Peur d’être folle dépersonnalisation déréalisation

Réalisée par Julie · 11 juil. 2018 Dépersonnalisation

Grande anxiété, peur constante de la folie

Bonjour et désolée d’avance pour le long message.
Je suis une fille de 20 ans et depuis maintenant environ 4 ans je me bats contre l’angoisse. D’abord j’ai eu un trouble panique, avec les crises de panique à répétition ou je pensais mourir et/ou devenir folle. Je suis allée voir une psy directement, qui me suit toujours.

J’ai commencé à savoir gérer ces crises « classiques » et à en avoir de moins en moins peur. J’ai eu quelques moments d’accalmie plus ou moins longs (entre des mois sans crise, avec une anxiété modérée bien que présente). Ensuite j’ai fait la connaissance de la dépersonnalisation, ce sentiment qui fait que je ne me reconnais parfois pas dans le miroir, que je me sens étrangère à moi même et qui fait très très peur. J’ai cru devenir complètement folle.

Ce trouble s’accompagne de la déréalisation, qui est un sentiment d’étrangeté du réel, de mon entourage, de mon environnement. Et ça s’en va et ça revient, toujours. Au point où j’en suis à me demander si je ne suis pas réellement folle. Je suis sans arrêt en train de tout analyser, de ruminer. J’ai l’impression de ne pas me reconnaître, d’être dans un rêve parfois, de perdre la tête.
J’ai peur de perdre le contrôle de moi, de ne jamais être heureuse, de faire tous ces efforts pour RIEN, car je lutte je lutte mais l’angoisse et la peur reviennent toujours plus fortes.

J’ai maintenant la conviction que quelque chose ne tourne vraiment pas rond chez moi, que je vais devenir folle. J’ai peur de ne plus reconnaître les gens que j’aime, de ne plus avoir d’espoir. Je me sens souvent vide et ce qui me tue c’est que je ne souhaite rien d’autre que d’aller bien. J’ai tellement peur d’en arriver au point ou j’aurais envie de me suicider, cette idée me terrifie. Je n’ai en pas envie, j’ai une peur panique de la mort, mais j’ai si peur de perdre tout espoir !!

La dépersonnalisation et la déréalisation me tétanisent, je me crois sincèrement folle. J’aimerais savoir ce que vous en pensez, et si vous connaissez ces troubles, si ça vous est arrivé, si vous vous en êtes sortis.

Car j’ai peur que ça dure, j’ai peur de mes pensées.
Parfois je me retrouve face à des personnes que j’aime et que je connais et j’ai ce sentiment bizarre de ne pas les connaître (tout en sachant que si, en ayant les idées très claires). Il s’agit plus d’une atmosphère, d’une ambiance bizarre entre moi et le réel qui me fait si peur.

Suis-je folle ?
Vais-je un jour aller mieux ?

Je suis suivie chez une psy et je ne veux pas de médicaments. J’ai envie de croire que je peux aller mieux, car j’ai réussi par le passé, mais depuis un moment ça semble impossible...
Merci.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Réservez un rendez-vous immédiat en ligne pour 49 €

Obtenez une aide psychologique en moins de 72 heures avec des professionnels en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux.

Meilleure réponse 12 JUIL. 2018

Bonjour Julie,

Non vous n'êtes pas folle et vous ne deviendrez pas folle, et peut-être le savez-vous tout au fond de vous, mais vous "jouez" avec votre peur, vous la nourrissez, vous l'alimentez en imaginant que vous souffrez de dépersonnalisation et de déréalisation.

Vos pensées ont un caractère obsessionnel et vous protègent en fait du fait de vivre tout simplement comme une jeune-fille de vingt ans pourrait vivre. Vous aimeriez vivre et profiter de la vie mais vous vous en empêchez: pourquoi? Voilà une question qu'il vaudrait la peine de creuser...

Quelle est votre histoire familiale et d'enfance? Dans quel contexte vivez-vous? A vous lire on imagine aisément que vous faites des études... Mais vous n'en dites rien, or ce sont bien la les premiers constituants de votre vie! Votre relation à votre mère, votre père, une éventuelle fratrie...

A quelle fréquence voyez-vous votre psy? Et depuis quand êtes-vous en travail? Ce pourrait être bien d'intensifier vos séances et de la voir deux fois par semaine par exemple?

