4 étapes pour améliorer votre maîtrise de soi émotionnelle

Certains l'appellent «sang froid» mais il s'agit plutôt d'avoir une émotivité contrôlée. Quelles mesures pouvez-vous prendre par vous-même pour améliorer votre maîtrise de soi émotionnelle ?

7 JANV. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

4 étapes pour améliorer votre maîtrise de soi émotionnelle

Savez-vous ce qu'est la maîtrise de soi émotionnelle ? C'est cette capacité à moduler les émotions et à rester calme face à des situations stressantes, négatives ou qui provoquent de fortes réactions émotionnelles. Certains l'appellent "sang froid", mais il s'agit plus d'avoir une émotivité contrôlée.

Quelles mesures pouvez-vous prendre par vous-même pour améliorer votre maîtrise de soi émotionnelle ?

  • 1ère étape : reconnaître les "détonateurs"

Les détonateurs peuvent être des mots, des phrases, des lieux, des situations, voire des personnes qui vous font "déclencher" l'émotion sur une impulsion. Connaître ceux auxquels vous êtes le plus sensible peut vous aider à prévoir votre réaction.

  • 2ème étape : soyez conscient des réactions de votre corps

La deuxième étape de la maîtrise de soi émotionnelle est la capacité de prendre conscience des réactions et des changements que votre corps ressent lorsqu'il ressent et exprime une émotion.

Prendre conscience de la façon dont notre corps réagit nécessite une absence de jugement, juste pour sentir que l'émotion vient, grandit jusqu'à atteindre son apogée puis diminue lentement. Notre corps vibre quand une émotion arrive. Il faut le savoir, l'écouter, comprendre en quels points de notre corps l'émotion se «décharge» le plus et s'il y a des variations.

On peut s'imaginer comme une vague qui arrive, nous secoue puis s'éloigne. Il est essentiel pour gérer les émotions d'apprendre à les écouter sans les juger, ni nous juger à leur arrivée.

De nombreux problèmes de somatisation corporelle découlent précisément de blocages émotionnels, d'un contrôle excessif ou de mécanismes de défense qui forcent ce que nous ressentons vraiment. Écouter le corps, même la douleur qu'il crée, nous apprendra à nous respecter davantage et à nous connaître plus profondément.

Les points du corps les plus affectés par les émotions refoulées sont la tête, le ventre, le cou et les articulations mais les réactions sont très subjectives. À de nombreuses reprises, la psychothérapie est une thérapie validée pour dissoudre les blocs somatiques.

Commencez par vous-même un chemin de maîtrise de soi émotionnelle en vous demandant : dans quelle partie du corps est-ce que j'exprime mes émotions ?

  • 3ème étape : gardez votre esprit calme

La troisième étape de la maîtrise de soi émotionnelle est de savoir comment garder l'esprit calme pour s'assurer que la performance de la mémoire de travail est à son maximum. Si nous avons suivi et fait notre deuxième pas, nous avons appris à nous concentrer sur les perceptions du corps et cette prise de conscience nous aidera à ralentir lentement le flux des pensées et à garder l'esprit calme et bien conscient de ce qui se passe.

Lorsque l'excitation émotionnelle s'est calmée, l'esprit sera prêt à prendre une décision concrète sur ce qui s'est passé.

Il y a une maxime qui dit :

"Ne réponds pas quand tu es en colère. Ne fais pas de promesses quand tu es heureux. Ne prends pas de décisions quand tu es triste."

En effet, lorsque vous êtes à la merci des émotions, le système limbique du cerveau est activé (la zone des émotions) et ne permet pas à la zone du cortex de se préparer à prendre des décisions et à penser clairement.

Ce n'est que lorsque l'esprit devient calme qu'il peut activer toutes ses capacités de résolution de problèmes, son raisonnement complexe et peut vous conduire à une décision réfléchie et utile pour vous-même et pour votre avenir.

Vous êtes-vous déjà demandé quelle stratégie pourriez-vous utiliser pour rester calme lorsque vous êtes «secoué» par la vague émotionnelle ?

Par exemple, certains, lorsqu'ils sentent que l'émotion est trop forte, essaient de s'éloigner physiquement de la situation émotionnelle. Une bonne stratégie consiste à se rendre dans un endroit qui respire la «tranquillité» pour retrouver le calme nécessaire.

D'autres personnes choisissent une activité relaxante comme écouter de la musique, peindre. D'autres font du sport et d'autres encore recherchent le réconfort et l'écoute d'amis de confiance.

L'important est que l'émotion soit gérée et écoutée à petites doses, c'est parce qu'elle nous donne des informations importantes sur nous et pour cette raison elle ne doit pas être supprimée mais accueillie en dirigeant l'écoute en nous, et non vers l'objet qui nous l'a créé !

  • 4ème étape : développez votre intelligence émotionnelle

La quatrième étape consiste à apprendre à gérer ses émotions même au milieu d'une situation critique !

Avoir une intelligence émotionnelle, c'est avoir :

  • la connaissance de soi,
  • la capacité à se maîtriser,
  • la motivation,
  • l'empathie,
  • les compétences sociales.

La partie du cerveau liée à l'intelligence émotionnelle et sociale est le dernier circuit du cerveau à devenir anatomiquement mature et doit être entraînée.

Cependant, il y a eu une tendance négative qui a submergé la société occidentale en particulier et a conduit à une incapacité à comprendre pleinement et à gérer les émotions humaines. Cette tendance s'est répandue dans d'autres domaines de la vie tels que l'école et même le lieu de travail.

Les émotions sont souvent exclues de l'apprentissage scolaire et du milieu de travail, favorisant les principes linéaires et curriculaires, ce qui a eu des effets à la fois sur les entreprises, les employés et les étudiants. Le développement de l'intelligence émotionnelle doit commencer dès l'enfance pour grandir et se développer correctement et être inclus dans les écoles, cet aspect est provoqué par des résultats déjà présents dans la recherche expérimentale à commencer par Vygotskji (1896-1934) et Piajet (1896-1980).

Maintenant lentement, cet intérêt grandit mais les générations précédentes se voient souvent se percevoir comme «incapables» face à gérer les émotions que cette société, avec une plus grande complexité, a inévitablement amenée avec elle.

De nombreux adultes cherchent, par exemple, dans les pratiques méditatives, dans la lecture de livres sur la conscience de soi, sur le web et dans des articles de psychologie, des techniques utiles pour gérer leurs émotions. Cette recherche est le signe du besoin réel d'une personne de trouver une solution à sa détresse émotionnelle.

Cela peut être un moyen de sensibiliser, cependant, pour le moment, la seule façon d'apprendre des stratégies fonctionnelles de maîtrise de soi émotionnelle à l'âge adulte est la psychothérapie.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Channouf, A. e Rouan, G. (2002). Emotions et cognitions, Bruxelles: DeBoeck
  • Compare A., Grossi E.(2012). Stress e disturbi da somatizzazione: Evidence-Based Practice in psicologia clinica
  • Fedeli, D. (2006). Emozioni e successo scolastico, Roma: Carocci Faber
  • Goleman, D. (1998). Lavorare con l'intelligenza emotiva, Milano: Rizzoli­
  • Goleman, D. (2009). La natura dell'intelligenza emotiva, Milano: RCS Libri.
  • Gross, J. J. (2007). Handbook of emotion regulation, New York: The Guilford Press.
  • Ledoux J. (2014). Il cervello emotivo

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur développement personnel