TAG-Depression - Angoisses - remise en cause sentiments pour mon conjoint

Réalisée par LauraM5 · 8 juin 2021 Aide psychologique

Bonjour,

J'espère que mon récit ne sera pas trop long.

J'ai rencontré mon conjoint il y a bientôt 6 ans (en août 2015), quelques mois après avoir subit une agression sexuelle (avril 2015, j'en avais déjà subit une 10 ans auparavant). J'étais à ce moment déjà engagée dans une procédure judiciaire.

Avant cette agression, j'étais perpétuellement en quête de relations passionnelles. Quand j'ai rencontré mon conjoint, j'étais assez dubitative, il ne ressemblait en rien aux hommes qui m'avaient attirée jusqu'alors. C'est en apprenant à le connaître que j'ai développé des sentiments avec l'intuition que tous les deux nous allions construire quelque chose. Nos premiers mois ensemble se sont très bien passés, même sexuellement, je ne me sentais pas impactée par l'agression que j'avais subit.

Notre vie sexuelle a commencé à changer après un entretien avec le juge d'instruction qui s'occupait de l'affaire judiciaire que je menais de front ! Avec le recul, je sais que cet entretien m'a fait peur et je ne saurais en expliquer les raisons mais quoiqu'il en soit ma libido s'est effondrée après ce dernier et nos rapports intimes se sont de plus en plus espacés.

Nous avons emménagé rapidement ensemble avec quelques réticences de ma part car j'ai toujours eu peur de l'engagement (pas seulement amoureux). Après m'être installée chez lui, j'ai commencé à remettre mes sentiments en question et à développer des angoisses avec des pensées obsessionnelles (je l'aime ou je ne l'aime pas ?). Ces pensées se sont imposées à moi et elles ont duré un certain nombre de semaines. J'allais vérifier auprès de mes amies, ce qu'il pensait de mon couple, je demandais à mes parents ce qu'ils en pensaient.. Comme je suis sujette à un TAG et aux phobies d'impulsion, les gens qui me connaissent bien ont vite compris que j'étais en train de "transférer quelque chose sur lui".

Ces ruminations se sont arrêtées lorsque mon père est tombé malade. A l'époque je travaillais dans la finance de marché et mes journées étaient très denses. Pendant quelques mois, ma vie a été rythmée par le travail et les allers-retours à l'hôpital. Avec mon conjoint, nous avons également entrepris de déménager et de vivre dans un appartement que nous avions choisi ensemble. Mon père est décédé un mois après notre emménagement (avril 2016). Cela a été une véritable épreuve car j'avais une relation très fusionnelle avec mon père. Mes doutes sur mes sentiments pour mon conjoint ont repris du jour au lendemain.

J'ai pris l'initiative de négocier une rupture conventionnelle avec mon employeur car je n'avais plus aucune force, ni motivation. Un mois après avoir arrêté de travailler, j'ai compris que j'avais tous les signes du "burn out" et j'ai développé une anxiété sociale très forte, je n'étais plus capable de sortir de chez moi, de prendre les transports en commun. Je me suis sentie, à ce moment là, totalement dépendante de mon conjoint et de ma mère et cela a été atroce pour moi et pour eux.. Je ne me reconnaissais plus ! (J'ai pu effectuer un travail de TCC qui m'a permis de ressortir et de retrouver un travail).

Je sentais que mon conjoint était impacté par toutes mes angoisses, mes doutes et mon moral qui flanchait. Je lui ai conseillé d'aller voir une psychologue pour qu'il puisse évacuer et ne pas tout prendre sur lui car ce n'était pas son rôle. Cette dernière lui a bien évidement conseillé de me quitter. (Chose qu'il n'a pas fait et j'en suis très heureuse !).

Tous mes doutes se sont estompés comme par magie le jour j'ai appris que j'étais enceinte. Une très jolie surprise qui n'était pas attendue ! Tout m'est alors apparue de manière très claire. Je n'avais plus aucun doute quant à mes sentiments, ni quant au fait que c'était avec lui que je souhaitais avoir un enfant !

A chaque nouveau déménagement (nous avons déménagé tous les ans !), mes doutes revenaient mais de manière beaucoup moins forte et j'arrivais à passer au dessus plus facilement. D'autres situations pouvaient me faire revenir dans ces doutes anxiogènes comme les proches qui divorçaient où les mariages !