Bonne chance à vous pour trouver et apprécier la vie tout simplement.
Bien cordialement
Fabienne Verstraeten
Psychanalyste

Fabienne Verstraeten Psy sur Marseille

966 réponses

3930 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

14 JUIL. 2018

Bonjour Julie
mes collègues ayant répondu sur la question des émotions et causes sous jacentes, je ne peux qu'appuyer leur réponse. J'ajouterais que ce que vous vivez est "courant" chez des adolescents ou jeunes adultes qui ont du, de par leur histoire familiale bien souvent, se "couper " de leurs émotions, qui resurgissent sous forme d'angoisse. Puis l'esprit est occupé à guetter des "signes", et plus on focalise sur qq chose plus on la trouve! En attendant de consulter un autre professionnel ou de continuer le travail en cours, pourriez vous essayer parfois; juste essayer comme ça de faire "comme si" tout allait bien? Histoire de proposer autre chose à votre mental. C'est un petit exercice anodin et qui peut sembler superficiel et infaisable "comment faire semblant quand l'angoisse me terrasse", mais il pourrait vous aider à débloquer un peu la crispation sur les symptômes. Enfin petit mot d'espoir pour vous: on s'en sort. Et ce qui vous écrase aujourd'hui ne sera un jour, avec un accompagnement et un travail approprié, qu'un vague souvenir, et ces angoisses, impressions étranges que vous décrivez (et que j'ai déjà entendues dans d'autres bouches; rassurez vous!) ne vous auront pas empêchée de grandir encore, de devenir l'adulte forte et accomplie que vous pourrez être, pour faire face à la vie, à ses joies, ses peines.

Anonyme-285560 Psy sur Châtellerault

108 réponses

190 J'aime

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIL. 2018

Bonjour,
L'angoisse, le trouble panique sur une longue durée peut se développer en TOC, (Trouble Obsessionnel Compulsif) de devenir folle qui est un trouble difficile à traiter uniquement avec un suivi avec un psychologue dont la thérapie repose uniquement sur une verbalisation.

A ce stade de souffrance, il est important d'avoir des outils pour travailler sur la gestion des émotions, , d'avoir des outils permettant d'aller à la source du mal être et de des outils afin de retraiter des traumatismes, etc.. (voir mon profil).

Et dans ce sens, je vous conseillerais vivement une autre approche comme l'hypnothérapie que je pratique.

Car il peut s'agir également d'un trouble de la personnalité, mais ne vous connaissant pas du tout, je ne peux affirmer quoi que ce soit..

Mais pour moi, votre thérapie avec votre psychologue n'est pas suffisante et/ou adaptée...

Maintenant à vous d'y réfléchir !

N'hésitez pas à regarder mon profil.

Nathalie Follmann - Hypnothérapeute clinique à Clichy

Nathalie Follmann Psy sur Clichy

5282 réponses

30060 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIL. 2018

Bonjour Julie,

Les symptômes que vous décrivez, tout en étant en consultation avec votre psy depuis 4 ans, semblent être un processus psychique parallèle à votre travail interne. Ces symptômes sont peut-être synonymes de résistances psychiques qui pourraient prendre la place des angoisses ou résister contre elles ou encore être les conséquences du travail sur les angoisses. Ce qui est important c’est de vous considérer avec douceur, d’écouter ce qui semble être le meilleur pour vous sans vous y opposer. Éviter de vous auto-analyser mais faites-le avec votre psy et parlez-lui de ce que vous ressentez. L’idée est de faire confiance à votre psy et de prendre en compte ses conseils bienveillants sans avoir la crainte d’être ou de devenir « folle ».

Alain Giraud
Psychothérapie Analytique

Alain Giraud Psy sur Avignon

234 réponses

596 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

12 JUIL. 2018

Bonjour Julie ,
La puissance des émotions qui t'envahissent expriment la résurgence de blessures d'enfance.
L 'état de déréalisation agit comme un disjoncteur. Il est là pour sauvegarder ton système nerveux d'un tsunami d'émotions probablement violentes .
Quand ces émotions initiales auront pu être libérées, que tu trouveras une certaine paix, la déréalisation ne sera plus nécessaire.
C'est très dur à vivre, je le sais bien, mais si tu es bien accompagnée, tu retrouveras cette sérénité et cette lucidité à laquelle tu aspires.

Aléna Sindilaire Psy sur Toulon

258 réponses

458 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Dépersonnalisation

Voir plus de psy spécialisés en Dépersonnalisation

Autres questions sur Dépersonnalisation

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 12250 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Si vous avez besoin d’une aide psychologique immédiate, vous pouvez réserver une consultation dans les 72 heures au prix réduit de 49 €.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 16000

psychologues

questions 12250

questions

réponses 132500

réponses