Epuisée psychologiquement - relation dite

Réalisée par Victoire · 8 juin 2020 Anxiété

Bonjour,
Je suis dans une situation de blocage depuis bientôt 4 ans, qui semble s’appeler une relation toxique, sans que je parvienne à trouver la solution ou le déclic pour m’en sortir.

Je vais sur mes 37 ans, j'ai une fille de 10 ans, je suis divorcée depuis presque 5 ans, je suis avec un homme depuis 4 ans, et je suis cadre dans le secteur du conseil juridique.

Après ma séparation avec le papa de ma fille avec qui je suis restée 13 ans, je suis tombée amoureuse, sans voir venir, d’un homme que je connaissais depuis plusieurs années. Nous nous connaissions seulement professionnellement, nous nous voyions tous les jours sans avoir de lien direct. Une sorte de coup de foudre à retardement, alors qu'avant cela, jamais je n'y aurais pensé.

Mais je ne pensais pas que ce serait le début d'une histoire destructrice menant à mon épuisement psychologique.

Lorsque cela a commencé, j’étais sur un nuage, le sourire pour rien, les papillons dans le ventre, je n’avais jamais vécu cela, même avec mon ex-mari. Pour la première fois de ma vie, j’avais le sentiment d’être heureuse et d’aller vers la vie que j’avais toujours espérée avec un homme responsable, intéressant, charismatique, qui m’attirait vraiment et pour qui mes sentiments étaient forts. Lui aussi disait qu’il n’avait jamais vécu cela et que nous étions tout l’un pour l’autre. Nous nous connaissions depuis plus de 13 ans, j’avais entièrement confiance en lui.

Mais travaillant donc dans les mêmes locaux, il n'était pas envisageable pour lui que cela se sache. Pendant 2 ans, la situation professionnelle est donc restée comme ça, sans que cela soit connu de personne. Notre relation n’a pas beaucoup avancé pendant cette période, contrairement à ce qu’il me promettait. Personnellement, il ne voulait pas que je rencontre sa famille qui est très particulière et ne voulait pas non plus officialiser avec la mienne, sauf avec ma fille qu’il voyait très souvent.

J’ai fini par quitter mon emploi pour intégrer un autre poste en me disant que ce serait plus simple, mais ce ne fût pas le cas.
Pendant très longtemps, je ne savais pas ce qui m’attendait au quotidien, je vivais comme il le décidait au jour le jour. Il me disait au dernier moment si l’on dinait ensemble ou pas. Parfois, j’attendais jusqu’à 21 heures sans nouvelles, jusqu’à savoir s’il allait venir chez moi ou pas. Avec le temps, cela a évolué de ce côté-là. Mais c’est quelqu’un qui travaille tout le temps et dont le travail passe avant tout le reste, sans aucune exception. Pars exemple, le dimanche 11 avril, j’ai perdu un proche du covid, nous nous sommes retrouvés à aller le matin pour les formalités mais l’après midi même il allait au bureau alors que l’on état dimanche et que j’étais en miette d’avoir perdu un être très cher. Pareil le jour de l’enterrement. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Cela fera bientôt 4 ans que je « vis » avec un homme yoyo au quotidien, avec ses humeurs changeantes, parfois son extrême froideur, ou sa douce chaleur, son travail qui prend tout l’espace et tout l’oxygène, ses décisions, ses fausses promesses, son amour qu’il me déclare autant que son ignorance réapparaît.

Bientôt 4 ans qu’il me promet d’habiter ensemble avec ma fille, dans un appartement qu’il a acheté depuis 2 ans pour nous et qu’il n’occupe toujours pas. Autant de promesses d’engagement, de projets et d’un bébé qui ne viendra jamais. Une promesse aussi de moins travailler mais qu’il ne tiendra, je pense, pas.