En février 2020, juste avant le confinement, j'ai perdu ma mère et ce fût un choc terrible car elle est décédée très rapidement d'une insuffisance cardiaque qui n'avait pas été diagnostiquée (relation plus que fusionnelle avec elle, elle était mon essence). N'ayant plus personne à proximité (ma soeur cadette habite en Angleterre), j'ai géré seule la succession pendant un an. La période de confinement a également été très difficile car nous étions tous les deux enfermés à la maison avec mon conjoint, pourtant nous avons apprécié de pouvoir nous retrouver pendant le premier confinement car avec une enfant en bas-âge les moments à deux étaient rares.

Mon conjoint et moi-même avons racheté la maison familiale. Nous étions heureux de pouvoir reprendre cette maison, d'y faire grandir notre fille. Mais voilà que, deux semaines après notre emménagement, mes doutes et mes angoisses au sujet de mon conjoint ont repris sans raison évidente et ont atteint leur paroxysme. Pendant deux semaines, j'ai fais des crises de panique, je ne dormais plus la nuit et quand j'arrivais à m'endormir, j'étais prise de crises d'angoisse nocturnes. J'avais des crises de pleurs dès le matin que je n'ai jamais eu. Je vivais dans la peur constante de le quitter sur un coup de tête.. Sans aucune raison évidente, je me suis également mise à rejeter ma belle-famille que j'adore, je ne voulais plus les voir. M'occuper de ma fille était un véritable fardeau. Mon médecin m'a diagnostiqué un TAG avec dépression et prescrit des anxiolytiques qui m'ont permis de diminuer le niveau d'anxiété.

A ce jour, j'ai toujours ces ruminations perpétuelles, elle ne m'angoisse plus avec la même intensité., toutefois elle m'éloigne de mon conjoint et de ma famille. J'ai des scénarios de rupture qui s'imposent à moi tout le temps, le jour, la nuit. J'ai parfois envie de tout envoyer valser : conjoint, enfant, belle-famille, boulot.

Je suis très nostalgique de ma vingtaine où je vivais dans cette même maison avec mes parents et où je n'avais finalement que très peu de responsabilités.

Aujourd'hui, je me sens assaillis par le quotidien, par la routine, par toutes ces angoisses, ruminations, le manque de motivation et de sérénité. Toute ma vie me pèse : vie de couple, vie de famille, travail...

Je précise que concernant les angoisses concernant mon conjoint, j'ai essayé la TCC, mais elle n'a pas eu le résultat escompté. J'ai également fait des méthodes de régulation émotionnelle (TIPI).

J'ai la sensation qu'il y a comme une résistance, un blocage profond et j'ai du mal à comprendre mes maux..

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire ce très long message.

Cordialement,

Laura

Réponse envoyée

Nous validerons bientôt votre réponse pour ensuite la publier

Une erreur s'est produite

Merci de réessayer plus tard

Meilleure réponse 9 JUIN 2021

Bonjour Laura,

Si vous percevez que vos blocages sont profonds, il est possible que dans votre histoire personnelle et familiale, vous trouviez des pistes afin de comprendre ce qu'il vous arrive. Vous avez fait de nombreuses démarches thérapeutiques pour vous aider et c'est très bien. Mais aujourd'hui vous avez besoin de vous comprendre vous. Nous pouvons dérouler ensemble le fil de votre histoire pour vous aider à aller vers une mieux vivre en toute sérénité.

Je reste à votre écoute avec bienveillance et empathie

Marjorie Lugari - Psychanalyste - Praticien en psychothérapie - Sexothérapeute
Retrouvez moi en visio via Doctolib et cette plateforme ci pour plus de confort directement de chez vous

LUGARI Marjorie Psy sur Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

2529 réponses

3947 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

13 JUIN 2021

Bonjour Laura,
Merci infiniment de votre partage.
Vous précisez avoir essayé la méthode TIPI. Avez vous effectué des séances de régulation émotionnelle "classique" ? Car parfois, cela peut ne pas suffire. En effet, dans le cas de TAG, la régulation émotionnelle TIPI classique ne permet pas la guérison. Il faut alors passer par la régulation émotionnelle appliquée aux troubles du comportement.
Je suis praticienne TIPI, et je finalise ma formation de régulation émotionnelle appliquée aux troubles comportementaux. N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions. Vous pouvez également visiter mon site internet Vivons Soi pour un complément d'informations.
Gardez espoir !
Je vous souhaite le meilleur pour la suite.
Cordialement,
Julia Przyswa.

