux.

J’ai cependant indiqué que j’avais entamé une procédure de divorce en appelant un avocat. Pour information, c’est elle qui m’avait indiqué en milieu d'année vouloir divorcer mais non pas pour mettre un terme à notre union mais plutôt pour qu’elle puisse faire une demande de logement social pour avoir un appartement plus grand notamment pour les enfants (étant toujours mariés sa demande a été refusée). Lorsqu’elle m’avait annoncé cela, j’avais été anéanti et je lui avais indiqué de commencer les démarches de son côté car j’avais trop de peine, action qu’elle n’avait pas effectuée.

Seulement au regard des événements récents, je n’ai pas eu d’autre choix que d’aller dans son sens et demander le divorce.

Hier, je l’ai eu au téléphone et elle me disait qu’elle ne souhaitait pas couper ce lien que nous avons ensemble mais qu’elle ne m’aimera plus jamais. A chaque fois c’est une douche froide lorsqu’elle insiste sur le « plus jamais ».

Je suis complètement perdu de mon côté. J’ai l’impression d’avoir fait tout ce que je pouvais : travailler sur moi-même pour être une meilleur personne, partager beaucoup de moments avec elle alors que j’étais triste qu’elle m’ait quitté, d’être présent pour nos enfants, de l’aider financièrement s’il y avait besoin (alors que cela commence à être compliqué pour moi car je rembourse depuis 1 an seul la maison). J’ai toujours privilégié le fait de limiter la casse pour nos enfants et je sais que cela va les blesser encore plus (il est possible que l’on soit obligé de revendre la maison qui est loin d’être remboursée).

Je vais prendre rendez-vous chez un spécialiste pour m’aider à traverser cette période mais j’avais besoin d’en discuter pour vider un peu de mon sac.

Merci de m'avoir lu.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 22 DÉC. 2023

Bonjour,

Tout d'abord veuillez nous excuser pour le si peu de réponse à votre question. En effet il y a un gros problème informatique depuis plusieurs semaines sur le site Psychologue.net et les thérapeutes n'ont accès aux questions des internautes que très tardivement.

Dans votre écrit je repère plusieurs contradictions. Vous dites d’une part que vous ne voulez que du bien à votre épouse, et en même temps vous évoquez de la jalousie maladive. Comment se manifestait cette jalousie ? Vous parlez de contrôle, peut-être y a t-il eu des colères ? Dans tous les cas, cette privation de liberté pour votre compagne, est contradictoire avec le fait de lui vouloir du bien.

Personne n’appartient à personne, que vous soyez mariés ou pas.
Une relation cela se construit à deux et les accords sont à choisir ensemble. Personne n'est censé faire ou ne pas faire telle ou telle action. C'est uniquement dans le dialogue que vous pouvez vous accorder.
Vous n’avez sans doute pas pris le temps ou la mesure de la nécessité de vous asseoir l'un en face de l'autre et de vous écouter sans vous interrompre. Vous dire quelles sont vos valeurs et vos limites, vos désirs, vos envies, vos projets et vos peurs.
Votre relation est donc partie sur des bases de suppositions, d’attentes, de projection, alors que c'est aux deux partenaires de construire la relation, personne d'autre ne peut dicter ce qui est bon pour vous.

Voilà le constat, et aujourd’hui vous êtes toujours amoureux et il n’y a pas de réciprocité.
Je vous invite à ouvrir votre coeur encore davantage. Vous pouvez être amoureux de votre épouse, la mère de vos enfants, et en même temps, aimer une ou plusieurs autres personnes. Vous êtes vivant ! Alors tout en préservant le lien parental avec elle, je vous invite à apprendre à vous tourner vers d’autres partenaires. A traverser ce deuil incontournable pour vous libérer de ces croyances limitantes, peut-être pensez-vous que la « fidélité » est une valeur que vous ne pouvez pas transgresser. D’accord, alors dans ce cas, je vous invite à faire la différence entre fidélité et exclusivité. Vous pouvez tout à fait rester fidèle à la mère de vos enfants sans que cela soit exclusif, et sans vous priver de vivre dans l’attente hypothétique qu’elle se tourne à nouveau vers vous. Vous n’avez rien ni personne à conquérir, vous avez juste à vous occuper de vous-même (vous-m’aime).

Je vous invite à identifier vos besoins, par exemple besoin de chaleur humaine, de considération, de reconnaissance, de sexualité, d’amour. Nous avons tous les mêmes besoins mais pas forcment au même moment ni de la même intensité. Un besoin n’est pas relié à une personne. Et quand vous dites que vous ne pouvez pas avancer sans elle, vous êtes dans une croyance, limite une exigence. Alors que bien sûr que vous pouvez avancer sans elle, parce que vous êtes un homme libre et un adulte a priori en capacité de vous prendre en charge.
Vous avez de la peine, du chagrin, oui. Et vous avez des enfants qui ont besoin de protection et de soutien, votre rôle aujourd’hui est d’être présent et heureux pour eux.

Si vous vous sentez blessé de ne plus être dans une relation intime avec votre épouse, c’est que vous avez des blessures profondes à soigner. Celles qui ont pris leur source dans votre enfance ou petite enfance.
Blessure de rejet ou d’abandon...

Je vous invite à vous faire accompagner par un-e thérapeute afin de revisiter votre histoire et de soigner les blessures ou traumatismes qui vous encombrent aujourd'hui.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez approfondir ces questions.
Claire Thomas,
Psychosomatothérapeute

Claire Thomas Psy sur La Chapelle-Caro

1911 réponses

2138 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

18 DÉC. 2023

Bonjour

Je vous remercie d'avoir posté votre message.Sachez que vous n'avez pas perdu de temps ni fait un travail sur vous pour rien.
Faire un travail sur soi est avant tout pour soi-même, pour aller mieux, pour comprendre nos mécanismes internes et ne plus reproduire de schémas nocifs dans nos relations.
Votre future ex femme sera toujours la mère de vos enfants et c'est de cela qu'elle parle concernant le lien.
Vous réussirez à transformer votre sentiment et passerez à autre chose dans un avenir plus ou moins proche.
Maintenez il faut penser à vous, à vous protéger financièrement, pour être à l'aise avec vos enfants. Ne subissez pas davantage la situation.
Bien à vous
Charlotte
Psychologue
Travail Couple Famille

Charlotte Drahy Psy sur Boulogne-Billancourt

521 réponses

249 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 13100 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16250

psychologues

questions 13100

questions

réponses 136300

réponses