C'est un ours sauvage (qui s’en vente), qui déteste être lié par quoi que ce soit, il n'utilise quasiment jamais son téléphone portable, donc ne me répond quasiment jamais, il n'aime pas être avec d'autres personnes que moi, il n'aime pas vraiment prévoir, c'est lui avant tout, ses choix, ses décisions, ses envies en priorité. Lui dit que ce n’est pas vrai, que ce sont des critiques de ma part injustifiées car il fait des efforts, mais que sa vie est comme ça.

S’est installé assez vite en moi le sentiment de n’être personne, simplement une option, celle qui passe après le travail et ses cours de tennis, d’être après tout ce temps toujours quelqu’un d’illégitime alors qu’il ose dire que je suis sa femme chérie et que sa vie n’a pas de sens sans moi. C’est un mélange de contradictions, qui me perdent et me noient. Je me rends compte aussi que je le crains, dans le sens où je n'ose plus lui demander s'il travaille ce week end, quand nous pourrons faire ci ou ça, ou pour lui faire une simple remarque, qui je sais se retournera contre moi.

Ce qui était donc beau et magique au début s’est révélé devenir compliqué à vivre et destructeur pour moi au fur et à mesure. Pourtant, nous sommes très attachés à l’un à l’autre.

En 2018, j'ai perdu pied totalement, burn out professionnel et personnel. Plutôt de nature très solide avec un caractère déterminé, j'ai flanché et me suis retrouvée à faire une cure de sommeil forcée et j'ai dû par la suite avoir un traitement béquille et être suivie par un psychiatre. Je ne dormais plus, je pleurais tout le temps, je n’avais plus goût à rien. Lui continuait sa vie en étant spectateur de ma souffrance. Cela a été une épreuve très difficile car je déteste la faiblesse. J’ai été suivie pendant un an et demi en pensant que cela m’aiderait, mais celle que j’étais avant a changé, on m’a pris ma joie de vivre, mes envies, ma confiance en moi. J’ai toujours été indépendante mais depuis bientôt 4 ans, je me sens dépendante sans pouvoir maîtriser quoi que ce soit.

Pendant 3 ans, je suis partie en vacances seule avec ma fille, comme il travaillait tout le temps. L’été dernier, j’avais pris la décision de tout faire pour prendre du recul et recommencer autre chose qui me rende heureuse. Je n’ai jamais réussi à me séparer de lui. Cette idée me rend tellement triste que je m’en rends malade.
En septembre dernier, il s’est métamorphosé d’un coup, il y avait eu de la distance en août et lorsque je suis revenue de vacances, il m’a dit qu’il était prêt et que tout allait changer : vivre ensemble, se pacser, fonder une famille, ne plus jamais travailler les week end, faire des jolis projets, et pourquoi pas une maison de campagne pour y passer les week end. Autant dire que je n’y ai pas vraiment cru, j’attendais de voir.
Mais fin septembre, après toutes ces années, il a fait connaissance avec ma famille, est devenu plus humain et sociable avec les gens, mes amis, ma fille. Pour la première fois, nous avons fêté Noël dans ma famille. En février, nous sommes partis en vacances au soleil. Tout cela était totalement inédit.

Mais son naturel reprend le dessus, je sens une forte résistance et un gros mutisme puisque le projet d’emménager ensemble redevient silence, voir plus envisageable, tout comme ses autres promesses et envies.

Il est compliqué de tout décrire et de faire comprendre la souffrance que je vis au quotidien. Pourtant, aujourd’hui, j’ai envie de crier « help », tout en sachant que c’est à moi de prendre la décision de partir. On pourrait croire que c'est facile, mais cela ne l'est pas et je n'ai pas tendance à la base à être faible.

Mes amies, qui me voient très souvent malheureuse et seule, ne comprennent pas. Parfois, moi non plus je ne me comprends pas, je me demande pourquoi je m’inflige cela alors que la vie pourrait être autrement si je le voulais, mais je n’y arrive pas, je n’ai pas envie de perdre cet homme que je connais maintenant depuis 17 ans et que j’aime. Malgré les choses négatives que je décris, on s’entend bien, on se connait par cœur, on se comprend, on est attiré l’un par l’autre et je me dis que la vie sans lui ne serait pas possible. Jamais je n’ai ressenti cela, mais je n’ai jamais autant pleuré.