Julia Przyswa Psy sur Pineuilh

26 réponses

13 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2021

Bonsoir Laura

Merci pour votre témoignage.
Vous avez eu à affronter les deuils de vos deux parents en très peu de temps ainsi que des questions existentielles qui vous angoissent profondément. De plus, cette insécurité constante quant à l'autre, l'extérieur, l'inconnu... vous plonge dans des comportements défensifs. Cela fait beaucoup !

Vous rapportez ici de très nombreux éléments qui méritent d'être approfondis, exploités, explorés sous différentes formes.
Le premier qui me vient est cette difficulté d'engagement que vous évoquez. Lorsque celle-ci se présente, une fusion est forcément en jeu, notamment avec l'un de nos deux parents. Dans votre cas, cette fusion est associée à votre mère ainsi qu'à votre père. Il semble donc, probablement, que lors de votre enfance, il y'avait bien peu de place pour vous. En ce sens, cela explique certains éléments de votre récit.

Ensuite, un concept me paraît fondamental à relever en réponse à votre écrit. Savez-vous que lorsque nous baignons dans un sentiment de légèreté, de naïveté, de bonheur de n'avoir rien à faire pour être comblé et se sentir en sécurité, cela s'appelle le moi idéal? L'état dans lequel est un bébé qui est "nourrit, logé, blanchi" sans n'avoir rien à faire de particulier. Cet état, de complaisance totale, est recherché toute notre vie. Et alors, cette recherche inconsciente de plénitude peut être à l'origine de bien nombreuses angoisses... "Vais-je réussir à retrouver cette sensation de flottement?" "Suis-je capable de ressentir cela à nouveau?"
C'est un élément de réponse.... parmi de bien nombreux que je souhaiterai vous transmettre.

Que pensez-vous avoir transféré sur votre conjoint?
L'obsession est un moyen de contrer des angoisses profondes. Plutôt que de rester dans un mal-être tout à fait inconnu, l'obsession permet en quelque-sorte d'avoir une source de stress connue.
D'ailleurs, cela explique pourquoi, dés lors qu'une source de stress (extérieure) s'est présentée dans votre vie, les doutes quant à l'amour que vous portiez à votre conjoint se sont estompés.

J'entends, pour terminer, un point qui me semble clé. La question existentielle associée à ces angoisses, qui accompagne tous les humains depuis leur naissance est la suivante "Suis-je capable de survivre seul?". Il semble que le monde extérieur, les autres, votre conjoint vous challengent dans votre relation à vous-même. Ayant été en fusion avec vos parents, il y'a une part de vous qui doute de vous même et qui a peur de ne pas être capable de préserver votre relation à votre conjoint. Cela peut être un transfert, tout à fait ! Car cette angoisse de fond est d'abord, dans la vie de chaque individu, liée à la mère. Alors, lorsque votre mère es décédée et que vous avez emménagé dans la maison familiale, vous êtes repartis à la source de cette angoisse de fond.

Je comprends que le principe de réalité soit très difficile pour vous en ce moment et terriblement violent.
Vous avez à affronter des pertes très douloureuses et avancer avec vous-même, sans vos précédents repères, et avec de nouvelles responsabilités.
La vie vous en demande beaucoup...
Il est important de vous faire accompagner de manière thérapeutique afin de ne pas rester avec ces émotions qui peuvent être stockées plutôt que libérées.

Avec mon soutien.
Je suis à votre écoute si vous souhaitez approfondir vos questionnements et partir à la découverte de vous-même.
Julia, coach-thérapeute en relation d’aide spécialisée en image de soi (hypersensibilité, contrôle, gestion des émotions, somatisation)
Approche individuelle, systémique & transgénérationnelle.

Julia Bouchinet Psy sur Bidart

932 réponses

462 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

10 JUIN 2021

Bonjour,
vous avez vécu beaucoup de ruptures, de deuils depuis ses dernières années. Par ce long message, vous exprimez votre souffrance mais aussi un besoin de mettre des mots sur votre vécu . Je vous propose une psychothérapie analytique qui vous permettra de faire des liens pour mieux comprendre ce qui se passe en vous. il est quelque fois nécessaire de revenir sur le passé pour avancer, de dérouler sa vie comme une pelote de laine et y dénouer les noeuds.
Je reste à votre disposition pour une rencontre ou toutes questions.
FIORENTINI Josiane
Psychologue Clinicienne
Psychothérapies d'orientation psychanalytique

FIORENTINI Josiane Psy sur La Ciotat

20 réponses

10 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 JUIN 2021

Bonjour Laura,
Votre récit montre que vous êtes impactée dans tous les domaines de vote vie.
Vous êtes en réalité rattrapée par les blessures de votre enfance, j'y vois déjà la blessure de rejet qui fait que vous avez peur de l'engagement. Si vous souhaitez vous libérer de vos angoisses et éviter la répétition des schémas, il vous faudrait vous attaquer aux causes profondes.
Vous pouvez me demander un premier échange téléphonique, gratuit et sans engagement : vous pourriez me poser vos questions sur mon approche et mes techniques.
Bien à vous
Véronique BLANCHE, Thérapeute Holistique
Guérison de l'enfant intérieur
Hypnose Ericksonienne
Soins énergétiques

Véronique BLANCHE Psy sur Saint-Brieuc

2731 réponses

1576 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 JUIN 2021

Bonjour Laura,
Merci pour votre partage très clair et explicite sur les schémas répétitifs que vous vivez. Les difficultés à l'âge adulte sont liées à des blessures de l'enfant.
Le cerveau se construit entre 0 et 21 ans.
A cette période, l'enfant que vous étiez n'avait pas la maturité émotionnelle suffisante pour digérer tous les évènements qu'il vivait. Cela devient un traumatisme.

Vous avez essayer plusieurs méthodes qui montrent votre volonté de vous en sortir.
Il vous faut aujourd'hui aller plus loin en descendant jusqu'aux croyances sur lesquelles vous vous êtes construites.
Celles ci ont été générées par des peurs profondes (trahi, rejeté, abandonné, humilié et de subir l'injustice) qu'il faut guérir pour retrouver qui vous êtes.

La thérapie brève du Détachement Émotionnel Express, nouvelle génération de thérapies, permet de couper à la racine de l'émotion qui fait souffrir au présent.

Je suis à votre écoute et vous accompagner si cette méthode vous intéresse.

Anne LAMICHE
Thérapeute en Détachement Émotionnel Express
.

Anne LAMICHE - A La Rencontre de Soi Psy sur Nice

177 réponses

68 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 JUIN 2021

Bonjour Laura
Merci d’avoir pris le temps de relever les points forts de votre histoire. Le travail que vous avez déjà fait à porter des fruits , vous avez fait le choix des TCC et TIPI, ces choix sont interessants car ils disent quelque chose de vous.
Devant les doutes, les angoisses., les ruminations qui vous assaillent et vous épuisent, vous vous êtes dirigée vers ce qui vous semblait le plus rassurant la partie émergée de l’iceberg c’est à dire le comportement . Il est toujours intéressant d’observer nos comportements cependant les changements que l’on essaie d’opérer rajoutent parfois à la charge et recrutent beaucoup d’énergie .
Blocage , résistance sont la partie immergée de l’iceberg : amour parental fusionnel, ambivalence, perte , régression, difficulté à la séparation sont des voiles que vous pouvez soulever sans crainte .
Laisser partir ceux qui veillaient sur nous lorsque nous étions enfants, intérioriser les valeurs qu’ils nous ont laissé, remettre au passé ce qui appartient au passé , faire le choix de la réalité plutôt que de l’idéal , aller vers l’autre.; sont des pistes.
Le monde qui nous entoure est celui qui permet de sortir du repli , de nous décentrer .
La toute puissance infantile est une étape de notre développement et notre moi se renforce petit à petit car il est confronté au principe de réalité. L’adulte parfois se cramponne à cette illusion d’un monde qu’il pense avoir connu alors que l’enfant qu’il était n’avait pas encore les moyens de comprendre que le monde ce n’était pas lui .
Cet état entraîne tellement de souffrances et de peurs qu’il est important d’aller plus en profondeur sur la connaissance de soi .
Bien à vous
Psy-Veronique-Eyraud

Véronique EYRAUD Psy sur Les Angles

322 réponses

224 J'aime

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

9 JUIN 2021

Bonjour Laura,

Vous parlez des agressions dont vous avez été victime comme pouvant avoir un impact, à retardement, sur votre libido et sur votre bien être en général.
Vous parlez aussi beaucoup de relations fusionnelles. Comme vous le savez sans doute, la fusion est une illusion qui consiste à penser, à des niveaux plus ou moins conscients, que nous sommes incomplet sans l'autre, que l'autre a le pouvoir, et parfois même la responsabilité de nous rendre heureux, de combler nos carences et de devancer nos attentes pour satisfaire nos besoins. C'est une idée héritée de l'enfance où nous ne pouvions pas encore parler et où notre mère devinait nos besoins pour les satisfaire.