Cet homme, qui est plus âgé que moi, n’a rien construit puisque jamais marié, aucun enfant, aucun ami, en location de son côté, alors qu’il est par ailleurs propriétaire d’un appartement inhabité localisé à 2 rues de chez lui en plein Paris, censé être pour nous depuis 2 ans. Il n’a que son cabinet, prêt à y laisser sa vie et sa santé.

Ma vie est aussi en suspend depuis 4 ans, je n’ai finalement rien construit non plus, puisque « dépendante » de ses choix et dans l’attente de ses « bientôt ». N'ayant pas les mêmes moyens matériels que lui, je dors depuis tout ce temps dans mon canapé lit chez moi, lorsque je ne suis pas chez lui, ma fille ayant sa chambre. Certains disent que c'est indécent de sa part d'avoir autant, de me promettre monts et merveilles, mais de me laisser dans mon 30m² parisien avec ma fille.

Aujourd’hui, je suis perdue, épuisée psychologiquement, aucune communication de fond n’est possible avec lui puisqu’il fuit les vrais sujets sur sa vie personnelle. J’ai le sentiment de m’être faite avoir, que je n’arriverai pas à avancer, à reconstruire sur des bases seines, que je ne me remettrai pas de le perdre.
Alors que ce que je « rêve », c’est être en phase avec quelqu’un de bienveillant, avec qui communiquer, avancer et construire.

Que dois-je faire… et comment…

Merci beaucoup de m’avoir lu malgré la longueur de ce message.

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 9 JUIN 2020

Bonjour Victoire,
Merci pour votre long message qui décrit parfaitement ce que vous vivez, qui semble être une situation d’emprise. Tous les éléments sont présents : la période du début (que l’on appelle lune de miel), merveilleuse mais finalement brève, mais qui reste ancrée en vous et à laquelle vous espérez sans cesse revenir. Puis les promesses non tenues, l’instabilité, la dévalorisation, les absences, le manque d'interêt, l’ascenseur émotionnel, et quand enfin vous semblez prendre votre envol (les vacances avec votre fille), quand il sent que vous pourriez vous échapper, il vous donne quelque chose que vous attendiez depuis longtemps, comme une preuve d’amour qui vous redonne espoir et vous dit « ne pars pas, tu vois que les choses peuvent aller mieux ».
Victoire ce que vous vivez ressemble à de l’amour et le vôtre est tres certainement sincère, mais l’amour n’est il pas sensé vous rendre heureuse ?
Face à une personnalité toxique, la meilleure attitude à avoir est en effet la fuite, partir sans espoir de retour, couper les ponts totalement pour ne plus entendre les douces sirènes de l’espoir. C’est aussi accepter de ne jamais savoir, de ne jamais avoir les explications sur ce que vous avez vécu durant ces quatre années. Il est illusoire de vouloir changer une personnalité toxique, la plupart du temps impossible.
Et une fois que vous l’aurez quitté, vous aurez un long travail à faire sur vous pour effacer les souvenirs heureux et accepter que cela est- et ne pourra pas être changé. Se sortir d’une relation toxique c’est regarder au plus profond de vous même pour comprendre vos motivations et les bénéfices secondaires que vous tiriez de cette relation, repérer et comprendre votre propre faille narcissique pour être sûre de ne jamais reproduire. Le tout avec bienveillance envers vous même.
J’entends que vous avez du mal à le quitter, mais aussi que vous êtes malheureuse depuis 4 ans, avec de rares éclaircies. Quand vous aurez pris votre décision, préparez soigneusement votre depart, faites vous aider par vos proches, mettez les dans la confidence. Soyez prête à partir sans espoir de retour, vous avez encore votre appartement et c’est une chance car vous avez quelque part où aller. Assurez vous cependant qu’il n’ait plus la clé, si jamais vous la lui aviez donnée.
Il n’y a pas de fatalité, il y a la vie au bout.
Et bien sûr si vous avez besoin d’aide pour regarder en vous, pour explorer qui vous êtes dans cette relation et qui vous serez en dehors, je suis à votre disposition pour parler ou simplement vous accorder le temps de la respiration.