Cette illusion peut être plus ou moins tenace et elle est reliée à tous les enjeux de l'existence et notamment la solitude, puisqu'elle nous protège en tout premier lieu de l'isolement (l'autre en me complétant me préserve de l'isolement existentiel) mais aussi de la mort qui est l'angoisse ultime.

Une dépression, ou un trouble anxieux, a pour fonction de nous indiquer qu'il y a quelque chose dans la réalité que nous n'acceptons pas encore. Cela vient nous prendre nos illusions. Si on abandonne nos illusions, l'angoisse s'estompe. Si on s'y accroche, elle perdure. Je schématise un peu mais c'est l'idée globale.

Un accompagnement pourrait vous aider déjà à poser un peu vos valises car vous avez traversé beaucoup d'épreuves. Et dans votre soucis de faire des TCC, et peut-être encore dans votre volonté d'avoir de l'aide aujourd'hui, et vous me direz si je me trompe, je sens une volonté de tenir pour les autres, d'être présente pour gérer, pour faire face aux responsabilités qui finissent par devenir tellement pesantes. Vous n'avez pas besoin de suivre un accompagnement pour être meilleure, ou plus aimable, ou plus forte, pas parce que vous êtes imparfaite et que vous devriez être différente mais juste pour être plus présente à vous même et pour vous offrir un espace-temps dédié à votre propre épanouissement.

Ensuite cela pourrait vous aider à mieux vous connaître pour augmenter votre confiance en vous et reprendre du pouvoir sur vous, sur vos émotions, sur vos pensées, mais aussi sur vos comportements que vous qualifiez d'impulsifs. Vous pourriez apprendre à être une personne complète, qui a besoin des autres comme tout être humain, mais dans une mesure plus acceptable en acceptant la séparation, avec une capacité à s'individualiser, à affirmer ses besoins psychologiques et à les assumer.
Votre envie de fuir vos responsabilités et la perte d'énergie phénoménale qu'il y a à les assumer provient d'un déficit d'autonomie, c'est à dire d'une certaine incapacité à assumer la responsabilité de ses propres besoins et à peut-être trop penser à ceux des autres. Cela s'apprend. Et au delà des mots, la présence de l'autre dans le lien thérapeutique comble le déficit intérieur.

Ne restez pas seule avec tout ceci, ce niveau d'angoisse ne fait pas partie d'un fonctionnement normal et vous pouvez avoir une vie plus sereine.

Je serai ravi de poursuivre cet échange avec vous si vous le souhaitez. Vous pouvez m'écrire ou m'appeler, je me ferai un plaisir de répondre à vos questions.

Boris Amiot

Boris AMIOT Psy sur Serris

387 réponses

298 J'aime

Réalisez une thérapie en ligne

Contacter

Cela vous a été utile ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Psy spécialisés en Aide psychologique

Voir plus de psy spécialisés en Aide psychologique

Autres questions sur Aide psychologique

Expliquez votre situation à nos psychologues

Faites votre demande de manière anonyme et recevez une aide psychologique en 48h.

50 Il est nécessaire d'écrire 11900 caractères de plus

Votre question et ses réponses seront publiées sur le portail. Ce service est gratuit et ne remplace pas une séance de thérapie.

Nous enverrons votre question aux experts de ce thème qui traiteront personnellement votre cas.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

La séance de thérapie n'est pas gratuite et sera sujette aux tarifs en vigueur du professionnel.

Renseignez un pseudo pour rester anonyme

Votre question vient d'être révisée.

Nous vous aviserons par e-mail quand elle sera publiée.

Cette question existe déjà.

Merci d'utiliser la barre de recherche pour connaître la réponse.

psychologues 12800

psychologues

questions 11900

questions

réponses 70650

réponses