Martine Foucard

Martine Foucard Psy sur Auch

15 réponses

9 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

11 JUIN 2020

Quel long appel au secours Victoire ! Vous avez vraiment besoin de vous épancher sur cette histoire qui prend tellement de place dans votre vie. Pas dans celle de votre compagnon semble-t-il. Vous parlez de relation toxique, vous semblez très lucide sur tout ce que cet homme vous fait subtilement endurer depuis des années, sans jamais s'engager véritablement. Les indices que vous donnez semblent montrer qu'il fuit toute idée d'engagement relationnel en dehors de son travail. Vous n'êtes pas sur la même longueur d'ondes, sauf qu'il pourrait essayer de vous faire croire le contraire quand il sent que vous baissez les bras. C'est une sorte de danse, qui peut durer longtemps. Et vous le savez pertinemment. Mais vous avez tout à fait raison de dire qu'il ne suffit pas de savoir les choses pour prendre les bonnes décisions, même quand on est habitué à en prendre au quotidien dans des domaines qui touchent aux choses matérielles. Vous rêvez d'harmonie et vous vivez de la souffrance. Vous avez traversé une période très difficile en 2018, qui ne vous a pas permis de renouer avec vous-même. C'est bien cela qu'il faut faire. Renouez avec vous-même, écoutez vos besoins, ils sont légitimes. Je vous conseille vivement de reprendre un vrai travail psychologique en vous faisant aider par un thérapeute, en posant des mots sur vos maux, en osant regarder avec bienveillance le rôle que vous acceptez de jouer ou de rejouer...
Chaleureusement,
Catherine Couvert

Catherine COUVERT Pour naître à soi Psy sur Lyon

274 réponses

158 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2020

Bonjour Victoire,
voilà un pseudo ou un prénom qui peut laisser présager de vos ressources. Aussi, pourquoi ne pas reprendre votre travail thérapeutique avec la personne qui vous a suivi durant ces 1,5 ans? Vous avez besoin de souffler, reprendre confiance en vous, vous reconstruire et repérer vos points forts. Ensuite vous pourrez rentrer à nouveau dans une phase davantage active durant laquelle vous pourrez poser vous même les actes nécessaires à votre équilibre.
Si vous ne pouvez plus contacter cette personne qui vous a accompagné précédemment, n'hésitez pas à consulter un autre praticien.
Ne restez pas dans cette impasse
Patricia ELDIN

Patricia Eldin Psy sur Remoulins

672 réponses

241 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 JUIN 2020

Bonjour Victoire,
Ce que vous nous écrivez, c'est que vous n'y arrivez pas, et que vous n'avez pas envie de perdre cet homme.
C'est respectable, même si une partie de vous sait que votre vie est en suspension.
Vous êtes lucide sur la situation, mais une partie de vous est retenue et se trouve sur un "terrain connu". C'est un peu dur, ce que je vous dis là, mais de subir tout cela correspond en quelque sorte à votre "zone de confort".
Or, qui a envie de sortir de sa zone de confort, sans rechigner!
Je vous propose d'élargir votre zone de confort, et non pas de la quitter. Ce qui est plus "doux".
Sentez-vous que vous êtes plus "détachée" qu'avant? Avez-vous gagné en autonomie?
C'est de ce côté-là qu'il faut avancer: réapprendre à "marcher" par vous-même, et vous dé focaliser de lui peu à peu.
Je vous y aide avec plaisir. Il n'est pas question de critiquer cet homme, de mon côté. Mais de vous aider à vous connecter davantage à vous.
C'est la clé.
Inès AVOT

AVOT INES Psy sur Lille

1632 réponses

702 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Anxiété

Voir plus de psy spécialisés en Anxiété

Autres questions sur Anxiété

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 9800 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12200

psychologues

questions 9800

questions

réponses 56250

réponses